Leverasoif.com

Archives :

mars 2010

Buvons encore une dernière fois

dans la catégorie Inclassables mais classés

L'histoire est connue, au départ, c'est seulement pour le plaisir de rejouer ensemble et de faire quelques scènes qu'un groupe se reforme. Et puis, au bout de quelques mois, l'idée d'enregistrer un nouvel album s'impose comme une évidence. Cette histoire, c'est celle de Pigalle. Formation majeure de la scène alternative des années 1980, Pigalle a mis fin à dix ans de retraite au cours desquels son leader, pigalle.jpgFrançois Hadji-Lazaro (celui des Garçons Boucher et celui qui joue autant d'instruments qu'une fanfare entière), a découvert les joies d'une carrière solo. L'album "Neuf et occasion", sorti en 2008, étant majoritairement composé d'anciens titres, "Des espoirs" est la vraie concrétisation de ces retrouvailles. En prime Pigalle a choisi de reprendre "Il faut que je m'en aille", un titre de 1966 du chanteur folk néo-zélandais Graeme Allwright. Un hymne à la boisson et à l'amitié qui pourrait bien être l'hymne des Soiffards.



Le temps est loin de nos vingt ans
Des coups de poings, des coups de sang
Mais qu'à c'la n'tienne, c'est pas fini
On peut chanter quand le verre est bien rempli
Buvons encore une dernière fois
A l'amitié, l'amour, la joie
On a fêté nos retrouvailles
Ca m'fait de la peine mais il faut que je m'en aille…


Taxi dragueur

dans la catégorie Inclassables mais classés

Un Besson peut en cacher un autre et un Troll peut en cacher un autre. Luc Besson est-il un Troll? C'est la question qui parcoure le net en ce moment. La question n'est pas de savoir s'il c'est un vrai Troll, gros, poilu, bas de plafond et prêt à tout pour s'empiffrer, mais de savoir s'il alimente la polémique sur le téléchargement illégal des films pour faire de la pub à ses nanards tous pourris que personne n'a raisonnablement envie de voir au cinéma et encore moins à la maison. Luc Besson s’est exprimé sur le piratage dans le journal "Le Monde". Son raisonnement infantile à deux balles, sa connaissance approximative du droit français ont trouvé un écho incroyable auprès du gouvernement, déclenchant un nombre hallucinant de réponses d’internautes indignés et des articles en pagaille dans bon nombre de média. Alors, selon vous, c’est un troll ou un homme d'affaire en campagne de pute qui défend son bout de gras qui rapporte gros. Mozinor nous apporte un élément de réponse en décortiquant la méthode Besson.


Toqués de lapineaux noirs

dans la catégorie Rencontres Officielles

sarkozy-berezina-regionales-9.jpgSi y'a bien un truc que j'ai du mal à faire le matin, c'est de me raser, si je conserve un bouc c'est pas ressembler à George Clownesques puisqu'il a la tronche d'un cul de babouin. Non c'est parce que je déteste me raser. Tout petit déjà, je n'aimais pas me raser, c'est surement à cause de mon frère qui m'a rasé au coupe choux alors que j'avais 7 ou 8 ans, depuis j'ai la tronche toute décalquée et aussi sensible qu'un cul de pucelle. Heureusement, je suis pas Chewbaca, je serai plutôt le genre poilu comme un lavabo. Je me rase avec des Johny Wilkinson de précision à 15 lames arbre à came en tête et double culbuteur. Avec ce genre d'engin, les cicatrices dues à un dérapage incontrôlé dans un virage mal négocié, te font la gueule d'un acteur d'un Western de John Ford, quand le héros sortait du barbier avec des petits papiers blancs collés partout sur la tronche. Passons sur le fait que les mousses industrielle sentent la gerbe de lémurien et qu'avec les après-rasage, t'as l'impression de te parfumer avec du wasabi, ça te brûle la peau plus rapidement que le soleil de Marackech sur un rouquin fraichement débarqué de son Irlande natale. Donc je me rase quand je peux plus faire autrement.

Lire la suite...


Meursault et Echezeaux font bon ménage

dans la catégorie Notre vin quotidien

Petit préparatif de la soirée de demain. Première constatation, il n'est pas nécessaire d'être nombreux pour se faire plaisir, deuxième et à deux, pour préparer la bourgogne, cette région peuplé d'escargots et de vignerons, il faut prendre un peu d'avance. Si vous avez un copain qui s'appelle chokwine, s'il s'intitule autrement ça peut aussi marcher, c'est la bouteille qui compte, et s'il débarque avec un Grand Echezeaux de la famille Gros pour accompagner le saucisson de pata-negra (encore) il faut ouvrir un petit Meursault Perrières pour se dégourdir les papilles et préparer la bouche.

