Leverasoif.com

2016, pinard de la guerre, va te faire boire ailleurs

dans la catégorie Inclassables mais classés

2017.JPG2016 s’achève et avec elle la fin d’une époque… ou pas ! L’année 2016 arrive tout doucement à sa fin et vous allez bientôt vous exploser la panse comme jamais, marier bûche et embûche, joie et calvaire, crise de foie et crise de foi. Si le Père Noël existe, Dieu existe et peut-on considérer la crucifixion comme un accident du travail. 2016 a été une année volatile, incertaine, complexe et ambiguë. Que restera-t-il de 2016? C'est une question que je me pose depuis quelques années déjà. Qui sera l'homme de l'année? Bob Dylan? Donald Trump? Surement Donald, l'idole du serial Killer d'American Psycho, Donald à la tête de l'empire, c'est un gag, comment est-il possible d'élire un Président qui s'appelle Donald? L'autre homme de l'année, c'est le sondeur, ou plutôt, sa faillite. Au régionale, le FN devait gagner, heureusement, ils ont perdus, Juppé devait faire une bouchée de Sarkoléon, C'est Fillon qui les a fumés. Hilary devait gravir la tour Trump avec facilité. Elle a chuté lourdement. Si j'étais Fillon, je me méfierai. Ces doctes sondeurs qui brillent sur les plateaux de télévision devraient changer de métier et se recycler dans la voyance, c'est un peu la même chose, mais sans le jargon pseudo scientifique et la boule en plus.

Lire la suite...


Noël au bal con, Paco Tyson

dans la catégorie Inclassables mais classés

noel.jpgJe ne sais pas si vous savez, mais le Père Noël va venir ce soir. Si, vous devez savoir, mais que le Père Noël soit le grand père de Superman, ça vous ne le savez surement pas. C'est aussi le cousin d'un autre super-héros, Procrastinator, celui qui sauvera le monde, mais plutôt dans une heure, ou un jour, va savoir. Oui, le Père Noël n'est pas une ordure mais un super-héros. Sa spécialité, faire le bonheur de tous, mais seulement un jour par an, comme par exemple pour Paco Tyson, un jeune roux qui vivait très mal sa rouxitude. Paco aimait la boxe, il aimait donner et prendre des coups. Tout petit, déjà, il avait essayé de partager cette passion avec ses amis et sa famille. Mais son père, avec qui il échangeait moult crochets et uppercuts contre un sandwich au camembert, était peu enclin à saisir la froide beauté de ce sport. Un père qui ne le voyaient pas de cette oreille et, de fait, interdisait à Paco d'avoir des amis, d’oreilles non plus, maintenant que tu m’en parles. Le problème de Paco, c’est qu’il était à peu près aussi carré qu’une hypoténuse, plus chenu que massif, plus Obama que baraque bref c’était un gringalet, pas vraiment laid, mais gringalet. Il avait tout essayé, la fonte, l’autohypnose, les méthodes Chuck Norris, il restait aussi épais qu’un casse-dalle SNCF.

Lire la suite...


La cancritude attitude ou la malédiction du Kévin

dans la catégorie Rencontres Officielles

cancres.jpgKevin n'est pas un prénom ordinaire, par exemple, aucun intellectuel ne s'appelle Kévin, pourquoi? Populaire dans les années 1990, marqueur social des années "boys band", ce prénom irlandais est devenu un véritable handicap social, lourd à porter, pourquoi? Il faut remonter à la nuit des temps pour obtenir des réponses. Il faut remonter très précisément à l'origine du monde. Lors de la création de l'humanité, Dieu façonna le premier humain. Il l'appela Kevin. Très vite, il se rendit compte qu'il avait fait une grosse boulette, qu'il s'était planté dans les grandes largeurs. Alors Dieu créa Adam et enferma Kevin dans une grotte (ce qui explique le manque de vie sociale du Kevin)... Réduit à l'état primaire, luttant alors pour sa survie, le Kevin tenta de s'accoupler avec un orang-outang mâle (le Kevin était déjà un peu con). À la suite d'une bonne centaine de tentatives infructueuses, le Kevin décida de transmettre son (faible) savoir à son fidèle compagnon. Les Kevin ont alors suivis une ligne parallèle à celle de l'évolution humaine, cette nouvelle espèce réussit à perdurer jusqu'à nos jours en défiant Darwin et la théorie de l'évolution. Profitant de l'essor de l'internet, le Kevin tenta alors de retrouver sa place dans la société en inondant de coms le réseau mondial. Il faut reconnaitre que certains Kévin furent quand même connus. Keegan, Spacey, Bacon, Costner … Quelques autres célébrités s'appelaient Kevin mais ont changé de nom: Satan, Hitler, Kim Jong Il, Jean-Claude Van Damme ou Élie Semoun, souvenez-vous de Kevina, la déclinaison féminine de Kévin.

