Leverasoif.com

Catégorie :

L'Interview Psykotic

Fil des billets

Géraard! Il faut que j'te parle!

dans la catégorie L'Interview Psykotic

coluche_gerard.jpgGérard, j'ai été trop bon avec toi quand tu as abandonné lâchement ton boulot. Tu aurais pu aller jusqu'à la retraite, pour faire plaisir à tes pauvres amis. T'aurais pu être, j'sais pas moi... t'aurais pu être... T'aurais pu t'inscrire au chômage, oui. Au moins t'aurais été un chômeur honnête ! Au lieu de cela, monsieur bois des vins de bourge avec des boulistes moustachus. Fais attention, Gérard, tu es sur une pente savonneuse aujourd'hui! Sans parler de la honte qui retombe sur tes amis, aujourd'hui c'est un petit verre qu'il te faut, mais demain tu en fumeras tout un paquet! Moi? T'occupes pas! Je m'arrange avec la honte directement. J'ai l'habitude! J'ai pas besoin de tes conseils! Géraard! Bon d'accord, le pinard, c'est pas interdit que je sache! Alors, il doit quand même y avoir une raison, hein ! Ah, elle est jolie la vieillesse! Grâce à des types comme toi, les vignerons se sont multipliés, et depuis, on picole tous pour éponger l'excédent. Bon, c'est sûr, on rend service à la France, on est des patriotes et on boit pour oublier. Eh ben, on y est arrivés. Et on se dit que le pinard, ça devrait être obligatoire ! Géraaard, je crois bien que Coluche te connaissait personnellement.

Lire la suite...


DW Fishmen, comme un poisson sans eau

dans la catégorie L'Interview Psykotic

fish.jpgQuelques années ont passé…voilà que je me mets à causer comme un vieux que je suis, ça fait bien voilà 10 années à y regarder de plus près… 10 années qu'il a débarqué comme un poisson dans la soupe. A l’époque, il était beau comme une lamproie, je ne suis pas le genre à offrir ma pastille au premier maquereau venu, mais force était de le reconnaître, d’ailleurs les Bacchantes ne s’y trompaient guère! Il emballait l’ami Dom, mais avec une certaine distinction, pas le genre queutard de backroom comme l'Ermite, non, dans le style dandysme travaillé au cordeau. Il leur faisait la lecture le gonze, tout y passait Musset, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire voire même quelques lignes de Sade pour émoustiller les morues. En plus, le chacal des mers, il gratte et il chante des trucs qui feraient mouiller une paire de béquilles. La vie est injuste! En 10 ans, l'églefin n'a pas pris un gramme, il mange et il boit comme nous tous, mais il garde sa taille sa carrelet, pas comme nous, faut bien reconnaitre que trente kilos de plus au compteur, ça n’a jamais embelli le congre. Il n'a pas perdu un cheveu non plus, pas comme l'Ermite, quand je vois son crane de mérou, je me dis qu'il a eu raison d’en profiter le vieux loup de mer, parce que ça n’est plus aujourd’hui qu’il va jouer au petit ramoneur! Pour couronner le tout, à l'aveugle, c'est toujours le Dom qui trouve, il est capable de reconnaitre un vin avant qu'il soit servi, alors que l'Ermite n'est même pas capable de se souvenir des vins qu'ils lui ont été servis. La vie est une pute borgne! En plus, il écrit bien, il a répondu à ma demande d'interview sans passer par son agent, il a mis le turbo, m'a pas demandé une brème, et avec l'humour d'un poisson Clown, il a torché le bousin. Bon, j'arrête de nous comparer à DW Fishmen et je vais simplement nous mesurer à l'aulne du vieux cénobite. Je n'aime pas jouer aux enflures, mais là, je dois reconnaitre que ça va me ragaillardir, et pour des années avec ça. Me voilà reparti pour 10 ans. Nietzsche avait décidément raison sur toute la ligne, la comparaison, y’a que ça qui marche dans ce monde de Rascasse.

Lire la suite...


