Mon testicule droit est aujourd’hui presque aussi gros que le gauche. Mon dos me fait souffrir un peu, mais c'est inversement proportionnel à la taille de ma brioche. Mon seuil de tolérance est assez simple : "ça gaze tant que je peux encore y voir le sushi sous la douche !" Tant que le sushi n'est pas déclaré cliniquement mort, je regarde pousser ma bidouille et je continue à tremper mes tartines d'andouillette dans mon Nesquik. Je fais même un peu de sport, hier j'ai couru jusqu'au chiotte pour gerber mon déjeuner, faut dire que des BN au rillette c'est pas super digeste après un cassoulet mais quand on aime on ne compte pas. chimulusJapon.jpgBref dans l'ensemble, le moteur fonctionne un peu près normalement, il fait des bruits surprenants de temps en temps mais un coup sur la boite et ça redémarre. Bref, ça devrait rouler comme un bon Meursault Perrière dans le gosier d'un Soiffard assoiffé. Bref et sans pépins, tout devrait aller, mais je suis anxieux comme une pucelle avant sa première nuit avec Rocco Siffredi. J'ai le blues Nippon nicléaire et, dans ces cas-là, je me fais un foie de veau et j'ouvre un Bon Bourgogne (pléonasme)... Et subitement, je comprends tout, l'alcool, le shit, l'héroïne, l’anorexie mentale, les dépressifs du gosier, les mondains, les demi-mondaines, les demi-molles, les putes moldaves, les mac-Do, les exilés fiscaux, la fraude fiscale, les enveloppes de cash, les contrôleurs fiscaux, les excès de vitesse, la police, les illettrés, les lettrés, l'obésité, les travailleurs illégaux, les grévistes, les communistes, les chinois, le feng-shui, le yoga, les indiens, le bouddhisme, le tantra, les tentations, le Christ, les curés pédophiles, le Pape, le préservatif, les ravis de la crèche, les cons, les sionistes, les Raéliens, les Ravéliens, la musique classique, les pollueurs payeurs, les Tsunami, les racistes, les antiracistes intolérants, les révisionnistes, la pizza 4 saisons, les végétaliens, les terroristes, les terroiristes, les lecteurs de BHL, les fans de Barbelivien, les néo-punks, les coupes de cheveux des Catalans, la pétanque, les inconditionnels de la ferme en Afrique, la pédophilie en famille, la télé-réalité, les chauves avec des lunettes sur le front, Drucker, Zemmour, Bigeard et la théorie de la relativité… Putain, que peut-on bien faire d'autre ici-bas que de boire un bon bourgogne sur un bon foie de veau alors que la presque totalité de la planète n'a comme seule véritable ambition que d’être des abrutis finis avec un but abscond dans une réalité morbide? Et tout ça alors qu'il existe le foie de veau et le bourgogne, le remède absolu… On peut parfois tellement se faire de la bile et un mauvais sang d'encre pour des futilités frivoles… Allez patron, remets s'y un coup sur la meule, faut pas se sécher les amygdales…

Soave Classico 2007 Monte TondoMonte-Tondo-Soave-Classico.gif

Vin de Vénétie produit à partir d'un cépage autochtone appelé le Garganega. Nez élégant et floral, de poire, d'herbe fraiche, de menthe et de sureau. La bouche est grasse, ample, rafraichissante malgré un déficit d'acidité avec une belle finale sur les amandes. Bien

Côte de Provence Cuvée Prieuré 2008 Château Sainte RoselineSTE_Roseline.jpg

100% Rolle. Un très beau Provence, croquant, avec un nez floral, bourgeon de cassis, fleurs blanches, agrumes et fruits blancs. L'attaque est fraiche, la matière est ample et fruitée, l'ensemble est soutenu par une fine acidité avec une longue et belle finale. Très bien

Winningen Uhlen Roth Lay Riesling 1999 Heymann Lowenstein

Magnifique nez d'encaustique, de miel, de citron confit, de gingembre et de fleurs blanches avec une pointe de minéralité. En bouche, on perçoit quelques grammes de sucre résiduel mais c'est vinifié sec. Beaucoup de gras, d'amplitude, c'est complexe et raffiné avec une finale longue, sur de beaux amers. Très Bien

