Leverasoif.com

Tu me casses les urnes!

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

Urnes2.jpgHier soir, sur une chaine du câble, on repassait pour la 2.148 fois, le chef d'œuvre de ZAZ (Zucker, Abrahams, Zucker), et pour la 2.148 fois, je me suis bidonné sur ce film potache, loufoque et décalé, avec une chiée de phrase culte comme "Ça va chier dans le ventilo". Y a-t-il un pilote dans l'avion? Par une association d'idée improbable, dont je suis très fier, ce film, ce titre, m'a ramené aux élections prochaines. Celles de nos amis américains, où la chute de la République n'a jamais été aussi proche, eux qui doivent faire un choix crucial, viande ou poisson! Difficile pour les végétariens. Ils peuvent être fiers d'eux, les ricains, ils vont peut-être élire une moumoute qui pensait juste donner un coup de pouce à son business immobilier et qui s'est pris au jeu de dupe. Maintenant tout le monde prie pour qu'il perde. Dans quelques jours, les Etats-Unis auront un nouveau Président, et personne ne sait encore qui elle sera. Un peu comme chez nous, sauf qu'il y a peu de chance pour que ce soit une femme. Pour la primaire de droite, on a le choix entre un voleur et un escroc. C'est plus une élection, c'est Ali Baba et les 40 voleurs. En plus, c'est des récidivistes!

Lire la suite...


Cours privé sur l'influence et la vainitude des gourous coucous

dans la catégorie Rencontres Officielles

cep-de-vigne.jpgOn ne le rappellera jamais assez, le grand dégustateur, infaillible et omnipotent, n'existe pas! Et n'existera jamais (ou peut-être dans un futur lointain, quand les robots auront remplacé l'homme), que ce soit chez les gourous qui vivent de leur guide d'achat à l'intention des sourds et des malentendants du vin ou des gourous de table qui distillent leur savoir avec avidité ou prodigalité, libéralité ou brutalité, parcimonie ou bonhomie et dont je fais évidemment partie. Non pas que je veuille défaire certaines réputations savamment conquises à la force du gosier, la n'est pas mon propos, ce qui me dérange, qui m'énerve, qui me hérisse le poil, qui m'agace la rate, qui m'excite l'arthrite, c'est l'inhibition de ceux qui pense ne pas pouvoir savoir à l'égard de ceux qui sont sensés détenir ledit savoir. "Je n'y connais rien", "Je n'ai pas votre nez, votre culture, votre passion", etc… Des sentences d'auto-exclusion trop souvent entendues et qui implique souvent un réflexe pavlovien, moutonnier et parfois ridicule, quand l'avis (et la note) s'aligne sur les gourous. Parfois, il suffit de mettre un verre dans les mains de nombreuses personnes pour qu'elles perdent toute confiance en leurs sensations, leur goût…

Lire la suite...


Facebook émissaire

dans la catégorie Notre vin quotidien

image-drole-candy-crush.jpgÇa y est, je suis full Facebook™©®Φ, une page perso, une page blog et une page société, full de chez full. Mon arrivée sur Facebook est un grand moment, pour Facebook. Avant, mais c'était avant, j’avais le sentiment, l’intuition, que les gens étaient des cons. Désormais, j’en ai la certitude. Passe encore pour les parents qui, soudain, se sentent obligés de s’exprimer comme s’ils avaient le même âge que leur progéniture. Le manque de sommeil et l'herbe qui rend moins con peut expliquer beaucoup de chose. Mais pour les autres, c'est grave con. Ceux qui s’indignent vingt fois par jour, ceux qui se sentent obligés de venir commenter le moindre statut avec une blague même pas amusante. Ceux qui like tout ce qui bouge pour montrer qu'ils sont réactif et font preuve de rebondivité. Les lanceurs d'alerte ou de moutons, les acharnés de Candy Crush, la nouvelle drogue dure des ados, même si je dois avouer que j'ai commencé à jouer avec ces petits avortons que j’ai désiré, chéri et élevé pendant un certain temps, pour ensuite les laisser se refroidir et se figer tel des petits enfants trisomiques mal formés qui auraient atterris chez les Courjault. Ceux qui relaient la moindre rumeur, sans jamais user de leur cerveau. Ceux qui, une fois la rumeur démentie, accusent les médias d’être responsables de leur absence totale de sens critique. Tous. Je les haïssais cordialement. Et puis, un jour, j’ai découvert que ce sentiment était partagé. Quelle joie! J’ai découvert un groupe secret, havre de haine, où d’autres ombrageux misanthropes se réunissaient pour déverser leur bile sur Facebook. C’est là que j’ai fait la connaissance de Radko, mon berger Allemand. Nous avons tant de choses en commun.

Lire la suite...


