On demande des efforts au moins bien lotis, pour payer leurs beaux maillots, leurs Ferrari, les escort-girls, les appartements de fonction, les jets privés, leurs privilèges, leurs magouilles et leurs fraudes fiscales. On nous demande de travailler plus et plus longtemps pour gagner moins et eux se vautrent dans le luxe, le stupre et l'incompétence. L'absence d'esprit d'équipe est flagrante. Aucune intégration, aucun sens du partage, aucun dévouement. C'est aussi la plaie de la société française actuelle qui n'a pas su gérer son identité nationale autrement que par la stigmatisation, le refus, l'exclusion, l'expulsion et le manque de respect aux communautés et encore plus grave, l'injure faites aux plus faibles. Le résultat : un pays et une équipe sans âme et sans projet. Les responsables de cette mascarade sont nombreux. En premier lieu, les dirigeants, tous ceux qui ont laissé faire : Escalettes, le Président fantoche de la FFF, est une montagne d'incompétence, comme tous ceux qui ont participé au maintien de Domenech. Et Houiller, le DTN, qui a tous fait pour maintenir son pote Raymond, celui là même qu'il désoude aujourd'hui, dans le dos, en se rangeant du côté de la vox populi. Houiller, le principal responsable du yahourt bulgare de 93, est un opportuniste de première classe, en 93 il s'était servi de Ginola pour masquer ses incompétences, aujourd'hui, se sera plus difficile de passer entre les gouttes. Platini, Platoche l'intouchable, à force de tirer sur l'ambulance, il a fini par dégommer un pneu, et la voiture s'est crashée dans le bush africain. Et que dire du Raymond? Qu'il ressemble à s'y méprendre à notre grand Président. Un type envoûté par son désir de communiquer, de plaire, mais qui déplait. Un homme sans stratégie, sans vision, sans grandeur, sans amour propre, sans amour de son pays. Même pas capable de reconnaitre sa défaite, sa déroute, d'être fair-play envers celui qui l'a battu. Enferrés dans des amitiés qu'il faut récompenser, malmenés par des évènements qui le dépassent, il s'entête par principe sans oser avouer qu'il s'est trompé. Si Domenech est aussi insupportable dans les vestiaires qu'en conférence de presse, on peut comprendre qu'un petit caïd, plus chatouilleux que les autres, pète les plombs. Et pourtant, mes vieux principes judéo Chrétiens me laissent penser qu'on ne parle pas comme ça à qui que ce soit, même à Domenech.

Les Ministres de tutelle qui n'ont pas su faire le ménage dans cette porcherie. Rama Yade est devenu persona non grata dans le groupe après son intervention sur l'hôtel du fric alors même qu'elle était mal placée pour le ramener puisqu'elle couche dans la soie comme les autres. Roselyne, déguisée en super nany, comme toujours, arrive après la bataille. Elle pense que : "les joueurs ont besoin d'elle", il y a un peu près autant d'affinité entre elle et les petites frappes de l'EDF, qu'entre Sarkosy et les sidérurgistes de Gondrange. La presse en général et l'Equipe en particulier ne sont pas exempt de reproche, la une de l'Equipe, sans filtre et sans pincettes, a mis le feu au poudre et plongé l'EDF dans la boue et la fiente. C'est sans aucun doute la couverture les plus ratées de l'histoire de la presse alors qu'il nous avait habitué à beaucoup mieux. "L'insulte faite à Raymond" aurait eu plus de classe. Il fallait vendre, choquer, attirer le blaireau. Une couverture qui sent le fond de pissotière pour remuer la merde.

manifoot.gif"Les Sombres Héros" de France-Mexique devront payer pour l'insulte faite à tous un peuple. Les joueurs sont responsables ou plutôt irresponsables. Qu'ils aient des griefs à l’endroit de la fédération et du ministère de tutelle, c’est normal et même justifié. Qu'ils aient été mal préparés, physiquement et psychologiquement, c'est même certains. Que les joueurs aient des droits légitimes, nul n’en doute. Après l'épisode de la main dans la culotte des Irlandais, on croyait que les Bleus avaient touché le fond. Ben non, ils creusent encore. A force de s'enfoncer dans la nullité et le ridicule, ils vont bien finir par trouver du pétrole. Qu’ils prennent l’équipe nationale en otage, c’est tout simplement lamentable et inacceptable. Une attitude inqualifiable qui sera une tâche indélébile sur leurs maillots rouge de honte. Cet acte d'insurrection n'est pas simplement une injure faite au maillot qu'ils portent, c'est aussi une injure faite aux 2 millions de licenciés, une injure faite aux gosses qui les idolâtraient, une injure faite à tous ceux qui l'on porté dignement avant eux et à tous ceux qui rêvent de la porter un jour, une injure faite à tous les Français. Dans le Var comme sur les bords de l'Atlantique il y a quelques mois, des gens pleurent parce qu’ils ont tout perdu. Qu’ils sortent par la grande porte et qu’ils disent : "Vous savez, les sept millions qu’on nous doit pour la Coupe du Monde, on les verse à l’association qui gère ceux qui ont tout perdu". Parce que c’est eux qu’il faut aider, pas des enfants qui font des crises de colère. Mais là je rêve, le mot dignité, ils ne savent même pas ce que ça veut dire. Ils sont arrivés là où ils méritaient être : au terminus des prétentieux.

