Leverasoif.com

Archives :

mai 2015

Les bonnes manières de Vannières

dans la catégorie Notre vin quotidien

url.pngJe m'interroge courageusement, et c’est bien légitime, osant lever un tabou que le monde industriel semble ignorer, pourquoi les choses tombent-elles toujours en panne quand on en a besoin? Je ne crois plus en la technologie depuis que Cyprien, mon GPS, a délibérément essayé de me perdre, quelque part entre une zone industrielle pleine de chiens errants, des marécages profonds et hostiles et une inquiétante ferme où on élève des pandas roux carnivores, une contrée inamicale, où les rares autochtones lancent des ceps de vigne aux allochtones de passage. Hier, le serveur qui héberge Leverasoif est vicieusement tombé en panne, privant des millions de lecteurs de leur Ermite favori. Après m'être flagellé et avoir battu ma coulpe, je me suis dit: "Foutrebleu, comment diable est-ce possible? Vais-je devoir regarder le concert de Charly Oleg à la télé?" Cyprien, oui, je les appelle tous Cyprien, le geek qui fait fonctionner le bousin, ne s'est pas affolé, "C'est rien, c'est juste une erreur de balises obsolètes dans le CSS de nos disques durs, quelques heures de réparation, on change les culbuteurs, on règle l'allumage et ton blog va être compatible avec ton nouvel épluche légume, promis, ça ne se reproduira plus, sauf si ça se reproduit un jour ou peut-être une nuit, près d'un lac, je m'étais endormi, on est jamais à l'abri d'une défaillance matérielle dans un serveur, malgré tous les systèmes doublés et sécurisés mais je m'emploie à minimiser le temps d'attente, si tu es d'accord tape 1 sur ton clavier sinon va te chercher une bouteille à la cave, ça t'occupera et ça ira beaucoup mieux après." J'ai perdu 30mn à lui faire comprendre que 1km ne fait pas 1024m, que si la connerie était un métier, il en serait l'administrateur, qu'il était graphiquement mal optimisé, que les barrettes dans ses cheveux, ce n'était pas de la mémoire, que sa mère, c'était comme Mario Kart, il faut être à 4 dessus pour s'amuser et qu'elle devait sucer des bytes en enfer! Après ses amabilités d'usage, je suis descendu chercher un Bandol, Château Vannières, au moins lui avait de bonnes manières.

Château Vannières 2006vannieres.jpg

Belle robe grenat profond. Un nez un rien empyreumatique, légèrement balsamique, du cassis, de la mûre, des notes d’épices, de cuir, de réglisse, un joli boisé et des accents mentholés et d'orange sanguine sur la fin. La bouche met remarquablement en valeur le Mourvèdre, cépage à la maturité tardive, c'est ample, serré, racé, porté par une grande structure tannique, un joli grain, aucune lourdeur, même de la fraicheur, une fine et élégante acidité, véritable colonne vertébrale. L'élevage est présent et soigné, la finale, délicatement tannique, est élancée et pure. Un Bandol classique, un rien aristo, taillé pour la garde, plein de bonnes manières. Chez Vannières, c'est l'art et la manière d'être apprécié.


Mais où est passé Charlie?

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

ouestcharlie.jpgAujourd'hui, c'est la "Journée Mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement", rien que ça! Il parait même que la diversité et le dialogue sont les héritages communs de l'humanité" et qu'il faut considérer leur sauvegarde comme étant un impératif concret et éthique inséparable du respect de la dignité humaine. On peut difficilement être contre, sauf à connaitre Jean-Pierre et Marilyn, sa moitié qui fait le double. D'abord, ils sont cons comme deux bites mal rangées, leur seul fait de gloire est d'avoir été à Paris le 11 janvier, défiler comme des charlots, pour Charlie, avec les grands de ce monde. Pour l'occase, ils ont acheté un crayon pour la première fois de leur vie, pour le brandir fièrement alors qu'ils auraient mieux fait de se le planter dans le derche et continuer à lire France Football et Closer. Nos deux tourtereaux ont surement bandé un grand coup et mouillé à grande eau en voyant les sommités défiler, cernés de cerbères armés comme des djihadistes, n’ayant plus que les poteaux et les vrais berbères à surveiller tellement le nettoyage avait été bien fait en amont et tellement cette joyeuse cohorte de tyrans n’a rien à se reprocher, sinon de nous prendre pour des cons en même temps que notre argent. Ce jour-là, il parait que tous les français étaient des Charlie et que même Georges Clownesque et Brad Pitre étaient des Charlie eux aussi. Certains de ses super-édiles ont dus passer un moment à chercher leur crayon tellement ils sont au fait de l'humour version Charlie. Bref, nos deux amoureux sont revenus tout émoustillés d’avoir participé à une journée historique. Ils avaient même l’intention d’acheter le prochain numéro de Charlie.