Les périgrinations d'un Ermite anachorète

dans la catégorie L'Interview Psykotic

anachorete.jpgLettre à l'Anachorète
Cher Jean-Luc, mon Ermite d'amour, mon débroussailleur de neurones préféré, ma couille, je te remercie pour le temps que tu as passé à répondre à mes questions débiles, je sais que ton temps est précieux, puisque que tu es retraité et que tu n'as rien à faire de plus idiot. Si je t'ai sollicité, mon cénobite préféré, ma gonade, c'est pour avoir ton avis d'expert sur le bordeaux. Grâce à toi, je suis sorti des ténèbres nauséabondes de la Bourgognophilie suintante et purulente, pour entrer dans ton monde si grand, si beau, si vaste, si Bordelais… Grâce à toi, j'ai enfin bu boire un chef d'œuvre comme Duhat-Milon 2002 ou Haut-Batailley 1985, des œuvres vineuses qui constitue la pierre angulaire de toute la dégustation mondiale, la quintessence de la vigne, des œuvres tellement rares, quel drame et quelle tragédie pour l'humanité toute entière pour les siècles et les siècles à venir... Amen… Quels vins, ma crotte! Mazette! De vilains esprits se sont opposés à la grandeur des vieux Pauillac que tu vénères par-dessus tout et se sont acharnés sur toi, et j'en faisais partie. Qu'ils se consument, qu'ils brulent pour l'éternité, dans une marmite de pus tiède. Je ne serai plus de ceux-là. Je sais maintenant que le Bordeaux rend immortel, comme Superman, Michel Sardou, Jean Lefèvre, Dany Brillant ou le Sergent Garcia.

Lire la suite...


Breaking Bad Wine, le petit Chimiste voit rouge

dans la catégorie L'Interview Psykotic

TITRE.jpg

 

 

Breaking_Bad_Wine1.jpegLa chimie est un domaine bien trop souvent dénigré, jugée comme trop abstraite ou inabordable par les non-initiés. Pourtant cette science est l’essence même de chaque être ou objet qui nous entoure, de l’odeur suave qui exhale d'un Chambertin, jusqu’au parfum délicat d'un Riesling Allemand rescapée d’une prise d’otage, en passant par les notes de crêpe au Nutella, de cactus mexicain ou de bonnet de Schtroumpf, les chimistes savent recréer des millions de saveurs et d'odeurs, et ce à partir d’éléments simples. Les arômes n'ont donc aucun secret pour notre JeanDa, notre petit chimiste attitré, petit ouistiti savant. Comme Rage, c'est un prof de science qui n'a pas toujours toutes ses facultés. Deux profs de science, très pédagogues, surtout un, mais revenons à la chimie. L'image que tu en as, c'est des laborantins en blouse blanche tout propres sur eux qui font des expériences pour créer des lubrifiants ou du Viagra. Eh bien c'est tout faux! JDA n'a jamais enfilé de blouse blanche, avec Rage, ils ne font pas ce métier pour tirer leur crampe, enfin, surtout un. Déjà, la blouse, c'est laid et trop serré au niveau du ventre, ça les boudine, surtout un. Faut dire qu'avec ses 145 kg de tendresse pour 1m45 au garrot, faut être chimiste pour faire tomber la mignonne. Le mieux pour ça c'est le SO2 pour les faire tomber dans les pomme, le vin pour les saouler et le zn(Cu2) pour les….  Enfin, quand ça marche! Pour ce qui concerne le vin, les deux sont passionnés et ont un talent indéniable, enfin, surtout un. Ce sont des chercheurs, enfin, surtout un, ils sont les inventeurs du modèle Dionysos aussi appelé système vinaire, qui consiste à apprendre à leurs élèves à compter jusqu'à vin.  Un système qui permit de sortir l'humanité de l'ère binaire, ce qui leurs a valu un prix Nobel, même s'il est faux, la reconnaissance de leurs proches et quelques gâteries, enfin, surtout pour l'un. C'est une belle leçon de vie: en chimie, ne t'embarrasse pas trop à faire des trucs justes, c'est bon pour les matheux, contente-toi de faire des trucs qui chie la classe et ensuite paye toi des filles, du vin et de la coke. Tu vivras beaucoup mieux.

Lire la suite...


