Leverasoif.com

Archives :

avril 2014

Un Corbières sans faux col

dans la catégorie Notre vin quotidien

Portel_Notre-Dame_des_Oubiels.jpgDes portes de Carcassonne aux étangs de Leucate et de Narbonne, des contreforts des Pyrénées au pied de la Montagne Noire, sur une surface de 11.800 hectares, les Corbières sont, en superficie, la plus grande appellation du Languedoc. C'est sans doute la seule activité agricole possible dans cette région aride où la culture de la vigne remonte au 2ème siècle avant Jésus-Christ. Ici aussi, ce sont les moines, sous la protection des cathares, qui ont développé la vigne, dans les abbayes de Lagrasse, Caunes-Minervois, Fontfroide et de Saint-Hilaire. Dans sa croisade contre les Albigeois, Henri de Beaujeu, occupa ses troupes à arracher les vignes, à faire un désert de l'un des plus beaux pays du monde. Le Prince Noir fit pareil pendant la guerre de Cent Ans. Mais, dans le massif des Corbières, le vin est une affaire de tradition et de passion, on a replanté la vigne. Le relief est accidenté, délimité par trois massifs, fait de bassins et de versants. Le vignoble est segmenté en 11 terroirs distincts. Pour le vigneron, ça implique une variété de sols, de microclimats, et de méthodes, pour le visiteur, ce sont des paysages d’une diversité surprenante. Le climat est dominé par l’influence méditerranéenne, sec, ensoleillé et chaud, que l’on retrouve dans une végétation typique de garrigue. Les Corbières produisent environ 550.000 hectolitres par an sur des sols de schiste, de grès, de calcaire ou de marnes. En rouge, plusieurs cépages sont utilisés, le Carignan, le Grenache, le Lledoner pelut, le mourvèdre et la syrah. Les cépages Cinsault, Grenache, Picpoul et Terret sont accessoires. Les Corbières sont des vins charnus, puissant, parfois rustique avec un grand potentiel de garde. Ils sont aussi caractérisés par des arômes de torréfaction, surtout sur les terroirs orientaux qui assurent une grande maturité au raisin par l’exceptionnel ensoleillement méditerranéen et les étés secs.

Corbières Cuvée Romain Pauc 2002 La Voulte Gasparetsvoulte-gasparets-romain-pauc.jpg

50% Carignan, 25% Grenache et 25% Mourvèdre. La dernière bouteille d'une longue série qui va s'exprimer différemment que lors de mes dernières dégustations. Une robe foncée avec quelques reflets acajou. Un nez très typé Corbières, expressif, de cerise noire, de pruneau, de tabac, de chocolat, d'encre, d'olive noire, de laurier, de garrigue et une touche de cuir. La bouche est un peu fuyante, marquée par l'alcool, minérale, un peu mince, les tannins sont poudreux, on dirait qu'ils sont sur le départ. La finale, sur de beaux amers, est agréable mais manque d'élégance. La rusticité typique de l'appellation ou les limites de vieillissement d'un petit millésime? Corbières qui mousse n'amasse pas Picpoul. Bien

Qui Petrus Chiroubles

dans la catégorie Inclassables mais classés

Petite recette de sangria pour l'apéro des vacances.


