Leverasoif.com

Accord imparfait ou désaccord parfait, boire et déboire

dans la catégorie Rencontres Officielles

degustation-prestige.jpg.jpgFaut-il accorder un plat? Comme ça, à brûle pourpoint, et si tant est que vous aillez un pourpoint à brûler, vous allez me répondre "ben ouais, trop carrément, c’est trop bien l'accord, c'est hype, par exemple… bon là j’ai pas d’exemple qui me vient en tête, mais, bon, je ne sais pas, par exemple… mon cousin, il te demande, bon, et là… enfin, bon, ouais, c’est super l'accordage, sauf si c'est un piano". Même si c’est une réponse peu argumentée, vous n'auriez pas tort. Dans la mesure où je ne suis que rarement d'accord avec les autres, moi compris, l'accord est en effet quelque chose de complètement surestimé, au même titre que le folk, l'amour ou le doigt de JeanDa dans le Nutella, mais pour des raisons différentes. Prenez ce tripier du XVIIIe siècle. Lui et ses collègues de la triperie ont faim. Mais ils sont bien embêtés, ils n'ont pas de conserves en réserve, soudain pris d’une impulsion aussi subite que géniale, le chef tripier s’exclame "oh tiens, si je mélange les restes du cochon, les carottes et les oignons avec un bon vin rouge, ça donne un truc pas dégueu, je vais appeler ça daube de joue de porc confite au Thym et à l'orange en hommage à Pagnol. Avec ça, on va boire un bon Châteauneuf en hommage à mon cousin Jacques Perrin. Alors d’accord, il a fait preuve d’imagination. Il a accordé son violon et son plat. Mais est-ce vraiment grâce à lui si le vin s'accorde si bien avec le plat? Perso, je suis totalement en accord avec ceux qui pensent que c'est un désaccord parfait.

Lire la suite...


Sayonara pas pour tout l’monde

dans la catégorie La tournée des vignes

BourgognTourisme.jpgPartir de bon matin avec deux profs pour une virée vineuse est une situation des plus stressantes. Je te sens perplexe, mettons-nous en situation. Il est 5h30, j'attends depuis 22 secondes que Rage, professeur de flute à bec verseur, et Jean, professeur de théologie ninja, veuillent bien arriver. Ma patiente a des limites, environ 30 secondes. Je suis au volant de mon fidèle destrier, il fait beau, le vent s’engouffre dans mes cheveux auburn, je me sens jeune, je me sens fou, j'ai envie de soulever le monde, les oiseaux chantent, les rosiers sont en fleurs, il pleut sur le lac Majeur mais je m'en fous, vu que j'attends comme un con, à 5 heure du mat en plein hiver. J'allume la radio. Je tombe sur Ali Pitivinblanc qui anime, avec la verve qui le caractérise, un passionnant débat entre un type qui est contre l’interdiction des langues de belle-mère en biologie moléculaire et un type qui s’en fout, mais qui fait semblant d’être contre, histoire de faire chier l'autre. Au bout d’une douzaine de secondes, je commence à vaguement envisager une dépression, alors je zappe sur France info-bidon où Ambroise Moygranfou anime, avec la verve qui le caractérise, un passionnant débat entre un type qui est pour l’interdiction des langues de belle-mère en biologie moléculaire et un type qui s’en fout, mais qui fait semblant d’être contre, histoire de faire chier l'autre.

Lire la suite...


Une goutte d'eau dans l'amer

dans la catégorie Notre vin quotidien

Champagnevraket land 2010C’est une histoire au goût amer, tout le monde ou presque, un jour y a goûté. Quand je broie du noir, je me rappelle un vieux polar tombé du placard sur une envoutante musique, Sammy Davies junior chantant Mr Bojangles. Souvenirs! Convoqués tout au long de notre existence, les souvenirs de jeunesse nous disent qui nous sommes. Pendant toute notre existence, nous dialoguons avec nos souvenirs. À travers eux, nous forgeons une partie de notre personnalité et de notre rapport au monde et au goût. Quand on est jeune, on perçoit le monde avec sérieux, on fait tout avec sérieux. Nos sens, visuels, gustatifs, olfactifs, sont des capteurs qui se traduisent en émotions. Quand j’ai commencé à boire du vin, très jeune, j’ai, inconsciemment, commencé à définir mon propre rapport au goût. Comme beaucoup, j'ai d'abord aimé les vins riches, puissants, denses, extraits. J'avais également un gros faible pour le sucre des liquoreux. Je suis devenu raide dingue des Syrah herculéenne et des sucrettes. Plus c’était puissant, plus ça m’impressionnait, plus c'était sucré, plus j'en buvais. Puis j'ai bu, beaucoup bu, beaucoup lu, plein de livres plein de vins, parfois bon, parfois moins bon, les livres comme les vins.

Lire la suite...