Meursault Perrières 2001 Domaine MatrotMatrot_Perrieres.jpg

Beau nez typique de Meursault, beurré, brioché, noiseté mais avec un beau fruit mûr, des agrumes, du tilleul et de la fleur blanche. La bouche est tendue, grasse avec beaucoup de fruit, de la fraicheur et une longue finale minérale. Excellent


Grand Echezeaux 1997 Domaine Gros Frère et SœurEchezeaux_Gros_Frere_et_Soeur.jpg

Premier nez évolue, réduit, animal. Le vin va se mettre en place doucement (l'avantage de la boire à deux), en premier lieu sur les petits fruits rouges, le champignon, l'herbe fraiche, il va évoluer dans le verre et changer vers des notes d'épices, de moka et surtout de prunes et de kirch. La bouche est savoureuse, douce, elle aussi change doucement pour des impressions lactée, onctueuse. Les tannins s'enrobent sur le palais vers une belle finale. Un vin évolutif qui n'a cessé de se transformer pour devenir superbe.

Le Lièvre, la Torture et le Procrastinateur

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

T10769_.jpgRapport à boucler, compte rendu à terminer, devoir à rendre, facture à payer, bouffe à préparer, petit coup à mettre... et si, aujourd'hui vous décidiez de tout remettre au lendemain, pour participer à la "première journée mondiale de la procrastination. La procrastination consiste simplement à remettre au lendemain ce qui peut être fait aujourd'hui. Vous avez donc la possibilité aujourd'hui de devenir Procrastinator, Dieu de la glande, du taf remis à demain, voir après demain, du solitaire, de la sieste, de la machine à café, d'un bon livre ou d'un bon disque, d'internet et Google mon ami et d'être le maître des flemmasses de tout poil. C'est le moment ou jamais d'envoyer bouler Burokrator, le Dieu de la paperasse, de la torture du travail à la chaine, de la photocopieuse, du Chefdeservice et du rendement à tous prix. Il y a des types, tu leur donnes un truc à faire avec un délai de six mois, ils attaquent direct en sortant de la réunion, ils bouclent le truc en 2 ou 3 jours, ils se relisent, ils corrigent et à la fin ils te disent que s'était super dur de terminer à temps. Moi je me dis tous les jours qu'il faut que je m'y mette, mais que j'ai un truc plus important à faire, comme apprendre à nager, faire des bulles, boire un coup etc… Le boss préfère les premiers alors qu'objectivement ils sont très chiants. Donc à partir de tous de suite et jusqu'à se soir, je vais pas en foutre une rame, je termine ce billet et j'attends pépère la fin de la journée pour me reposer. Je remets à demain tous le bordel, en plus demain c'est dégustation de pinot, je bosse pas, La vita è bella...


Coup de Télégraphe à l'Hacienda

dans la catégorie La tournée des Popotes

hacienda.JPGLe restaurant l'Hacienda (anciennement Auberge de la vieille forge) est niché rue de la tour, une petite ruelle du vieux Koenigshoffen. Cet ancien relais de Poste, puis brasserie de quartier transformée en restaurant, est devenu depuis Avril 2006 le restaurant des gourmets Strasbourgeois. Dans un cadre typique, avec sa vieille cheminée (vieille forge), son tilleul plus que centenaire, son mobilier en bois, l'Hacienda vous propose une carte qui s'articule autour de succulents plats de viandes Française ou Argentine. Si les Frivolités de "Catzele" (9 entrées différentes sur une assiette dégustation) me font souvent les yeux doux, le carré de "Pata Negra" à la crème de chorizo ou le marbré de filet de bœuf au foie gras et cèpes sont les succès de l'établissement. L'ardoise est originale, changée fréquemment et laisse aussi de la place à quelques plats de poissons, de rizotto de crevettes ou des plats pour végétariens endurcis. L'ambiance est chaleureuse, le service est sympathique et la carte des vins, plus de 110 références, est constituée, plus de découvertes du Languedoc ou du Sud-Ouest, que de vins stars mais on peut tomber par inadvertance, sur un superbe Vieux Télégraphe, un peu jeune, mais excellent. Petit plus en été, la terrasse sous le grand tilleul est très reposante, pour un déjeuner de travail ou un diner en tête à tête.

L'Hacienda

8 Rue de la Tour
67200 Strasbourg
Tél : 03.88. 29. 57. 30
Email : info@hacienda-strasbourg.com
Jours d'ouverture : du lundi au vendredi.
Midi (12h - 14h) et soir (19h - 22h).
Ouvert également le Samedi soir pendant la saison estivale de Juin à fin Août et durant le mois de Décembre.


