Leverasoif.com

Catégorie :

Culture Vineuse

Fil des billets

Le bon selon Bob

dans la catégorie Culture Vineuse

Bob.jpgQui ne connait pas Bob l'éponge, alias Robert M. Parker Jr, fondateur de Wine Advocate, des Guides des vins de Bordeaux, de Bourgogne, de mars, de pluton et d’ailleurs. Référence planétaire, cosmique, absolue, universelle, ou simple gourou coucou auto-proclamé par l'Empire State of Bordeaux? Personne ne peut raisonnablement contester son influence sur le monde du vin et de ses achats. On oppose souvent Bob, le suppôt des vins modernes et technologiques aux terroiristes, aux défenseurs du vin local. Le vin moderne serait simplement fabriqué, marketé, puissant, extrait, bidouillé, médiocre voir frelaté, alors que le vin de terroir serait le merveilleux résultat d'une adéquation vigneron, climat et terroir, magnifié par la minéralité, le romantisme et la nostalgie. Bob contre les Bisounours. Faut-il obligatoirement choisir son camp, doit-on rester neutre ou en phase (blague d'électricien)? Le goût Parker serait simple à définir, il aime les vins aux couleurs d'encre, fruité comme un smoothie, concentré comme un fakir sur ses clous, brutal comme un uppercut au foie, alcooleux, tannique et plus boisé que la datcha d'un apparatchik Moldave.

Lire la suite...


Acte 2 - Réflexions instables d'un nihiliste naturiste

dans la catégorie Culture Vineuse

salon_vins_libres.jpgQuand le Doc te propose une virée en territoire naturiste, tu ne crains rien pour ta santé virginale, ni pour ta santé mentale, tu auras même droit à deux heures de consultation psy gratuite, après tu pourras passer dans un tunnel sans avoir peur, mais, en revanche, pour ce qui concerne la santé de tes papilles, c'est une autre histoire. Notre mentaliste œnophile est un adepte du vin nature, voire du très nature, voire du naturiste. Comme disait très justement Lao Tseu en voyant un drap de soie planté dans la croupe d’un sumotori: "La matière n’est pas rancunière contrairement à la nature!" Donc, samedi matin, enfin pas trop tôt rapport à la soirée d'anniversaire de l'Ermite qui s'est terminée très tôt le matin, direction le salon des débouchées, le salon des Vins Libres sous-titré: "Naturellement bon". Sans entrer dans un débat stérile avec Paul et Mickey, les vins naturels, parfois j’aime, parfois, je n'aime pas, c'est un peu comme les autres vins d'ailleurs, mais pourquoi "le salon des vins libres" les autres ne le sont pas?

Lire la suite...


Prends garde à les boire jusqu'à la garde

dans la catégorie Culture Vineuse

vieux-millesimes.jpgCombien de temps peut-on laisser vieillir un vin? Quel est sa DLC? Question récurrente et plus que souvent posé sur le net, et j'ai la réponse. Comment déterminer l'apogée d'un vin. On vous dira que ça dépend de l'appellation, du millésime, du terroir, de l'âge de la vigne, du vigneron, de la conservation, du mode de vinification, du prix, de l'âge du capitaine ou de la qualité de ses mocassins à glands? Certains produisent même des tableaux, des graphiques sophistiqués ou des formules mathématiques. Mais y a-t-il une règle? Une équation du type, "un Gevrey-Chambertin 2007 se boit entre 2009 et 2015", sera toujours fausse car réductrice voire simpliste. Première et dernière règle de base, ne pas acheter de vieux vins sans en connaitre la provenance et la conservation, le faire, c'est la roulette russe du vin, avec 5 balles dans le barillet ! Plus un vin est vieux, meilleur il est. Faux et archi faux! Comme le dit l’adage, la valeur n’attend pas le nombre des années. Un vin qui n’est pas bon jeune ne le deviendra jamais. On a tous connu un vigneron qui nous a vendu un vin médiocre en vous promettant qu’il se bonifierait avec le temps. On nous a menti. Un grand vin est agréable à boire dès sa mise sur le marché. Les années ne font que façonner ses arômes. Pas toujours vrai! Cahors, Madiran, Barolo sont des contre-exemples, ils ne sont pas toujours très agréables jeunes, mais ils ont souvent la capacité à bien vieillir. Les vins les plus aptes à vieillir sont ceux dont la structure est la plus marquée, les vins rouges construits sur les tanins et les vins blancs sur l’acidité. Oui mais, le Beaujolais n'est pas tannique, pourtant j'ai dégusté de vieux Beaujolais extraordinaires. Le Champagne et les bulles en général ne vieillissent pas bien. Faux! J'ai dégusté d'extraordinaire Champagne de plus de 20 ans. Les champions de la garde sont les vins liquoreux, les Sauternes, les Alsace SGN, les Coteaux du Layon sont des valeurs sûres. Je connais un paquet de vignerons qui produisent des vins que l'on boira toujours trop tard et qui ne seront jamais bon, quel que soit le temps de garde. Alors, quel est la DLC du vin? Si c'est une DRC, la DLC n'est pas indiquée, appeler Aubert de Villaine, il se fera un plaisir de vous renseigner!!! Pour savoir si ton pot de crème a dépassé sa date limite de consommation, il y a deux solutions. Si tu es voyant, dans le sens où tu n'es pas miro comme une taupe, parce que si tu étais voyant, dans le sens de madame Soleil, tu ne te poserais pas la question, mais on s'éloigne du sujet, donc, si tu n'es pas aveugle, tu regardes l'étiquette ou tu fais confiance à ton goût, tu goûtes, c'est aussi simple que ça, tu mets ton gros doigt dans la crème, comme quand tu étais minot, et tu aimes ou pas. C'est pareil pour le vin, tu goûtes, tu aimes ou pas. Tu essaie, avec tes moyens, de juger, d'évaluer le potentiel, comme partout, c'est l'expérience qui fera le reste. La règle, c'est qu'il n'y a pas de règle, le vin est un petit filou qu'il faut le surveiller de près.