Marche et démarche

dans la catégorie Rencontres Amicales

requin.jpgPour bien marcher, il faut marcher sans penser. Sans penser aux Magnums qui nous attendent, sans se demander si marcher est une démarche saine, sans me demander si Noel Mamère était mon père, ou pourquoi les cannibales n'avaient pas de cimetière. Puis-je me considérer comme fin gourmet alors que j'adore ajouter des cacahouètes dans mes crêpes au Nutella? Pourquoi j'ai peur des requins, même dans ma piscine. Pourquoi me demander si le radis est radical? Et comment Donald Trump a t'-il résolu l'hypothèse de Riemann? Pour ceux qui n'auraient pas fait maths en première langue, disons que l'hypothèse de Riemann fait partie des sept problèmes du millénaire. C'est une conjecture, relativement simple, émise il y a 150 ans et qui, depuis, résiste aux plus chevronnées des mathématiciens. En gros, c'est la Romanée-Conti du Soiffard, le Graal des mathématiciens. En la résolvant, on ouvre la perspective d'établir la carte des eaux brumeuses du vaste océan des nombres. Si nous pouvions trouver le secret nous permettant de naviguer sur les nombres premiers, qui sait alors ce que nous trouverions au-delà? Pourtant, cette démonstration réputée impossible a été résolu par Donald Imself.

Lire la suite...


Le tour du monde en 80 ballons

dans la catégorie Rencontres Officielles

tour_du_monde_80_ballonsGardiens de la tradition française, talibans de la Bourgogne, ayatollahs du Bordelais, de grâce ne nous décapitez pas ! Pas encore… A l'initiative de Phileas Fogg, alias le Doc, flegmatique, et énigmatique gentleman, nous allons faire le tour du monde du vin. Pendant ce voyage, je tiendrai le rôle de Jean Passepartout, pas le nain, mais le domestique français de Phileas Fogg, John aurait dû être Lord Albermale, évidemment, il sera remplacé par Pascal, Dom sera le Révérend Décimus Smith, le prédicateur mormon, Christian sera Samuel Fallentin le banquier, Rage sera Fix le policier et JeanDa sera Kiouni, l'éléphant. Le reste de la troupe de saltimbanques du vin se partageant les autres rôles. L'Ermite insistera longuement pour avoir le personnage de Mrs Aouda, la belle jeune femme indienne, sauvée du bûcher par Passepartout et qui, l'ingrate, épousera Phileas. Gégé insistera longtemps pour faire comprendre au vieil Ermite qu'il n'avait rien d'un indien, et encore moins d'une belle indienne, même avec du rouge à lèvres et des plumes dans le cul.

Lire la suite...


Le syndrome du palindrome

dans la catégorie Inclassables mais classés

vp.jpgUn jour glacé, un ciel détrempé rythmé par des sternes qui dessinaient un linceul d’été. Un cri étouffé perdu dans les jappements d'un pygargue. Les jupons des rares passantes s'envolaient de rafale, mouillé de quelques gouttes, comme un parfum dissipé. Les arbres torturés ondulaient dans les bourrasques. Un vieux aux cheveux rares parlait des jours passés à un dogue à l'odeur fétide. Je somnole et je regrette l’instant où j’ai ouvert une ébauche de paupière. A cet instant précis, je comprends tout, les végétariens, les végétaliens, le lsd, les antidépresseurs, l’alcool, les salles de fitness, l’obésité morbide, les excès de gras ou de vitesse, l’anorexie mentale, les dépressives shootées au sommeil, les travailleurs inconscients, le yoga, le bouddhisme, la zenitude, les grévistes plantés, les ravis de la crèche, la pétanque, les mondains, les demie mondaines et les demie molles, les punks, les clochards insoumis, les contrôleurs fiscaux, les racistes intolérants, les antiracistes intolérants, un raélien ancré dans le réel, les communistes, les socialistes, les pollueurs, les écologistes, les sionistes, les illuminés, les révisionnistes, les terroristes, les inconditionnels de Houellebecq, les chtis de la télé-réalité, la pédophilie en famille, la pizza sans fromage, les pandas albinos, les collectionneurs de crotte de nez, Zemmour, Sarkozy, Nabila, Ribéry, Valérie Trierweiler, Arthur, Depardieu et tous ces cons ces abrutis finis qui errent avec un but abscond. Je somnole et je regrette l’instant où j’ai ouvert une ébauche de paupière. Un vieux aux cheveux rares parlait des jours passés à un dogue à l'odeur fétide. Les arbres torturés ondulaient dans les bourrasques. Les jupons des rares passantes s'envolaient de rafale, mouillé de quelques gouttes, comme un parfum dissipé. Un cri étouffé perdu dans les jappements d'un pygargue, sous un ciel détrempé rythmé par des sternes qui dessinaient un linceul d'été à un jour glacé.


