Leverasoif.com

Archives :

octobre 2013

Cabernott et la quéquette du Graal

dans la catégorie Rencontres Officielles

marginalia-enluminure-etrange-moyen-age-06.jpgPalsambleu, Mordiable et ventre-bouc, je m’en rends compte, subitement, que plusieurs sujets essentiels n’ont encore jamais été abordés ici, l’obsolescence programmée des hommes, le sexe, les personnes qui s’appellent Irène, Nicolas Sarkozy, la faim dans le monde, l'Ermite et la véritable histoire de la quête du Graal par les chevaliers de la table longue. Je vous parle là d'un sujet que les moins de 2.000 ans ne peuvent pas connaitre, une histoire qui a commencé sur le Golgotha, alors que le Christ gisait sur la croix, des soldats romains s'amusaient à le picoter avec une lance. "Vous z'avez pas la chouff?" leur demanda Joseph d'Arimathie qui venait justement d'Arimathie. "C'est du travail de romain ça", dit-il en récupérant le sang du christ dans un gobelet. "Pourquoi tu fais ça?", lui demanda Mohamed Ali, dit Cassius Claius le centurion, parce qu'il volait comme Cendrillon et piquait de l'oseille, je vais boire ce sang et avoir des superpouvoirs, dit Joseph, grâce à Brian Ferry, je trouverais Avalon et la forteresse de Corbénic et j'y cacherais la lance, qui désormais saignera sans fin, un peu comme un Bic qui fuit. J'y dissimulerais aussi le gobelet qui a recueilli le sang du Christ et qui s'appellera désormais le Saint-Graal, parce que je trouve que ce nom, ça fait quand même plus classe que gobelet.

Lire la suite...


Elle me fait Pouët Pouët et Chardon

dans la catégorie Notre vin quotidien

top-champagne-brands-most-searched.jpgDepuis ses origines, le vin de Champagne doit son succès à sa bonne communication, et notamment celle des grandes marques, qui sont devenues des "pros" de la communication et du marketing et rivalisent aujourd’hui d’ingéniosité pour attirer et séduire les consommateurs. Elles ont su créer un plus produit pour allécher le client, elles lancent des cuvées spéciales dans des packagings originaux, elles rivalisent toutes, sur des codes glamour, féminin, jouent sur la marque, le luxe, la fête et le raffinement pour créer une alchimie autour de leurs produits, un attachement à leur marque. Elles savent, à la fois, rester fidèles à la tradition de la maison tout en élargissant la cible de ses consommateurs. Elles mettent en place de somptueuses campagnes de communication et utilisent les nouvelles technologies, comme par exemple les applications Smartphones ou les QR Code. Aujourd'hui, c'est ces grandes marques, ou plutôt son produit, le Champagne qui dicte ses règles au marché et non l'inverse. Ces 300 grandes maisons de Champagne produisent 300 millions de bouteilles par an, exportées dans plus de 190 pays, les stocks sont de 1.000 millions de bouteilles et le vin de Champagne est, soit disant, rare et précieux! "Le coup le plus rusé que le diable ait jamais réussi, ça a été de faire croire à tout le monde qu'il n'existait pas"… Baudelaire via "Usual Suspects".

Moët & Chandon Grand Vintage 2004 champ_moe2004.jpg

Elaboré à partir de 38% de chardonnay, 33% de pinot noir et 29% de pinot meunier, le 2004 a été faiblement dosé (5g/l). Nez de pêche, de poire, viennoiserie, fruits secs, tilleul et épices. La bulle est fine, l'attaque vive, fraiche, la texture est crémeuse, la bouche offre des notes citronnées, acidulées avec une légère présence minérale. Bien+

