Parler d'Egon Müller en Allemagne, l'autre pays du Riesling, c'est parler de la Romanée-Conti en Bourgogne. Scharzhofberger1.JPGEn introduisant ses lois militaires et administratives dans la région de Mosel-Saar-Ruwer, Napoléon a fait que les vignobles "ecclésiastiques" devinrent biens nationaux et furent laïcisés. C'est ainsi qu'une partie de la colline du Scharzberg fut achetée par l'arrière-arrière-grand-père d'Egon Müller, Jean-Jacques Koch, en 1797. Le Scharzhofberg est l'exceptionnel vignoble de cette colline bénéficiant d'une exposition plein sud, s'étendant sur une altitude de 190 à 310 mètres. Ses pentes vertigineuses surplombent le Scharzhof, maison historique de la famille Müller, près du village de Wiltingen an der Saar, à 15 kilomètres au sud de Trier. Egon Müller possède 8,5 des vingt hectares du Scharzhofberg. Il s'agit d'un "Einzellage", ce qui signifie à peu près: "Grand Cru issu d'une seule parcelle". C'est le sommet du classement qualitatif. Le Riesling y est à la limite de son aire de culture. Mais c'est justement là que, lorsque tout se passe bien, il donne le meilleur de lui-même et qu'il atteint une finesse incomparable. Trois hectares, datant du 19ème siècle, sont encore "francs de pieds" (non greffés avec des plants américains) avec une densité de 10.000 pieds à l'hectare. Les descendants de Jean-Jacques Koch s'appellent tous Egon Müller. Aujourd'hui, c'est Egon "4" qui dirige le domaine, Egon "5" n'a que onze ans.