Comme le disait aussi assez justement, Albert Einstein, le gout de la musique est relatif. Par ex, le rock, c’est super dangereux, c’est l’UMP qui l’a dit, même si bon, des tas de gens l’avaient dit avant. A force d’écouter du rock, on brûle des voitures, on mange des bébés, on vote socialiste et on se laisse pousser les cheveux. Musique5.jpgA l'UMP, il préfère la musique militaire, qui est à la musique ce que la justice militaire est à la justice. Avant, il y a avait des chansons engagées, maintenant il n'y a plus que des chanteurs à dégagés, qui, pour exprimer leur anticonformisme, leur rejet d’une musique ancrée dans des considérations aussi ancestrales qu'archaïques, rejettent toute notion de gamme ou d’harmonie. Pour signifier leur haine de la société consumériste, ils se passent même délibérément de cours de chant, et le seul rythme qu'ils connaissent, c'est le rythme des baffes qu'ils méritent, après avoir entendu leur dernier opus, aussi musical qu’une symphonie de grincement de portières rouillées dans le couloir d’un hôpital psychiatrique Moldaves. A première écoute, c'est pas beau, à la deuxième aussi, mais c'est quoi le beau, le beau se définit-il? Ou pas vraiment? La question centrale est donc, pourquoi les chaines de télé passent en boucle le dernier Marine Machin plutôt que, par exemple, Ozark Henry? Bon évidemment, faudrait le son pour bien voir et comprendre ce texte, mais ça viendra. Je ne comprends pas qu’on puisse consacrer une chaîne de télé à des débités profonde, alors que pas du tout à l'alopécie et très peu à la cuisine et aux vins sauf si tu es capable de boire du Beaujolais et du Red Bull mélangés en rotant en hollandais. Là tu intéresses certainement un producteur cocaïné et cynique ta mère ou une hôtesse de l'air.

Dans tous les matins du Monde, un des élèves du prestigieux musicien disait de la viole de gambe qu'elle "arrivait à imiter toutes les inflexions de la voix humaine : du soupir d’une jeune femme au sanglot d’un homme qui est âgé, du cri de guerre de Henri de Navarre à la douceur d’un souffle d’enfant qui s’applique et dessine, du râle désordonné auquel incite quelquefois le plaisir à la gravité presque muette, avec très peu d’accords, et peu fournis, d’un homme qui est concentré dans sa prière.” Aujourd'hui, les seuls mots qui sortent de la bouche d'un musicien chanteur rappeur, c'est, "Ouesch ouesch, tête de mort, man, truc-de-ouf, Ziva prête moi ton gun, l'aut'batârd de Golgoth il m'a manqué de respect". Quoi de commun entre Haydn et Lady Gaga, Satie et Lorie, Le Velvet Underground et les Pussycat Dolls, Miles Davis et Frankie Vincent? La musique, mais le privilège, le génie de la musique, de la grande musique, c'est que, lorsqu'on écoute un morceau de Mozart, les canards sont de Richard Clayderman.

Champagne Roualet-Crochet 1964
notemini.jpgMedley 1964

Robe légèrement ambrée. Bulles très fines, peu nombreuse. Nez très fin, sur les amandes, les fleurs blanches, noisette et brioche. L'attaque est intense, la bouche est fine, l'acidité est prégnante et allonge une finale légèrement citronnée. 15.75 Très bien

02_-_HigelinLouise.jpgChampagne Pommery Cuvée Louise 1998
notemini.jpgHigelin "Champagne" et Thomas Fersen "Louise"

Robe jaune dorée. Bulles denses. Nez d'abricot, de fleurs blanches, d'épice, de craie et de brioche. La bouche est très fine, élégante, tendue, fraiche, très équilibrée avec une longue persistance sur les amandes. 15.60 Très bien

Blanc Fumé de Pouilly 2007 Domaine Dagueneau
notemini.jpgJeff Buckley "Hallelujah"03_-_DagueneauBuckley.jpg

Nez tendu de poire, de pomme verte, de bonbon acidulé, de citron vert, de fruits exotiques et de buis. La matière est assez mince, ce n'est pas d'une grande complexité, pas d'une grande longueur, mais c'est très rafraichissant, simple et bon. 15.10 Très bien

Condrieu Les Chaillet de l'Enfer 2008 Domaine Vernay
notemini.jpgAC-DC "highway to hell" Et ce con de Rieu