Lire la suite...


La Chute du faux con belge

dans la catégorie Inclassables mais classés

fritesBelgique.jpgRassurez-vous, je ne vais pas vous parler des primaires socialistes, ce serait primaire et pas très socialiste, justement! Non, je vais vous parler de la chute, pas celle d'Hollande, pas celle du faucon noir, pas celle de Sarkozy, pas celle de l'URSS, pas celle de mes cheveux ni ma chute dans les escaliers verglacés, mais celle de mes blagues. Je travaille beaucoup mes chutes, je suis un peu le cascadeur de la blague. Dans l’humour, la chose la plus importante, c’est d’avoir une bonne chute et les mêmes références que ses interlocuteurs. Un exemple, vous racontez une excellente blague sur les roux à quelqu’un, mais si cette personne ignore que les roux sont des êtres espiègles et malveillants. Il ne va pas la comprendre. Prenons un autre exemple. Celui de la toute première personne au monde à avoir raconté cette excellente blague sur les belges : Que dit un Belge quand il voit une peau de banane par terre.

Lire la suite...


Raccroche, je suis dans un tunnel

dans la catégorie Notre vin quotidien

old-cell-phones.jpgJe me souviens d'une époque pas si lointaine ou presque personne n'avait de téléphone portable, sauf un type, un con, frimeur qui gloussait sous cape et parlait très fort au téléphone. Oui, à cette époque les cons portaient une cape, ce qui était bien plus facile pour les reconnaitre. Aujourd'hui, la cape a disparue mais pas les cons. Je ne pouvais pas l'encadrer, non pas parce qu'il avait un téléphone portable, mais parce qu'il avait la coupe de Rudi Völler et la gueule de Valderama, à moins que ça ne soit l'inverse. Moi, je disais à mes potes que je n'aurai jamais de portable, que c'était un truc de con avec une coupe chelou. Et puis, le truc s'est développé plus vite que la chtouille sur le bas clergé, la concurrence est arrivée, les prix des communications ont baissé, les opérateurs ont commencé à lancer des forfaits pas chers. Mes potes sont tous passés aux portables. Pas moi, je suis un rebelle dans ma tête. No pasaran mais avec un peu de parmesan. Les samedis soir, mes potes s’appelaient pour savoir quoi rien faire, en gros, ils avaient le choix entre passer la soirée dans le troquet habituel et s'emmerder avec une bière chaude, comme les 256 semaines précédentes, ou aller à un concert et pécho de la langoustine bien chaude de premier choix. Ils choisissaient toujours la bière chaude. Moi, ils m’appelaient aussi, mais ça sonnait occupé, j’étais tout le temps sur internet avec mon vieux modem 33.6k à propulsion manuelle.

Lire la suite...


Le bonheur, c'est simple comme un coup de pif

dans la catégorie Rencontres Officielles

chemin_du_bonheur.jpgIl y a quelques jours, à la radio française, j'entendais un philosophe parler du bonheur. Monsieur Ferry, pas boat, pas Jules, pas Jean, mais un autre apôtre, Luc, m'expliquer pourquoi il ne croyait pas au bonheur et à la philosophie du bonheur. Comme lui, je ne crois pas à tous ces marchands de bonheur, de développement personnel, de psychologie positive et taoïste qui nous persuadent que le bonheur ne dépend pas de l'état du monde réel mais du regard que l'on porte sur lui. L'idée que le sage est heureux partout, c'est aussi faux qu'une bonne publicité. Peut-on être heureux dans un monde malheureux? C'est une putain de bonne question que m'a posée Dudul, catcheur et prof de philo au Lycée Marc Dutrou de Grézieux les Moufflettes. Il n'y a pas besoin de faire 30 ans de philo pour comprendre que nous fuyons la douleur, le mal, la solitude et les cons. Que nous préférons tous la joie, les potes, les gueuletons et les petits coups à boire. Le problème, c'est que nous sommes parfaitement capables de définir le malheur et totalement incapable de définir le bonheur.

