9782723439282g1.jpgOK, mais lequel. J'élimine d’emblée la natation, ça mouille, les échecs, les fléchettes, la belote, le bowling, le golf, paraît que c’est des sports, mais j'ai peur que ce soit un peu trop violent pour un retour à la vie sportive. J'ai aussi pensé au curling, mais j'ai déjà du mal avec le ménage chez moi, alors je vais pas commencer à balayer des théières. Le fitness, c'est du vrai sport, mais faut pas plaisanter avec ça, même les bornes ont des limites. Une fois, j'ai été dans un club de fitness, une blonde décolorée avec un mini-short fluo rose bombons m'a dévisagé comme si elle venait d'apercevoir une montagne de merde sur son tapis magnifique persan tout neuf, elle a pris un ton d'adjudant-chef et elle m'a balancé une phrase compréhensible uniquement par les initiés : " Vélo – 32 Km – niveau 2 - rameur 432 AR avec pauses de 10 tous les 75 – altère et go – OK?" Oui Madame que j'ai bredouillé en m'enfuyant à toute berzingue. Faut pas déconner avec sa santé. Je suis pas un monstre de 2m50 avec des yeux en trou de pine rentrés à l'intérieur du visage, des cheveux couleur urine de Tchernobyl, un cou de taureau des bras comme des cuisses et des cuisses comme des jambons bellota, le genre de type capable de soulever l’équivalent de 2 airbus dans un râle de bœuf en sifflotant my way en Bulgare, moi mon modèle, c'est Woody Allen. Je suis donc rentré chez moi vidé comme une truite sur le marché de Rungis. L'idée même du sport me donne fain et j’avais plus faim qu’un ours dans une usine de fumage de saumon, je me suis enfilé deux boudins purée, 12 œufs durs, 3 bigmac, 6 kilos de frites, 3 munster, 12 yop à la fraise et un régime de banane. Résultat des courses, j’ai pris 4 kilos. Je préfère envisager un sport plus adaptés à mon gabarit, pas comme le cyclisme, ce sport me paraît aussi peu recommandable que les autres, généralement, tu te mets au sport parce que c’est sain alors que les cyclistes ont la fâcheuse habitude de se voir pousser un sein et de mourir à trente ans, ce qui n’est pas un modèle de sainteté, faut bien l'admettre. Reste quoi? L'éthyllabellophilie, stop, ne paniquez pas, ne planquez pas vos enfants, il ne s'agit de pédophilie conjuguée avec la saoulographie, mais du noble sport que constitue la collection d'étiquette de vins. C'est pas trop fatigant et pour enlever les étiquettes, c'est plus pratique de vider la bouteille. Alors allons-y gaiment. Les Soiffards sont là pour m'aider à vider les quilles, sauf Gérard, Thierry et Pascal rejoindrons l'équipe en cours de tour et de tournée plus ou moins générale.

1. Champagne Initiale Jacques Selosse
2. Champagne Deutz rosé 2005
3. Riesling Frédéric Emile 2002 Domaine Trimbach
4. Palette Château Simone 2007
5. Coteau du Languedoc La Grange des Pères 2007
6. Meursault Clos des Perrières 2001 Albert Grivault
7. Pessac-Léognan Smith Haut Lafite 1998
8. Batard Montrachet 2006 Morey-Coffinet
9. Châteauneuf Château Rayas 1994
10. Gevrey Chambertin Les Corbeaux 2001 Christian Sérafin
11. Corton 2001 Domaine Rapet
12. Saint-Julien Léoville Las Cases 1988
13. Château Margaux 2002
15. Saint-Emilion Cheval Blanc 2001
16. Châteauneuf Réserve des Célestins 2001 Henri Bonneau
17. Châteauneuf Réserve des Célestins 1998 Henri Bonneau
18. Bandol Pibarnon 1996
19. Côte-Rôtie Landonne Domaine Gérin 1996
20. Côte-Rôtie Bassenon 2006 Jean Michel Stephan
21. Syrah Léone 1993 Domaine Peyre Rose
22. Gewurztraminer Clos St Landelin SGN 1990 Domaine Muré
23. Sauternes Château Yquem 1998