Justement, parlons en des anciens. Le problème, c'est aussi ceux qui ont porté avant eux les couleurs de la France et en particulier les champions du monde de 98. L'héritage laissé par Zidane and Co est trop lourd à porter. Le costume de champion du monde est trop grand pour pas mal de ptites cailleras plus habitués aux casquettes à l'envers, au casque sur les oreilles, les yeux derrière des lunettes de soleil, même dans l'hiver africain, le regard condescendant, le sourire de nouveau riche, "Ziva ouech ouech comment tu vas bien" comme seule référence culturelle. Les "héritiers de 98" ont eu les chevilles et la tête qui ont gonflées aussi vite que leurs contrats et leur compte en banque. Mais ils n'ont rien gagné. Nada, peau de balle. On a laissé une bande de gamins gâtés nous représenter, avec à leur tête un clown sans charisme, piètre meneur d'hommes, devant négocier avec une bande de mercenaires peu motivés et avide de fric et de pouvoir. RiberyZidane.jpgComment s'étonner, dans ce contexte, qu'un type mal élevé parmi d'autres finisse par laver son petit honneur de racaille dans la fiente de l'injure? Comment éduquer un gamin quand son idole se comporte comme ça? Comment demander des sacrifices aux Français quand les membres du gouvernement se comportent comme des arrivistes, des rapaces, de voleurs et des rapiats? Quand le Président de tous les Français insulte un de ses siens, comment parler de grandeur de la fonction? De grandeur d'un pays?

C'est vrai que les grands anciens ne leur ont pas facilité la tâche aux gamins. Dans cette étripe de France, l’Anelklash tombe bien. Tous les consultants issus de l'équipe de 98 cassent allègrement cette équipe depuis quelques mois, pour placer Lolo à la place de Dodo. Ils ne se sont pas gênés depuis quelques jours pour faire place nette à leur pote. Le champ de mines a explosé et le terrain est nettoyé par le vide. Soufflé par un vent de latrines. Mais ils n'étaient pas des enfants de cœur. Le coup de boule de Zizou avait un certain panache. Tout du moins, quitte à faire perdre la France, au moins lavait-il son honneur. C'était aussi le mauvais geste d'un gamin parvenu au sommet de sa gloire, champion du monde légendaire, héros pour des millions de gens. On lui a pardonné car il nous avait donné sa part du trésor. Aussi généreux dans la victoire que dans la connerie, c'était humain après tout. La génération de morveux qui a suivi, a pris les mauvaises habitudes et a récolté les fruits de ses aînés, ses sponsors, ses privilèges, sa prétention. Mais la prétention sans les titres, c'est juste une rente insupportable, une usurpation de titre.