Côte-Rotie La Mordorée 2002 M.Chapoutier

dans la catégorie Notre vin quotidien

Cépage : 100% SyrahMordoree_Chapoutier.jpg Commentaire du 23/02/2007 - Robe : Rouge profond. Un nez a dominante épices et de réglisse, cassis confis, touche de violette. La bouche est puissante mais anguleuse, les tanins sont secs et dur. Le vin ne se bois pas bien actuellement (un jour peu être! On peut toujours espérer). Une déception. Bien (à peine)
23/02/2010 pile 3 ans après - La robe commence à fatiguer, le nez est monolithique, peu aromatique, pas très net, sur la cerise kirschée, la tapenade, le romarin. La bouche est fine, minérale, acide, les tannins sont fondus mais elle manque cruellement de matière, d'élégance et de longueur. C'est assez commun, un gloubiboulga sans âme, sans grandeur pour un vin à 60€ en 2005 et entre 130 et 150 aujourd'hui. Pourquoi avoir sorti cette parcellaire en 2002? Bof


Après cette Mordorée ratée au départ et qui n'a jamais été au niveau d'une parcellaire d'un grand domaine comme Chapoutier, je me suis consolé avec un Châteauneuf du Pape, un Vieux Télégraphe jeune, au Restaurant et pour un prix raisonnable comparé à la Mordorée.

Châteauneuf du Pape Vieux Télégraphe 2006 Domaine du Vieux Télégraphe VieuxTelegraphe.jpg

Belle robe pourpre, limpide. Le nez s'ouvre tranquillement sur des arômes de mûre, de fruits à noyau, d'olive noire, d'épice. La bouche est souple, charnue, dotée d'une belle fraicheur et d'une pointe minérale agréable et des tannins encore fermes en finale. Une sensation de vieux porto sans le sucre. Très agréable. Excellent

Chez le Louche, un homme, une femme et des zapfettes

dans la catégorie Rencontres Amicales

valentin.jpgPour mon 69è billet, j'ai choisis de vous expliquer la différence entre un homme et une femme et les raisons pour lesquelles vivre en couple est la chose la plus pénible à faire avec le soufflé au fromage et le réglage d'un carburateur. La principale, c'est qu'il subsiste des différenciations majeures entre une femme et un homme. La question fondamentale est : qu'est ce qui fait bander une femme? En excluant torcher les mômes, passer l'aspirateur et nous engueuler quand, après une dure journée de repos, on se laisse aller à somnoler devant la télé. La femme adore faire des trucs à deux alors que l'homme préfère pisser à côté des gogues, ne pas rabaisser la lunette et se faire des sandwichs au beurre de cacahouète? Des trucs qu'on préfère généralement faire seul. Du coup ça explique qu'il a du mal à concevoir une vision commune du couple. Quand il est avec ses potes, l'homme aime dire "on n'est pas bien là ! À la fraiche, paisible, décontracté du gland..." en finissant son verre de blanc et après avoir lâché un long rot sonore, alors que la femme préfère dire "Qu’est ce qu’il fout encore cet imbécile, on avait dit 16 heure devant l'école parce qu’après il faut encore qu’on passe chez ma mère". A la lumière de ce lumineux éclaircissement, je me pose la question suivante :" Comment se fait il qu'ils essaient encore de vivre en couple"? Dans une étude majeure, le professeur Apfelstrudel avance quelques réponses.

Lire la suite...


Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle mouille

dans la catégorie Inclassables mais classés

MissTSM.jpgDamned, foutriquet, le 22 mars, c'est la journée mondiale de l'eau, on a de la chance, il ne pleut pas, mais aujourd'hui pas de vin, enfin peut être. Et la faute à qui? Je vais te conté, te compter, te conter l'histoire rocambolesque et triste d'une princesse. Il était une fois une princesse d'un grand Royaume, genre Monaco. La pauvre bougresse était laide comme c'est même pas permis, un croisement entre Sim, Galabru et un pincher nain. En plus, elle n'avait pas même pas inventé la poudre du fil à couper l'eau tiède. Elle ressentait en elle-même que son cœur était vide comme les tribunes du stade de la Meinau un soir de pluie. Ella Moore, puisque c'est son blaze, cherchait le prince charmant. Faut bien reconnaitre que, même à pôle emploi, le prince charmant se fait rare. Des mecs qui se baladent sur un fier destrier blanc pour occire des dragons plus méchant qu'Hortefeux, plus traître que Besson et plus méchant que Zemmour, puis vont galocher des feignasses qui roupillent depuis pas mal d'année, nonobstant le fait qu'elles doivent avoir une haleine de chacal et que le type doit avoir de plus gros poisson a fouetter, faut bien reconnaitre que ça coure pas les rues en ce moment. Donc la gonzesse, faute de grive, elle se tape des merlans et des maquereaux et elle termine au pub pour se faire une petite belote. Et comme dit le dicton "La belote c'est comme le sexe, si on a un mauvais partenaire, il faut une bonne main".