Champagne Initiale Jacques Selosse

100% Chardonnay01selosse_initiale.gif Le Brut Initial de la maison Jacques Selosse, légèrement dosé (5g/l), est un Blanc de Blanc élaboré à partir de raisins venant de terroirs classés Grand Cru. Ce champagne exhale de subtils arômes de noisette, d'épices, de citron, de nougat et de fruits jaunes. La bulle est fine et peu abondante, l'attaque est vive, la bouche est fraiche, vineuse, ronde, l'élevage est discrètement intégré et la finale est belle et soutenue.15.60 Très bien

Champagne Deutz rosé 200502deutz.jpg

Robe saumon, lumineuse. La bulle est fine, persistante, le nez est puissant, complexe, sur des notes de fraise écrasée, de groseille, de miel, de fleurs blanches et de menthe. La bouche est ample, pleine, fruitée, aérienne, gourmande, une grosse matière qui termine, très long, sur une belle sensation de fraicheur. 14.75 Très bien

Riesling Frédéric Emile 2002 Domaine Trimbach

03FETrimbach.jpgBeau nez fin et pétrolé, sur des arômes floraux, de thym, d'amande, de citron, d'aubépine. La bouche est riche, concentrée, sur une matière ample mais avec pas mal de finesse et d'élégance. La finale est longue, minérale et aromatique. 15.70 Très bien


Palette Château Simone 2007

04simone.jpg80% clairette, 12% grenache blanc, 5% Ugni et 3% muscat Le nez est d'abord retenu, puis il s'ouvrira sur des notes de tilleul, de fleurs blanches, de poire, de pêche de vigne, avec un léger grillé et un peu de menthe. La bouche est pleine, ronde, avec une belle acidité, un élevage fondu et une finale fraiche et florale.15.35 Très bien

Après la soirée Goth dans le cru, JeanLuke est comme un nain Nicolas Sarkosy devant un urinoir, la barre est super élevée, il lui faut viser loin, viser haut. La question l'a hanté pendant 4 semaines durant. Sa théorie, jusqu’où va l’infini? Bon d’accord, on dit que l’univers est en expansion et que théoriquement, il n’est pas possible d’aller au bout du bout. Mais si l'univers se dilate, il faut bien qu’il se développe dans quelque chose, mais dans quoi? Le vide absolu? L’infini grignote le néant total? Mais dans quoi s’inscrit le néant? Et si ce néant est également un autre infini pris dans un autre infini et qu’au final tout ça rentre dans la poche d’un immense Monsieur en costar Hugo Boss qui est le chef de l'univers, un monde qui ressemble au nôtre à la différence près qu’il est l’infini au cube plus grand que le nôtre, un peu comme des poupées russes, de infiniment petit à infiniment grand… Tu m’étonnes qu'il ait eu du mal à s’endormir avec tout ça… C'est au pied du mur qu'on voit le maçon, et le maçon commence par deux Champagnes, Un Selosse vineux et un Deutz superbement fruité et nez en moins vineux. Pour le premier non Champagne, JeanLuk nous a facilité la tâche avec un vin qui nous rappelle la maison, plus Riesling que le Frédéric Emile de Trimbach, c'est difficile. Un archétype de se que l'Alsace produit de meilleur. Le Château Simone, propriété de la famille Rougier depuis 1850, domine la vallée de l'Arc, au sud d'Aix-en-Provence. Chateau-Simone-002.jpgLe vignoble de 17 hectares, dans un cirque d'éboulis calcaires entouré de forêts, jouit d'un microclimat exceptionnel. Fermentation et élevage sous bois dans les caves voûtées du château, construites par les moines des Grands Carmes. Les Soiffards encore bien distrait sont restés sur la sensation de fumée, pour se demander si la cave avait brûlé et délirer sur l'endurance et l'abricot de Simone. J'ai pas tous compris, mais ça ne manquait pas de sel. Le Château Simone était le vin préféré de Churchill, qui affirmait malicieusement : “Je ne suis pas difficile, je me contente du meilleur”. Nous aussi on s'en contente et on a même pas été obligé de diriger le Royaume-Uni ou de se taper un fish and chips.