Lire la suite...


Glandeurs et des carences

dans la catégorie Rencontres Amicales

big_lebowsky.jpgPour ceux qui supputent (aux bois?) que je suis un branleur de première, premio, je leur ferais dire par Ranulphe, mon prof de tango inuit, que ma production est proportionnelle à la racine cubique multipliée par facteur N-1² de la valeur arrondie à la 2ème décimale du montant du QI de l'Ermite (ça faisait longtemps que je n'avais pas dit une méchanceté sur lui, putain, ça fait du bien) et que deuxio, je fais ce que je veux avec mon corps. C’est vous dire si je suis sympa de reviendre déblatérer des conneries sur la soirée de vendredi dernier, premio, parce que j’ai un taf à chier partout et que je ne peux pas être à la fois aux moules et chez les forains, et que deuxio, j'ai quand même dû passer la soirée entre deux profs qui ont pas arrêté de m'expliquer qu'ils avaient un taf de ouf. Quand tu entends ça, tu te dis d'emblée que les cours de pipeau ne sont pas tombés en désuétude. C'est d'autant plus vrai que ledit prof, pas bricoleur pour un sou, a surement passé la journée à tenter de tarauder des rondelles de 6 et demie avec un foret de 23 sans que ça n'émeuve le syndicat FSU, qui n’a, pour le coup, pas exercé son droit de retrait. Cela dit, à quelques choses malheur est bon, comme on dit au Népal ou en Picardie, j'ai beaucoup appris, rien sur le vin, je vous rassure, mais les deux loustics m'ont enseigné comment glander tranquille sans se faire pécho, bref de la survie en milieu hostile.

Lire la suite...


Super Toscane

dans la catégorie Notre vin quotidien

ampeleia.jpgAmpeleia, dans le Sud de la Toscane, exactement à Roccatederighi dans la province de Grosseto, non loin de la mer méditerranée et de l’île d’Elbe, c'est le projet d'Elisabetta Foradori et de deux de ses amis, une idée commune qui s'est concrétisée, et c’est ainsi qu’est né Ampeleia. Mais attention, Elisabetta Foradori, la reine du Teroldego, et ses deux amis ne sont pas venus dans la Haute Maremme, cette région de Toscane adossée au Mont Amiata, pour faire un super-toscans super-extrait, super-boisé de plus. Non, l'idée était de créer un organisme agricole autour d’un magnifique vignoble. La surface totale est d’une centaine d’hectares et la surface du vignoble d’à peu près 35 hectares. Le vignoble est divisé en trois partie: Ampeleia di Sotto (Ampeleia du bas), 15 hectares dont 10 de vignes, les vignes le plus proche de la mer à la fois en termes de hauteur, 200 mètres, que de distance. Des sols sablonneux, typiquement maritimes, battus par les vents de la mer. Le Mourvèdre, l’Alicante et le Marselan côtoient une Grenache majoritaire. Ampeleia di Mezzo (Ampeleia du milieu), créé dès 2009 et composé de différentes parcelles totalisant 35 hectares dont 15 de vignes, il est situé entre 250 et 350 mètres d’altitude sur des sols plus marneux où s’étend majoritairement du Sangiovese, complété par d’autres cépages méditerranéens comme le Carignan, la Grenache et l’Alicante. ampeleia2.jpgL'Ampeleia di Sopra (Ampeleia du haut), 70 hectares dont 15 de vignes, est situé entre 450 et 600 mètres d’altitude avec un cabernet franc majoritaire complété par du merlot. Les plus vieilles vignes (environ 25 ans) y côtoient des plus jeunes plantées entre 2009 et 2010 à la création du domaine actuel. Les sols sont marqués par l’activité volcanique du passé, c’est à ce niveau qu’on retrouve les sols les plus calcaires. Cette zone produit majoritairement la cuvée Ampeleia, surtout pour les vieilles vignes. Le domaine est dirigé par Marco Tait et Simona Spinelli, le premier à la vigne et à la cave, la seconde à la gestion, la communication et l’accueil au domaine. 4 cuvées sont produites, Unlitro, Kepos, Alicante et Ampeleia, à partir d'une philosophie, la moins interventionniste possible, à l'image d'Elisabetta Foradorin qui n’intervient que pour conseiller, et se reposer dans ce lieu magnifique. La culture est biodynamique, dans l’esprit des Vini Naturali d’Italia. Les macérations, fermentations et élevages sont faites séparément pour chaque cépage, l’assemblage n’intervenant que peu de temps avant la mise en bouteille. Le résultat est bluffant, de sincérité, de nature et de finesse.... A découvrir absolument.