Moralité : Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle mouille


Ça se corse pour Narkoléon Sarkonaparte

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

SARKOLEON.jpgIl était une fois un petit homme luxuriant, machiavélique et fan "d'argent, gloire et beauté", qui ne rêvait pas de devenir vice-vizir assistant du suppléant adjoint, encore moins de devenir caniche à la place du caniche ou vendeur de canif à la camif mais qui rêvait d'être Hugo Boss mais en plus petit. On croit qu'il est arrivé d'une lointaine contrée qui a bu la peste, ce qui ne veut rien dire mais les historiens sont un peu comiques quand ils ont bu trop de Puttonyos. Après avoir redoublé sa sixième et vendu des avocats sur les marchés populaires de Neuilly, il se lance dans une carrière militaire d'environ approximativement un jour, où, sous le feu nourrit de l'ennemi, il sauva moult enfants des griffes de la Bombe Humaine de Téléphone, on appellera son exploit: la Bataille d'Arcole maternelle. Il épouse une corse spécialiste du veau Marengo et, pour avoir soutenu Jonathan Livingston dit le Pélican, qui n'était pas doué pour le looping mais plutôt pour le vol plané, il sera contraint de laisser le pouvoir à l'usurpateur Corrézien à foutre et à une longue traversée du désert d'Egypte jusqu'Aboukir où il fera de belles photos de vacance.

Lire la suite...


Un parfum de Paradis Austral flotte sur la marmite de la Chapelle

dans la catégorie Rencontres Amicales

LaChapelle.jpgS’il t’arrive un malheur, une raclée lors d'élection régionale, départ de l'être aimé pour un chanteur même pas connu, accident de tabouret, méga crise financière, problèmes d'érection, retour de l’être aimé, la deuxième chose à faire est de prendre les mesures qui ne s’imposent pas. La première chose à faire, c’est d’accuser quelqu’un de tous les maux : “C’est Didier, il a tous versé dans le crachoir et en plus il dit des mensonges même pas vrai”. Tu peux aussi essayer, "c'est Hans, il est Suisse-Allemand et roux", c'est un peu juste sur les arguments, mais ça peut passer. Tu peux aussi te contenter du sec : "C'est la faute à Zemmour", ou "C'est la faute à Zemmour, Sarkozy et les pandas", si vraiment tu veux forcir le trait. Il y a aussi le classique: "C'est la faute à la Martine et aux 35 heures", classique mais efficace. Dans ce domaine et en ce moment, le truc à la mode, c’est d’accuser son voisin de faire du paradis fiscal, et de préférence en Suisse, puisque tous le monde sait, sauf ton voisin, que les Suisses sont les véritables responsables de la crise, de l'insécurité Française et de la mauvaise qualité des sextoys made in China.

Lire la suite...


Pluma y Jamon de mi corazon

dans la catégorie La tournée des Popotes

paco.jpgSi tu lis attentivement ce blog et surtout le billet précédent (voir ici), tu te poses, avec une impatience et une hâte teinté d'empressement, la question qui secoue le monde entier, la question qui brule les lèvres, celle que tous le monde se pose, celle qui intéresse tous les Français, à égalité avec la météo, la picole et tripoter les filles : Mais où trouver du Jabugo, du saucisson de pata negra, du Manchego ou de la pluma? Et bien, tu demandes à Patrick l'Australopithèque, qui connait tous ce qui est bon à 100km à la ronde, il te donnera rendez-vous et te présentera un Espagnol pur Jabugo, qui tiens un Restaurant, traiteur, épicier, humoriste…

PacoDeMaria2.gifDepuis décembre 2007, le Restaurant Paco de Maria propose une cuisine espagnole aux parfums et saveurs d'Andalousie. A la carte, on retrouve tous les mets typiques du pays, cuisinés par le chef Miguel, comme la paëlla, le gaspacho, les gambas ou encore les albondigas, boulettes de viandes épicées. Outre la restauration, Paco de Maria fait également office de traiteur et d'épicerie dans laquelle sont vendus des produits traditionnels Espagnols : jambon, saucisson, fromages, poissons cuisinés, etc… L'Espagne est au cœur des assiettes, il en va de même pour la décoration. Les couleurs chaudes font du Restaurant un endroit chaleureux, et sur les murs sont accrochés des tableaux où tziganes, danseuses espagnoles, taureaux et paysages andalous se côtoient. Côté animation, les clients ont carte libre. Une guitare est mise à leur disposition, donnant lieu à des concerts improvisés et à des soirées flamenco originales. C'est ici l'occasion de déjeuner ou dîner dans une ambiance conviviale, festive et familiale où la bonne humeur et le tutoiement sont de rigueur.