Histoire de Kharaktêr

dans la catégorie Notre vin quotidien

ChristianChaussard.jpgUne bouteille achetée un peu par hasard, pour le nom, pour l'étiquette, par curiosité. Une bouteille qui a accompagné des huitres chaudes en sabayon. Rien de bien spécial jusque-là, le vin est bon, très bon même, un chenin minéral, avec un peu de sucre et des arômes exotique. Ma mémoire s'est souvenue d'une discussion avec un caviste, au sujet de Christian Chaussard, président de l’Association des vins naturels français, il me disait que les vins de Christian Chaussard lui avait beaucoup plus, l'avaient ému; pourtant, il n'était pas d'un caractère très émotif. Il m'avait raconté l'histoire de cet ancien professeur d’œnologie, ancien Vigneron à Vouvray, homme de caractère, qui, en 2001, a rencontré Nathalie Gaubicher, lors d’un voyage en Suisse. Elle était comédienne, travaillait pour la Comédie de Genève. L’année suivante, ils cherchaient des vignes ensemble. Elle avait goûté ses vins, trouvait dommage qu’il n’en fasse plus. Lui avait envie de retrouver la Loire, pour refaire du chenin et son chemin. Ils se sont installés dans la Sarthe, sont tombés amoureux du pineau d’Aunis et du Chenin. Le domaine s’appelle le Briseau, nom d’une parcelle où les blocs de silex brisent les socs des charrues. L'histoire aurait pu être belle sans cet accident de la route, au volant de son tracteur, qui lui a coûté la vie en 2012. Je n’avais encore jamais bu ses vins au Kharaktêr bien trempé.

Domaine Le Briseau Vin de France Kharaktêr 2011Domaine-le-briseau-kharacter-eti.jpg

100% Chenin, 100% Vin de France (Jasnières) et 100% bio et bon. Un nez expressif, sur les fruits jaunes, mirabelle, abricot, coing, mais aussi du miel, des notes florales et racinaire ainsi que des arômes de fruits exotiques, mangue et papaye. La matière en bouche est superbe, ample, mûre, c'est rond, pur, riche, une structure qui vous prend toute la bouche avec peut-être un peu de sucre résiduel, une belle trame acide qui souligne une minéralité sous-jacente et étire une longue finale fruitée. Très bien

Et pan sur la carafon!

dans la catégorie Notre vin quotidien

venus.jpgLes Américains sont fous! Je sais, ce n'est pas une nouvelle, en tout cas, pas une bonne. Des églises aux allures d'hypermarchés, des bar-mitsva pour chiens, des Kalachnikov en vente libre, des "sérial killer" qui passe à la télé, ils ne respectent plus rien, même pas la vie, pas même les bonbons de notre enfance, on a beau être grand, les sucreries, on aime toujours autant. Une société américaine qui vend ces délicieux bonbons à l’allure de petits oursons a décidé d'innover et de proposer des bonbons au goût de vin rosé ! Pire, un auteur à succès de livres de cuisine, gourou de la cuisine dite moderne affirme qu'il a découvert un moyen pour décanter les vins. Le mixeur de cuisine! L'hyperdecanting. Le frapadingue affirme que ce procédé améliore presque invariablement les vins rouges, en particulier les plus jeunes, il a même essayé son truc sur un Château Margaux 1982. Et pourquoi pas un shaker pour le rafraichir! Depuis aux States, il est de bon ton de sortir son mixer pour épater les copains de dégustation. J'appelle cela de la torture, le Guantánamo du vin! Comme la vénus de Milo, les bras m’en tombent. Comment peut-on dire, et même écrire de telles âneries. Passer au mixer un Château Margaux, ou n'importe quel autre vin, est une stupidité. Le vin doit être traité avec respect et délicatesse… Que certains vins californiens chargés en copeaux de bois puissent résister à ce traitement atroces, pourquoi pas, le mixer peut éventuellement permette de détruire les échardes issus des douelles qui ont été plongées dans les cuves, certainement, mais de grâce, que les ricains laissent tranquilles nos grands vins ciselés par le temps et qui ne demandent rien à personnes, si ce n'est que de nous faire plaisir. Et si le vin est trop jeune, invitez quelques amis, prenez une jolie carafe, du temps et un cigare et profitez de la vie, bien souvent plus courte que celle de nos grands vins…

Lire la suite...