Doc ou la salle détente du médecin divin

dans la catégorie L'Interview Psykotic

coat.jpgJe hais les salles d'attentes des médecins, c'est le meilleur endroit pour choper un truc mortel comme un rhume ou un phimosis. C'est pire que de traverser une fosse remplie de chacals ou de voir un film de Luc Besson avec Jean Dujardin. Pourtant, je suis hypocondriaque, je somatise à la moindre occasion. Dans la même semaine, j'ai guéri de trois cancers, dont un des ovules, d’un sida et d’une maladie non-répertoriée. Avant, à la moindre occasion, je fonçais chez mon médecin de bijou de famille. Mais les salles d'attente, c'est l'endroit où tu risques le plus d’attraper une maladie contagieuse ou faire une grosse dépression à force de relire des vieux Gala. La lecture de ce genre de littérature me donne des vertiges, des sueurs froides et tiens, je n'ai pas un genre de boule, là ? Ah non c’est une couille, pardon. Heureusement, chez notre médecin malgré lui, point de Gala et images du monde, c'est la RVF, revue des vins de France qui trône dans sa salle détente. Faut dire qu'il a obtenu le droit d'exercer après une thèse consacrée à "l'étude prospective randomisée en double-aveugle avec anesthésie péribulbaire du glaucome chez la truite saumonée cuite au vin de Loire". Pour un médecin qui n'a pas toute ses facultés, c'est balaise! Généralement, j'arrive dans sa salle détente vers environ, 11h47, pour l'apéro, on se siffle trois ou quatre quilles, rarement plus, souvent bio, parfois bonnes, à vue de nez, il me dit, comme à l'ensemble de ses patients, qu'il ne sait pas trop au juste ce que j'ai, il faudrait faire des examens complémentaires et aller voir un confrère qui devrait peut-être éventuellement savoir, il me raconte ses excellentes vacances en toscane, les vignes, le vin et … le vin, le dressage des gnous et le temps qui passe trop vite puisqu'il n'a pas une minute à lui, c'est bien pour ça qu'il a mis 8 mois à remplir le questionnaire de l'interview Psykotic et pourtant, en terme de remplissage, il est vachement balaise, surtout pour ce qui concerne les verres…

En un mot commençant, et même si tous les dégouts sont dans la raclure, quel est ton pire souvenir vineux? Soit précis, il faut avoir la piquette décomplexée, je veux des noms, des adresses, des numéros de téléphone… Mais, bien entendu, dans le respect de l'anonymat.

UUn petit souvenir d’une veillée de Noël chez les alors récemment "acquis" beaux-parents à Mulhouse, d’un liquide rouge brunâtre pour lequel le beau papa semblait ressentir une fierté non feinte de me le proposer… Ma réplique d’extase, totalement feinte elle, aurait mérité de figurer en bonne place au palmarès de l’Actor’s Studio dans la rubrique "improvisation de génie" lorsque je bu la 1ère gorgée de cette substance psychédélique version bad trip. D’où ma décision de refaire intégralement une éducation vineuse à Tina avec la suggestion de créer un truc entre gonzesses, soiffardes au féminin quoi… Pour qu’elles ne nous encombrent surtout pas nos soirées en fait ! Et les bacchantes furent ainsi créées. Deus Ex Machina quoi…Tout ce que j’aime, phallocrate et d’une mauvaise foi sans pareille…

Lire la suite...


L'interview Psykotic… Didier ou de l'Amarone dans la brouette

dans la catégorie L'Interview Psykotic

brouette-chinoise.jpgL'anecdote date de novembre 2009, Patrick, l'Australopithèque, nous a amené une bouteille de derrière les fagots, le genre de quille à te mettre les neurones dans tous les sens et qui vaut environ deux fois le PIB du Burkina Faso. Il sert scrupuleusement la même dose à tous, arrivé à Didier, il verse l'exquis breuvage pendant que Didier jacasse tout seul, signe évident d'un dérèglement hormonal, comme toujours, il se parle de brouette, ou… de fabrication de brouette, vu qu'il fabrique des brouettes. Une fois servi, Didier reverse le contenu de son verre dans le crachoir et tend son verre à l'Australopat avec l'air du type ravi de la crèche et fier de lui. Le Patrick a failli avaler son marcel, son dentier, sa fierté et sa cravate, oui parce qu'il est toujours habillé très classe pour déguster, il avait la haine au fond des yeux et les gonades au fond de la poche Kangourou. Il a hésité trois secondes entre une profonde dépression, la paranoïa, une bonne anorexie, puis a opté pour une Gilles de la Tourette et il a insulté Didier en Berbère, en Kirghize et en Lapon. Des trucs sympa du genre "trépané des burettes", "jeune Giscardien", il était à deux doigts de lui bouffer la rate sans l'ouvrir. Faut dire que jeter sans vergogne, un nectar de ce calibre, ça mérite la roue, l'élongation, le bouc des sorcières, les fers brûlants, les mutilations diverses, la chaise à clous, l'estrapade, les grésillons, les rouleaux à épines, le masque de la faim, la poire d'angoisse, la vierge de Nuremberg, et encore, si on est sympa. Mais on en a rien fait, nous on s'est bidonné pendant 15 minutes. Faut dire que le Didier, il est trop sympa avec sa tête de notaire de Corrèze et son obsession pour les brouettes, chaque famille a, hélas, ses moutons noirs, ses brebis galeuses, ses ânons manquants, ses canards laqués. Chez les Soiffards, c'est Didier. Un malade je vous dis,quintarelli.JPG mais de là à nous faire un truc de ouf comme ça, on en est jamais revenu, surtout l'Australopithèque. Cet Amarone, c'était un vin hors du commun, des arômes extrêmes, une puissance presque inégalée, une buvabilité magique, une complexité exceptionnelle. Tout un poème. J'ai même gardé le reste du crachoir, si quelqu'un veut des preuves!