Chips et Open Barolo chez Vico

dans la catégorie Notre vin quotidien

chips.jpgLe vin est le miroir des hommes, dit un proverbe grec, les hommes sont comme les vins, avec le temps, les bons s’améliorent et les mauvais s’aigrissent, ajoutait Cicéron, très carré pour l'occasion. Comme les hommes, le vin est changeant, chaque bouteille est un rendez-vous particulier, avec le vin, avec celui qui l’a fait et surtout avec celui qui partage la bouteille. Une même bouteille peut me procurer des sensations très différentes selon mes dispositions, la saison, les gens avec qui je déguste, la température ambiante, le carafage, le verre ou l'âge du capitaine... D’où la difficulté d’en faire l’analyse. Le vin est vivant, ce qui veut dire qu’il peut aussi être en forme, momentanément sur la réserve, fatigué ou même définitivement mort. Il faut donc être prudent avant d’encenser ou de démonter un vin. En principe, goûter, c’est de se conformer à son propre plaisir, à sa propre intuition sans se laisser influencer par autrui, avec détachement, une absence de professionnalisme, en quelques sortes, une aptitude à sentir, à discerner les beautés et les défauts d’un vin, à formuler un jugement personnel, ce qui n’est pas toujours simple. C'est une question de pratique, d'expérience, de mémoire et d'humilité. J'avais déjà gouté ce Barolo 2008 de Giacomo Vico, dans une soirée aussi festive que paëllesque, autour d'une piscine, je l'avais trouvé fluet, sans grand intérêt, et, sans y prendre garde, je me trompais. Dégusté seul, il a révélé ses qualités, sans esbroufe ajoutée, en douceur, comme pour démontrer qu'il n'est pas besoin d'être affranchi, de dormir avec une tête de cheval ou de se retrouver avec deux sabots en béton armé pour changer d'avis.

Barolo 2008 Giacomo Vicogiacomo-vico_Barolo.jpg

Servi frais, le vin mettra quelques minutes à monter en température et à délivrer de belles notes de cerise, de framboise, de tabac, de sauce soja, de goudron, de rose et de cèdre. La bouche est élégante, fine, un rien Bourguignonne, doucement, les tannins reviennent à la surface, amplifient la bouche et l'acidité tend la finale truffée. Ce n'est pas un Barolo très typé, aucune dureté, sa douceur et sa finesse le rendent agréable dès aujourd'hui.

C'est un fameux trois Mas d'Espanet

dans la catégorie Notre vin quotidien

mas-espanet-1.jpgLes vieilles rengaines ont la vie dure, hisse et ho, Santiano! Dix-huit nœuds, quatre cent tonneaux… Et je ne suis pas particulièrement fier de cette intro. Les refrains populaires, comme les rumeurs, connus de tous, lassent à force d'être ressassées. On parle, ici et là, du Mas d'Espanet, un domaine perdu en pays d'Oc, dans le massif des Lens, niché dans la garrigue, au milieu de nulle part, un Domaine qui ferait d'excellent vins qui valent le détour. Denys Armand s'est installé là, en 1980, pour redonner vie à ce domaine laissé à l'abandon depuis plusieurs années. En 1999 la cave est restaurée, les anciennes bergeries sont transformées en chai à barriques et 15 hectares sont vinifiés. Le mistral, les nuits froides, la volonté de laisser le terroir s'exprimer, l’approche naturelle de la culture de la vigne, des vendanges naturelles, une vinification traditionnelle avec égrappage, tout est mis en œuvre pour faire de la qualité et la cuvée Camille, le fleuron du domaine, a été baptisé "le Montrachet des Cévennes". Alors, révélation, rumeur ou intox? Parfois, la rumeur est une vérité qui se promène comme un mensonge…

Vin de Pays d'Oc Camille 2007 Mas d'Espanetcamille-espanet-2007.jpg

Assemblage de Grenache blanc à 40 %, de Sauvignon à 40 % et de Chenin à 10%. Robe dorée, cuivrée, des arômes puissants, exubérant, fermentaires, évoluant dans un registre oxydatif, de mirabelle, de coing, de miel, de noix, de fruits secs, de noisette grillée et d'épices. En bouche, c'est ample, volumineux, peut-être bien trop gras, difficile à déguster en l'état, je cherche la finesse sous cette opulence, quelques notes minérales, une grande allonge oxydative et une légère amertume en finale. Je reste dubitatif devant tant de matière, face à cette trame oxydative, déclin ou excès de matière? Bien