Languedoc La Grange des Pères 2007

05grange-des-peres.gifAssemblage de Roussane et Chardonnay, complété par de la Marsanne et du Gros Manseng, issus du massif de l’Arboussas. Un vin qui grille fortement le nez avec des notes de noisette, de poire, de mangue, de citron, fleurs blanches, de pierre à fusil. La bouche est grasse, fraiche, pleine, ample, sans lourdeur, une très légère sucrosité et une relative finesse, même avec une acidité peu marquée. Belle persistance sur la noisette et les agrumes, encore trop jeune avec un élevage trop présent. 14.25 Très bien

Meursault Clos des Perrières 2001 Albert Grivault

Un vin qui mettra un peu de temps à délivrer son message, finement austère et d'une précision exemplaire. Un nez subtil et pur de chèvrefeuille, d'agrumes, d'amande, de frangipane, de minéralité avec de subtiles notes pétrolées, assez déconcertante dans un Chardonnay. La fraicheur est bien présente grâce à une acidité exemplaire qui équilibre parfaitement une matière pure et ample. Grande persistance sur l'amande. 16.55 Excellent

Pessac-Léognan Smith Haut Lafite 199807smith_haut_lafitte.png

Nez toasté et très expressif, flirtant avec l’oxydation (et non l’oxydatif), miel, pomme, citronnelle, fleur d'acacia, fougère et herbe fraiche. La bouche est ample, riche mais toujours ces arômes d'oxydation importante qui gâte une peu cette bouteille un peu sur le déclin et qui manque de longueur. 16.95 Excellent

Batard Montrachet 2006 Morey-Coffinet

Beau nez expressif et élégant, de poire, d'agrumes, de chèvrefeuille, de menthe, de beurre frais et quelques notes fumées. La bouche est grasse, ronde, avenante, la matière est ample, superbement fruitée, elle tapisse le palais jusqu'à la finale, très longue et avec une fine amertume terminale. 17.15 Excellent

Châteauneuf Château Rayas 199409rayas.jpg

Robe bien évoluée, or paille. Nez complexe et également évolué, sur des arômes de miel, de pomme, de cire d'abeille, de figue et de kirsch. La bouche est fraiche, florale, la matière est grasse, ample et avec beaucoup d'élégance et de charme. Belle finale sur la paille et la menthe. 16.70 Excellent

Le pirate blanc sera une Grange de Pères 2007, plus connu en rouge. Le domaine de La Grange des Pères se situe sur la commune d’Aniane, en plein cœur de l’Hérault. Dans les années 50, le grand-père de Laurent Vaillé avait acheté une ferme, La Grange des Pères, pour y faire de la polyculture, avec un peu de vignes. Quelques années plus tard, Laurent Vaillé, alors qu’il était kinésithérapeute, entreprend une reconversion, et reprend des études en Viticulture-Œnologie. Son BTS viti-Oeno en poche, il part faire un tour de France des vignobles, et apprend ainsi aux côtés des plus grands (Chave dans le Rhône, Coche-Dury en Bourgogne...). Parmi ces grands noms d’influence, c’est Eloi Durrbach, du Domaine de Trévallon, qui laissera le plus son empreinte. Ce 2007 est bien trop jeune, trop marqué par son élevage pour se révéler, mais je reste persuadé qu'il fera une belle bouteille dans quelques années. JeanDa, garde les bien au frais! Le mois dernier, chez Dominique, Le Clos des Perrières 2001 avait été une grosse déception, évolution, arômes déviant et grosse déprime. JeanLuk est joueur, il a sortis son as de sa manche et bingo, bonne pioche. Un excellent Meursault, élégance et minéralité sont au pouvoir. rayasdomaine.jpgLa suivante est plus Paul et Mickey, la controverse porte sur les notes oxydatives, ou plutôt sur l'oxydation, ce qui n'est pas tous à fait la même chose. J'aime les Pessac, jeune, vif, l'âge peut parfois les bonifier, mais quand l'oxydation intervient, c'est trop tard, la date de péremption est dépassée, il reste de beaux restes, certes, mais de là à lui donner une meilleure note que le Meursault dans la force de l'âge ou le Bâtard au début de sa vie, comme dirait le docteur du même nom, ça m'abuse. Le Bâtard de Thibault Morey est une vieille connaissance de Thierry, Alain et JeanLuk, qui l'ont goûté et regoûter à souhait dans sa cave, il devra encore attendre quelques années pour se révéler complètement, mais il est sur la voie. Rayas 1994 a aussi un peu dépassé son apogée, mais chez Rayas, ce n'est pas rédhibitoire. La matière, la puissance et la complexité permettent à ce grand seigneur du Rhône de garder un charme certain.

