Leverasoif.com

Catégorie :

Humeurs et gueule de bois

Fil des billets

Wine more time

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

carte-des-vins3.jpgAujourd’hui, je vais m'attaquer à un problème dur et épineux, pas les cactus, pas ma belle-mère, encore moins la libido de l'Ermite, mais la carte des vins au resto. Le pavé de bœuf est lancé dans la bagarre, l’entends-tu faire un gros coin-coin dans la mare? Quand je mets un pied, généralement les deux, dans un nouveau resto, ce qui me fout les miquettes, ce n'est pas de mal manger, très souvent ça se passe pas trop mal, c’est l'angoissante perspective de plonger dans l'abîme d'une carte des vins et de me noyer dans le médiocre. C'est d'avoir la désagréable impression qu'on me fouette avec des orties fraîches, qu'on m'oblige à boire de l'urine de hyène en me faisant écouter, en boucle, l'intégrale de Jean-Louis Murat. Le problème avec l'inconnu, c'est qu'on le connait très mal.

Lire la suite...


Cucu-rriculum Vinae

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

cv.jpgLa semaine dernière, dans un but purement alimentaire, j’ai été dans l'obligation de me dévoiler pudiquement, de faire face à la déplaisante, l'ingrate et poussive besogne qui consiste à présenter, organiser et condenser, en quelques lignes, sur un papier ivoirin, ma trop longue vie professionnelle. Il parait que ça s'appelle un Curriculum Vitae. Je suis un flegmatique détaché des choses matérielles de ce monde mesquin et cupide, cet exercice est, pour moi, un calvaire qui heurte mes sentiments de poète, de versificateur, même si mes vers sont plus des verres que des verts. Alors que je me désolais de ne pas me souvenir du nom exact de ma première maîtresse, mon esprit espiègle se mit à folâtrer, oubliant mon prochain entretien avec ce type, que j'avais rencontré lors d'une dégustation chiante comme un jour sans vin. De prime abord aimable, le type, pas la dégustation, c'est avéré quelque peu inquisiteur et la rencontre avait rapidement pris l’allure d’un entretien d’embauche. J’avais eu la désagréable impression, sous l’avalanche de questions dont il me submergeait, de postuler pour un job de vinificateur chez Petrus. Il est fort regrettable que je n’ai pas eu à ma disposition un CV à lui coller dans le cul ou le pif, afin qu’il puisse éplucher plus en profondeur mon historique vineux et se faire une idée plus précise de mes compétences. Voilà donc pourquoi j’ai finalement décidé de mettre à exécution mon projet et d’écrire mon CV afin qu’aucune future rencontre, dans une dégustation glauque, avec un con confrère ne me fasse passer pour un amateur perturbé et sous-qualifié.

Lire la suite...


Independence day, live and let die

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

1096737428.jpgÇa y est, ils ont filé à l'anglaise… Va falloir reboucher le tunnel sous la manche. Les Rosbifs ont choisi de quitter l'Europe. C'est une défaite pour l'Europe, pour la démocratie, l'humour et le football, mais c'est une putain de bonne nouvelle pour la gastronomie. Ce référendum ne portait pas seulement sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne. C'est aussi, et peut-être davantage encore, un vote sur la nation britannique, ce qui unit est-il toujours plus fort que ce qui sépare? Faut croire que non. L'Europe part en couille, elle se lézarde, un peu partout, en Espagne ou en Belgique, plus sournoisement en Pologne, aux Pays-Bas et même chez nous... Que plus d'une moitié des électeurs britanniques soient prêts à dissoudre leur nation, par rejet du projet européen, en dit long sur le cheminement des esprits. Pourtant, l'Europe leur allait plutôt bien, depuis 1973, leur richesse par habitant a progressé plus rapidement qu'en France, en Allemagne et en Italie ?

Lire la suite...


Apartheid, footoir et blénno d'une chronique en bleus

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

Football-Abstract-640x360.png"… le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football… J’appris tout de suite qu’une balle ne vous arrivait jamais du côté où l’on croyait. Ça m’a servi dans l’existence et surtout dans la métropole où l’on n’est pas franc du collier…" Pour Albert Camus, né en Algérie, dans un milieu modeste, son père était caviste, le football est une véritable école de la vie. Son vision morale du foot semble aujourd'hui bien loin, sa conclusion bien vraie. Des politiques, qui parlent souvent de présomption d'innocence quand cela les concerne, mais qui interviennent dans les choix d'un sélectionneur, qui veulent bannir à vie un joueur pour avoir dit ce qu'il pense, des ex-joueurs qui lâchent leur fiel, des humoristes qui manquent d'humour, des affaires de sextape au communautarisme, il y a quelques chose de véreux dans le monde du foot. Tout le monde y va de son analyse à deux balles, au train où ça va, le Dalaï Lama et l'ONU vont bientôt se sentir obligé de faire un communiqué. Le fiasco de Knysna n'a servi à rien…

Lire la suite...