Morgon Côte de Py 2011 FoillardMorgonFoillard.JPG

Une dégustation en deux temps, à l'ouverture, c'est assez simple, griotte, fraise des bois, une bouche pas très en place, acidulée. A attendre. Trois heures plus tard, toujours un beau fruit, plus compoté, plus fruit noir, mûre, myrtille, cerise. Des notes de terre, de cacao et de violette. La bouche est également plus en place, veloutée, ample, minérale, des tannins fins, du velours avec un acidulé toujours présent, mais bien plus intégré. Une bouche tactile mais à garder quelques années ou pas. Très bien

Gevrey-Chambertin Les Corbeaux 2007 Domaine SérafinSerafin_Corbeaux.jpg

Nez de cerise, de mûre, de framboise, de réglisse, de terre humide sur un fond vanillé. L'attaque est vive, la bouche est élégante, les tannins sont fins, c'est fruité avec une belle fraicheur, une austérité un peu froide mais qui lui va très bien, un bel équilibre, une grande buvabilité et une longue finale. Déjà très bien mais peut se bonifier encore ou pas. Très bien

Goûter à en perdre l'équilibre

dans la catégorie Culture Vineuse

bouche4.jpgComme le disait mon ami Winston, mais en Anglais, un fanatique est quelqu’un qui ne peut pas changer d’avis et qui ne veut pas changer de sujet. Mon sujet de l'année, c'est la bouche, et pas n'importe laquelle, celle des grands vins. Je dis et je le répète, le vin n’est pas fait pour être reniflé, mais pour être bu, avalé, absorbé, siroté, grumé ou glouglouté, mais pas sniffé, même si ça sent bon la coco. Certains achètent des grands crus comme des sacs Hermès, des chaussures Nike, du Coca-Cola ou des parfums Coco Chanel. Bien sûr, la dégustation commence toujours par un verre, un outil très important pour le ressenti des arômes, mais aussi un instrument de simplification en privilégiant la vue et l’odorat, sens qui favorisent l’apparence, l'aspect, le paraître et parfois le semblant. Il est tellement facile de jouer sur les levures chimiques, les apports artificiels d’arômes de boisé, l’adjonction de copeaux, tous les artifices du petit chimiste, les dérives œnologiques de l’industrie agro-alimentaires du vin. On ne goûte plus le vin, on ne le "taste" plus, on le teste, le bréviaire des arômes prendre le pas sur l’appréciation de la sapidité, les notes remplacent les mots, faisant de nos grands crus, une denrée commune et mesurable, un vulgaire produit de consommation…

Lire la suite...


Saint Georges, le chevalier de Nuits

dans la catégorie Culture Vineuse

st-george-dragon.gifLes climats sont comme la musique, avec une partition et des musiciens qui l'exécutent pour notre plus grand plaisir. Si les musiciens sont nombreux à Nuits-St-Georges, la partition est-elle à la hauteur? Ville affable et vivante, Nuits-Saint-Georges est depuis des siècles une active cité du vin. Elle donne son nom à la Côte de Nuits et se place sous l'étendard de Saint-Georges, son cru le plus fameux. Mais les vins et les ventes de Nuits souffrent de la comparaison avec ceux de son illustre voisin, Vosnes-Romanée. Certains observateurs expliquent le manque d'intérêt pour les vins de Nuits, par une prétendue faible qualité des vins. D'autres avancent les quelques affaires de fraude qui ont secoué quelques grandes maisons Nuitonnes. L'absence de grands crus explique peut-être aussi le manque d'intérêt actuel des consommateurs, même si l'exemple de Meursault est là pour prouver le contraire.