Gevrey Chambertin Les Corbeaux 2001 Christian Sérafin

Un corbeau qui renarde! Un vin qu'on était sensé connaitre par cœur et pourtant que de différences avec la dernière bouteille! Nez viandé, de cannelle, de champignon, de poivre vert, de ronce avec un fin trait de vert et un peu de framboise. La bouche est marquée par une acidité tranchante, des tannins austères qui accrochent un peu sur la fin. Je ne reconnais pas le Gevrey sensuel et charmeur que j'adore. 16.10 Excellent

Corton 2001 Domaine Rapet

Là aussi ça renarde violent, mais c'est un Corton, passé le premier nez, le vin se met en place sur des notes tendues de framboise, d'épices, de viandé, de venaison, de thé noir. 12lacCases.jpgLa bouche est imposante, légèrement austère, avec des tannins puissants et une finale sur des notes de tabac. 16.00 Excellent

St Julien Léoville Las Cases 1988

Belle robe encore très jeune. Le nez est une infusion de poivron avec des notes lardées, cassis, chocolat, tabac, poivre et balsamique. La bouche est beaucoup plus noble et précise, beaucoup de classe dans des tannins fins et souples, un grain minéral qui amène une grande finale. 17.33 Excellent

Château Angelus 200113angelus.jpg

60% Merlot 40% Cabernet Franc Belle robe foncée. Bouquet intense et élégant de cassis, de cerise noire, de chocolat et de tabac blond. La bouche est ample, ronde, lactée, opulente avec un grain magnifique, des tannins serrés et une grande et belle persistance. 17.10 Excellent

Château Margaux 2002

75% Cabernet Sauvignon, 20% Merlot, 5% Petit Verdot Robe foncée, très jeune. Magnifique et intense nez de bois précieux, de truffe, de cassis, de balsamique, de chocolat noir, de tabac, de cuir. 14margaux.jpgUn nez puissant, séduisant et sensuel. A l'image du nez, la bouche est ronde, veloutée, charnelle, des tannins puissant qui cajolent le palais, le flattent et terminent très long tout en harmonie. 18.35 Grand vin

Saint-Emilion Cheval Blanc 2001

Cabernet franc et Merlot Des ailes ont poussé à ce Cheval Blanc qui s'est métamorphosé en Pégase. Cette créature fantastique, ce Cheval ailé possède une proportion exceptionnellement élevée de Merlot (65%), qui lui apporte une sève incomparable, un nez ou plutôt des naseaux aériens, subtil, purs, célestes, avec la complexité de sa mère, la gorgone Méduse, sur des notes très pures de cassis, de baie rouge, de tabac, de réglisse, de soja, de cuir et d'encre… Ce Saint-Emilion atypique, presque Médocain présente une attaque franche, précise et presque tranchante.15cheval-blanc.jpgLa bouche du pur sang blanc a la puissance de son père, Poséidon, charnue, opulente, séveuse, avec une grande pureté de fruit et une minéralité sous-jacente. Les tannins de la bête sont denses et apprivoisés, civilisés, gourmand. Une chevauchée fantastique qui s'exprime sur la durée, le cavalier de Pégase monte lentement vers le ciel, les ailes s'allonge interminablement pour vaincre les Chimères, désarçonner son cavalier et rejoindre le roi des Dieus, Zeus pour finir par se transformer en constellation pour se rappeler à nos souvenirs éternels. Quel talent. 18.80 Grand vin