J'suis fâché avec les fachos

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

fachos.jpgDepuis que l'axe du mal totalitaire a été balayé, il y a bientôt soixante-dix ans, le bon peuple est persuadé que le fascisme n’est qu’un mauvais souvenir, l’une de ces vieilles lunes que l’on évoque pour effrayer les enfants et les contradicteurs d’un système démocratique qui ne cesse de mal se conduire. Après la guerre, comme par magie, sous l'égide d'un général de brigade, les résistants, les socialo-communistes, les staliniens et les anciens cagoulards ont défilé, bras dessus, bras dessous, dans une touchante unanimité. Les fachos étaient finis! Le débat sur le "mariage pour tous" a eu au moins l’intérêt de mettre en lumière le retour très visible d'une sectes de catho-barjot-fachos intégristes, exhibant leurs bannières ornées du cœur et de la croix et hurlant leur haine des libertés fondamentales. Les Migrants, l'Islam, les attentats, la pauvreté, fait également ressurgir d'autres groupuscules nostalgiques du fascisme. Aujourd'hui, à la télévision, sur le service public, de doctes professeurs à Science-po viennent nous expliquer que, non, le Front national n’est pas un parti fasciste. Ces politologues de basse-cour, qui nous prennent pour des débiles profonds, sont convaincus que, au fond, la tribu Le Pen est un parti démocratique parmi d’autres. "Vous voyez bien qu’ils ne sont pas nazis, ils n’ont même pas de brassard à croix gammée!" La fifille à son papa est finaude, elle s’efforce de recentrer la boutique, pour la rendre presque honorable et même se revendiquer le plus grand parti ouvrier de France, avant de proposer une grande alliance avec ses nouveaux potes de l’UMP, qui n’ont comme unique projet que de reconquérir le pouvoir et le conserver par tous les moyens possibles, quitte à arborer un faux nez et accepter toutes les compromissions. Aujourd'hui, comme celles de l'Europe, les frontières entre les droites sont de plus en plus perméables. Avant, les fachos, c'était facile de les reconnaitre, ils avaient le crâne rasé, un blouson kaki, ils buvaient de la bière et fumaient des gauloises en essayant de se farcir un semblant de pute. Ils étaient fourbes, moches, pervers, ils adoraient la violence gratuite et étaient même souvent racistes…Le nouveau facho est gentil, il ne fume pas, ne boit pas, il aime sa famille, il lit l'équipe et porte le costar…Les nouveaux traits du facho moderne sont donc totalement raccords avec les désirs de nos sociétés modernes : ils ne dérangent plus personne! Alors pour passer mes humeurs et ma gueule de bois, un petit Souhaut fera l'affaire.

Hervé Souhaut Syrah 2009souhaut_syrah750x500.jpg

Un nez très frais, très poivré, sur la framboise, la mûre, la cerise noire, la violette et la cannelle. La bouche est énergique, gourmande, du fruit, de la vivacité, un acidulé rafraichissant, une pointe de vert, des tannins souples et fins et une jolie finale aussi poivrée que le nez. Un vin facile à boire, facile à aimer. Très bien

L'odeur de la grosse commission Européenne

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

enjoy-capitalism-coca-colas.pngAu moins, maintenant, les choses sont claires, on sait que c'est les Ricains qui valident les lois européennes. On sait maintenant que l’Europe est contractuellement sous lobbying, sous tutelle américaine. Soumission, abdication, démission, trahison, voilà les mots qui me viennent à l’esprit, en plein scandale "Panama papers", le Parlement européen a validé son projet de directive sur le secret des affaires et voté massivement en faveur de l'adoption du texte. On nous dit que ce texte vise à mieux protéger les entreprises européennes, réputées vulnérables face à l’espionnage économique et industriel, surtout les PME. C'est sûr que les petites entreprises Française ont une telle avance technologique qu'il leur faut protéger leurs données! Je connais personnellement une petite entreprise de carrelage qui sait poser plus vite que les autres, grâce un petit secret de Manuel, le portugais qu'elle vient d'embaucher, et qui ne dévoilera son secret que sous la torture voire quelques bières.

Lire la suite...