04_-_ACDCVernay.jpgL'archétype du bon Condrieu, un Viognier ample, gras, sur les fleurs blanches, les abricots, l'acacia et la violette. Bouche charnue, puissante et fraiche avec une belle longueur et une légère amertume finale. 16.25 Excellent


Chassagne-Montrachet Les Embrasés 2004 Domaine Leroy
notemini.jpgBrigitte Fontaine "Prohibition"06_-LeroyFontaine.jpg

On devrait aussi prohiber ce genre de nez, arômes déviant de pétard, souffre, tourbe, miel, chèvrefeuille, vanille. Bouchon? Réduction? Déviance? Surement un peu des trois. La bouche rattrape à peine le nez, c'est ample, belle matière mais élégance discutable. Persistance moyenne. Pas convaincu même si les autres ont la dent moins dure. La prohibition peut avoir du bien! 15.67 Très bien

07_-_JoplinClavoilon.jpgPuligny-Montrachet Les Pucelles 2003 Domaine Leflaive
notemini.jpgJanis Joplin "Summertime"

C'est Summertime, c'est l'été et un été très chaud. 2003 assurément. Enorme nez de pêche très mûre, de chèvrefeuille, de cannelle, de menthe, de citron confit et d'amande. Enorme bouche, grasse, ample, à la fois surpuissante et racée, épicée. Grande finale minérale. Une bouche qui manque un peu de fraicheur, d'acidité mais c'est Summertime. 16.90 Excellent

05_-La_Truite.jpgAllemagne Riesling Abstberg Superior 2007 Carl Von Schubert
notemini.jpgFranz Schubert "La Truite"

Ça commence "Allegro vivace", superbe nez de citron vert, de fruit exotique, de pêche et de truffe blanche avec une pointe supplémentaire de minéralité. La bouche est "Andante" d'une grande précision aromatique, vibrante, subtile, aérienne, ronde avec un léger sucre résiduel. La fine acidité des agrumes conjuguée à la belle matière soyeuse et à la longue finale "Allegro giusto" apporte une sensation de fraîcheur et de grande buvabilité. Un Riesling parfait mentor d'une truite sur un lied de choux vert. Du travail à l'allemande, jusqu'au bout. J'adore! 15.45 Très bien

Tous les présents sont là et tous les absents ne sont pas là, ce qui prouve que chez les Soiffards, le monde est bien fait, enfin, sauf quand tu regardes JLK, notre aspirant maître-queux. Christian, Didier, Pascal, sont portés manquants, mais ils sont remplacés avantageusement par Waldorf l'Australopithèque et par le retour de la réapparition de la rentrée d'Olivier. Musique7.jpgMusique Maestro, c'est partis pour un 33 tour, mais attention, ici, on ne jugera pas de la qualité musicale de l'œuvre, il y a des hôtels pour ça, on s’intéressera à l'accord entre la musique et le vin servis, ni pute ni moins… Enfin sauf si c'est Raphaël qui chante, le chanteur, pas le peintre, et encore moins la tortue ninja. Deux Champagnes pour commencer, un vieux et un presque jeune, décidément les champomy vieux, c'est quand même bien, dixit JeanDa. Musicalement, ça reste sage, Medley 64, Higelin, Champagne et "Louise" de Fersen, c'est pas trop violent neuronalement pour une esquisse. Jeff Buckley et son magnifique "Hallelujah" pour un hommage au maitre du Sauvignon Ligérien. Dominique a choisi de faire dans le jeu de mots Anglo-Saxon pour la suivante. Le "Highway to hell" des ptis collégiens Australiens résonne encore. Comme on n'est pas à un calembour prêt, j'ai ajouté à ce vin de Vienne, ma note perso avec une petite valse de vienne, de ce "con de Rieu". Ok, je sors… Pas vraiment plus fin, l'assemblage Lalou Bize, Brigitte Fontaine et un Chassagne un peu déviant. Janis Joplin, l'allumée du pétard, AC Leflaive, l'allumée de la grappe, "Summertime" et un été 2003 nous ont composé une Pucelle chaude comme la baise dans une baraque à frites. Il nous restait plus qu'à déguster, sans complexes, la Truite de Choux vert avec un Riesling de Carl Von Schubert, comprenez mon émoi, ce sera Schubert ou moi, ce fut un beau solfège, pizzicattis coquins, accords, trémolos et arpèges, fantaisie à quatre mains, mais à l'instant tout s'agite, sous l'ardent aiguillon de la chair, elle fredonnait la Truite, la Truite de Schubert.