L'amnésie se compose de deux facteurs déterminants, le premier est le souvenir, et le second, j'ai oublié, comme j'ai complètement zappé le Corbeau de Sérafin. Avec Alain, c'est probablement le vin que nous connaissons le mieux. On doit s'être siroté une bonne vingtaine de bouteilles facile. A chaque fois, son côté charmeur, fruité, réglissé nous sautait à la gueule comme une évidence. Mais là, nada, rien, le grand vide sidéral. Faut dire la bête ressemblait plus à un renard trempé dans du fromage acide qu'à un Corbeau. Le Corton de Rapet est aussi un grand souvenir pour Thierry, sa rencontre avec papy Rapet avait été décapante, Thierry en était sortis décalqué. On attaque la charge héroïque du JeanLuk, depuis quelques temps, il a viré sa cutie, cette vieille ganache est tombée raide dingue des Grenaches, mais il n'a pas complètement effacé de sa mémoire ses premiers amours Bordelais. Le Las cases 88 a un nez plutôt simple, un jus de poivron assez commun (qui heureusement évoluré bien) mais une bouche noble et précise. JeanDa a immédiatement trouvé, ce qui est suffisamment rare pour le signaler, dixit Rage, qui en bon Brutus, mort la main de celui qui l'a abreuvé, comme ils disent les anglo-saxons, ça s’appelle ajouter l’insulte à la blessure, parfois, c’est un peu vexant, et il est vexé le chantre de la Gremolata. Un peu comme le jour où on lui a desservit son assiette avant qu'il finisse sa troisième souris d'agneau, bon ok, ça n’a rien à voir, mais peu importe. L’ego en prend un coup, et son ego à lui, il aime bien être choyé et caressé dans le sens des aiguilles du poil. Il aime pas trop être poignardé à coups de Las Cases dans l'estomac, oui, son ego se trouve aussi dans son estomac, c'est rare, mais ça arrive. On sonne l'Angelus, ce qui ne m'a jamais bouleversé outre mesure, et celui là n'échappe pas à la règle, c'est bon, même très bon, mais pas de magie, pas d'envolée magistrale, d'échappée belle. Château Margaux 2002 est tout ce qu'on peut espérer d'un grand Margaux, élégance, suavité, rondeur, sensualité, texture satinée et inimitable. Un classique au cœur de son appellation. 2002 n'est pas un grand millésime, oubliera-t-on un jour le charme fortuit et subtil de leur découverte? chevalblanc.jpgCheval Blanc 2001 est un magnifique vin doté d'un terroir très spécifique qui ne ressemble à aucun autre. C'est un Saint-Emilion qui rêvait d'être un Pomerol, le vignoble se trouve à la limite de l'appellation Pomerol. L’encépagement est atypique pour la région de Saint-Emilion, avec une proportion de Cabernet Franc supérieure à celle du Merlot, sauf en 2001 ou le Merlot domine. Ce vin, généralement d’une grande richesse et d’une belle onctuosité se révèle exotique par ses arômes caractéristiques d’épices et de fruits noirs très mûrs, aux nuances mentholées, sauf en 2001 ou sa droiture, son austérité altière et princière le caractérise. En 2001, ce Saint-Emilion a des allures de grand Médoc. Château Cheval Blanc demeure, indétrônable depuis 1954, sur la plus haute marche du classement des vins de Saint-Emilion. Le JeanLuk n'y est pas allé avec le dos de la mer morte, les Bordeauphile jubilent, Alain pleure de bonheur, c'est toujours le chauve qui trouve le peigne dans la galette des rois, Jeanda se lâche, pétomane de profession, il en a aussi fait aussi un loisir, Christian exulte, personne ne moufte, ce gars là, il vaut mieux aussi le caresser dans le sens des aiguilles d'une montre, les autres profitent de l'instant, quel luxe. C'est à se demander si le luxe est à la luxure ce que la bite est à la biture?

