RC2.jpgCeux qui ont eu un jour vécu l’expérience d’une visite au domaine insistent sur le respect et l'émotion qu’inspirent le lieu, l’atmosphère mystérieuse, quasi mystique de l'endroit. Le phantasme absolu de l'adorateur du Pinot noir. Certains avaient même rêvé d'une visite complète du Domaine et une verticale de Montrachet et de Romanée-Conti. Hélas, mille fois hélas, l'accueil a été charmant, administratif, la bouteille nous attendait tranquillement dans sa boite en bois, les documents étaient prêts, mais point de visite et pas de dégustation de prévue, simplement la magie du lieu et le précieux bien au chaud dans les bras d'Alain. La dégustation du cru le plus mythique de la côte devra attendre quelques mois. La Romanée-Conti, un nectar issu d'une toute petite parcelle de 1 hectare 80 ares et 50 centiares dont la surface est inchangée, au centimètre près, depuis 1580, qui donne actuellement, bon an, mal an, 4.000 bouteilles seulement. La parcelle, initialement nommée le cros de Clous, a pris le nom de Romanée en 1631, sans que l'on sache trop pourquoi. Lors de sa vente, en 1760, le prince de Conti l'a arrachée au prix fort à Mme de Pompadour, qui ne le lui a jamais pardonné, mais elle n'a été baptisée Romanée-Conti qu'en 1793 par les révolutionnaires lors de sa revente comme bien national.

jd.jpgPassé le petit moment d'abattement de JeanDa, qui voulant se suicider par noyade dans une flaque d'eau, découvre qu’il est également capable de marcher sur l’eau et même de remplir la flaque en vidant ses bourses même pas monétaire. Direction Puligny pour chercher 12 Côte-Rôtie, Gérard défendra prochainement sa thèse devant l'Université de Boullay les troux dans un grand débat philosophique de fond: "de la démarche cognitive et l’émulation intellectuelle dans l'achat compulsif du joueur de Curling Suisse-Allemand, Thèse, anti-thèse, prothèse et spaguetti bolognaise". A ne manquer sous aucun prétexte. L'occasion faisant le lardon, une jolie et sympathique vendeuse, un bar quelques verres et pas mal de bouteilles dont 3 ouvertes, et l'apéro était organisé en moins de temps qu'il n'en faut à un bègue pour dire péripatéticienne. Bilan de l'opération: un bon Puligny "les Enseignères" 2008 de …. Et un coffre déjà pas mal plein.

Retour sur Beaune pour un déjeuner à "Ma Cuisine", pas la mienne, celle de M et Mme Escoffier qui porte un nom célèbre dans la cuisine, pas la sienne, la grande. Un petit établissement passage Saint-Hélène, à deux pas de la place Carnot (lien vers billet). Persillé, Pigeon rosé, magrets rosés, un Carillon blanc et un Coche-Dury rouge plus tard, un petit bout de gras avec la patronne qui connait aussi bien le vin que les vignerons, un café, l'addition et direction Gevrey pour faire chanter le Rossignol.


rossignol-trapet2.jpgAccueil administratif, on craint le pire, dégustation de quelques 2007 en bouteille: un Beaune Teurons épicé, un Bourgogne un peu étroit, un Gevrey Vieilles Vignes terreux, un Clos Prieur floral et un Cherbaude assez fin sur des arômes de violette et de pivoine. Heureusement, David Rossignol arrive et cherche quelques échantillons de 2008 encore en cuve. Il nous fait un bref topo du millésime, une année difficile, après un printemps et un début d'été moyen, la région a connu un mois d'août et un début septembre perturbés, le beau temps est revenu juste pour les vendanges et le résultat obtenu est plutôt satisfaisant compte tenu des frayeurs d'avant vendange. Un tri drastique a été effectué et, d'une manière générale, la dégustation des rouges après malo confirme le caractère moyen du millésime, mais qui a été fort bien géré par le Domaine Rossignol-Trapet, qui a réussi à donner à ces vins de la tenue et du fruit sans faire une masse tannique rêche. Le résultat est en tout cas supérieur à ce que pas mal de spécialistes de la Bourgogne redoutaient.