Si mon père savait ça…

dans la catégorie Notre vin quotidien

SponsoringSi mon père savait à quoi j'en suis réduit pour faire pérenniser ce blog, j'ose m'hasarder dans un lieu de perdition où je ne me suis plus aventuré depuis belle lurette et demi, le web marchant sponsorisé. Finit le web à papa, celui des beatniks contestataires qui pensaient que la toile était un lieu d’échange, de créativité et de gratuité. Aujourd'hui, on te classe en fonction de ton CA ou de tes échanges de liens. Mon père disait qu'il n'y avait pas de sot métier, alors, je me suis dit que j'étais bien d'accord pour gagner en quelques minutes, ce que gagne un pauvre smicard en quelques années de dur labeur, en échange de quelques lignes mal torchées et suffisantes sur la dernière bouteille à la mode. Mon père disait que l'argent n'avait pas d'odeur, et, même si un billet de parrainage, ce n'est pas encore la prime de fin d’année d’un patron du CAC40, l’idée est identique, quelques zéro en moins, et ma petite entreprise qui connait la crise. Crise ou pas crise, au début, j'étais un peu réticent, mais mon père me disait souvent que quand faut y aller, donne le meilleur de toi-même et les vaches seront bien gardées, alors, j'ai mis mon éthique sous le bras gauche, ma déontologie sous la fesse droite et j'ai foncé. Mon père disait souvent qu'on ne pouvait pas apprendre à un cul de jatte à faire des claquettes, même s'il en avait très envie, alors, forcément, si tu es un célèbre annonceur qui a réussi à s'acheter une Rolex, tu te demandes si je suis sérieux et si je ne vais pas faire des tas de jeux de mots idiots, en Boukistanais avec des vrais morceaux de panda roux dedans, que nenni, je sais me tenir, je n'ai pas seulement été nourri, j’ai aussi été élevé, mais là, j’aimerais surtout être nourri, voire même engraissé. Bon, je me lance…

Lire la suite...


1855, La faillite nous voilà

dans la catégorie Inclassables mais classés

logo1855.jpgIl y a bien longtemps que je n'achète plus de vins via 1855.com, au moins 5 ou 6 ans, je n'ai d'ailleurs jamais été un bon client du site et sans être exagérément persifleur et taquin, c'est pas mon genre, je me délecte de voir ce qui ressemble à un mouvement de panique chez 1855.com. Après avoir été condamné par la justice, une partie de leur stock saisi, après avoir vu leur gros actionnaire prendre ses jambes à son cou et après avoir vu leur grande opération promotionnelle annuelle tournée au vide grenier, -70% sur certains vins, des vins moins chers qu'à la propriété, les vignerons devaient être ravis, les voilà placé en redressement judiciaire. On ne voit plus bien quelle pirouette cacahouète pourra sauver de la faillite et des poursuites, le tonneau des Danaïdes des aigrefins du vin fin.

Lire la suite...


Les bons sentiments d'un fils de pub

dans la catégorie Inclassables mais classés

fils_de_pub.jpgC’est bientôt l’hiver, du moins, c'est ce que l'on nous annonce. Les premiers frimas, l'envie de se blottir les uns contre les autres, bien au chaud, une façon de se protéger, d’exorciser la crise, les angoisses, le chômage et son cortège de misère, la marine nationale, les boucliers fiscaux qui ne protègent que les nantis, les vilains Roms et les gentils bijoutiers, à moins que ça ne soit l'inverse. Une envie de bons sentiments, de se dire que l'homme est un loulou pour l'homme. De Flaubert à André Gide en passant par Nathalie Kosciusko-Morizet, l’expression "bons sentiments" a été dépréciée, résolument critique et péjorative, tous, ouvrent le feu contre la bêtise sentimentaliste, contre la confusion des tendresses, les effusions nuisibles et les ivresses affectives puériles, préférant les tous pour uns, tous pourris! Les rendements ont remplacé les sentiments.

Lire la suite...