En un mot commençant, et même si tous les dégouts sont dans la raclure, quel est ton pire souvenir vineux? Soit précis, il faut avoir la piquette décomplexée, je veux des noms, des adresses, des numéros de téléphone… Mais, bien entendu, dans le respect de l'anonymat.

Récemment, invité à dîner chez un ami, ce dernier nous a préparé un somptueux dîner avec une soupe VGE en entrée puis une choucroute aux 3 poissons en plat principal, le tout accompagné d’un riesling immonde de Mittelbergheim dont j’ai malheureusement ou heureusement oublié le nom du vigneron, idéal pour te chopper une migraine chronique avec 1 seul verre. Je pense qu’il aurait été éligible pour remporter la palme des vins ratés et figurer en première page du Guinness des records.

Tu échoue sur une ile déserte avec: un livre, un CD, un DVD, un plat, un unique vin blanc, un unique vin rouge, un objet et une seule personne, tu emmènes qui et quoi?

Si je n'emmène pas Véro, le retour à la maison du Wackes risque d’être compliqué, ça c’est dit ! Non, l’objet ne sera pas une brouette !!! Quoi que….. Bon, si c’est une île tropicale (j’n’envisage même pas une île avec des pingouins), l’objet sera une glacière pour mieux déguster les vins, les cd et dvd serviront de sous verres.

Imagine que tu es John Lennon, riche à brasser les millions … Tu bois quoi?

J’"Imagine" bien quelques vieux crus d’avant-guerre du Bordelais, un peu comme un certain Haut Brion 1933.

Si tu étais un vin, tu serais… ?

"Gentil" bien sûr !

Pour une soirée très intimes, tu préfères mieux un vin avec des notes de feuille de rose ou des arômes de bois bandé? brouette_ducati.jpg

Arômes de bois bandé évidemment, virilité oblige.

Justement et pour finir, la question qui fâche, la seule qui vaille, Bordeaux ou Bourgogne?

Vieux Bordeaux et jeunes Bourgognes. N’en déplaise à certains…


L'interview Psykotic… Régis ou la rage du ivre

dans la catégorie L'Interview Psykotic

californication-hank-jackie.jpgLe deuxième à se coltiner l’interview Psykotic, c’est le Régis, et comme tout le monde le sait, Régis est un ….. Professeur de physique de l’emploi avec de faux airs de David Duchovny. Sous ses faux airs de gendre idéal, c'est en réalité un adepte d’un parti politique dont il faut particulièrement se méfier. Un phobiste, un redoutables extrémiste qui propage des phobies aussi dangereuses que celle du bambin hurleur qui serait en fait le fils de Belzébuth et qui, quand tu te retrouves seul avec lui ferait des choses horribles tout en parlant comme la Cicciolina qui aurait subi une trachéotomie au pic à glace, il véhicule aussi la phobie des jantes de polo, la cuniculophobie, qui est la peur des lapins et non celle des langues de chat, la théosophobie ou la peur de Dieu, normal quand on voit ce qu'il a fait passager du Boeing MH370. Il a également la phobie des serpents, des araignées, des oiseaux, des poissons chats, des chats qui savent nager, des vieux qui parlent fort, des clés USB, des tickets-resto, du fait que même les femmes ont un cerveau, des portables très lents, de la cardamone, des ninjas extraterrestres, des attache caravane, des chauves, des gens qui serrent la main trop fort, des gens qui serrent la main trop mollement, des moustachus et la coulrophobie , la peur des clowns. Je vous assure que parfois, il a du mal à se lever le matin, d'autant qu’il a aussi la phobie des réveils matin qui sonne.