Scharzhofberger Auslese 2007 Egon MulleregonMuller.jpg

Nez exubérant et luxuriant, c'est une crépitation de notes de citron vert, mangue, mandarine, poire, fleurs blanches, épices et de fines notes pétrolées. En bouche, léger excès de CO2, qui s'estompe en partie à l'aération, c'est frais, ample, acidulé, une gourmandise d'une douceur remarquable, l'équilibre est clairement encore sur le sucre, mais, avec le temps, la forte acidité fera oublier qu’on est sur des niveaux de sucrosité particulièrement important. Enorme longueur. Très ou trop jeune encore, très bon aujourd'hui et qui deviendra grand.

Wehlener Sonnenuhr Auslese Goldkapsel 1998 J.J Prüm

(Bouteille bue en fin de soirée) Le nez distille de fines notes de mangue, d'ananas, d'agrumes, de menthe fraiche, de cire d'abeille, pétrole et d'épices douces. En bouche, c'est la grande classe, finesse, densité, sucre et acidité ultime et totalement au service de l'équilibre et de l'harmonie du vin. Ça irradie le palais par vagues continues. C'est original et impressionnant de persistance. Excellent +

La soirée débute par une découverte. Un Soave Classico de Domaine Monte Tondo, un cépage, le Garganega, quasi inconnu, mais une belle découverte, un vin sudiste et facile d'approche. On reste dans le sud avec un Côte de Provence du Château Sainte Roseline d'une fraicheur marquante, un vin de printemps, on y est presque. La suivante est un acte manqué, il faut être fou ou miro, pas le peintre, mais le genre sourd des yeux, pour confondre dans la pénombre du petit coin de ma cave, un Kabinett, d'un Auslese d'Egon Muller. Un crime de Aus-lèse-majesté dans le Scharzhofberger. Selon les conceptions de la psychanalyse, l'acte manqué s'avère un acte réussi. Il s'agit en fait de la réalisation d'un désir inconscient. Le sujet, en l'occurrence moi, croit se planter, mais éprouve une satisfaction pulsionnelle inconsciente et jubilatoire. Comme pour le Uhlen d'Heymann-Lowenstein ou l'Auslese de JJ Prüm qui suivra, pour comprendre ces vins, Il faut essayer d'entrer dans la fabuleuse bataille que se livrent le sucre, l'acidité et l'alcool. Les vins de Mosel sont inimitables, peu alcoolisés, sucrés et tendus par une féroce acidité. Jeune, l'équilibre n'est pas toujours parfait, mais le temps se charge de régler la mire et le très bon devient sublime. A noter, l'accord magnifique de l'Auslese sur les joues de Lotte en sauce d'agrumes. Miam

Pommard Vieilles Vignes 2002 Dominique Laurent

Nez assez simple de fruits rouges, de noyau ainsi que des notes florales. C'est en bouche que ça se gâte sérieusement. Pas un élevage omniprésent, le problème n'est pas là pour cette fois, c'est vert, végétal ou floral suivant les goûts, étriqué, pas de fruit, marqué par l'alcool et l'acidité, c'est rustique, les tannins sont durs et la finale acide et asséchante. Bof triple bof.

Pommard 1er Cru "Les Pezerolles" 2002 Domaine de MontillepezerollesMontille.jpg

L'antithèse du précèdent. Un nez complexe et original, cerise, framboise, ronce, réglisse, encaustique, caramel mou et épices. La bouche est juste éblouissante, pure, finement minérale, mûre, souple, des tannins super soyeux, une matière riche et gourmande, un élevage luxueux et maitrisé jusqu'à la superbe finale. Excellent


Burlenberg 2003 Domaine Marcel Deiss

Was ist Deiss? La madeleine de Proust d'Alain. "Ça pue du cul" pour Christian, c'est sauvage, animal pour les autres. Une fois la réduction passée, ça s'ouvre sur les baies rouges, airelles, cerise avec des notes d'encre, de fumée et une touche balsamique. La bouche est puissante, la matière est forte, serrée, les tannins sont fins et la persistance est importante. Un pinot noir hors norme et attachant. Très bien