Lire la suite...


Chablis, pisse de Grenouilles et huitres de la discorde

dans la catégorie Culture Vineuse

Grenouille_Sieste.jpgAu 15e siècle, Eustache Deschamps chantait, "je donnerais fortune et titre pour m'enivrer de ce vin blanc avec des huîtres". Il s'agissait de Chablis, un vignoble très ancien, puisqu'on y trouve déjà trace de l’existence de vignes à l’époque gauloise. Les légions romaines de l’empereur Probus s’installèrent ensuite dans la région et replantèrent un vignoble au IIIème siècle après JC. Comme de nombreux autres villages de Bourgogne, l’histoire de Chablis est devenue cléricale, le vin était de messe, sa robe limpide, blanche et brillante représentait l’extrême pureté. Le plus gros propriétaire était l’Abbaye de Pontigny, fondé en 1141 par les Cisterciens. La révolution Française à bouleversée l'ordre en place et le vignoble Chablisien a été confisqués, vendus ou détruits pour éclater en micro parcelles. Les maladies, les crises, les nouvelles réglementations et les évolutions technologiques ont fini de bouleverser le vignoble qui trônait sur la table des rois de France. En 1893, le phylloxera détruit le vignoble. Comme ailleurs, il est reconstitué sur des portes greffes américains. On tente alors de définir une origine géographique et une trame commune à la production de Chablis. En 1904, pour la première fois, il est fait référence au Kimméridgien (nom d'un village anglais du Dorset appelé Kimmeridge). Cherchant à définir ce qui rend unique leur Terroir et mécontents à juste raison de voir le mot "chablis" désigner toutes sortes de vins sur la Planète, les viticulteurs du Chablisien trouvent une référence qui leur paraissait sûre.

Lire la suite...


Brothers in wines...

dans la catégorie Culture Vineuse

McLarenVale.pngMc Laren Vale, située dans la partie sud de l'Australie, est surement le vignoble le plus frais et le plus dynamique d'Australie. Des domaines installés depuis plusieurs décennies, pour les plus anciens dès le milieu du 19è siècle, un état d'esprit tourné vers l'expérimentation, et une très grande ouverture d'esprit, des pionniers qui proposent des vins élégants et étonnants de fraicheur. Placée quelques kilomètres sous Adelaïde, la Mc Laren Vale possède un climat relativement chaud l'été, mais les matins sont plutôt frais, une altitude de 300 mètres environ, et la proximité maritime offre des conditions privilégiées. On peut même rapprocher son climat à celui de la méditerranéen. On trouve une grande variété de sols, de la terre argileuse aux reflets rouge brun, aux sols riches en sable et en argile jaune. Ici, la Shiraz est reine, mais on trouve bien d'autres cépages, Cabernet-Sauvignon, Merlot, Grenache, Mourvèdre qui s'appelle ici Mataro, voire du Tempranillo.

Lire la suite...