Chinon les Picasses 1976 Olga Raffault
notemini.jpgGenesis "Mad Man Moon" 08_-_ChinonPFGenesis.jpg

Magnifique nez de framboise, poivron mûr, fraise écrasée, ronce, sous-bois, cuir, champignon, épices et des notes sanguines qui apportent complexité et race. Aucune oxydation. A l'image du nez, la bouche est d'une étonnante jeunesse, beaucoup de fraicheur. Les tannins sont d'une rondeur ahurissante, la matière est vaporeuse, présente, l'acidité est à peine perceptible et la finale magique. Un grand et vieux flacon qui, comme le morceau de Genesis, raconte une histoire d'eau dans le désert d'un caniculaire millésime 76. Un Chinon aux arpèges fantomatiques. Dans le désert, la pluie est tellement rare que c'est le rêve d'un dément lunaire. 16.50 Excellent

Italie Chianti Classico Riserva Vigna il Poggiale 2005 Castellare di Castellina
notemini.jpgEdith Piaf "Tu me fais tourner la tête"10_-_PiafCastellanoChianti.jpg

90% Sangiovese, 5% Canaiolo, 5% Ciliegiolo Robe rubis sombre. Nez riche, puissant, intense, sur la cerise noire, les fruits rouges, réglisse, bois neuf et menthe. La bouche est dense, puissante, les tannins sont encore durs, mais l'ensemble est gourmand et d'une belle persistance réglissée. Les piafs colorés qui peuplent les étiquettes du Domaine, sont l'espèce qui a retrouvé un écosystème rétablit par l'élimination de pesticides et des herbicides dans les vignobles. 15.61 Très bien

Espagne Rioja Vina Tandonia Réserva Cosecha 1991 Lopez de Heredia
notemini.jpgRavel "Pavane pour une infante défunte"09_-_TandoniaRavel.jpg

70% Tempranillo, 20% Garnacha, 10% Mazuelo et Graciano Magnifique robe ambré, tuilée et lumineuse. Commenter raisonnablement ce vin, c'est comme essayer de rester de marbre devant un tableau de Pablo Picasso. Un vin marqué du sceau de la classe, de la finesse et du raffinement. Ça commence "Espressivo" et "Leggiero", expressif et avec légèreté. Le nez est une symphonie d'arômes de framboise, de griotte; truffe, tabac blond, cigare, menthe, café, cuir, sous-bois. Une bouche qui ne se pavane pas, mais danse sur nos palais. On passe en mode "Appassionato". Passionnément délicat et profond, on voyage au rythme des sensations d'harmonie et de raffinement. On termine le mouvement "Maestoso" vers une finale mentholée, majestueuse et interminable. A l'image du titre de l'œuvre de Ravel, ce vin est une allitération poétique. 18.40 Grand vin

Etats-Unis Le Cigare Volant 1999 Bonny Doon Vineyard
notemini.jpgGeorge Gershwin "Summertime"11_-_PorgyCigareVolant.jpg

Randall Grahm est un personnage qui possède un humour situé quelque part entre les Monty Pythons et les Marx Brothers. Ces vins sont à son image, baroque et décalée. Le nez de ce cigare est très Rhodanien, cerise kirschée, garrigue, cassis, réglisse, violette et viande grillée. La bouche est souple, délicieuse, velouté, les tannins sont gourmands, la fine acidité structure l'ensemble et porte la longue finale. Rien d'extra-terrestre dans cette bouteille, mais quel plaisir immédiat! 17.45 Excellent

Etats-Unis Santa Maria Valley Knox Alexander 1999 Au Bon Climat
notemini.jpgGeorge Gershwin "Rhapsody in Blue"12_-_rapodyKnox.jpg

Jim Clendenen est aussi un personnage du vignoble Californien. Son Knox Alexander (le prénom du fils de Jim) est construit comme Fort Knox. De son coffre émane des effluves de cerise noire, de prune, de réglisse, de vanille, de menthe ainsi que de belles notes florales. La bouche est énorme, charpentée, puissante, les tannins sont veloutés, crémeux. L'élevage est luxueux, sans excès et la persistance est exceptionnelle. Un Pinot noir complexe mais pas complexé par son énorme puissance presque brutale.18.00 Grand vin