Châteauneuf Réserve des Célestins 2001 Henri Bonneau

Robe à peine évoluée. Superbe nez confit, ample, précis, de cerise burlat, de kirsch, de fruits noirs, d'épices orientales, de gibier, de figue, de musc… Grande complexité. La bouche fait écho au nez, complexité, fraicheur, harmonie, puissance, précision, intensité, tout y est. Des tannins de velours, précis, gourmand et une longue finale douce et élégante. La magie d'un grand vigneron sur un grand terroir. Somptueusement baroque. 17.75 Excellent

Châteauneuf Réserve des Célestins 1998 Henri Bonneau

16celestins.jpgRéserve des Célestins 1998, où quand un nom, une cuvée devient un mythe, une référence absolue avant d'être dégustée, comme si l’histoire même de ce vin avait réellement du sens, une réalité tangible. L'harmonie des contraires, L'Hydre de Lerne du Châteauneuf. Sa robe est intense, presque noire, on l'attend sur la puissance, mais le nez est un gouffre de plaisir, il offre un bouquet à la fois de puissance maîtrisée, d'énergie communicative, de complexité affolante, de soyeux charnel, de minéralité délicate, d'élégance et de force séveuse conjuguées, très proche des très grand Amarone du Pape Quintarelli. C'est une chorégraphie de notes de prune, de cerise kirschée, de fruits rouges, d'épices orientales, de graphite, d'herbes aromatiques, de poivre de Madagascar, un vrai souk, un voyage au pays des merveilles. La bouche est d'une fraicheur renversante, finement oxydative, onctueuse, séveuse avec une matière dense et aérienne, rien ne dépasse, un soyeux d'école, une fine acidité qui découpe de plaisir le palais en deux, un carambolage gustatif qui semble ne jamais prendre fin. La longueur en queue de paon est déconcertante. Un vin monumental, la sensation de l’insaisissable, la perfection faite vin. Sublimissime 19.50 Grand vin Mythique

Bandol Pibarnon 1996

18pibarnon.gifUn sublime et intense nez de mourvèdre, cassis, mûres, fraise épicées, tabac, truffe, laurier, thé noir. En bouche, ça causse et ça envoi du lourd, c'est d'une grande précision, étonnant de fraicheur, une douceur qui fusionne avec des tanins fins et parfaitement fondus pour apporter beaucoup de sensualité. Grande et belle persistance minérale. Parfaitement à son apogée, une référence qui place Pibarnon au panthéon des grands vins de France. 17.44 Excellent

Côte-Rôtie Landonne Domaine Gérin 1996

19Gerin_La-Landonne_Label.jpgLa première Landonne de Gérin. Le nez est typé Côte-Rôtie, d'abord animal, puissant, il s'ouvrira sur des arômes de cassis, de violette, réglisse, goudron, torréfaction, graphite (mine de crayon), poivre et des notes viandées. La bouche est riche, puissante, avec beaucoup (trop) d'acidité, une grande minéralité et une belle longueur. 16.88 Excellent

Côte-Rôtie Bassenon 2006 Jean Michel Stephan

Bassenon est une nouvelle cuvée qui comprend 20% de viognier. Belle robe sombre. Le bouquet est dominé par des arômes de fruits noirs, de kirsch, d'épices, de réglisse, de violette et de café. La bouche est massive, boisée, puissante avec des tannins hyper serrés, même un peu agressifs en l'état. Il leur faudra un peu de temps pour s'assouplir et donner du charme à la bête. 16.61 Excellent