Quand les cochons se rentrent dans le lard … les canards restent dans leur coin

dans la catégorie Rencontres Officielles

Da_Vinci_cochon_humour.jpgJe hais les cochons, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je hais les cochons. Non pas que cette boule de couenne rosâtre me rappelle mes premiers émois, dans la grange de l'oncle de Peggy, la fille aînée du charcutier, rose des genoux à la tête, même les yeux, une Heidi cochonne et cocaïnée qui tentait de faire passer son cousin Gunther et son cor de chasse pour du trash métal. Je me dis que parfois, il vaut mieux attraper la grippe cochonne que prendre une cochonne en grippe. C'était bon et flippant à la fois, quand j’y repense, mais non, je n’aime pas les cochons. Pas même les bruns, même pas les sangliers. Un bon copain, qui comme tout le monde aime la littérature romantique et frapper sa femme les soirs de biture, me posait cette question. Pourquoi donc cette haine envers l'un des meilleurs amis de l’homme? Pourquoi cette animosité envers cet animal éminemment sympathique? Pourquoi ne l'aimes-tu pas alors que chez lui, tout est bon? Même le groin et les oreilles. Premièrement, le cochon n'est pas le meilleur ami de l’homme, même le chien ne l'est pas, pas plus que le cheval, le meilleur ami de l’homme reste, comme tout Soiffard qui se respecte le sait, un Chambertin Clos de Bèze servi sur un colvert bien faisandé. Deuxièmement, Il ne s’agit nullement d’une haine secrète que je dévoile au grand jour suite à un horrible rencontre avec des gorets aux yeux vitriolés et à la couenne graisseuse, non il s’agit d’un constat froid et inébranlable, le même constat qui me fait haïr les pandas roux, les fans d'Obispo et les férus de signe chinois. D'ailleurs, je préviens les personnes nées durant l’année du cochon, même si elles sont grasses, avec une queue en tire-bouchon et de couleur rose, que si elles souhaitent devenir parents d’un petit cochon de lait, et c’est un vœu légitime, d’attendre la fin de ce compte rendu avant de faire leurs cochonneries, merci.

Lire la suite...


Blues en sole mineur

dans la catégorie Notre vin quotidien

le-bassin-de-longwy.jpgJ'avais à peine quitté les brumes de Lorraine que déjà l’accent du coin me manquait, comme les vapeurs de l'industrialisation sidérurgique galopante, c’était croquignolesque. Petit, je me souviens d'avoir vu passer le Général de Gaulle dans une Simca décapotable. Une rock star, le grand Charles, dans sa tournée monumentale, l'homme de Colombey entretenait une relation passionnelle avec la Lorraine. Cette région était une mosaïque, née des hasards de l’Histoire et des exigences des marchands de fer. C'était un bazar géant où se côtoyaient les italiens, les espagnols, les portugais, les hongrois, polonais, algériens, marocains, arméniens, même des bretons et des Auvergnats… On parlait Kabyles, on buvait le pastis pur, comme du raki, en fumant des Gitanes, plein de Gitanes, des Cool menthols aussi. C'est dans ce souk que nous trainions précieusement nos semelles, sans savoir que l'on trainait aussi quelques bribes de la civilisation d’Homère, d'Épictète, de Sénèque, de Spinoza, d’Avicenne, d'Averroès, de Kateb Yacine, de Mohammed Arkoun, de Descartes, de Montesquieu, de Copernic de Marie Skłodowska-Curie et d’Atatürk. Quelques gouttes de méditerranée et d'ailleurs. C'est ici qu'un petit Président de la République, le 6é Président de la cinquième république, celui qui voulait foudroyer la nationalité trop fraîche des envahisseurs, est venu faire des promesses que son successeur n'a jamais tenu. Alors, tu penses bien qu'ici, on les emmerde, les sixième et septième Président de la cinquième république, tellement qu'ils ont voté contre leur histoire, contre leurs parents, contre l'immigration qui les a vu naitre. Ici, le FN recrute à la chaine. Sole-au-citron-confit.jpgC'est aussi ici que j'ai appris à aimer le poisson et le vin de France et d'ailleurs. Avant, le rouget me donnait des rougeurs, manger du St Pierre était un martyr et je me battais en duel avec l'omble chevalier. Devant une sole, j'étais un peu comme une poule en arrêt devant un ouvre-boite. C'est là que j'ai appris le filetage de la sole, une découpe qui a disparu avec le solex, c'est là que j'ai appris à cuisiner le poisson, à aimer le poisson, au cœur de cette Lorraine de fer, là où maintenant, les restaurants qui servaient de magnifique couscous sont devenu des McDo. Le cœur d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur d’un mortel, chantait Baudelaire. La nostalgie, c'est comme les coups de soleil, ça fait pas mal pendant, ça fait mal le soir, et le Clos Floridène n'y changera rien.