Gevrey-Chambertin 1er cru Clos Prieur :

Cette parcelle couvre 0.25 ha et jouxte les Mazis. Un vin riche et soyeux au fruit très plaisant.

Gevey-Chambertin 1er cru La Petite Chapelle:

Un vin ample et rigoureux, réglissé, puissant, tourbé, très droit et avec une finale minérale. Pour David Rossignol, la flèche de l'Eglise

Latricières-Chambertin Grand Cru :

Bouquet complexe, également de fines notes de réglisse et de fleurs. Plus charnu que la petite chapelle. Pour D.R, un rectangle

Chapelle-Chambertin Grand Cru :

Un fruit très mûrs, très minéral, résineux, chocolaté, concentré, belle texture soyeuse, fraîche et longue. Beau potentiel. Pour D.R, une boule

Chambertin Grand Cru :

Pour Nicolas Rossignol, ce Chambertin est encore un cube. La version du Domaine est sûrement, avec celle du cousin Trapet et du Domaine Rousseau, la plus prestigieuse de l’appellation. Une cuvée monumentale. Ce vin de roi, qui en impose, est un condensé de tous ce qu'on a bu précédemment. Bistre de cheminée pour N.R, chocolat, fruit à noyau, cachou, grosse concentration, tannins encore serrés qui ne demande qu'à s'épanouir, une acidité et une longueur qui tracera une ligne de vie indéfinissable.

On termine par un

Latricières-Chambertin Grand Cru 2007

Très minéral, racé sur des arômes de griotte et de cassis, concentré, séveux et avec une colonne vertébrale acide bien intégrée, encore très loin de sa maturité ultime. Un vin d’esthète.



serafinchristian.jpgReste à chercher quelques cartons chez Christian Sérafin, JeanDa arrache quelques grands crus au péril de sa vie, Alain jubile sur ces Corbeaux 2001, on charge rapidement, enfin rapidement au sens Sérafinien du terme, à la vitesse d'une plaque tectonique au galop faisant la course avec un gastropode Bourguignon au triple galop. Et c'est au quadruple galop que nous avons pris la route du retour qui s'est déroulée rapidement sous nos pneus émerveillés et grâce à la science de l'arbitrage vidéo de JeanDa, le seul mec que je connaisse qui soit fan d'arbitre. Au début, c’est difficile de s’enthousiasmer pour la puissance d’un coup de sifflet d'engagement, la beauté froide d’un carton rouge. Après des années passées à mettre toutes les malheurs du monde sur le dos de l’arbitre, voilà qu’au contraire tu espères voir des fautes. Holala mais Cristiano Ronaldo ne se laisse même pas tomber, là, c’est scandaleux. Et puis, au stade, tu applaudis à tout rompre chaque décision arbitrale. La, je ne te cache pas que cela peut susciter quelques légères inimitiés de la part des plus obtus des spectateurs et ce serait un peu facile de préciser qu’approximativement 99,99% des spectateurs font partie de la catégorie des plus obtus. Par contre, l’avantage, en étant fan de l’arbitre, c’est que tu ne perds jamais un match et, en plus, tu n’en gagnes jamais non plus : en fait, c’est la solution idéale, pour un Suisse. Arrivée at home, où nous attend, je vous le donne en mille deux cent douze environ, quelques rognons à la moutarde de Dijon, un Morey les Millandes 2000 et un Charmes 2002 de Christian Sérafin, parce qu'on a de la suite dans les idées, une Gola Italienne, parce qu'on n'est pas sectaire et un Boxler VT, parce qu'on est Alsacien avant tout, enfin pas moi, mais les deux autres sauf le petit Suisse.