Paco de Maria - Restaurant Espagnol
67, Rue Saint Urbain 67100 Strasbourg
Tél. : 03 88 44 43 24
E-mail : pacodemaria@free.fr


Ramon Ra, Don Diego de la Véga, le seigneur des nanos et Jamon de mi corazon

dans la catégorie Rencontres Amicales

PataNegr.jpgC'est n'importe quoi ce titre, un film série, une série télé, de l'Egypte en passant par l'Espagne et la Sicilia, vous vous dites in petto en vous-même à l’intérieur de vos têtes où se trouvent par ailleurs divers autres organes, que c'est du lard ou du cochon, que je vous prends pour des jambons et que le titre de ce post, à la spiritualité illuminée et à la fécondité exacerbée, sur un thème aussi fort et audacieux, est incompréhensible au commun des mortels. Et vous avez raison. A tel point que j'ai parfois du mal à saisir l’essentiel de mon message et le cheminement de mes pensées qui sont pourtant mes fleurs préférées. Ce qui est sur, c'est que ça n'a rien à voir avec Marcel Amont, et je n'ai rien contre les Mexicains basanés, rien à voir avec Zoro, Zora la rousse, Zorba le grec, Z de Costa Gavras, Karl Zéro ou Zinedine Zidane.

Lire la suite...


Sarkosy envoyé sur les roses, gare aux épines

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

election2.jpgLa France est le seul pays du monde où des gens vont voter Jean Filalenglaise, candidat de la nouvelle alliance de la gauche centriste du centre droit alliée avec les écologistes de la droite du PCF, anciennement à la gauche du mouvement de la droite modérée qui s'est rassemblée avec les centristes révolutionnaires et royalistes, non pas parce qu’il a un bilan et un programme télé intéressant pour Pinchard les Fraises des Bois, le Jeannot, non pas parce qu'il a complètement refait avec ses petites mains expertes et habiles la piste de la salle de claquette de la maison de retraite, mais pour étaler leur désaccord avec la politique du grand petit Président de notre grande petite République. C'est aussi le seul pays au monde où les gens votent pour des types qu'ils ne connaissent ni des lèvres, ni des dents et pour des candidats qui ne sauraient même pas situer leur région sur une carte. En Suisse par exemple, tu te fais virer à coups de pompes dans le derche si tu es né à moins de 100m de la limite du canton.

Lire la suite...


Manger, c'est bien. Boire et manger, c'est mieux...

dans la catégorie Rencontres Amicales

Vous, je sais pas, mais moi, j'aime bien aller au restaurant. Le problème dans un bon restaurant, c'est quand on veut avoir le plaisir de boire des vins à la hauteur de la cuisine.
Là, y a pas 36 solutions :

1) Tu habites à Beaune, à Guewenheim ou bien à Ingersheim, et comme t'es un fin renard, tu connais les bonnes adresses et tu sais lire une carte des vins...

2) T'es très riche. Beuuuuuuuh ! Mauvaise pioche !

3) T'as un ami qui est très riche. Je cherche ! Je cherche ! Ben non. Finalement, j' vois pas...

4) T'as des amis qui ont des idées. Là, faut voir... Tiens ! Moi j'ai un ami, JCS, qui a de vachement bonnes idées ! Par exemple, une fois par an, il contacte un restaurateur-traiteur qui prépare le miam, et lui il s'occupe du glouglou. Et sa cave, c'est plutôt Chave, Las Cazes et Zind que Saint-Pourçain, Beaujolais et cave coop de Traenheim... Voilà le résultat...
2010-03-07_Repas_01.jpg


Lire la suite...


Pouilly Fuissé "La Roche" 2007 Domaine de la Souffrandière

dans la catégorie Notre vin quotidien


Pouilly Fuissé "La Roche" 2007 Domaine de la Souffrandière

Bret_LaRoche2007.jpgTrès belle robe jaune or aux reflets verts. Le nez est très fin, d'abord discret, à l'aération il s'ouvre sur des notes d'agrumes, de pêche, d'acacia, et d'amande. L'attaque est vive, la bouche est ciselée, minérale, tout en nuance et en élégance. La finale est longue et termine sur des notes de miel. Un vin de puriste. Très bien


Le climat "La Roche" est certainement le terroir noble de Pouilly, exposé plein Est au pied de la Roche de Vergisson. Issues du négoce des Bret Brother's, les vieilles vignes de 50 ans extraient la quintessence de la minéralité et de l'élégance de se terroir.