Syrah Léone 1993 Domaine Peyre Rose

21SyrahLeone.jpgRobe encore jeune légèrement dégradé sur le disque. Nez bouqueté de fruits rouges et noirs, de tabac, de cacao, de poivre, de champignon, de thym, de violette et de rose. La bouche est puissante, les tannins sont polis, denses et souples. L'ensemble est harmonieux avec une fine acidité qui étire une belle et longue finale sur les épices. 17.50 Excellent

panneau-chateauneuf-du-pape.pngOn croyait avoir atteint le paroxysme du plaisir, la satisfaction à peine retombé et voilà que l'on repart vers les cîmes Française. On a déjà tout dit d'Henri Bonneau, le maître incontesté du grenache, beaucoup parlé et écrit sur le personnage, sur ses vins baroques, sur sa vinification particulière, sa cave foutraque. Tous dit de la franchise d’expression de l'homme et de ses vins, de la pureté hypnotique des ses vieux grenaches. Chez Bonneau tout est hérésie pour les œnologues modernes, sa cave est dans un état déplorable et celui de ses fûts, l'extérieur tout du moins, ferait dresser les cheveux sur la tête d'un Flying Wine Macker, qui n'y retrouverait pas sa pipette. Mais ce qui compte est à l’intérieur. Leur contenu magique représente l’essence, le cœur et l’âme des Châteauneuf-du-Pape. Les vins de Bonneau sont hors catégorie, les vins sont majestueux et d’une puissance, d'une élégance et d’une longévité prodigieuse. La Réserve 2001 est un grand vin, la formidable Réserve des Célestins 1998, est un vin magistral, pas le plus ample et pas le plus puissant de tous les vins de la région, mais le plus excentrique et le plus parfait à la fois. À la question "Quel vin incarne la quintessence du style traditionnel de Chateauneuf-du-Pape", prod_43-2.jpgla réponse ne peut être que la Réserve des Célestins 1998. Pibarnon 1996 et La Landonne 1996 de Gérin pour faire retomber la pression, quel luxe encore. Le château de Pibarnon n'est plus à présenter, tant ses vins font partie des plus reconnus de la région provençale. Le domaine jouit d'un terroir remarquable, situé entre terre et mer, les vignes coiffent la colline du Télégraphe, Les restanques, (nom donné pour les terrasses) forment un vaste cirque, laissant juste souffler quelques brises solaires l'été venues de la Méditerranée voisine. Le mistral ayant bien du mal à une telle altitude à atteindre ces restanques si chaleureuses. celestins.jpgLe cépage mourvèdre donne ici, le meilleur de lui-même. La Landonne de Gérin m'est apparue un peu déséquilibrée par son acidité prégnante. Pour la Côte-Rôtie de Jean-Michel Stépan, comme souvent chez lui, la forte réduction et la puissance juvénile de ses cuvées sont difficile a appréhender avant 5 ou 6 ans de bouteille. Syrah Léone 1993 nous permet de finir en beauté, de nous attabler dans un jardin sudiste, pour y côtoyer un monde viril, sanguin, vigoureux mais aux accents délicieux de parfums de violette et de cacao.

Gewurztraminer Clos St Landelin SGN 1990 Domaine Muré

Nez de vin passerillé, mangue, confiture de framboise, litchi, ananas, cire d'abeille, colle d'amande, fumée. L'attaque est vive, la bouche est souple, le sucre et fondu, la matière est moyen et la finale discrète et un peu amère. La magie n'a pas opéré sur moi. 16.38 Excellent

Sauternes Château Yquem 1998

23yquem.gifMagnifique robe or brillante. Un nez explosif, tendu, racé, aristocratique qui signe immédiatement le vin, sur les agrumes confits, la mandarine, la pâte de fruit, le raisin de Corinthe, le gingembre confit, le tilleul et les gâteaux secs. Un Yquem évidemment. La bouche est d'une grande pureté, finement botrytisée, pure, ronde, élégante et parfaitement équilibrée. La longueur est divine. Yquem est un pur sang, l'étalon des liquoreux, celui qu'il faut avoir bu pour parler des autres. 19.06 Grand vin