Corton Bressande 1999 Chandon de BriaillesCortonBriailles.jpg

Nez un chouïa animal, de cerise kirschée, de pivoine, de réglisse, de cuir et de sous-bois. La bouche possède une belle maturité, c'est profond, fruitée et épicée, avec des tannins solides et fins et une finale longue avec un peu d'amertume. Très bien

Morey St Denis "Clos des Lambrays" 2002

Un nez d'une grande pureté, d'une noblesse frappante, framboise, cerise noire, réglisse, bois de rose, gentiane et moka. La bouche est crispy, radieuse, ça pinote sévère, ça explose de fruit et de menthe fraiche, ça embaume le chocolat, lambrays.jpgles tannins sont ronds, friand, l'élevage est à peine perceptible, c'est d'une grande harmonie et la finale est magnifique. Excellent

Richebourg 1996 Gros Frère et Sœur

Grosse déception, Kollosale déception. Ça s'annonçait bien, mais une pointe indéfinissable de liège ou de pourri, un manque de pureté aromatique au vu du pédigrée de la bouteille nous à irrémédiablement gâche le plaisir.

Gevrey Chambertin Vieilles Vignes 2002 Domaine Dugat-PyDugatPYVV.jpg

Ouvert et servit frais, il lui faudra quelques minutes pour s'ouvrir sur des notes de cerise et de rose, un peu de moka et quelques rémanences mentholées. La bouche est ample, la matière est dense et fruitée, les tannins fermes et néanmoins agréables. Un beau vin avec une magnifique persistance sur la cerise bien mûre. Très bien

Pour Dominique Laurent, stop à l'acharnement thérapeutique, j'ai beau essayer, rien n'y fait, la cata de chez cata. Dans un certain milieu, critiquer publiquement le pâtissier de Vesoul, la star du tonneau peut entrainer l’anathème. DL est un négociant, tributaire de la qualité de ses achats, à la recherche du grand vin de Bourgogne, un peu comme Pacalet, mais en moins bien.de_montille.jpg J'ai voulu voir Vesoul et j'ai pas aimé Vesoul. Les Montille sont des Volnaysiens et comme tous Volnaysiens aiment à Pommarder de temps en temps. Hubert de Montille, brillant avocat du vin d’artisan devant les caméras de "Mondovino" était un adepte d’un style sobre, respectueux du millésime, des longues macérations et des vendanges non éraflées, des vins qui vieillissaient admirablement bien. Etienne de Montille, qui a repris le domaine, élabore des vins plus souples, des vins plus aimables et approchables dans leur jeunesse, comme le démontrent ce 2002 charmeur. Que dire de plus sur le Burlenberg 2003, pas grand-chose, toujours aussi sauvage, à l'image de Jean-Michel Deiss, une forte personnalité et un potentiel encore insoupçonnable. A garder précieusement. Pour suivre, une découverte, en fait j'en entends parler depuis longtemps, je pense même en avoir goûté il y a quelques années déjà, sans grand souvenir, un Corton Bressande du Domaine Chandon de Briailles, plutôt très bien fait, sans folie et sans défaut. Le Clos des Lambrays 2002 a lambrays2.jpgcette folie des grands Bourgognes, profond, pur et gourmand, entre jeunesse insouciante et maturité. Un Richebourg déviant, quoi de plus triste? Un ciel normand, un rugbyman français qui a pris des macaronis dans sa tronche, un bonnet de nuit, un jour sans vin? Un jour sans Richebourg? Pour se remettre de cette émotion, une Vieilles Vignes de Dugat-Py. L'inimitable Dugat-Py, longtemps adepte de l'extraction à tous prix, il a mis un peu d'eau dans son vin, ce qui les rend plus digestes. Une soirée improvisée où il ne fallait pas confondre cru mythique et producteur mythique. Heymann Lowenstein, Prüm, Egon Muller en Allemagne, Dominique Laurent, Deiss, Montille, Dugat-Py en France, devant la défaillance du Richebourg, le dernier mot pour accompagner le foie de veau est revenu au Clos des Lambrays, ou, quand le terroir supplante le vigneron.