Lot de consolation...

dans la catégorie Notre vin quotidien


panneau_ecole_amusant.jpgAlors jeudi, j’étais invité à une grande soirée « rive droite ». Celle du genre où tu picoles plutôt du Lafleur 1998 que du Costières de Nîmes… Comme quoi, faut pas se tromper de fleuve ! Manque de pot, la neige est venue troubler (et annuler) la fête. Du coup, petit coup de blouse at home… Dans ces cas là, une seule solution : dégoupiller une belle bouteille ! Mais comme boire seul, c’est aussi pratique que de jouer tout seul au tennis, je saisis mon bigophone et je contacte un vrai pote. Du genre ki va pas te laisser sombrer dans la mélancolie très triste, et même qui se dévoue pour apporter un p’tit Chambertin Clos de Bèze 1996 de chez Drouhin pour te consoler… Hé hé ! Faut bien choisir ses potes dans la vie. De mon côté, je me suis dit qu’en 3 semaines, le vin de ce diable de Sérafin avait eu plus de temps qu’il n’en fallait pour se reposer du trajet éprouvant qui consiste à faire Strasbourg-Gevrey (AR) dans la ouature du Psykopat… Faut dire que c’est quand on monte à l’arrière de la-dite voiture qu’on prend pleinement conscience de l’origine du surnom de ce guerrier de l’extrême, capable de parcourir 646 km (c’est viabidule qui le dit) en passant en tout une vingtaine de seconde à regarder la route (et encore, c’est parce qu’il avait repéré une bouteille suspecte de glouglou sur la plage arrière de la voiture placée une dizaine de centimètres devant son pare choc avant)… Comment ça ? J’exagère ? Meuh non ! Tous ceux qui l’ont fait et qui sont encore vivants vous le confirmeront : pour ne pas vomir illico, la seule solution consiste à tenter de boire discrètement sur la banquette arrière la petite bouteille ramenée de la DRC et/ou, éventuellement, de parler « arbitrage » pendant deux bonnes plombes… Mais tout ceci est une histoire déjà racontée et bien mieux que par moi.

Bon, c’est pas tout, mais vu que ce blog n’est pas consacré aux z’activités qu’on peut pratiquer sur la plage arrière d’une voiture sport avec les fesses serrées et les yeux fermés, venons-en aux choses sérieuses… Match au sommet : à ma gauche, le Clos de Bèze sus-nommé. À ma droite, un Gevrey-Chambertin 1er cru « Les Corbeaux » 2000 de Sérafin. Arbitrage : Mister Rage (un assoiffé non soiffard) et votre humble serviteur.

Lire la suite...


Faut-il crucifier Robert Parker?

dans la catégorie Inclassables mais classés

Caricature_Robert_Parker.jpgAujourd'hui, Grâce au Net, nous sommes tous des œnologues, des critiques et même des critiques de critiques. Et la question que l'on se pose tous: Faut-il crucifier Bob l'éponge? Faut-il immoler Patrick l'étoile de mer ? Faut-il ecarteler Carlo Tentacules? Non pas Carlo tentacules, là on va trop loin! Concernant Robert Parker, j’avoue avoir du mal à comprendre pourquoi tant de haine et de mépris? Nossiter dans son film "mondovino" ridiculise Parker avec son chien péteur, son maison bordelique et sa casquette FBI mais ne peut éviter de faire apparaitre la modestie du personnage et sa surprise et sa fierté de voir un pequenot américain avoir autant de poids dans se monde très Français. Et de quoi peut-il être fier le Bobby? De goûter, en France et ailleurs, sans pression financière ou publicitaire, en toute indépendance et en vivant de son métier. Pourquoi personne ne se lance pas en disant : "voilà mon goût, il est différent, qui m'aime me suive et achète mes livres?" Qui passe 200 jours par an dans les vignobles? Ils sont peu nombreux et ceux qui ne le font pas voudraient bien sûr que personne ne l’ait fait, pour ne pas démontrer ainsi leur médiocrité. On lui reproche d'avoir noté les plus grands vins de la planète avec son misérable goût de Ricain seulement habitué au coca. De les avoir notés sans être influencé par une tradition débile et archaïque. Cette approche ne fait pas l'affaire de tous et en premier lieu de la Bourgogne plantée dans ses principes et son histoire impossible à remettre en cause. Celle que je n'aime pas, celle qui oppose aux critiques, la simple méconnaissance de son magnifique terroir, de ses traditions, etc… Si on ne comprend pas, on n'est pas assez cultivé, pas assez patient, pas assez connaisseur etc… Qui parle de tous les domaines qu'il a sorti de l'ombre. Qui parle des vins qu'il a découverts, dans le Rhône, du fin fond des Pouilles, du Priorat ou d’autres régions dont personne ne parlait.

Lire la suite...


Restaurant La Taverne Alsacienne

dans la catégorie La tournée des Popotes

La Taverne Alsacienne à Ingersheim est le rendez-vous incontournable des amateurs de vin et de gastronomie de la région de Colmar. Le service et l'accueil sont sympathiques et efficaces. La cuisine est excellente, la cassolette d'escargots à la crème de riesling est fabuleuse, le foie gras est fait maison, les poissons sont disponibles en entrée ou en portion entière, l'assiette autour du veau, le magret de canard ou le gibier en saison sont à essayer au moins une fois. Mais le grand petit plus, c'est l'étourdissante carte des vins concoctée par Jean-Philippe Guggenbuhl (tous les très bon Alsace, Roumier, Pignan, Rayas, Beaucastel, Allemand, Trevallon etc… C'est grand et avec une colonne des prix dotée d'une sacrée dose de sucre résiduel : c'est doux, doux, doux... La famille Guggenbuhl est une famille de passionnés qui aime sa clientèle. Merci et à très bientôt !