Place à l'armée rouge, on va éviter les cœurs de l'armée du même nom, la vodka étant interdite. 1976, année de la canicule, comment veux-tu que je recule, mais on y reviendra plus tard. L'année de Genesis et du Pink Floyd, l'année de Mad Man Moon, une de mes chansons préféré de Genesis, méconnue, mélodique et poétique. C'est l'histoire d'un Anglais qui part en voyage et qui s'aperçoit que dans le désert la perception des choses est inversée, tout est relatif, pour un homme du désert, la pluie est une bénédiction alors que chez lui, à Newcastle, la pluie est un malheur. note2.jpgCe Chinon n'a pas vu beaucoup la pluie, mais il a gardé fraicheur, puissance et velouté, 1976, Chinon rien. J'ai eu du mal à comprendre l'idée du Chianti et d'Edith Piaf, que le Chianti me fasse tourner la tête, peut-être, surement même, puisque j'ai confondu la bouteille de Chianti avec celle du Rioja. Une fois, l'étiquette devant les yeux, c'est plus évident. Le Rioja de Lopez de Heredia est une caresse, un bonheur que seul un morceau de Ravel, joué à la guitare Espagnole peut retranscrire fidèlement. On reste dans l'étrange étranger avec les deux suivantes. Alain et John ont eu presque la même idée. Deux fois Gershwin, deux vins Ricains, mais deux fois bonne pioche. Encore Summertime, et une Rhapsodie de pinot noir, puissant certes, un peu matamore, mais un grand plaisir. Boony Doon est plus connu, plus Rhodanien et plus baroque, plus Bonnesque, pas le chanteur, le vigneron de Célestins. La surprise, c'est qu'Alain n'ai pas choisi du Bashung, pourtant, j'aurais bien parié mon string en peau de léopard fluo, celui que je réserve pour les grandes soirées SM (Sociando-Mallet), c'est ma torture à moi.

Margaux Château Palmer 1998
notemini.jpgRobert Palmer "Every Kind of People"13_-_PalmerPalmer.jpg

47% Cabernet Sauvignon, 47% Merlot, 6% Petit Verdot Nez de cassis, groseille, réglisse, menthe fraiche, vanille, terre humide, cuir et cannelle. La bouche est bien dans le style Palmer. Onctueuse, fine, charnue, ciselée dans la dentelle et avec une longue persistance sur la cerise noire. 17.80 Excellent

Pomerol Château Clinet 1988
notemini.jpgPatricia Kass "d'Allemagne"

10% Cabernet Sauvignon, 85% Merlot, 10% Cabernet Franc 14_-_ClinetKaas.jpgNez très pur, complexe, de tabac, fruits noirs, café, truffe, cuir, sous-bois et une pointe mentholée. La bouche est d'une droiture magistrale, pleine, riche, élégante, racée avec des tannins veloutés, une fine acidité enveloppante et une longueur exceptionnelle. A maturité et avec encore pas mal de potentiel sous le pied. Superbe 18.00 Grand vin

Clos Vougeot 2004 Dominique Laurent

Bouchonné, du liège, beaucoup de liège, une touche de bouchon et quelques notes de trichloroanisole (TCA). A détruire de toute urgence.

Clos Vougeot 2005 Nicolas Potel
notemini.jpgBeethoven "Piano Concerto No. 5 - II Adagio"15_-_LaurentBeethoven.jpg

Robe rubis très foncé. Nez un peu retenue, de cerise noire, d'eau de rose, ronce et un boisé marqué. La bouche est également serrée, pure, la matière est belle, les tannins sont fermes et gourmands, l'équilibre est plutôt réussi et la finale est longue et fraiche. 16.50 Excellent