Graves Clos Floridène 2004clos_floridene.jpg

Un nez plutôt agréable malgré une évolution certaine, miel, épices, poire, pamplemousse, eau de vie, feuille morte, menthol forment un bouquet assez complexe. La bouche est grasse, plutôt boisée, même si c'est fondu, l'acidité n'est pas très présente et la finale est longue et épicée. Un Graves un peu dépassé, comme la Lorraine. Bien

Langue de pute mais pas langue de bois

dans la catégorie Notre vin quotidien

langue_de_veau.jpgUne langue est un organe sexuel dont certains dégénérés se servent pour communiquer. Dans ce cas, il en existe plusieurs, mais c'est quand même la française la plus simple car nous pouvons la comprendre, contrairement à l'allemand ou au Boukistanais que l'on doit étudier des années pour un résultat assez médiocre. Sans être mauvaise langue pour autant, mon pote Ranulphe, qui ne sait tenir sa langue, répète souvent, "il n'y a pas de mauvaises langues, il n'y a que de mauvaises filles". Cela dit, je reste muet d’admiration devant les Espagnols. Non pas que leur langue soit meilleur que la mienne, un paquet de filles ont eu du plaisir à l'écoute de ma langue de Molière, les espingouins ne peuvent rivaliser, ils parlent trop vite, il prononce les B comme les V et les V comme les B, et cela nuit à leur réputation de Don Juan. Mais ils sont forts en Tennis, en dopage et en invention de n'importe quoi. J'ai failli avaler ma langue en découvrant que les chercheurs de l’Université Polytechnique de Valencia (IDM-UPV) ont mis au point une langue électronique capable de détecter et quantifier la présence de TNT dans les sols. Cette invention devrait faire un malheur dans les pays en guerre, elle permettra surement de déminer les sols. Et c’est tant mieux! Mais ils ont aussi mis au point une langue, tout aussi électronique, qui peut mesurer la maturation du raisin et qui permettra de déterminer, avec précision, le moment idéal pour les vendanges. Ces mêmes chercheurs travaillent aussi sur une langue capable de contrôler la fermentation du raisin dans les cuves. A quand une langue qui remplace la langue chargée des dégustateurs et écrit les comptes rendus? A ce rythme-là, les œnologues seront au chômage et moi, je pourrais aller prendre langue ailleurs. Moi, je dis bravo les matadors de la langue, vous méritez la queue et les oreilles pour vos inventions à la con. Vous auriez mieux fait de tourner sept fois votre langue dans votre douche avant de pondre de telles conneries. Une langue électronique! Et pourquoi pas un trou de balle magnétique? Pour me remettre de mes émotions, puisque j'avais la langue un peu sèche, vous savez ce que j'ai ouvert pour accompagner une langue de veau? Vous donnez votre langue aux chattes? Un petit Bonneau, un petit vin, un grand vigneron à la langue bien pendue qui leur dirait, aux Espagnols, où ils peuvent mettre leur langue… No comment, ça c’est vraiment bon!

Vin de Table de France Les Rouliers Henri Bonneau et Filsbonneau_les_rouliers.jpg

Ce duo Grenache-Cinsault est issu d'une parcelle du Gard achetée au début des années 2000 par le maître incontesté du grenache. Un vin de table, achetée il y a au moins 5 ou 6 ans, et qui a parfaitement mûri dans ma cave. Un beau bouquet de fleurs, violette et rose, un panier de fruit, mûre, pruneau, fraise, un peu de chocolat, de la cerise à l'eau de vie et une touche de poivre de Sarawak. Un nez comme ça, ça vaut toutes les langues. En bouche, c'est frais, puissant et texturé, tout en dentelles avec une finale, comment dire, je l'ai sur le bout de la langue… Intrigante et mentholée. Une bouche comme ça, ça vaut toutes les langues, fussent-elles Espingouinnes. Touche pas au grisbi, s…. (*)

(*) L'espingoin est une expression que l'on doit à Albert Simonin dans "touchez pas au grisbi". C'est une contraction d'espagnol et de pingouin. (Il parlait de la langue espagnole). Il a usé d'un dérivé avec des espingos qui jaspinaient l'espingoin. Mais elle a été rendue célèbre par George Lautner dans le cultissime film "les tontons flingueurs" et la non moins cultissime scène de la cuisine.