Le con, la pute et le puant, le nouveau Western (de Tarantino)

dans la catégorie Sortie Vinoche

8-salopards-tarantino-une.jpgDéjà, le film m'avait saoulé avant même d'être sorti. Le scénario avait fuité malencontreusement et sa majesté Tarantino s'en était scandalisée publiquement! Le film lui-même avait fuité sur le net, les auteurs de la fuite s'étaient excusé platement, pirater Tarantino était une faute morale impardonnable. Déjà, dès le générique, le père Tarantino nous étale sa mégalomanie en nous rappelant qu'il s'agit de son huitième film. Mettre le mot huit dans le titre quand c'est ton huitième film, quelle idée de génie, il y aura même des gens pour trouver ça intelligent. Le prochain s'appellera les 9 fils de pute et le dernier aura pour titre: 10 de der, la sombre histoire d'une partie de belote qui tourne mal et finie en dezingage général. Comme si notre vie était suspendue à son décompte aussi filmeux que fumeux, comme si on devait se résigner à devoir se passer de Quantinnnne le génie. Le type est supposé s'arrêter à dix films et ne s'arrêtera surement pas, comme la mère Besson, il continuera à faire du fric. Moi, je dis qu'un réalisateur qui gâche un générique de Morricone en nous jetant son CV à la gueule n'a rien compris aux films de Sergio Leone.

Lire la suite...


Nuit et débrouillard

dans la catégorie Notre vin quotidien

994683502.jpgIl y avait tellement de brouillard ce mardi-là qu’on aurait tout aussi bien pu être mercredi matin, je ne m'en serais pas rendu compte. Ma femme darda sur moi son regard mi énigmatique, mi mystérieux et me dit tout de go : "c'est à cette heure-ci que tu te lèves, tu ne bosses pas aujourd'hui?" Elle ne saisissait pas toute l’intensité dramatique du moment, si elle l’avait fait, il aurait lâché une de ses phrases dont elle a le secret et qui sont plus belles qu’un coucher de lune à Honfleur, avec des adjectifs chatoyants et tout le toutim. Mais là, non. "Je me suis couché tard" répondis-je, sans laisser paraître le trouble grandissant qui croissait en moi pendant qu'au fond de moi pleuvaient les larmes amères de l'amertume. Je n'osai lui avouer la terrible réalité, une AG vineuse qui s'était terminée tard, très tard, et passablement avinée, ce qui est relativement normal pour une réunion avineuse. Bon, faut quand même que je me mette au boulot. Un pitch, vite, un pitch.

Lire la suite...


À quelle heure passe le dernier bus pour le côté obscur de la corse?

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

StarWar2.jpgIl y a des matins comme des chaussures beaucoup trop petites et aujourd'hui, s’en est un. La journée a commencé sur un malentendu. Je me suis pris la tête avec ma boulangère. Elle a beau avoir de belles miches, elle a parfois les esgourdes enfarinée. J'ai commandé un croissant aux amandes, je raffole des croissants aux amandes, et la michetonne me donne un chinois et une lotion capillaire. - Que veux-tu que je fasse avec un Chinois? - ai-je demandé à la mitronne.
- T'as qu'à lui frotter la tête avec la lotion… Ducon - me répond la fournière.
- Ça va être difficile, il n'a pas de cheveux ton Chinois, d'ailleurs, il n'a pas de jambe non plus, comment je vais faire?
- Arrête de te plaindre le gros, tu prends ton chinetoque et tu me lâches les baguettes, j’ai pas que ça à faire, j'ai du pain sur la hanche et un gagne-pain à faire tourner.
Du coup, je me retrouve en tête à tête avec le chinois.

Lire la suite...


Dans l'antre de la sagesse

dans la catégorie Notre vin quotidien

Pour aller le voir et profiter de sa sagesse, j'ai marché plusieurs jours et plusieurs nuits, j'ai traversé une forêt aux pentes abruptes et une montagne ténébreuse, sous des averses brûlantes et un soleil battant la chamade. Harassé, épuisé, fourbu et quelque peu fatigué, j’aperçus sa cabane, je touchais au but et décidai de passer sous silence le fait qu’un taxi m’y avait déposé. La cabane était vétuste, elle dégageait une atmosphère de sérénité, de quiétude et de méditation qui contrastait drôlement avec le magasin de souvenirs adjacents où s'empilaient des ouvre-bouteilles made in Taiwan et des caisses en bois. Aucun doute possible, j’étais bel et bien dans l’antre du vieux sage St Johanais. Celui qui avait enseigné son savoir à tous les vieux sages tibétains, chinois, Boukistanais et même à celui de fort Boyard. "Entre, je t’attendais", me dit sans tambour ni trompette une voix qui semblait sortie du fond des abimes. J'essuyai mollement mes "Berluti" sur le paillasson où était écrit : "N’engueulez pas le patron, la patronne s’en charge". Le temps de refreiner mon envie de fuir dans la nuit comme un cheval au galop, le temps pour mes yeux de s'habituer à l’obscurité et je découvrais l'intérieur de l'antre du sage. Les murs de l’endroit étaient tapissés de carton humide, vestige de St Julien et de St Estèphe, icônes du vieil Ermite âgé.

Lire la suite...


- page 2 de 111 -