Lire la suite...


Les troubles de l'élection se soignent au Beaujolais

dans la catégorie Notre vin quotidien

Viagra.jpgVous le savez surement si vous êtes en vie et qu'il vous reste au moins un de vos sens, la droite de France est sur le point de désigner son Président, enfin, celui qui devra essayer d'être Président. Je reconnais que je suis d'origine populaire, pas trop souvent populiste et que j'ai souvent le trait un peu lourd pour les candidats de droite, enfin surtout avec le petit poney de Sarkosie qui court encore après l'Elysée pour manger tout le foin avec ses copains patrons. J'admets aussi que je n'ai pas parlé avec un vrai ouvrier depuis 5 ans et qu'avec ma consommation annuelle de Meursault on ferait vivre 154 familles de réfugiés. Parfois, je me surprends à dire, dans les diner où on ose encore m'inviter, "c'est quand même les entrepreneurs qui donnent du boulot à la France!". Bref, je me sens glisser à droite, si ça continue, dans moins d'un an, je m'achète un gros SUV allemand pour aller promener mon Barzoï dans la Beauce, pourtant, je viens d'une famille ouvrière, si tu mate mon génome, c'est sûr, tu ne trouveras pas un ADN avec une Rolex! Pourtant, j'ai regardé les débats, je me suis intéressé à l'affaire, un peu comme on regarde des photos de poumons cancéreux pour arrêter de fumer, j'ai constaté que tous les candidats étaient intéressés par la polémique, la bouse, l'identité nationale, l'immigration et ses salauds de fonctionnaire qui n'en foutent pas une rame. Mis à part les States et ce n'est pas une références, ce genre de débats se tient plutôt dans un tribunal que sur un plateau de télé. Bref, je me suis fait une idée, je me suis dit qu'en juin dernier, les rosbifs avaient voté pour quitter l’Europe. Hier, l’Amérique a voté pour quitter l’Amérique. Et nous? On va voter comme on prend un barbiturique, mettre notre pays au fond d'un vase, mais au fond du vase, il n'y a rien qu'un peu de vase. Déprimant! Je me suis dit que, contrairement à une idée fortement répandue, la démocratie Française n'est pas une dictature de la majorité, mais celle d'une toute petite minorité. Concernant les élections présidentielles, seul un tiers des français voteront, la moitié de ce tiers votera pour l'un des candidats, parmi ceux qui auront accordé leurs suffrages à un candidat, la moitié l'aura fait dans l'intention d'éliminer le concurrent, finalement l'homme qui dirigera notre pays ne sera positivement élu que par dix pourcents de la population, une petite clientèle qui comprendra probablement les membres du parti et de l'administration, ceux qui gravitent autour et leurs familles, et quelques gens opportunément dupés pour l'occasion. Alors, je me suis ouvert un petit Beaujolais, la preuve que je ne suis pas rancunier, et fataliste, j'attends de voir si le Français est aussi con que le Rosbifs et le Ricains!

Jean Foillard Morgon "Cuvée Corcelette" 2013

Au nez, dominent des fruits noirs et rouges, beaucoup de cerise, de subtiles notes pierreuses, minérales, des épices et de la réglisse. La bouche est fraiche, pure, le fruit est gourmand, belle texture, on a envie d'y revenir et la finale est fraiche et soutenue. Un Beaujolais comme on voudrait en voir, et en boire, plus souvent. Très bien