Déchets de chai, la poubelle pour aller danser

dans la catégorie Notre vin quotidien

poubelles-tri-selectif.jpgÇa ne m'arrive pas souvent, mais, la semaine dernière, je suis allé à la déchèterie, un bête problème de trop plein de bouteille vide. J'en ai profité pour faire le ménage dans mon foutoir. J'en ai également profité pour tirer le fil de cette réflexion… Y’a de la ferraille ici, du plastic là, du carton là-dedans, des bouteilles ici? Qu'est-ce que je fais des livres de Marc Levy? Et de cette bouteille de lait en carton qui ressemble à du plastique? Ça va dans quel container? Aucune idée! Bon allez, je la remmène, ça me fera une boîte de plus où ranger des vis ou ce que je n’ai pas réussi à trier. Déjà, les poubelles vertes, les poubelles jaunes, les poubelles fuchsia, ce n'est pas toujours facile, mais, pour maitriser la déchèterie, faut avoir bac+12. Je sais pas comment ils font leur bordel. Faut pas laisser les bouchons sur les bouteilles qui me dit, le type qui ressemble à un étron de poney, il m'énerve grave à donf. Déjà, avec cette tête de pine, il devrait se jeter direct dans la première benne venue et pas me casser les couilles. Qu’est-ce que tu veux que j'en foute gros batard de boloss? Je les balance discrètement par-dessus le grillage, enfouissement express. Quand les archéologues feront des fouilles dans 3 mille ans, ils se demanderont à quoi ça servait d’avoir des bouchons sans bouteille. Et les présos, j'en fait quoi? Comment ça se passe? Sans me vanter, y’a du déchet atomique là-dedans. La cyprine de rouquine, ça attaque les métaux. Faut faire gaffe. Et les jouets, quel gâchis! On devrait les envoyer aux petits nafricains, des poupées sans bras et sans jambe, ils pourraient s’identifier direct. Y dise que c'est la crise, mais on continue à produire plus de 30 kg d'ordures ménagères par an et par habitant, normalement, en temps de crise, tu bouffes les épluchures de patates, tu les balances pas!

Lire la suite...


Les comptes, quand on les conte, ressemblent à des comptoirs

dans la catégorie Rencontres Amicales

comptable.jpgIl parait que les bons comptes font les bons vomis, et, pour n’avoir de comptes à rendre à personne, il faut que les comptes soient ronds. Cette semaine, c’était donc ma semaine compte, décompte, escompte, acompte et recompte des laissé-pour-compte annuels. Bref, j’ai fait les comptes, réglé son compte à l’ami Rage qui a eu droit à son compte d‘apothicaire avant que je ne liquide les comptes et le Sandscrub de l’Australo. Pour que ça compte, en matière de compte, ce qui compte, c’est d’éviter les règlements de comptes. C’est comme pour bien boire, en fin de compte, pour passer une bonne soirée, il faut savoir compter... sur les autres. Compte tenu des circonstances, une bonne dizaine de quilles ont encaissé leur solde de tout compte et sont passées par pertes et profits. Je ne sais pas comment j’ai fait mon compte, mais, en fin de compte, mon compte était bon, j’étais liquidé, presque liquéfié, incapable de rendre des comptes, de pondre un compte-rendu moins ennuyeux qu’un rapport de la Cour des comptes. Mais, l’important, en matière de compta, c’est de savoir qu’il n’y a que trois opinions dont il faut tenir le plus grand compte, la mienne, la mienne... et la bonne, puisqu’il ne faut compter que sur soi-même. Et encore, pas beaucoup.

Lire la suite...