Sous les pavés la vase

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

pegida1.jpgPlus ça va, moins ça va, certains illuminés soutiennent que la migration massive que subit de plein fouet l'Europe n'est pas un hasard, mais un plan organisé, planifié, que le projet est machiavélique, que les habitants des futurs "Etats Unis d’Europe" ne seront plus les peuples originaires du vieux continent catholique, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux, un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir. Rien de moins. Mieux que le meilleur des Mondes d'Orwell. Pendant que certains délirent, d'autres s'échine à expliquer, dans le vide, que ses gens fuient la guerre, les bombes et la misère économique. En 1973, dans son roman, "le camp des saints", Jean Raspail décrivait les conséquences d’une immigration massive sur la civilisation occidentale. Partis du delta du Gange, un million de miséreux déferlaient, comme une vague apocalyptique, sur la Côte d'Azur, sous l'œil impuissant de pouvoirs publics désarmés face à la veulerie de la population autochtone et l'affaiblissement de l'Etat. Certes, c'est un livre, un bon livre, j’avoue ne pas me souvenir de la fin, sûrement tragique, car ce livre évoque l’Apocalypse de Saint-Jean. Est-ce un livre prophétique ou pédagogique?

Lire la suite...


Chaque vin est un préjugé

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

aromes-du-vin1.jpgJ’ai essayé, essayé encore, mais, définitivement, je ne suis pas un snobinard du pinard. J'ai beau arpenter les endroits où l'on goûte, j'ai beau remplir des fiches de notes plus longues que certains vins. J’ai bu, j'ai sifflé, du blanc, du rouge, même un peu de rosé, j’ai bien écouté ceux qui parlent de fraise des bois, de citron confit, de citronnelle, de cuir de Russie, de bois de Vosges ou de minéralité sous-jacente. C'est dur de faire semblant, c'est dur d'être objectif, c'est dur de tout aimer, sans préjugés, sans idées préconçus! Je peux acheter n'importe quel vin, au hasard, n’importe où, la ramener chez moi et en apprécier sa dégustation. J'ai bien dis sa dégustation. Le vin peut être moyen, trop boisé, trop fluet, trop ceci ou cela, j'essaie de gouter avec les mêmes repères et d'en apprécier les qualités, même petites. Bien entendu, il y a des différences, je sais reconnaitre un petit vin d'une grande bouteille, je préfèrerai surement la grande bouteille, dix fois plus chère surement, je l'aimerai peut être un peu plus, mais pas tant que ça, et surtout pas pour son prix ou son appellation.

Lire la suite...


Impôt sur l'infortune

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

75465479.jpgSalut mes petits clous, ça fait une paille! Site en rade, pas le temps, formation, désinformation, boulot, dodo, apéro, bistro, agio, ex-voto, vélo, libido et pipo réunis, ont eu raison de ma raison. Mais, me revoilà, frais et dispo comme un sumo. Présentement, je suis en pleine fiscalité, je passe mes journées à fiscaliser à tout va. J'explique à ceux qui n'en payent pas, pourquoi c'est bien de ne pas en payer, et à ceux qui pensent en payer trop, pourquoi c'est bien d'en payer. Ce n'est pas facile de faire entrer la logique de l'impôt dans une tête de contribuable. Pour ce faire, j'utilise la métaphore du canon. Rien de guerrier, le canon de blanc ou celui de rouge, la couleur n'a aucune importance, seulement le prix. Imaginons que tous les soirs, au bistro du coin, 10 amis soiffards se retrouvent pour boire une bouteille d'un excellent Meursault et que l'addition totale se monte à 100 euros. Dans un monde de partage égalitaire, ça fait 10 euros par tête de soiffard. Mais si un fiscaliste se trouve parmi les 10, il proposera certainement de payer cette facture selon une répartition qui s'inspire du calcul de l'impôt sur le revenu, et c'est là que les ennuis commenceront.

Lire la suite...


Du bois dont on fait les pipeaux

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

DSC_1004.JPGTrès souvent, les gens qui veulent monter un bizness cherchent d'abord une idée super innovante, un truc de derrière les fagots qui en raconte à la mère Denis et à Tapie, deux figures légendaires du bizness franco-Boukistanais. Le genre de plan qui fait pétiller les dents et les yeux de financiers. Ces gens-là se plantent grave. Ils sont tellement à la rue que même la pisse de mon chat a un sens des réalités plus aiguisé. Il ne sert à rien de se former, d'assimiler des compétences de ouf, de faire des études de marché, de cibler, de réseauter, de mesurer les attentes des clients avec des études aussi fines qu'un poil de cul de l'Ermite. Ils oublient que la toute première chose à laquelle il faut consacrer son attention pour réussir un bon biz, que le plus important dans une boite, ce n'est pas les fauteuils de la salle de détente, comme je l'ai cru longtemps, c'est l'équipe. Et perso, j'ai une équipe de choc.

Lire la suite...


- page 2 de 13 -