Quelques notes à la volée du millésime 2008

Indication des indices : 1 : vin techniquement sec (<2 à 6g/l) ; 2 : pas techniquement sec, mais les sucres ne sont pas apparents de façon évidente au palais. Certains dégustateurs peuvent trouver une légère rondeur en fin de bouche. 3 : sucrosité moyenne, plus importante dans la jeunesse du vin, s’estompera progressivement avec l’age. 4 : vin moelleux. 5 : Vin moelleux, très proche d’une vendange tardive.


Pinot blanc

(indice 1)Arômes végétal, fermentaire, bouche ample, ça rince pour Chokwine. Bien

Chardonnay Clos Windsbuhl

(indice 1) Nez très floral, pointu, forte minéralité, épuré beau vin. Très bien

zind.jpg

Zind VDT chardonnay et pinot Auxerois

(indice 1)Beau nez citroné et taosté, amande, très sec, austère, carré, bouche grasse et longue. Très bien

Muscat Herrenweg de Turkheim

(indice 2)Nez expressif et puissant, une acidité qui tend le vin. Bouche élégante et longue. Sec et agréable. Une flèche. Très bien

Muscat Goldert

(indice 1)Nez aromatique un peu austère. Bouche fine, ronde et puissante. Bien

Riesling

(indice 1)Nez fermé, simple. Bouche fine et plate. S'exprime mal après les muscats? Moyen

Riesling Terroir d'Alsace

(indice 1)Le même simple et classique, un Zind sans surprise, c'est pas un Zind. Moyen

Riesling Gueberschwirh

(indice 1)Nez sur les agrumes, pointu. Plus d'élevage, vin sec et élégant. Bien

Riesling Turkheim (lot 14b)

(indice 3) Nez fin et élégant, minéral (peirres). Bouche fruitée, mûre. Bel équilibre. Très bien

Riesling Herrenweg

(indice 1)Nez un peu étrange, space, floral, végétal. Bouche simple et amère. Pas ma tasse de thé le Herrenweg. Bien

Riesling Hauserer

(indice 1)Nez pétrolé, agrume fruit exotique. Bouche puissante, intense, longue avec une belle acidité et une finale nette et sèche. J'aime. Très bien

Riesling Heimbourg

(indice 2)Belle palette aromatique intense, nez fumée et tourbée, bouche racée, ronde, tendue. Superbe. Excellent

Riesling Clos Windsbuhl

(indice 1)Une synthèse de la puissance maitrisée du Clos Hauserer et de la race de l'Heimbourg. A la fois un beau fruit, une grosse maturité et une élégance classique. Excellent

Riesling Brand

(indice 1)Mon coup de cœur en Riesling. Tous est en place. Nez de grand Riesling, fin, citronné, finement pétrolé, intense. Bouche grasse, ronde et tendue par une acidité enveloppante. Grande longueur et retro de rêve qui fait passer des vagues de fraicheur sur le palais. Grand vin

brand.jpg

Riesling Rangen de Thann Clos St Urbain

(indice 2)Nez ciselé, droit, intense, belle palette de saveurs signées par la roche volcanique du Rangen, pierre à fusil, fumée, Tourbe. Bouche élégante, puissante, intense. Excellent

Belle série de Riesling fins et tendus

Pinot Gris

(indice 2)Nez très aromatique, classique des pinots gris, la bouche est puissante avec une grosse acidité et une finale légèrement amère. Très bien

Pinot Gris Vieilles Vignes

(indice 5) Même profil que le précédent, mais avec plus de sucre résiduel (87g), un peu pataud. Bien

Pinot Gris Rotenberg

(indice 1) Nez toasté, grillé. La bouche est un peu mince. Bien

Pinot Gris Heimbourg

(indice 2)Le nez est racé, minéral. Belle bouche ample, l’acidité permet d’équilibrer une grande puissance. Très bien

Pinot Gris Clos Windsbuhl

(indice 4) Nez puissant et complexe, grillé, beau fruit, minéralité. La bouche est ronde, ferme, ample avec une énorme strucure, balancée par du sucre résiduel (37g) et une acidité redoutable. Excellent +

windsbhul.jpg

Pinot Gris Rangen de Thann Clos St Urbain

(indice 5) Aucun doute sur son origine. Nez de pierre à fusil, tourbe, fumée, finement pétrolé. Encore un équilibre magistral entre la puissance de la structure, le sucre (46g) et l'acidité qui nétoie la bouche et termine sur de beaux amers. Magnifique, un miroir du Rangen. Grand vin

Gewurztraminer Gueberschwihr

(indice 1) Nez de rose épicée. Ce vin se présente comme étant sec, les faibles sucres résiduels sont bien éclipsés par l’acidité et la fraîcheur de ce vin. Très bien

Gewurztraminer

(indice 3) Nez plus simple, l'acidité est plus tranchante et le sucre plus présent. Pas en place. Moyen

Gewurztraminer Wintzeheim

(indice 5) Nez un peu fermé, très bombon à la bergamotte. Bouche puissante et avec beaucoup de fraicheur. Très bien

Gewurztraminer Herrenweg

(indice 5) Nez très classique des gewurztraminers, rose, litchi. Bouche puissante, belle longueur. Très bien

Gewurztraminer Herrenweg Vieilles Vignes

(indice 5) Même profil avec un peu plus de tous et en prime une acidité qui rince le coichon dixit Chokwine. Très bien