Ni Dieu ni maître, même nageur…

dans la catégorie Inclassables mais classés


Desproges.jpgLe titre, ça aurait pu être du Desproges, mais c'est du Jean Yanne … Le même humour grinçant, du second degré quand ce n'est pas du troisième, voire plus. Je suis un fan absolu de Jean Yanne et de Pierre Desproges, le Sarkosisme, le mariage pour tous, les frasques de DSK, ils auraient beaucoup aimé, mais Jean Yanne, comme Pierre Desproges sont morts. Étonnant, non? Desproges, emporté un 18 avril (déjà 26 ans) par un cancer dont il avait réussi à nous en faire rire. Les époques ont les comiques qu'elles méritent, ne vous demandez plus pourquoi vous riez aussi peu aujourd'hui. Du Tribunal des flagrants délires en passant par ses one-man-shows, ses écrits ou ses apparitions télévisuelles, Desproges passait l'actualité au crible de sa plume acérée au vitriol. "La seule conscience politique que j'ai, c'est de tenir à ne pas en avoir, pas du tout par lâcheté, c'est parce que je n'ai jamais pu m'apercevoir que la gauche était mieux que la droite que les rouges étaient mieux que les noirs". Il tapait sur tout ce qui bougeait, sans état d'âme, "J'essaie de ne pas vivre en contradiction avec les idées que je ne défends pas".

Lire la suite...


L'immortelle randonnée d'un vieux sanglier

dans la catégorie Rencontres Amicales

Rando_Sanglier1.JPGAlors, prêt? C’est le grand départ, enfin quand Rage sera là puisqu'encore une fois, c'est lui qui est en retard. Les chaussures de marche sont affutées comme des babouches, les caleçons repassés et les verres avinés. C'est parti pour la marche de l'Ermite âgé. L'Ascète de service nous emmène dans sa forêt enchantée, fier et impatient d'en découdre avec ce sanglier qui lui avait reniflé les gonades, le jour où il avait décidé d'escalader la face nord de sa nouvelle copine de bécane. Purée, ça fait un mois qu’il me gonfle avec ses "Non, mais l’important, en rando, c’est de voyager léger. Moi, j'emmène que l’essentiel, rien que l’essentiel, un tire-bouchon, un verre, Je suis un mec comme ça moi, je n’ai besoin que d’un sentier, de l'air frais et de beaucoup de vins." Bon, il a quand même prévu une tente quetchua au cas où il se perdrait, il la déplie en deux secondes, c'est sûr, mais il lui faut une plombe pour la replier, rapport à ses mains palmées et sa fascination pour les tortus ninjas. Il a laissé tomber le Redbull pour un très jeune St Chinian, c'est sa boisson énergisante à lui. Il a aussi prévu une chaise pliante, il tient à son confort pour l'apéro, on dirait Bidochon en vacance. Il n'a pas écouté mon conseil, apprendre l’harmonica, il préfère emporter sa gratte. Quand il entonne: " Moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui je suis le gardien de l'ivresse de ses nuits, Je l'aide à vomir…" J'ai juste envie de le finir à l'opinel.

Lire la suite...


Piège de cristal en Beaujolais, une Dejourneys en enfer

dans la catégorie La tournée des vignes

DieHard.jpgCelui qui ne se lève pas avec le soleil ne jouit pas de la journée. Cette citation n'est pas de l'Ermite jouisseur, ni de John McClane, mais de Miguel de Cervantès, l'homme qui ne connaissait rien au Beaujolais, puisqu'il se battait contre des moulins à vent alors que les boire, c'est quand même mieux. Un blitz en Bourgogne, c'est une Desjourneys particulière, surtout quand Fabien Duperray est au programme. Départ à l'aube, Rage est en retard, environ 17 secondes, on récupère notre sauveur du monde à nous, l'Ermite de St Jean, notre John McLane, celui qu'est malin comme une armée de douze singes, le cinquième élément de notre groupe, un chacal qui a un sixième sens en matière de Lynch Bages, celui qui sait détecter les pièges de cristal, même en eau trouble et même à travers de la pulpe fictive, le dernier recours face à notre voisin le tueur, un homme presque parfait, le dernier samaritain, qui n'a qu'une devise: boire et déboires! Avec lui, c'est une Dejourneys en enfer assuré. On récupère son inséparable acolyte, j'ai bien dit acolyte, et nez en moins compère, le foufund, comme il aime l'appeler. 3h30 plus tard, même pas retardé par une armée de retraité en goguette, pile à l'heure on débarque au Domaine Matrot à Meursault.