Pique-nique et messe basse sur le Golgotha

dans la catégorie Rencontres Officielles

Vino-Sacro.pngJ'aime bien provoquer, déranger, mettent mal à l’aise, remettre en question mes certitudes et celles des autres. C'est facile, surtout si on parle religion! Surtout venant d'un intégriste athée. Il y a des intégristes de tous bords prêts à en découdre dès que leur citadelle se fait attaquer. Ma grand-mère disait "qui se sent morveux se mouche". Il faut bien avouer que la religion prête au flanc et même parfois, certaines croyances et pratiques prêtent à rire. Sans méchanceté aucune, vous me connaissez, quand je vois une foule suivre hystériquement une statue en bois cela me fait rire, quand je vois tous ces derrières en l’air bien alignés pour la prière, cela me fait rire, quand je vois une bande de rabbis Jacob se dandiner devant un mur, cela me fait rire, quand je vois des hommes offrir des grains de maïs au dieu des moissons, des petits pains au démon d’une mine, cela me fait rire… Quand je vois tous ces crédules superstitieux avides d’horoscope qui ont toujours peur que le ciel leur tombe sur la trombine, cela me fait rire. Nous sommes au XXIe siècle et les rites primitifs pullulent comme une nuée de morpion sur le bas clergé.

Lire la suite...


Erection, piège à cons

dans la catégorie Notre vin quotidien

a-vote-design.pngC’est parti, le gong a sonné! Plus les élections approchent, plus je suis de très mauvaise humeur, plus les candidats de droite parlent, plus les promesses libérales et sécuritaires déboulent, plus je suis de très mauvaise humeur. Plus les candidats de gauche s'expriment, plus le ton et la tension montent, les attaques personnelles, les promesses folles et les phrases assassines pullulent, plus je suis de très mauvaise humeur. De coup, à mon tour, j'ai décidé de me présenter. Mon programme est simple, voire simpliste. Le maître mot: détourner le citoyen de ses valeurs, celles qui le définissent. Pour être élu, il suffit de lui raconter une belle histoire, une fable à laquelle il veut croire. Qu'importe si c'est faux ou irréalisable, il suffit d'y croire. Je vais l'arracher de la nature qui l'a nourri, je vais raser l’or vert qui lui permet de respirer, balafrer les villes, édifier des cités, toujours plus grandes, plus hautes, plus polluées. Je vais les étouffer de goudron, tailladez la géosphère d'autoroutes et de ronds-points inutiles. Je promets de déshumaniser l'ensemble de la planète. Voilà mon programme écologique. Pour l'éducation, pour les jeunes, je propose de les lobotomiser dès le plus jeune âge! Tuer leur soif de découverte, assassiner le dynamisme de la jeunesse en réprimant par de lourdes peines l'esprit d'initiative. Dix, quinze, vingt années d’études stériles et mécaniques, s’il le faut. Les renvoyez chez eux chargés de problèmes à résoudre. Les enfermez dans des geôles éducatives, gonfler les effectifs, évaluer, contrôler, noter. Mais avant tout, mater. Récompenser les plus dociles, laminer les esprits rebelles.

Lire la suite...


Mind the gap, souvenir d'Albert Londres

dans la catégorie Inclassables mais classés

Londres.gifMind the gap, je n'arrive plus à me sortir cette phrase de la tête. Entendue et réentendu à chaque station de métro, répétée par l'Ermite à chaque station, un tube Londonien. Mind the Gap between French and British cultures! Oui, un fossé sépare les Français de leurs cousins Grands Bretons. Même si nos histoires se sont mêlées et entremêlés, même si une heure d'avion nous sépare, les Froggies connaissent mal les Rosbifs, et les rosbifs se foutent des Froggies. D'abord, on a failli ne pas partir, grève des contrôleurs aériens Français, normal, la grève, c'est notre culture, 2 heures d'attente dans un avion low-cost Irlandais, serré comme des fish & chips en attente d'autorisation de survol belge. Arrivée à Standsted, queue à la douane, Brexit oblige, un douanier qui ressemble à une douanière et qui me regarde avec des yeux de Teckel malade et qui fait la moue quand il comprend que je ne comprends pas ce qu’il baragouine dans son anglais natal. Première surprise, où sont les anglais? On a vu beaucoup de chinois, de japonais, de coréens, des indiens, des Paki pas cher, des ricains, des australiens, des italiens, des serveurs Brésiliens, même un Boukistanais, mais très peu d'Anglais… On a bien croisé un pochetron qui a avalé une immonde barquette de viande-frite avant de ronfler dans le tube après un curage de pif en règle, mais il n'était probablement pas représentatif du genre. Deuxième mauvaise surprise Londonienne, le café anglais, après en avoir bu, tu n'as qu'une seule envie, repartir. Bref, à Londres, on a rencontré moins d'anglais que d'écureuil gris. C'est bizarre Londres sans Anglais et sans chien, on a croisé maxi dix chiens et pas une crotte. 4 jours à Paris et tu pues la merde de chien pendant 6 mois. Ici, on a croisé plus de squirrel que de chiens, mais pas de dentiste, d'opticien, de cabinets médicaux, leur économie fonctionne bien, mais leur système de santé est très malade, sans parler des personnes de plus de 70 ans qui travaille encore. Selon un article paru récemment dans une revue scientifique, il y a si peu de dentistes en Angleterre, c'est que les gens s'arrachent eux-mêmes les dents! Bref, on a fait du tourisme, pubs, bière, Earl Grey, Buckingham, Big Ben, la Tour, le Bridge, Hyde Park, la city et son cornichon magique, le métro de Coven Garden et ses escaliers interminables, les bus Anglais, ligne 31, Camden Town et finalement, l'Ermite a eu un coup de foudre à Nothing Hill, sur Portobello Road pour un punk à la crête rose.