Les lundis se cachent pour pourrir

dans la catégorie Notre vin quotidien

meeting.jpgLe lundi matin arrive avec son cortège de réunion stratégie inutile, de brainstroming stérile comme une salle d'opération, de débriefing superflu, des heures, coincé dans une cage à écouter un guignol, au regard de junkie cocaïné perfusé à la caféine directement dans le nerf optique, déblatérer sur les nouvelles normes comptables ou la refonte des futurs organigrammes relationnels et décisionnels, un clown à la cravate de Mickey qui n'est là que pour démontrer sa maîtrise sidérale des scroll-up sous Powerpoint avec fusion intégrale dans un ERP sous Embedded Linux. Pour la procrastination comme pour la schizophrénie, le plus important est de bien choisir ses commutations cognitives. Avec le temps, j'ai développé plusieurs techniques pour oublier le stress d'une réunion chiante, quelques SMS d'insultes, le traitement de mes mails, une partie de dame sur mon IPhone, une bataille navale par langage de signes, une fausse alerte incendie pour prévenir un décrochage intempestif de maxillaire ou le choc frontal de l’occiput écrasant mon gobelet de café froid, et même la technique de la boulette, l’excavation de déjections nasales séchées qui vous tirent une larme chaque fois que le trésor organique entraîne l’arrachage fortuit d’un cil vibratile. Jouissif! Mais la seule technique qui me satisfasse, c'est de rédiger une petite note absurde et le commentaire inutile des deux pauvres vins de mon week-end.

St Estèphe château Haut-Marbuzet 2005haut-marbuzet.jpg

50% Cabernet Sauvignon, 40% Merlot et 10% Cabernet Franc. Le nez est puissant et assez monolithique, beaucoup de cèdre, des fruits noirs et des épices douces. La bouche est onctueuse, un rien sauvage, les tannins sont accrocheurs et la petite fraicheur finale fait un peu de bien. Pas trop mal en l'état, mais, après quelques heures, une piqure acétique très désagréable le rend presque imbuvable.

Rhône Côté-Rôtie 2006 Clusel-RochCluselRoch_CRotie.jpg

96% Syrah 4% Viognier, élevage de 24 mois en fûts de chêne (15% neuf), pas de filtration. Beau nez de cassis, de mûre, de cannelle, de musc, de chocolat noir et quelques notes notes animales et fumées. La bouche possède de la puissance, une force tannique mais aussi de la finesse et une belle fraîcheur qui ponctue la longue finale cacaotée. Très bien

La poubelle pour aller danser

dans la catégorie Inclassables mais classés

blogdefille.jpgA cause d’une actualité internationale par trop misanthropogène et une oligurie insistante, je vous ai un peu abandonné ces derniers temps, mais peut-on m'accuser d'avoir fauté si mon méat coule pas. Pendant cette période, je me baladais, le cœur ouvert à l'inconnu, j'avais envie de dire bonjour à n'importe qui et n'importe qui fût un blog de fille, j’en ai rapporté quelques idées originales et chatoyantes. Le blog en question s'intitule: "ma vie de radasse" et ça porte assez bien son nom. Un blog plein d'articles de mode, de Justin Bieber, de robe, de chaussure et parfois même de chatons roux. Parfois, elle aborde des sujets vachement existentiels, comme: pourquoi les mères se font lifter, alors que les filles se font plastifier? J'aurai tendance à répondre que c'est pour la même raison: "se faire tirer" mais je ne suis pas bien sûr que ma réponse lui plaise. Cela dit, contrairement à nous, ces balbutiements péremptoires génèrent beaucoup de commentaires, quelques exemples:

Lire la suite...


Aussie taudis, aussitôt fake

dans la catégorie Rencontres Amicales

surfeuse-en-string.jpgParmi les questions existentielles que je me pose tous les matins en me rasant, il y a celle de l'existence de dieu et celle de l'existence de l'Australie. Certains scientifiques, souvent après une bonne mine au pastis, mettent en doute la réalité de ce pays, ce serait une supercherie destinée à cacher qu’en réalité, Ptolémée, Galilée et Orelsan se sont plantés, la terre est plate comme un planche de surf. Vous allez me rétorquer, oui, je connais le frère du cousin de teckel de ma copine, il y est allé en vacance et il a vu Roger Federer qui a quand même gagné 7 fois l'open d'Australie, Cadel Evans, il n'a pas gagné le Tour de France? C'est une preuve ou du boudin! Peut-être, enfin, est-ce quelqu’un l’a déjà vu rouler en tête d'un peloton le Cadel? Non, c’est ce qu’on essaie de nous faire croire, la supercherie est extrêmement bien orchestrée, mais comme le dit souvent un ami hardeur, moustachu de St jean, "plus c’est gros, plus ça passe".

Lire la suite...