Palmer et Palmer, évidemment, mais il fallait y penser, JLK l'a fait et sans l'aide d'Heineken. Il faut toute sorte de gens et de vins pour faire que le monde tourne rond, mais surtout du vin pour que ça soit bien rond. J'ai connu intimement un Haut-Brion 1933 qui venait d'Allemagne, mais, à mon avis, 88, c'est un peu tard pour une prise de Blitzkrieg! Clinet en Allemagne, c'est comme donner du lard au cochon. Les fridolins, ils préfèrent se morfler leur Wälstaär-Humberfruend de merde. Musique8.jpgC’est ce qu'il a de plus terrifiant avec les Allemands, la bière et le fait que, soit, y sont baba cools, soit, y sont nazis ! Y’a pas de demi-mesure avec eux. A moins qu'il n'y ait une allusion à ARTE? Bon, maintenant, place au maître de cérémonie. Il y a les mecs chanceux et puis il y a les mecs comme JeanDa. Déjà il avait été baptisé chez les Soiffards avec une bouteille de Dominique Laurent, on l'avait copieusement pourri, lui et sa bouteille et il est revenu. Mais le bougre a de la suite dans les idées. Chez les Hihi, on perd ses vers, on sait se servir d'une paire de skis et se resservir en gigot purée aussi. Depuis le début de la soirée, il avait l’œil sournois du type à qui il ne peut rien arriver, qui va jouer un bon tour à tout le monde. Il nous a préparé sa vengeance sous la forme d'un présumé magnifique Clos Vougeot du Pâtissier de Vesoul. Il attend son heure, serein comme un serin, il se paie même le luxe de me chambrer alors qu'il ignore que, vers 18h00, j'ai ouvert sa bouteille pour constater que l'hyper boisé que je présentais, n'était pas au rendez-vous, non le bois était masqué par un horrible goût de bouchon, mais pas n'importe lequel, LE goût de bouchon, le seul, l'unique, trouvable à 5m, c'est simple, j'ai dit bouchon alors que ledit bouchon n'était pas encore sortit totalement. Une infusion de bouchon, une horreur absolue, plus bouchonnée, c'est solide et ça s'appelle du liège. Son tour venu, sa musique sur la platine, enfin dans l'ordi, son regard dans le mien, et, dans un éclair de lucidité, il a compris qu’il allait y passer, que ça allait tourner au massacre à la tronçonneuse. Pour l'achever, je lui fais goûter "son Vougeot bouchonné". Jusque-là, la vie lui semblait douce, et puis, tout s’est emballé, comme une poussette lancée du haut du Potemkine, comme une boule de bowling dans sa face, comme une trace de moutarde sur son Lacoste, comme un sirop de cassis dans son verre de Montrachet, comme s'il posait en communiant avec la queue à l'air, comme un imprimé Hermès sur un putain de canidé, un danseur de menuet en chaussures de ski, un SDF dans la soirée de l'Ambassadeur, tout s’est emballé ! Il n’a pas eu besoin de parler, rien qu'à sa trogne on a compris l'ampleur des dégâts, ses yeux de Teckel malade se sont voilés, il a soufflé comme un veau qu’on emmène à l’abattoir, il a surement dû penser que la vie a été créée par un dealer Colombien qui s'est gouré dans les dosages et du coup ses conneries lui colle au cul comme un étron sous une Bentley neuve. Vous me connaissez, j'suis pas rancunier, mais j'ai eu la tentation délectable de lui faire une salutation à un doigt en lui disant "Monte là-dessus tu verras Montmartre". Mais je suis gentil, j'ai rien dit, mais j'ai pris des notes….

Chambertin Clos de Bèze 2002 Domaine Bart16_-_BezeGainsbourg.jpg
notemini.jpgSerge Gainsbourg "Je t'aime moi non plus"

Je vais et je viens sur le bord du verre pour sentir ce nez sensuel se déshabiller doucement, ensorceleur, avec des notes de fruits rouges, de tabac, terre humide, rafle, ronce, réglisse. Superbe de complexité, viril et à la fois charmeur. Comme la vague irrésolu, la belle et grande matière charnelle va et vient sur mon palais avec cette petite touche austère qui fait les grands Bourgognes. Les tannins de satin séduisent, on jouit de la grande finale réglissée qui va et qui revient et je rejoins les amants du Clos de Bèze. 18.00 Grand vin

Australie Victoria Pinot Noir Block 5 2009 Bindi Wines
notemini.jpgDwain Phillis "Sunset" (didgeridoo)17_-_BindiPhillis.jpg

Le verre explose de fruits rouges et noirs, d'épices douces, caramel mou, beurre salé, vinaigre balsamique et café. C'est, à la fois, original, funky et complexe. La matière est étonnante, concentrée, pleine, charnue et d'un lacté incroyable. Les tannins sont soyeux, ronds et gourmands. La ligne acide tend la superbe et très longue finale. Surprenant et magnifique. 17.05 Excellent

Italie Toscane Vino da Tavola 2001 Ornellaia
notemini.jpg Guiseppe Verdi "La Traviata"18_-_TraviataOrnelaia.jpg