Le Beaujolais nouveau est arrivé …vivement qu'il reparte

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

Humour-Beaujolpif-beaux-enfants.03.jpgJe n'ai pas le vin mauvais, mais il y a trois choses, dans la vie, que je ne supporte pas : le Châteauneuf trop chaud, le champagne tiède et le beaujolais nouveau. C'est aujourd'hui que cette arme de destruction massive arrive chez tous les cavistes qui ne se respectent pas. Chaque année, à la même date, je reste coi! Quoi? Comment expliquer que le troisième jeudi de chaque année, on le célèbre comme la chandeleur, les crêpes en moins, un peu comme le mardi gras, ou plutôt, un jeudi beurré pour les adeptes. En gros, le Beaujolais Nouveau, c'est le Pierre-André Gignac du vin, 98% du temps il est mauvais mais t'as toujours un abruti pour te dire qu'il a été bon. Avec le Beaujolais Nouveau, c'est simple, aussitôt goûté, aussitôt dégoûté. Mais, si je bois 10 verres de Beaujolais dans 10 verres différents, est-ce que je ferai diversion? Comment expliquer cet attrait, ce désir irrépressible de se torcher au mauvais pif en plein mois de novembre? Je pense que le Pif est un message divin pour que nous nous rappelions notre condition de mortel, un peu comme la cocaïne; ou alors, c'est une conspiration gouvernementale pour que nous restions pinard. Pour Desproges, la mode imbécile du Beaujolais Nouveau permet à des vignerons peu scrupuleux d′écouler vite fait leur saloperie de bibine pas mûre et trafiquée, à la plus grande joie de prolétaires zingueurs qui viennent se faire ronger les muqueuses, après le turbin à grandes goulées violacées de cette vomissure corrosive si épouvantable et si totalement imbuvable qu′un portugais n′en voudrais pas! Je n'aurai pas mieux dit! Bon, je vais me goûter un petit Bourgogne, tant qu'il y a de la vigne, il y a de l'espoir…


Se souvenir des vieilles choses

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

fench_valley.jpgCe billet aurait aussi pu s'appeler: "mémoire de nos verres", autres référence cinématographique, il sera consacré aux souvenir et à la mémoire. La mémoire de ce que nous buvons, goutons, écoutons ou que nous pensons. Au cœur de la vallée de la Fensch, entre aciérie, soleil d'acier, communisme et utopisme européen, de cette enfance, je garde de nombreux souvenirs, comme celui des noms égrenés chaque 11 novembre, devant le monument aux morts, la foule, figée, répondait: "morts pour la France". Se souvenir de la chair à canon, de jeunes hommes, morts pour des ambitions qui n'étaient pas les leurs. Juste après les élections américaines et avant les nôtres, il est parfois bon de se souvenir. On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels disait Anatole France, le bien nommé. La guerre est toujours une histoire de fric. De ces jours parfois heureux, je me suis forgé une grande défiance pour les commémorations officielles. Se souvenir que nous sommes des enfants de la paix et que nous pouvons refuser de servir les ambitions de démagogues qui exploitent nos peurs et nos angoisses. Se souvenir est parfois salutaire.

Lire la suite...


Tu me casses les urnes!

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

Urnes2.jpgHier soir, sur une chaine du câble, on repassait pour la 2.148 fois, le chef d'œuvre de ZAZ (Zucker, Abrahams, Zucker), et pour la 2.148 fois, je me suis bidonné sur ce film potache, loufoque et décalé, avec une chiée de phrase culte comme "Ça va chier dans le ventilo". Y a-t-il un pilote dans l'avion? Par une association d'idée improbable, dont je suis très fier, ce film, ce titre, m'a ramené aux élections prochaines. Celles de nos amis américains, où la chute de la République n'a jamais été aussi proche, eux qui doivent faire un choix crucial, viande ou poisson! Difficile pour les végétariens. Ils peuvent être fiers d'eux, les ricains, ils vont peut-être élire une moumoute qui pensait juste donner un coup de pouce à son business immobilier et qui s'est pris au jeu de dupe. Maintenant tout le monde prie pour qu'il perde. Dans quelques jours, les Etats-Unis auront un nouveau Président, et personne ne sait encore qui elle sera. Un peu comme chez nous, sauf qu'il y a peu de chance pour que ce soit une femme. Pour la primaire de droite, on a le choix entre un voleur et un escroc. C'est plus une élection, c'est Ali Baba et les 40 voleurs. En plus, c'est des récidivistes!

Lire la suite...


- page 2 de 110 -