TaverneAlsacienne.jpg

LA TAVERNE ALSACIENNE

99, rue de la République
68040 Ingersheim
Tél : 03 89 27 08 41

Informations pratiques :

Ouvert le mardi, le mercredi, le vendredi et le samedi le midi de 12h à 14h et le soir de 19h à 22h ; le jeudi midi de 12h à 14h ; le dimanche midi de 12h à 14h. Menus de 20 € à 53 €.


Tête de cuvée à Turkheim et tête de turc à l'ail

dans la catégorie La tournée des vignes


domaine-zind-humbrecht-cuvee.jpgEst-il encore besoin de rappeler que le domaine Zind-Humbrecht est une référence incontournable du paysage viticole Alsacien. Une dégustation au domaine est un marathon (37 vins), une formidable découverte des terroirs d'Alsace (Brand, Clos Winsbuhl, Rangen, Herrenweg, Clos Hauserer, Heimbourg, Hengst, Goldert, Rotenberg, Clos Jebsal, Wintzeheim) et une non moins passionnante analyse de l'adaptation des cépages Alsaciens à ces terroirs qui parfois prennent le pas sur la typicité du cépage. Au sortir de la dégustation des vins du millésime 2008, on ne peut que s'extasier, une fois de plus, devant les immenses qualités qu'ils démontrent. J'avais beaucoup aimé le millésime 2007 et ses Riesling pur et tranchant, j'ai adoré 2008 qui présentent un profil similaire, mais avec encore plus de richesse et une d'acidité pointue pour atteindre des équilibres impressionnants. Les sucres sont souvent présents, mais tellement bien balancés par ce fil acide et tendu. Bien sûr, le profil climatique de l'année a été un facteur primordial de cette réussite, mais ne se traduit en final que grâce au talent d'Olivier Humbrecht, aussi bien à la vigne qu'en cave: biodynamie intégrale, des terroirs de rêve rassemblés au fil des générations, des rendements de 48 hl/ha en AOC, 32 en grand cru, et des vinifications qui pourraient presque paraître simplistes si elles n'étaient l'aboutissement d'un long processus où le souci de la qualité est de tous les instants.

Lire la suite...


Chercheur de goût, de dégoût et des couleuvres

dans la catégorie Inclassables mais classés


GoutNM.jpgLors de la "California State fair", le plus vieux concours de vins d'Amérique du nord, des chercheurs ont introduit en loucedé, les canaillous, trois fois le même vin (le vin primé précédemment en plus), lors d'une séance de dégustation à l'aveugle du jury du concours. Résultat, sur les 65 à 70 pseudos professionnels (vignerons, négociants, critiques, professeurs d'œnologie et de viticulture) que compte ce concours, seulement 10% des juges ont donné une note similaire à ce vin. Pire, 10% des plus mauvais ont carrément jugé médiocre ce vin auquel ils avaient attribué une médaille d'or plus tôt dans la journée. Il y a deux ans lors de ce même concours, plus con que court d'ailleurs, des jurés avaient couronné un vin industriel, vendu 2 dollars par l'enseigne Trader's Joe, l'équivalent de Leader Price, comme le meilleur Chardonnay de Californie. Édifiant!

Lire la suite...


Champagne Deutz rosé 2005

dans la catégorie Notre vin quotidien


Journée de la femme oblige, diner au champagne. Même le parmentier de canard et de cèpes ne m'a pas empêché d'ouvrir un excellent Champagne Rosé.

Champagne Deutz rosé 2005

deutz.jpgRobe saumon foncé, lumineuse. La bulle est fine, persistante et peu abondante, le nez est puissant, complexe, sur des notes de fraise écrasée, de groseille, de miel, de fleurs blanches et de menthe. La bouche est ample, pleine, aérienne, une grosse matière qui termine, très long, sur une belle sensation de fraicheur. Deutz révèle dans le verre sa virtuosité, sa délicatesse et s’achève toujours par une rafale de sensations balayant toute l’étendue des émotions. Puis Deutz s’évanouit en ne laissant dans le verre que le fantôme adorable du souvenir. Un vin romantique.