moustache-girls-0007.jpg"Aquila non capit muscas", l'aigle n'attrape pas les mouches. L'aigle Jeanluk a appliqué le dicton, il est allé direct à l'essentiel, au grand vin et il a fini en beauté par un grandissime Yquem, pour boucler la boucle. Fermer le ban, "Ite missa est" la messe était dite. Et qu'est-ce qu'on a mangé? Bonne question qui méritait d'être posé et je vous remercie de me la poser. Je conservais le meilleur pour la fin. Si les vins ont été magnifiques, c'est qu'ils ont été sublimés par la cuisine d'un duo de choc, un couple qui a pris tous les risques, comme Jonathan et Jennifer, de "L'amour du risque" ou Looping et Barracuda de "L'agence tout risque". Kokoque et sa belle Bacchante ont préparé une verrine de crabe, un extraordinaire "Vol-aux-vents au Ris de veau" qui vole encore sur mes papilles, un conflit de canard, une tuerie, et après le fromage, un trio de gourmandise que Thierry, même arrivé en retard, a dévoré dans l'assiette d'un voisin distrait. JeanLuk sans Kokoque, c'est comme un zavion sans z'elle, comme un rasta sans pétard, comme un pâté sans sa croute, comme un manouche sans guitare… TattyDevine-moustache.pngUn sacrifice culinaire alors que les autres moitiés de Soiffard organisent une contre-manifestation destinée à vider nos caves déjà exsangues. Nos belles bacchantes, ont même l'intention de récidiver pour estourbir quelques quilles au nez et à la barbe du Soiffard, en se frisant les moustaches en plus. Comme disait le poète, la femme et l'avenir du vin, mais le vin ne le sait pas encore. Le philosophe du patin, Philippe Candelloro, un jour de grande inspiration, a eu cette formule magistrale de sens : femme à moustache, femme à poils. Amis Soiffards, comme le disait l'autre grand barde de la masculinitée, la Bruel, avant qu’il ne se fasse rehausser les animelles par un chirurgien qui a su, contrairement à ses mains de Poker, s’occuper de ses Reines, "va falloir ruser velu pour sauver les grands crus". Il est primordial d'éviter le vue des prêtresses du culte de Bacchus, courant, çà et là, échevelées, à demi-nues ou couvertes de peaux de tigres, la tête couronnée de lierre, le thyrse à la main, dansant et remplissant l'air des Bacchanales, de cris discordants, répétant frénétiquement "Évoé", comme pour rappeler les triomphes de Bacchus sur les Géants. Doit-on sérieusement envisager que nos moitiés portent la moustache? Je ne parle même pas de la moustache de Magnum alias Tom Seleck fourni comme un dealer de shit avant les fêtes d’Aïd El Kebbir, ni celle de Chuck Maurice dans "Texas Rangers" mais plutôt d’une petite moustache à la Rhett Butler, Là mes loulous, je suis client. La_Bacchante.jpgA partir de maintenant et tous de suite, vous allez devoir la jouer aussi fine que la pilosité du Rhett, il est préférable d'éviter d’attaquer les préliminaires avec une patte de coq séchée en disant "attention cocotte je te bichonne, c’est du Label Rouge", ou dévoiler l’intégralité de son passé à sa tendre ? Exemple : "Ah c’est marrant tiens, quand tu me fais ça bébé, tu me rappelles une Brésilienne, chaude comme une baraque à frites". Terminé les "taille m’en deux c’est pour offrir", un chef d’œuvre mal perçu aujourd'hui, mais qui, en son temps, apportait une analyse ciselée et décapante, voire même un brin anarcho-conceptuelle, de nos sociétés et des ses défaillances. Je me rappelle la scène où Babette Dessaixe, alias Sissi Lindrenvé dit au garagiste, Ambroise Moygranfou, alias Sam Excite "Attention avec vos outils Monsieur, c’est fragile" et là le garagiste lui met une baigne et dit cette phrase qui restera gravée dans la mémoire du cinéma d’auteur, "Tu vas fermer ta gueule la radasse". Sur ces admirables paroles écrites, je vous laisse vous arranger avec votre bacchante et évitez d'être rasoir!

tab1.jpg

graph1.jpg