anelka_aeroport_reu.jpgAnelka bien entendu y est pour beaucoup dans cette chienlit. Il quitte le navire avant qu'il ne sombre complètement, une barque de sauvetage pour lui seul, alors que les autres n'auront que les yeux pour pleurer, un Dark Vador d'opérette, une caricature de petite frappe. Il demandera pardon, dira qu'il n'a pas dit exactement ça, qu'il n'a même pas regardé Domenech dans les yeux, surement parce qu'il est incapable de franchise. Il prendra sa retraite internationale alors qu'il n'y a aucune chance pour que Laurent Blanc, même devenu fou, pense à lui. Il ira monnayer ses interventions télévisées, écrira ses mémoires dont tous le monde se fout, avec les 150 mots de vocabulaire qu’il possède et partage avec Ribery et Pathétique Evra, les tyrans, les fossoyeurs de cette équipe qu'ils ne faudra pas oublier au moment de rendre des comptes, de faire le bilan de la farce. Capitaine Pathétique cherche vainement un traitre, alors qu'il n'a pas compris qu'ils y en a une bonne vingtaine autour de lui, avec le même maillot que lui. A l'inspecteur gadget du foot, faut lui dire que le principal traitre, c'est lui, avec sa tronche de pitbull, son égo sur-gonflé, traitre à son équipe, traitre à sa fonction, traitre à son pays. Le pire capitaine de l'histoire du foot français. Ribery a Foot2.jpgbeau venir chouiner et s'excuser à la télé et faire des fautes d'orthographe en parlant, il n'effacera jamais cette image de petit despote autocrate tyrannisant ceux qui voulaient faire de Gourguff le Patron des Bleus. Sur le terrain, il manque tragiquement de sens tactique et de vision du jeu, n’est pas Zidane ou Platini qui veut. Le Picasso du clan des cités a pris le pouvoir et a réussi à faire suffisamment pression sur Domenech pour qu’il écarte le trop beau, trop poli, trop gentil, et trop intello Yoann Gourcuff qui préfère l'opéra à Fifty Cent. Raymond Domenech n’avait pas les corones pour mettre au pas les gros bras de Frankiki, dont l’arrogance est proportionnelle à son salaire. Franck Ribéry ne doit plus jamais porter le maillot de l'équipe de France. Il peut marquer des buts à la pelle, et bien je n’en ai rien à cirer. Parfois, les valeurs du sport sont plus importantes qu'une victoire ou une défaite.

Même notre représentant arbitral s'y est mis. Il s'est négativement illustré lors du match Bresil - Côtes d'Ivoire en accordant un but après deux mains évidentes du buteur Brésiliens (encore une main!!!), il a oublié d'expulser un Ivoirien auteur d'un tacle assassin, c'est plutôt lui qui n'y vois rien sur le coup, et expulsé un Brésilien qui n'avait rien fait sinon de subir le cinéma dudit tacleur assassin. Consternant, à l'image de notre football. Ce n'était décidément pas la journée du foot français. Mais Lannoy porte bien son nom, il s'est mis au niveau du foot français, et n'a pas tout perdu, il aura sa place au chaud dans le vol retour des Bleus.

Nous aussi, on est responsable, moi en premier pour n'avoir pas supporté l'insupportable, mais était-ce supportable? Ce n'est évidemment que du foot. Que des gamins qui courrent en short après une balle. Mais la secousse tellurique est immense. Les dommages collatéraux feront des victimes et je ne parle pas des responsables de la farce. La Coupe du monde n'est pas une simple compétition de football. C'est aussi un formidable vecteur de passions, de rêves et d'échanges. Beaucoup d'équipes l'ont compris. Pas la France qui ne fait pas honneur à la formidable fête que le continent Africain est en train d'organiser pour la première fois. Une fête dont, de toute façon, les joueurs Français ne veulent pas faire partie et en sont logiquement exclus. A moins que, planqués dans leur bunker, ils n'aient, simplement, pas compris qu'elle existait cette fête. Le monde entier se fout de nous et de nos starlettes à crampons. L'image laissée dans ce mondial est détestable, irréparable. Les grands bénéficiaires seront les handballeurs et les Rugbymens qui vont récupérer les jeunes décus du starsystem du foot. Ces mêmes rugbymens, qui, le 17 juin 1995 sortaient de terrain du Kings Park de Durban, trempés par le déluge, battus, peu être floués, mais la tête haute, Abdelatif Benazzi et ses potes n'étaient pas passés loin du bonheur pendant que Mandela et les Spingbocks écrivaient l'histoire d'une nation arc en ciel. Les Handballeurs sont passés de Barjots à Costauds avant d'être Expert, ils ont grandis et sont devenus grands. Les rois fainéants du Mondial 2010 sont passés de Champion du Monde à "Grévistes Pathétiques". Evra et sa bande ont aussi écrit l'histoire du foot Français, mais une histoire honteuse, la blénno d'une chronique en bleus.

L’équipe de France de demain doit être construite autour du banni de ce triste Mondial : Yoann Gourcuff, à l’état d’esprit irréprochable et au talent, on l’espère, toujours intact. Avec Toulalan et quelques autres ils auront la lourde tâche de faire oublier les frasques d'une bande de peigne-culs. Courage Laurent Blanc! "Du pain et des jeux" pour la plèbe a dit Juvénal, le foot c'est l'opium du peuple, la religion d'une France laïque. Rousseau lui, a écrit : “lorsqu’un esclave plie sous son joug, il fait bien. Mais lorsqu’il se décide à secouer la tête pour l’arracher, il fait mieux.” Il y a des têtes qui doivent tomber!

Tous ça est pitoyable et c'est loin de n'être que du sport.