65% de Cabernet Sauvignon, 30% de Merlot et 5% de Cabernet Franc Le prélude instaure le climat tragique et inexorable de la pièce qui se joue dans nos verres. Subtilité des arômes de mûre, cassis, cerise noire, épices douces, expresso, graphite, violette et chocolat. Un nez "Latin lover", grand séducteur. L'acte II, c'est le bonheur parfait, la bouche est spectaculaire, vibrante, d'une pureté incroyable, racée, volumineuse, dense avec une charge fruitée insoupçonnable et des tannins de feu, d'un volume exceptionnel. C'est dans le final de la pièce que se joue la tragédie, les jours de la bouteille sont comptés. La belle se meurt dans un magnifique final. La tragédie, c'est quand il n'y en a plus. 19.17 Grand vin

Australie Barossa Valley Sandscrub 2001 Rusden
notemini.jpgMetallica Symphonica "Nothing Else Matters"19_-_SandscubMetalica.jpg

Un grand vin rock n' roll, un vin dont on se remplit avant de tout faire péter, un vin de rebelle, d'écorché vif, de quelqu’un qui fait son vin avec ses tripes et qui dit merde à la musique commerciale et aux vins du même genre qui anesthésient les neurones et uniformisent les goûts! Un intro de guitare sublime accompagnée de notes détachées, pures, de fruits noirs compotés, de myrtilles, d'épices, de violette, raisins secs, une complexité ahurissante, à chaque passage, on découvre de nouvelles notes. Une voix de ténor se détache, une puissance maitrisée, contrôlée, opulente, un élevage sardanapalesque, une matière riche, vibrante, une acidité porteuse de grande promesse qui apporte sa patte à l'équilibre abracadabrantesque de cette cultissime bouteille. La finale est un long et magnifique solo qui vous pousse à éclater votre guitare sur le plancher, de mettre le feu à vos enceintes, de vous jeter tout nu dans le public, et de gueuler jusqu’à ce que vous en perdiez votre voix! Si proche peu importe la distance, ça ne pourrait guère être plus près du cœur, croyons éternellement en ce que nous sommes, non rien d'autre n'a d'importance. Inoubliable! Vive Metallica. Vive Rusden. 19.81 Mythique



Si tu vas et tu viens, comment veux-tu que je t'adule. Gainsbourg, si tu veux, c'est un mec dont tu ne peux pas dire de mal publiquement sous peine d’anathème et de viol en public. Un peu comme Coluche. Donc je vais parler du magnifique Clos de Bèze du Domaine Bart, le Chambertin comme on l'aime, celui capable de réconcilier JeanDa avec la Bourgogne. On poursuit avec un Pinot Noir Australien au didgeridoo, une gourmandise au caramel mou, encore bien jeune et au potentiel énorme. Ornellaia et la Traviata, ça fait resto Italien, bouteille en paille, nappe à carreau et pizza froide. Mais le jour où je pourrais boire de l'Ornellaia à tous les repas, j'y habiterais. Une légère brise souffle sur ma nuque, la foule réclame son riff, pas le genre de riff exécuté par une sorte de fils à papa, bourgeois parisien à la mèche rebelle qui se défonce au Chocapic, persuadé d’être la réincarnation de Kurt Cobain et dont le seul fait marquant est qu'un jour, il a dit "Fuck la guerre" avec l'air fier du mec qui a dit un truc malin et hyper subversif ! Juste un gros blaireau qui se tartine des morues dans des Formule 1 de bord d’autoroute. Metallica.jpgUn riff de Metallica, ça peut te déchirer ton Sloggy, c'est du mastoc, de l'amerloc… D’habitude et mes proches le savent, quand je dis proches, je parle des gens qui osent m’approcher à moins de deux mètres sans craindre pour leur misérable vie, en présence de bonne zique, je suis d'humeur primesautière, gaie comme un pinson. Mais faut que la musique soyes bonne, sinon ça peut vite virer en eau de boudin, surtout si c'est Susan Boyle qui beugle dans le poste. Je déteste le bruit pour rien, les Justin Bieber à la mort moi la mèche, les Eve Angéli dont le métier est soi-disant chanteuse, les groupes du style Tokyo Hotel, qui chante un peu près comme un rot de Caruso. La pire musique de toute, c'est la musique d'ambiance, la musique d'ascenseur, celle que tu entends dans toute les bonnes entreprises. Putain, 30 ans à me taper des heures de musique zen, de calme et de sérénité. Le soir, quand les copains sortaient boire un coup et se détendre après une journée harassante de boulot, moi, je sortais m’énerver. Il me faut du beau, du lourd, du métal en fusion, du Metallica qui coule dans mes oreilles comme un Australien de Rusden, puissant et harmonique coule dans mon gosier enchanté. Comme le dit souvent Jean-Luc, le meilleur d'entre nous, le plus fin, le plus social aussi, le plus cultivé, le plus beau, j'm'en cure le zen, j'm'en bats les steaks, faut pas me tripoter le sushi avec de la musique de vieux chinetoque allumé au Saké frelaté.