Entretien Meurisaltien au bout du Roulot

dans la catégorie Culture Vineuse

roulot.jpgIl y a des acteurs-chanteurs, des chanteurs-écrivains, des écrivains-présidents, des vignerons-chanteurs et un seul vigneron-acteur. Un cas, le Roulot. Jean-Marc Roulot est un cas unique, le père et les deux grands-pères étaient vignerons, son avenir était tout tracé, "tu seras vigneron mon fils". Mais que se passe-t-il alors dans la tête d’un garçon pour qu’il se lance dans la folle perspective d’une vie de saltimbanque? Automne 76, il a 20 ans, et face à un père et une mère consternés, il déclame solennel : "Je ne veux pas être vigneron. Je quitte la maison. Je veux devenir comédien". Il passera par le conservatoire de Paris dans la classe de Michel Bouquet. Des premiers films sous la direction de Patrice Leconte, de Nicole Garcia, puis d’Etienne Chatillez, Il interprétera le Valère de Tartuffe sous la direction de Jacques Lasalle avec, dans le rôle-titre, Gérard Depardieu, qui lui prédit: "Tu reviendras là-bas, chez toi à Meursault." Mais la vie se hâte à modifier les destins, son père tombe malade. Aux vendanges 1982, sur son lit de souffrance, le patriarche l’initie aux raffinements de la fabrication des arômes. Sous la dictée, Jean-Marc prend des notes, il assumera, seul, la totalité des procédures jusqu’à la plus ultime, la vinification. Sa première ! Il assumera aussi le fait d'être comédien et vigneron. Aujourd’hui, il revendique ainsi son choix. Notre vigneron-acteur vinifie, répète, vendange, notre acteur-vigneron interprète, prend le temps d’écrire une pièce intitulée Meursault, les Luchets. Jouant son propre rôle, il initie les spectateurs aux mots du vignoble, il sera à l'affiche de "Rio Sex Comedy", le premier film de fiction de Jonathan Nossiter, réalisateur de Mondovino, dans lequel notre acteur-vigneron joue, aux côtés d’Irène Jacob, son plus beau rôle. "Chaque goutte de ses Meursaults est comme un torrent d’eau de roche qui vous transperce littéralement, vous submerge par sa minéralité fine et prégnante", dit Denis Saverot, le rédacteur en chef de la Revue des vins de France. «Précis, droit, essentiel, intense, long, centré, profond, unique, expressif. Voilà une longue série d’adjectifs qui définissent… qui? quoi ? l’homme ? le vin ? les deux. "A 20 ans, je n’avais pas d’avis sur le vin. A 36, j’ai décidé d’être vigneron parce que je savais quel vin je voulais faire."

Il a été l'invité de François Busnel sur France-Inter, un entretien au bout du Roulot à écouter sans modération

à l'écoute sur cette page


Ça marche en Bourgogne

dans la catégorie Culture Vineuse

Plus de 2500 personnes ont marché pour soutenir les Climats de Bourgogne le vendredi 8 avril 2011 entre Chambolle-Musigny et le Château du Clos de Vougeot. Le spectacle donné par la nature et les artistes fut somptueux, tout au long du chemin, le public a rencontré des comédiens et des conteurs qui ont enchanté petits et grands expliquant la richesse du patrimoine et sa valeur universelle. Des projections sur les murs du Château ainsi qu’un lâcher de lanternes célestes ont émerveillé les 2500 spectateurs qui ont entonné un ban bourguignon mémorable sur l’esplanade du Château. Artistes, bénévoles, politiques, personnalités ont apporté leur soutien à la candidature des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco. Bernard Pivot, Président du Comité de soutien, a rappelé l’importance de la mobilisation de tous. En effet le chemin dans les vignes ne comptait qu’un peu plus d’un kilomètre mais la route vers l’inscription est encore longue. La mobilisation des nombreux bénévoles et le grand succès populaire de cette marche marquent l’adhésion des Bourguignons à cette candidature importante pour toute une région.


En avant la moujik – partie 2

dans la catégorie Culture Vineuse

La petite musique du vin

Petite musique du vinDepuis les banquets des civilisations les plus anciennes aux fêtes de cour, en passant par les guinguettes et les cafés-concerts, les liens entre vins et musique sont nombreux, on peut même parler de promiscuité. Quel que soit votre style de musique, classique, jazz, rock, pop, rap, … la forme musicale, opéra, symphonie, chanson, big band, trio, quintet, il existe nécessairement un vin, une alliance possible qui sublimera ce que vous entendez. Michel Onfray a dépeint les liens qui unissent le vin à la musique : "Le temps du vin est celui de la musique, évanescent et destiné à creuser l’âme pour laisser des traces, des souvenirs, des témoignages." Le vin et la musique, quelle histoire ! Tout commence avec une pierre gravée il y a 5.000 ans, qui montre le couple royal d'Ur, buvant un bon coup, à l'ombre, des palmiers et au son de la harpe, pour célébrer une victoire. C'est le culte de Dionysos qui marque l'origine commune du vin et de la musique, en tout cas de la danse, du théâtre et du dithyrambe, avec une étroite proximité entre ivresse bachique et créativité artistique. Sans même parler des orgies dyonisiaques qui unissent le vin et la musique dans une unique fête des sens... Plus tard, c'est le vin de messe, évolution du breuvage sacré, quand la transe orgiaque laisse place à la méditation catholique... toujours en musique ! Et ce n'est pas un hasard si les vocabulaires vineux et musical résonnent à l'unisson : ne parle-t-on pas d'attaque, de finale, d'harmonie, de "notes" même? Même l'Iphone s'y met en proposant une application (Wine DJ) qui suggère de la musique en fonction du type de vin que vous buvez.

Lire la suite...


- page 1 de 3