Ampeleia Alicante 2013alicante.jpg

Ce vin est issu des vignes d’Alicante Nero (Grenache) plantée à Ampeleia du Bas. La robe est framboisée, légèrement trouble. Le nez est aromatique, sur la fraise, la framboise, la garrigue, les herbes de montagne, la menthe et la fleur. Un profil aromatique très particulier, très nature et surtout très plaisant. La bouche respire la classe, c'est léger, mais pas fluet, c'est élancé, les tannins sont là, mais complétement fondus dans un ensemble très gourmand, d'une grande souplesse avec un magnifique touché de bouche. La belle finale minérale et fruitée finit de me séduire. Excellent

Festival de connes

dans la catégorie Notre vin quotidien

festival_de_cannes.jpgMême pas commencé que déjà, j'en ai ras-le-cul de ces actrices qui se pavanent sur les marches du festival de connes. Je n'en peux plus de voir Mathilde Seigner ou Keira Knightley, la moue boudeuse, les seins rangés dans le buffet et la mâchoire en tiroir-caisse, venir présenter des films pour ados prépubères qui racontent mal la vie trépidante et amoureuse de fausses trentenaires et de vieux acteurs sur le retour, des films aussi plats que la mère Birkin et aussi intéressants que ma godasse jetée en plein milieu de mon écran plat. Cannes, c'est de mauvaise actrices de télé réalité qui, à défaut de talent, viennent montrer leur culotte ou un bout de sein. Pendant près de deux semaines, Cannes verra sa populace augmenter de 300%, 0,1% pour ce qui concerne les plus grandes stars du cinéma, en robe de soirée et smoking, hébergées dans les plus beaux palaces de la planète et 99,99% de mémères en pantacourt, qui eux, auront pris d'assaut le formule du coin, avec l'espoir fou de faire un selfie avec Gégé, pas le nôtre, l'exilé fiscal à la façade mal crépie qui préfère la vodka d'ailleurs au vin de chez lui. Pour éviter d'avoir à subir ça, je préfère mieux inviter l'Ermite à poser du parquet.

Lire la suite...


On va pas en faire un fromage qui pue

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

eau2.jpg"Et avec ça, vous boirez quoi?" me lance l'aimable tavernier à la mine bouffie qui exerçait dans ce sympathique petit bistrot-plat du jour tout ce qu'il y a d'accueillant et de sympa. Une carafe d'eau que je lui réponds avec conscience et un sourire. Oui, on a beau aimer le vin, la route et la gendarmerie nationale moustachue savent vous rappeler quelques règles de base. D'autant en emporte le vin que la carte dudit restaurateur ne respire pas la foi en Bacchus, trois grandes maisons de négoces représentent la presque intégralité de l'éventail de choix, et quand je dis éventail, c'est plus un chasse-mouche, qu'autre chose. Le seul vrai choix, c'est de boire de l'eau! Les zygomatiques de l'aimable restaurateur se relâchèrent, le rictus qui maintenait artificiellement un sourire sous la moustache cramoisie du maitre rôtisseur, explosa en vol, sa babine du haut suinta le fiel, son sourire transpirait le mauvais Maroilles, sa bacchante grisonna, son œil gauche se ferma, il nous arracha les menus des mains et disparut dans les lourdes volutes de vapeurs de sa cuisine. Moi qui croyais que dans un resto, même de seconde zone, le client était roi, ça fait tout drôle. C'est quand même fou, dans certaines gargotes, tu peux insulter le patron en berbère, voire en Boukistanais, gerber dans les thuyas, tu peux mettre la main au cul de la serveuse, tu peux même torturer l'apprenti, sauter la patronne, voire le contraire, le client paie, donc il est roi, mais tu ne peux pas commander une carafe d'eau sans que le patron se sente outrager dans son intimité la plus intime, ce qui est le propre de toutes intimités.