Allemagne Wehlener Sonnenuhr Beerenauslese 2006 Wegeler
notemini.jpgGary Moore "Still got the blues"21_-_WehlenerMoore.jpg

Un joli hommage à Gary Moore, décédé il y a quelques jours, avec ce Beerenauslese sur les fruits exotiques, mangue, goyave, pamplemousse et une fine minéralité. La bouche est fine, légère, avec une grande acidité, une liqueur gourmande. C'est bien fait avec un joli équilibre mais un peu décevant côté intensité. 16.08 Excellent

Sauternes Château de Fargues 1979
notemini.jpgDeep Purple "April"22_-_FarguesDeep.jpg

Robe ambrée, lumineuse. Nez subtil d'orange amère, d'abricot, de gingembre, de miel et d'épices. La liqueur est riche, la bouche est ample, sans lourdeur, équilibrée, l'acidité est présente en filigrane pour soutenir une longue et superbe finale safranée. Magnifique Sauternes. Un vin de méditation. 18.50 Grand vin

Alsace Vin de P….. Cuvée des Amoureux 2007 Etienne Loew

Muscat, Pinot noir et Pinot blanc – Raisins passerillés 5 mois et préssés à la saint Valentin 2008. Robe or dorée légèrement ambrée. Nez confit, envoûtant, expressif avec un léger rancio, sur les raisins de Corinthe, l'orange amère, le cacao, les épices et quelques notes grillées. La bouche est onctueuse, riche, ronde et fraîche, portée par une belle ligne acide équilibrante et d'une longueur exceptionnelle. Une liqueur qui se laisse boire avec facilité et gourmandise. 16.33 Excellent

On termine cette belle soirée avec un hommage au fraichement regretté Gary Moore, je ne sais pas s'il aimait les Beerenauslese, mais nous on aime quand JeanDa retrouve le sourire. Un vieux Sauternes, c'est pas mal aussi, mélodieux comme la voix de Rod Evans, suave comme l'orgue Hammond de John Lord et acéré comme la guitare de Ritchie Blackmore. Musique2.jpgUne soirée éclectique, du vin Français, italiens, Espagnol, Allemand, Américain, Australien, de la musique classique, variété, rock, pop… Pourquoi, au fond, les amateurs de classique ne pourraient pas rencontrer les amateurs de Metallica? Il est tout à fait possible d’avoir chez soi un disque du grand Jacques (non pas Chirac), le Belge, et un disque de pépère Brassens et d’écouter avec le même plaisir l’un ou l’autre, je parle des morceaux qu'on aime, qu'on écoute, réécoute, en pleurant et en répétant "Non Jeff t’es pas tout seul". Brel et Brassens étaient des poètes tranquilles aux plaisirs simples, qui ont évité les écueils de la quête chimérique de la gloire et des honneurs, qui parlaient de la vie avec poésie pour leurs amis. Pas des étoiles filantes au destin tragique dont raffole TF1, des vendeurs de tube néon tape-à-l’œil, des gangsta-rap, des Steevy le boulet dans le Loft, les Philippe Delerme ou Carla Bruni aphones, les faux poètes de rue, imbibés de mauvais Whisky qui cherchent la lumière et les paillettes avec le dixième du quart du talent du coiffeur de Jim Morisson. Alors à la question êtes-vous plutôt Brel ou plutôt Brassens, plutôt classique ou plutôt Rock n' Roll? Que répondez-vous ? Personnellement, je préfère Rusden, Lopez de Heredia, Clinet, les vieux Champagnes, les jeunes qui Bèze… Merde, le Blog s'appelle Leverasoif, les groupes s'appellent "Les Soiffards", pas "fan de Chantal Goya", même si j'aime beaucoup la peinture aussi…

tab1.jpg

graph1.jpg