Lire la suite...


En vrac quelques vins de ma semaine de Père Pinard

dans la catégorie Notre vin quotidien

Flaneur-for-site.jpgLe secret, pour apprécier sa semaine de Père Pinard, c'est de ne rien prévoir, de ne rien chercher et d'attendre que tout me tombe dessus, comme ça, naturellement. La méthode est d’une grande facilité, il suffit de marcher, de flâner, de jouer aux boules et de lever le nez du bout de ses grolles et de glaner ce qui se présente. L'été est propice au flânage, le pouvoir du flânage et du flâneur, par la même occasion, n’est jamais à sous-estimer. Le philosophe Walter Benjamin lui accordait des vertus subversives. Le flâneur, que l’on aime surtout réduire à sa dimension oisive, est surtout un épicurien qui attend que les choses lui arrivent naturellement. Le flâneur est pratique. Une équipe de chercheurs vient d'établir, avec la complicité de plusieurs adeptes du flânage dans les rues de Londres et de Barcelone, des cartes géographiques des odeurs de ces deux villes, quartier par quartier, coin de rue par sentiers de parc et zones commerciales. Odeurs d’industries, de nourriture, d’animaux, de nature, d’émission de gaz d’échappement, de tabac, d’excréments, cette naso-géolocalisation repose sur une nomenclature complexe et variée. Grâce aux flâneurs, ces deux métropoles européennes ont livrées leurs secrets par les odeurs qu’elles dégagent. Ces odeurs, expliquent les chercheurs, qui influent sur la perception de l’environnement direct, les comportements des urbains et même la santé. Soyons franc, la rue n’est plus un espace de contemplation, mais un lieu pensé pour faciliter la circulation. Certes, il y a toujours les bancs, mais seulement pour ceux et celles qui prendront un repos temporaire avant de reprendre leur marche en avant. On se méfie de celui qui s’arrête, regarde, réfléchit et observe naïvement.

Lire la suite...


Je suis fou d'humour (et du chocolat Lanvin)

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

theorie-du-complot.jpgMaintenant je sais pourquoi je suis fou. Parce que j'ai un sens de l'humour. Un sens de l’humour déplacé est un signe de démence. Dans une étude publiée dans le Journal of Alzeheimer’s disease, le docteur Camilla Clark a démontré que les blagues cyniques ou totalement absurdes pouvaient être considérées comme des symptômes de démence imminente. Ceux qui rient aux blagues des Monty Python (des génies) ou de Dali (le chocolatier moustachu) sont plus sujets à la démence précoce que les conspirationnistes de tous poils. Pour résumer, si j'aime Benny Hills, je suis fou, mais si je crois que si le monde va mal, c'est à cause des grands méchants Illuminatis habillés de costumes Armani en peau de reptile qui tirent les ficelles dans l’ombre tout en sirotant des cocktails au sang de veuves vierge, je ne suis pas fou. Les conspirationnistes sont vraiment formidable! Grâce à eux, rien n’est jamais vraiment la faute de personne. Moi, personnellement pour ma part, je suis sûr que les chinois de la CIA du KGB ont implanté psychiquement dans ma tête, une molécule de Meursault pour faire de moi un suppôt de la Bourgogne, terre des Illuminatis, comme nous le savons tous, c'est même écrit dans la bible et le coran, mais il faut être reptilien pour le voir. J'ai vérifié mes infos, il suffit de taper sur un cep de Chardonnay pour que 15 personnes persuadées qu’on nous cache tout sur tout et tout le temps en tombent. En moins de temps qu'il n'en faut à un marine viril pour abandonner sa queue de cheval et devenir une femme sublime, un adepte de la conspiration vous persuadera que les "twin towers" ont été démolies à coup de nanotechnologies du futur, que les moteurs à énergie infinie existent mais sont détenus par les vilaines compagnie pétrolières mangeuses d’enfants qui préfèrent polluer la planète au lieu de la dominer en vendant l’appareil ultime que tout le monde s’arracherait même si elle coûtait 3 couilles en or massif.

Lire la suite...


- page 2 de 109 -