Lire la suite...


10h47 (ce titre est susceptible de changer d'une minute à l'autre)

dans la catégorie Notre vin quotidien

Bright IdeaL'inspiration, c'est quand même un peu n'importe quoi. Ce n'est pas vraiment fiable comme truc. Par exemple, hier, je suis allé au coiffeur, je sais, on dit chez le coiffeur, mais comme j'ai une panne d'inspiration, je tente vainement de gagner du temps, mais c'est pas facile. Bref, mon merlan, il est bavard comme une poissonnière qui rêve d'être capillicultrice. En principe, quand tu vas chez ton coiffeur, tu as généralement des conversations engagées sur la météo, le football, les vacances au camping des flots bleus voire, les soldes chez Marionnaud, alors qu'assez rarement, tu badines sur les contraintes expérimentales sur les modèles avec champ scalaire léger en cosmologie et physique des particules, tu n'as pas le temps de développer vraiment. Mais hier, rien de cela, le merlan m'a dit: "c'est qui qu'à gagné les élections?" J'ai répondu: "je sais pas, j'ai pas voté". Il a dit: "moi non plus, c'est tous des cons", j'ai dit "oui, c'est bien leur genre", il m'a dit "je vous les coupe comment ?" j'ai dit "comme la dernière fois" et j'ai vite regretté. Mon esprit s'est mis à vagabonder par monts et par vaux et j'ai laissé le Merlan œuvrer en imaginant une bonne vingtaine de sujet indispensables à ce blog, une foultitude d'idées géniales pour alimenter ce leverasoif qui ne se tarit pas d'horloge. Par timidité, je n'ai pas osé prendre des notes pendant que le gratte-couenne finissait de couper mes cheveux en quatre. Deux heures plus tard, je me suis retrouvé devant mon Vaio, et là, la panne de sens, plus rien, rien, nothing, nada, walou, nichts, τίποτα, niets, ou alors... Non, même pas, jamais, tient un Jamet, pourquoi pas… Jamet_fructus-voluptas.jpg

Côte-Rôtie Fructus Voluptas 2008 Domaine Jamet

Un nez lardé, fumé, poivre, cassis et mûre. Une bouche légère, très épicée, sur le poivre blanc, vive, agile, fraiche, des tannins fins et une belle persistance acidulée. Pas inoubliable, mais gouleyant et bien fait. Bien

Du piment dans le carnet de bal

dans la catégorie Rencontres Amicales

ÇÇa fait quelques semaines que Chockwine et moi, on se dit qu'il faudrait qu'on se mitonne un bon curry. Mais attention, pas un Curry à l'Alsacienne, avec des lardons et de la choucroute, pas un Curry de resto indien de seconde zone, un vrai, pilonné à la main, himself. Je vais quelques fois dans un bon resto indien, avec le Rage, je m'enfile, comme des fraise tagada, quelques bières indiennes, un poulet tandoori, un curry d’agneau, deux cheese nan au fromage, un mauvais rouge, pendant que le Rage compulse frénétiquement son porno préféré, la très spéciale édition "copulation pimentée". Le problème, c'est que j'ai une confiance assez limitée dans les indiens, je vous rappelle que les indiens boivent l’eau du Gange sans crever, ça explique quand même deux trois trucs quant à leur métabolisme de dégénérés. Donc, je profite que le Chockwine revienne d'un voyage chez les Viêt-Cong pour mettre du piment dans notre couple. Rien que d'imaginer un pti viet et son pousse-pousse poussif transporter le quintal bien tassé de l'ami Christian, je me pisse sur les mocassins et j'invite quelques Soiffards à constater les dégâts.

Lire la suite...