Issu exclusivement de pinots noirs (dont 80% de la Montagne de Reims), Deutz Brut rosé possède une personnalité forte et distinguée. La spécificité de son style et de sa robe robe saumon foncé est obtenue par l'apport de 9% de vin rouge vinifié par la maison Deutz et issu d'une parcelle de vieilles vignes de la cote d'Aÿ bénéficiant d'une excellente exposition.A u passage, un grand merci à Christian


L'accord parfait du curry et du shiraz

dans la catégorie Notre vin quotidien


Sont réunis autour de la table, des ingrédients variés, peu commun dans nos contrées, particulièrement en pleine tempête de neige le 6 mars... Pâte de curry fait maison (piments muchos, curcuma, cardamom, cumin...), mélangé au lait de coco, 11th.jpgpour en faire un curry de crevettes et un curry de porc, accompagné de Sambol (mélange coco, oignons, piments, cayenne..) et de riz rouge.
Maintenant que le tableau est dressé, le plus dur, que servir? Pas de Pinot noir, je me sens pas non plus sur le Bordeaux, il ne reste guère que nos super étalons Australiens, va donc pour un Masséna Eleventh Hour 2005 et un Greenock Creek Apricot Block Shiraz 2005 aussi. Notre cher Bob les notes 95 et 96 respectivement.

Greenock_Creek_Apricot_Shiraz.jpgMasséna Eleventh Hour 2005

Couleur d'encre, arômes de cassis, mûres, choco... Très puissant commence à se fondre, belle balance d'acidité.

Greenock Creek Apricot Block Shiraz 2005

Un monstre, encore des traces d'élevage, arômes très proches, mais je dirais plus puissant dans un premier temps, pas encore fondu.

En carafe au bout de 2 heures (peut être moins, le niveau est descendu rapidement) les 2 se rapprochent, le Greenock gagne en complexité, se fond...mais il n'aura pas le temps d'aller plus loin. Super expérience d'autant plus qu'ils ont aussi très bien accompagné le carpaccio d'ananas...


Dans mon Auge, un Monts Damnés et une DRC à petit prix

dans la catégorie Notre vin quotidien


Sancerre "Les Monts Damnés" 2008 Gérard Boulay

SancerreMontsDamnes.jpgRobe jaune avec des reflets verts. Superbe nez de Sauvignon, vif, floral, bourgeons, genêt, amande, agrume, poire, pierre à fusil. La bouche est, comme le nez, très vive, ample, avec une ligne acide importante et une légère sucrosité qui balance parfaitement l'ensemble. C'est assez gras, minéral et gourmand avec une belle finale sur des notes de menthe fraîche. Très bien

Lire la suite...


Défilé de tête de veau et de tête à claques

dans la catégorie Inclassables mais classés


Jacque-Chirac.jpgCela ne vous a pas échappé, en ce moment c'est le salon de l'agriculture et du coup tous le monde aime les paysans et les vaches. Il y a encore une semaine, personne ne s'intéressait aux malheurs des producteurs de lait qui crevaient la misère. Depuis ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du Sud de l'Italie, Y a même Giorgio le fils maudit Avec des présents plein les bras, elle va mourir la Mama. Y sont tous venus voir les vaches et les veaux de Français. Comme tu es un citadin, je m'en vais te dire ce qu'est une vache et un veau. Le veau est un animal tout mignon, fruit des amours de la vache avec l’inséminateur, il mesure plusieurs centimètres, pèse plusieurs kilos et se nourrit de lait de vache, qu’il consomme en général directement à la source, sans même se le verser dans un bol ni y adjoindre du nesquick ou des corn-flakes car il n’aime pas ça. Par contre, la vache est comme les Jamaïcains, elle préfère l'herbe qui est préférable aux compléments alimentaires protéinés qui la rendait folle de folie, la beuh aussi, mais je préfère rire après avoir mangé une vache mais sauf pas les cornes.

Lire la suite...


Coteaux du Languedoc Pic St loup "Les Glorieuses" 2000 Clos Marie

dans la catégorie Notre vin quotidien


Coteaux du Languedoc Pic St loup "Les Glorieuses" 2000 Clos Marie

closmarieGlor.jpg
70% Grenache + Syrah et Mourvèdre.Robe presque noire. Nez assez fin, animal à l'ouverture, petit côté vernis qui disparait à l'aération, typé VDN, chocolat, cerise, figue, garrigue, olive noire. L'attaque est un peu chaude (Alcool), puis les tannins, assez fins, enrobent la bouche. C'est gourmand, très grenache sudiste avec une belle fraicheur et une finale longue sur le café. Très Bien

Lire la suite...


Le Grand Jury au banc des accusés

dans la catégorie Inclassables mais classés


Aveugle.jpg

« 15 dégustateurs de haut niveau, dégustant à l’aveugle, ne peuvent pas se tromper ensemble, au même moment, au même endroit, sur un même vin ».

Créé en 1996 par François Mauss, le GJE se veut une alternative sur la cotation des grands vins du monde par rapport aux notes individuelles des meilleurs critiques mondiaux, particulièrement les Anglo-saxons dont le GJE adopte la méthode de cotation sur 100 points pour faciliter les comparaisons internationales.

Lire la suite...