Lire la suite...


No wine is innocent, l'interview Psykotic… La suite

dans la catégorie L'Interview Psykotic

Chose promise, chose dute, le premier à passer sous les fourches caudines de l'interview Psykotic, ce sera bibi, personnellement. Un petit virus, une tête un peu lourde, ne m'empêchera pas de publier mes réponses. Faut bien sortir une note quand même, parce que mes lecteurs vont s’impatienter et qu’un lecteur qui s’impatiente, il est capable de tout, même d’aller voir des sketchs d’Eric et Ramzy sur Youtube!

En un mot commençant, et même si tous les dégouts sont dans la raclure, quel est ton pire souvenir vineux? Soit précis, il faut avoir la piquette décomplexée, je veux des noms, des adresses, des numéros de téléphone… Mais, bien entendu, dans le respect de l'anonymat.
toxic.jpg

C'était un samedi soir, vers environ 19h32, sous une tonnelle, j'étais invité par un professeur de tango inuit à Kinshasa, passionné par les femmes à barbes et le vin de supermarché. Désireux de me faire briller en société, il me demanda mon avis sur le Chablis qu'il venait de servir. Le cauchemar a commencé là, j'avais l'impression de sucer une serpillère usagée, le genre qui a croupie longtemps dans le seau de Madame pipi. Je n'ai surtout pas cherché à savoir qui avait produit cette insanité, de peur de m'en voir proposer un carton de 12. J'avais la gerbe qui me coulait par les oreilles, je claquais des dents, j'ai bouché ma bouche et j'ai serré les fesses au max, de peur de provoquer une catastrophe écologique. J'eu beau essayé d'éliminer le toxique produit dans un Thuya qui ne m'avait absolument rien fait et qui doit m'en vouloir encore, le thuya est particulièrement rancunier, mais, pensant que j'aimais, puisque mon verre était vide, le fâcheux resservait son Chablis avec générosité. Résultat, j'ai choppé une diarrhée volcanique que j'ai refilée au chat qui passait par là, le pauvre chat en est mort, alors je l’ai mis dans un bocal de formol que j’ai serré contre mon cœur tout la soirée en regardant les feux de l’amour. Même le LSD ne m'a jamais fait halluciner comme ça. Tous les défauts étaient concentrés en quelques décilitres. Le décrire? Un livre n’y suffirait pas. Pour une fois, le boisé n'était pas un défaut, il masquait une misère aromatique sahélienne, de la volatile, beaucoup d'acidité, un peu d'oxydation, du bret, de la réduction, un chouia de mercaptan, une forte odeur de choux fleur, du pipi de chat, mais du vrai et peut-être même un peu de bouchon. Bref, un concentré de n'importe quoi! J'ai longuement réfléchi, tenté de faire marcher mon cerveau dans ses conditions extrêmes de stress et j'ai bafoué: "peut-être un peu jeune, non?"…

Lire la suite...


No wine is innocent, l'interview Psykotic

dans la catégorie L'Interview Psykotic

no_wine_is_innocent.jpgÇa fait un bail que je n'avais pas eu une idée débile, que je m'étais pas lancé dans un projet bien pourave pour tenter de sauver ce blog qui périclite, où les bonnes idées et les bons billets se font plus rares que les actifs propres dans une banque Monégasque. J'ai bien essayé de mettre au point un pipotron qui cracherait du billet automatiquement, un DAB, Distributeur Automatique de Bêtise, mais je n'ai pas le temps, je suis trop occupé à ne rien faire. Je me suis gratté le crâne et c'est là qu'a surgit, telle une teub dans le string d'une brésilienne, l'idée de faire des interviews de Soiffards. Je ne sais pas encore quelle forme va prendre cette prévarication bloguesque, mais, vous me connaissez, en matière de mauvaise foi, j'ai un foie en béton et les reins solides, sauf les soirs de murges. Mais attention, pas des questions bateau, ce n'est pas le genre de la maison, le style de la maison est plutôt le genre rococo et fanfreluches.

Lire la suite...