Petites bombes et grosses cartouches, itinéraire d’un servant de mèche

dans la catégorie Rencontres Officielles

PrintJe me suis souvent demandé pourquoi les bouteilles de vins avaient le cul bombé vers l’intérieur et pas les bouteilles d’eau. Dénommé piqûre par les sommeliers, ce creux a été pensé pour deux raisons. D’abord pour donner l’impression qu’une bouteille de 75 cl possède une capacité plus grande. En effet, si elle avait un fond plat, la bouteille serait moins haute. Ensuite, les sommeliers utilisent ce creux pour y placer le pouce lorsqu’ils versent le liquide. Un pouce dans le cul assure la stabilité, il parait… Cette technique, inventée au IVe siècle, s’est généralisée à tous les types de bouteilles. A une exception près, celle du champagne Roederer, cuvée Cristal. Son fond plat est une exigence du tsar Alexandre II (1855) qui craignait que l’on cache une charge explosive dans le culot. Il avait peur que le Cristal soit une bombe vineuse alors qu’on sait tous que c’est une méthamphétamine. Il aurait dû savoir, que, pour les bombes vineuses, la mèche est toujours trop courte. La question du jour est donc, comment reconnaitre une bombe vineuse? Voilà une question que l'Alexandre aurait dû se poser plus tôt, une question qui mérite une longue réflexion, car, chez les éméchés, on l’a fait rarement courte…

Lire la suite...


Hadopi c'est tout

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

hadopi.jpgCapturé par la police dans la nuit de samedi à mercredi, celui qui est désormais connu comme "Celui qui a téléchargé du M.Pokora", s'est suicidé. L'enquête exemplaire, de 24 mois, conduite par une équipe de 140 personnes, et une capture qui aura engendrée la destruction d'un Airbus A380 et trois morts n'auront pas coutées 176 millions d'euros pour rien. C'est au petit matin que le malfaiteur, âgé d'une quinzaine d'année, s'est rendu. Abdul Lepez, président de l'Hadopi, a commenté sobrement : "C'est une véritable victoire pour la culture et pour la France. Désormais tous les petits merdeux sauront qu'on ne déconne pas avec l'Hadopi". Le principal intéressé, Monsieur Pokora, a déclaré "je vais vous dire une anecdote qu'elle est vraie sans dec la vie de ma mère l'autre jour je rentrais de teuboi, et j'ai voulu prendre le tacos. He ben figure toi que j'avais plus de cash sur moi. Bin tu vois, si l'aut' pédé il aurait alongé ses 20 thunes dans mon disque, j'aurais pas eu à kidnapper une petite vieille." (une grande partie des fautes orthographiques verbales ont été corrigées pour une meilleure compréhensibilité). Le délinquant a été déféré en moins de 2 heures au tribunal des jugements extraordinaires du ministère de la culture, présidé par Jacques Chirac. "De telles vilénies ne peuvent rester impunies", nous a confier le procureur d'exception, Jack Lang. "Cela nuit à la culture, et cela nuit à l'image de la France, pour qui on passe, nous, des baltringues?", a déclaré Annick Passouvant, ma boulangère. Malgré une promesse de clémence contre des aveux, la seule ligne de défense du prévenu sera : "nan mais c'était pour ma sœur je vous dis !", mais l'évidence finira par être établie par iTunes, le disque aura été joué 34 fois sur son iPod. Très vite il se morfondra, et le tribunal prononcera une sentence exceptionnelle, la mort par écoute prolongée de Céline Dion. "Le châtiment semble lourd", nous dira M. Le Président Jacques Chirac, "mais il était important de faire passer un message, faire preuve de si mauvais goûts musicaux, et en plus se faire prendre ne peut être qu'une preuve de dégénérescence génétique grave contre laquelle seule la mort semble adaptée". Mais, celui qui a téléchargé l'album de M. Pokora ne laissera la justice faire son oeuvre, et brisé par la honte de ses goûts musicaux, il se donnera la mort en écoutant l'intégralité d'un album d'Enrico Macias. Une bien triste fin, pour un si petit con.