Lire la suite...


DW Fishmen, comme un poisson sans eau

dans la catégorie L'Interview Psykotic

fish.jpgQuelques années ont passé…voilà que je me mets à causer comme un vieux que je suis, ça fait bien voilà 10 années à y regarder de plus près… 10 années qu'il a débarqué comme un poisson dans la soupe. A l’époque, il était beau comme une lamproie, je ne suis pas le genre à offrir ma pastille au premier maquereau venu, mais force était de le reconnaître, d’ailleurs les Bacchantes ne s’y trompaient guère! Il emballait l’ami Dom, mais avec une certaine distinction, pas le genre queutard de backroom comme l'Ermite, non, dans le style dandysme travaillé au cordeau. Il leur faisait la lecture le gonze, tout y passait Musset, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire voire même quelques lignes de Sade pour émoustiller les morues. En plus, le chacal des mers, il gratte et il chante des trucs qui feraient mouiller une paire de béquilles. La vie est injuste! En 10 ans, l'églefin n'a pas pris un gramme, il mange et il boit comme nous tous, mais il garde sa taille sa carrelet, pas comme nous, faut bien reconnaitre que trente kilos de plus au compteur, ça n’a jamais embelli le congre. Il n'a pas perdu un cheveu non plus, pas comme l'Ermite, quand je vois son crane de mérou, je me dis qu'il a eu raison d’en profiter le vieux loup de mer, parce que ça n’est plus aujourd’hui qu’il va jouer au petit ramoneur! Pour couronner le tout, à l'aveugle, c'est toujours le Dom qui trouve, il est capable de reconnaitre un vin avant qu'il soit servi, alors que l'Ermite n'est même pas capable de se souvenir des vins qu'ils lui ont été servis. La vie est une pute borgne! En plus, il écrit bien, il a répondu à ma demande d'interview sans passer par son agent, il a mis le turbo, m'a pas demandé une brème, et avec l'humour d'un poisson Clown, il a torché le bousin. Bon, j'arrête de nous comparer à DW Fishmen et je vais simplement nous mesurer à l'aulne du vieux cénobite. Je n'aime pas jouer aux enflures, mais là, je dois reconnaitre que ça va me ragaillardir, et pour des années avec ça. Me voilà reparti pour 10 ans. Nietzsche avait décidément raison sur toute la ligne, la comparaison, y’a que ça qui marche dans ce monde de Rascasse.

Lire la suite...


De l'art de fâcher le grand maître zen

dans la catégorie Rencontres Amicales

hindouliprane.jpgMea culpa... Mea Ultima Culpa... qu'on me fouette avec les roses trémières de ma crémière, qu'on me fasse boire de l'urine de chacal, qu'on me traîne derrière un char, comme Vercingétorix, qu'on m'enduise de goudrons et de plumes, qu'on me fasse écouter en boucle l'intégrale de Didier Barbelivien, oui, cher lecteur, j'avoue, j'ai pêché, et un gros poisson en plus... Je m'étais juré que jamais plus, au grand jamais plus (j'aime beaucoup cette tournure de phrase...), je n'émettrais de critique négative sur notre Ermite préféré et sur ses vins préférés, même et surtout quand ils ne sont pas de Bordeaux. Mais, voilà, j'ai malencontreusement cédé à la tentation, glissé sur une Côte-Rôtie, trop rôtie, il faut dire qu'elle était forte la salope, la tentation, pas la Côte-Rôtie. Vite, fouettez moi en chœur, à grand coups de méduses médusées (aïe, putain, ça pique vraiment, cette saloperie). Maintenant que c'est fait, je fais pénitence et je soigne mes bouffissures et mes tuméfactions. Je fais partie de cette génération bercée par la série Kung-Fu, j'ai toujours été impressionné par "petit scarabée", qui plus est quand il est chinois et qu'il erre dans l'ouest sauvage en distribuant des high kick et des citations de Lao-Tseu. Un petit scarabée qui sentait bon l'homme, le vrai, pas comme dans Brokeback Mountain, où les garçons vachers sont tout juste foutus de s'astiquer sous la tente.

Lire la suite...