On a vu avec la justice Française, il y a peu, beaucoup de bruit, des menaces de sanctions, pour un résultat qui a fait pchittttt. Sarkomence a réussi le tour de force de jeter dans la rue, comme un seul homme, toute la magistrature hexagonale. Et il recommence, en moins de temps qu'il n'en faut à SuperMAM pour faire un aller-retour Paris-Tunis. Il nous concocte une belle crise diplomatique avec le Mexique ! Soyons juste, rendons à Alliot-Marie ce lui qui lui appartient, c'est elle qui avait commencé en parlant de déni de justice vis-à-vis de la justice mexicaine, elle a pour le moins chatouillé le Mexicain basané, qui est, un tantinet chatouilleux sur son indépendance, qu'il a gagné en virant l'armée de Napoléon (déjà), le troisième à coup de botte mexicaine dans le cul. SuperMAM est quand même la chef de notre diplomatie.mexique.jpg La voix de la France à l'étranger. Après ses lamentables et laborieuses explications sur son voyage au pays des mensonges, qui n’a pas cassé trois pattes à un canard enchaîné. Après avoir proposé l'aide de la force publique Française pour réprimer ces Tunisiens récalcitrants à la dictature même pas prolétarienne, le dossier de la Mame devient aussi chargé que l'haleine d'un Soiffard, un vendredi de fin de mois. A ce niveau-là, ce n’est plus de l’incompétence, c’est du lard!

Passons à son petit maître, Sarkolère. Il s’est cru malin en maintenant l’année du Mexique en France, tout en espérant l'utiliser à des fins bassement électoralistes. Aïe Aïe Pépito. Voilà ti pas que le Mexicain prend la mouche et annule tout, outré de l’immixtion de la France dans ses ptites affaires pas très propres, il faut bien le reconnaitre. Quoi, le Mexique serait un état de droit, qui gouverne ses propres affaires comme des grands garçons, et qui refuse de se soumettre au conducator de Neuilly ! Impensable. Que dirions-nous si Calderon, le Président Mexicain, pas le Footballeur, nous ordonnait de reporter le procès de Chichi pour cause de sénilité? La bonne diplomatie, celle qui marche, est discrète, en ballerine plutôt qu'en gros sabot. Laisser cette tâche à un bon diplomate, rôdé et subtil, et il aurait été facile d’obtenir le transfert de Florence Cassez vers une prison française. On aimerait que Sarkozy dépense autant d'énergie pour ces journalistes, qu'il aime tant, aux mains des Talibans. Mais peut-être que pour eux, il laisse faire les vrais diplomates et c'est tant mieux. Pour Sarkophage, peu importe le résultat, tout est dans le vent qu'il brasse, dans la tension électoraliste permanente qui génère, dans l’exploitation systématique du moindre fait-divers pour faire montre de sa compassion avec les victimes et sa détermination à aider les Français. Ça mange pas de pain et ça fait voter dans les chaumières. Ça démontre qu'il est actif, alors que les autres ne font rien. Il se trompe, les autres font quelque chose d'utile. Ils réfléchissent avant de parler!