Gewurztraminer Heimbourg

(indice 4) Nez discret, élégant et légèrement boisé, sur des arômes floraux. La bouche est moins vive que les précédentes. Plus de rondeur. Très bien

Gewurztraminer Goldert

(indice 4) Nez floral et vanillé. Bouche moelleuse, épicée et équilibrée. Très bien

Gewurztraminer Hengst

(indice 4) Beau nez de litchi et de fumée. Bouche puissante, grasse et longue. Très bien

Gewurztraminer Clos Windsbuhl

(indice 4) Nez de fleur d'acacias, élégant. Bouche fine, très minérale. Taillé pour la garde. Excellent

Gewurztraminer Rangen de Thann Clos ST Urbain

(indice 4) Superbe nez de bonbon anglais, de thé, de verveine, de mirabelle, d'épice orientale, de café. La bouche est au même niveau. Un délice de fruit et d'épice méllés, grasse, minérale, une trame acide qui tend le vin vers une merveilleuse finale. Unanimité pour un très grand vin. Le coup de cœur des coups de cœur.

rangen.jpg

Pas toujours facile d'évaluer des SGN aussi jeune mais quel régal

Riesling Brand SGN

SR 172g/l - Beau nez de fruit confit, pur, frais. La bouche attaque sur un air liqueur bien mûre et termine très long sur une forte acidité et une minéralité intéressante. Sa seule faiblesse, il lui faudra 10 ans pour qu'il se dévoile totalement. Grand vin de demain.

Gewurztraminer Herrenweg SGN

SR 148g/l - Très floral, rose, fruit confit. Bouche racée et tendue. Très bien

Gewurztraminer Hengst SNG

SR 166g/l -Nez austère, fermé. Bouche puissante, avec des notes de caramel et une acidité importante.Très bien

Pinot Gris Rotenberg SGN SR 198g/l et Pinot Gris Heimbourg SGN SR 224g/l

Même profil, rôti, belle liqueur, acidité mordante qui équilbre les sucres résiduels. Belle réussite. Excellent

Pinot Gris Clos Windsbuhl SGN

SR 188g/l Nez rôti, fruits exotique, très Sauternes. Bouche ample, lumineuse portée par une belle acidité vers une finale somptueuse. Excellent +

2 heures et demie plus tard, un peu groggy par une telle qualité générale et un peu aussi par l'alcool associé au sucre résiduel, on titube jusqu'à la voiture, dans le froid du bunker de Turkheim et les bras chargés. Comme le dit si bien Schulmeister et avec beaucoup de poésie, tout en urinant dans les vignes : "Après ça t'as les abeilles autour de la braguette". Va falloir un diner de compétition pour combler nos ventres vides de solide. Ça tombe bien, notre cantine est à 3 minutes pendant lesquelles Chokwine va convaincre la madame de la Taverne Alsacienne de nous servir sa célèbre assiette autour du veau, malgré l'heure tardive. En retour en lui assurera une place parmis nos bon plan. Un verre de blanc moyen, un beau Chambolle de Roumier et un café plus tard, on se rentre, des arômes de fruits, de tourbe, d'épices, de rose et une acidité perçante encore au fond de la bouche.

Ce petit voyage à Turkheim, m'a fait me poser la question existentielle du moment: mais qui est ma tête de turc? A l'école, je me souviens, s'était Fulène-Christophène Plustrène, déjà parce qu'il avait un nom à la con, qu'il était petit et moche et que sa mère lui faisait des supers gâteaux, ce qui nous fait une accumulation déraisonnable de bonnes raisons de la martyriser et de lui escamoter ses casse-dalles. Depuis, je ne me suis plus posé la question et voilà ti pas que ça me reprend comme une envie de pisser sur les pompes d'un gros con réactionnaire. J'ai décidé, que ma tête de turc pour 2010, se sera le ténia Zemmour, sans majuscule puisqu'on ne mets pas de majuscule au mot étron. Ce résidu de fosse septique me rend septique justement. Pourquoi a t-il décidé de passer sa misérable sous-existence d'invertébré de droite à cracher sur tout ce qui ressemble, de près ou de loin à la gauche, la sienne de gauche, donc un peu près tous le monde. Ce ridicule journalpute lénifiant et brasseur de vent nous vend ses fientes de prétention culturelle et ressasse inlassablement que tout est de la faute à la gauche. L'insécurité des banlieues, lafotalagôche, la crise, lafotalagôche, la drogue, lafotalagôche, les charges sociales, lafotalagôche, l'immigration, lafotalagôche, Al-Quaida, lafotalagôche… A force d'aboyer comme un klebar sous LSD, il finit par ne plus être crédible. Il est au journalisme ce qu'est le Macdo à la cuisine gastronomque: une merde et ça commence à grave me démanger les phalanges toutes ses conneries, j'en ai plein le cul de me laisser culpabiliser par ce non-penseur et je suis ravi de constater que se forme un front anti-zemmour. Après moultes et intenses reflexions, un gros travail sur mon moi intérieur, quelques heures de yoga et nonobstant le fait que cela n'a rien à voir avec les vins de Zind, que parler d'un con, c'est un peu comme se masturber avec une rape à fromage : beaucoup de souffrance pour peu de résultat, j'en suis arrivé à la conclusion jubilatoire et apaisante suivante : Va chier, ténia sur pattes….