Donc, pendant son périple Africain, il se retrouva face à un petit éléphanteau qui s'était planté une grosse écharde dans la patte avant droite. Babar couinait comme une rombière du 16ème qui se ferait séguer la figue par 12 blacks dans une cave de la Courneuve, Quelle belle couleuiren serrant aussi fort qu'elle le peut, ses fesses et son Vuitton tout neuf. Waldorf le Kangourou n'était pas doté d'un sens inné de l'improvisation depuis qu'il avait sniffé 500g de copeau de bois avarié dans une soirée "Cocaïne et produits de substitution" organisée par son arrière-grand-père de 90 ans, transsexuel depuis 30 ans, cocaïné depuis sa naissance et nymphomane depuis son opération. Malgré la peur de se faire charger, il s'en est approché précautionneusement et, ayant déjà souvent levé la papate lors de beuverie estudiantine, il possédait une technique très personnelle du levage de papate enseignée uniquement dans le Bush Australien. Calmement, Waldorf a posé un genou à terre, s’est épilé le maillot avec le couteau de Crocodile Dundee et une fois qu’il avait les castagnettes lisses comme les aisselles d’une huitre, il a retiré l'écharde de la patte de la bestiole à l’aide dudit couteau. Une fois que l'animal a pu reposer sa patte, il a alors longuement regardé Waldorf, un peu comme Berlusconi regarde les pêches de ses copines de bureau, puis il a barri bruyamment (Babar pas Berlusconi) et s'en est allé vaquer à ses occupations d'éléphant. Waldorf a conservé toute sa vie le souvenir féerique de ce moment magique avec bien entendu le jour où il a enfin réussi à s’exprimer sans dépecer à vif un koala roux.

20 ans plus tard alors que Waldorf était devenu un Kangourou respecté, qu'il avait fait fortune dans la vente de breuvage euphorisant et qu'il s'accomplissait dans ce sport méconnu qu'est le freefight sur personnes invalides, il accompagna son fils Zbigniew (en hommage à Bonieck, seul les plus de 45ans…) dans un zoo du parc de Kakadu. Devant l'enclos des éléphants, un pachyderme s'est brusquement mis à taper le sol avec sa patte avant droite… RenversantZbigniew en a chié dans son sloggi, beurrant également ses chaussettes toutes neuves. Waldorf s'est mis à douter comme le jeune marié de cette superbe brésilienne lorsqu’il s’aperçoit que la mariée a deux couilles de taureau posées dans son slobard… Pouvait-il s'agir du même éléphant que celui qu'il avait soigné 20 ans auparavant? Comme dans sa jeunesse, il s'en est approché précautionneusement, l'animal frappait de plus en plus fort le sol avec ce même regard Berlusconien qui sentait bon les pêches italiennes. Excité comme un curé Irlandais dans une maternelle, Waldorf entra dans l'enclos et se dirigea, radieux, vers son pote de 20 ans. Le pachyderme l'a regardé une dernière fois avec dans les yeux, l’affection du Mamba noir devant une petite Gerbille innocente. Il l'a choppé avec sa trompe, l'a soulevé par la taille puis il lui a fracturé tous les os du corps, un après l'autres, l'a envoyé valdingué contre le mur de l'enclos, puis il a lâché une grosse bouse sur la dépouille, il a tourné son gros cul et il est parti rejoindre ses congénères en pétant sur l'air du "pont de la rivière Kwai". Ce ne devait pas être le même éléphant, ou alors avec une très mauvaise mémoire. Le Fils de Waldorf, Zbigniew a rebeurré son sloggi, plus tard, il a repris le business de son père, il va chasser l'éléphant tous les ans et se fait construire une tour d'ivoire pour faire sécher ses Sloggi.

Bourgogne Aligoté 2004 Domaine d'Auvenay01AligoteLeroy.jpg

Une bouteille lourde comme une enclume, une arme de destruction massive, un cul profond, a damné un Soiffard. Le nez de cet Aligoté est un peu animal, passé la réduction, le verre dégage des notes d'agrumes, de noisette et de fleurs séchées. La bouche est grasse, pleine, tendue par une belle acidité. La longueur n'est pas exceptionnelle, mais la finale est agréable. 14.83 Très bien

Barossa Valley Viognier "The Surly Muse" 2009 Massena02SurlyMuse.jpg

Un Viognier qui Meursaulte, tilleul, agrumes, acacias, poire et fenouil. C'est très floral et d'une grande élégance. La bouche est fine, droite, très aromatique, belle matière et longue finale. 15.50 Très bien

Loire "La Coulée de Serrant" 1995 Nicolas Joly

(Carafé 12h) Belle robe ambrée, cognac évolué. Le nez est envoûtant, finement oxydatif, des notes de pomme au four, de fleurs blanches, de coing, d'herbes fraiches, de fruits secs,03clos_de_la_coulee_de_serrant.jpg de miel et une pointe de réglisse. La bouche est remarquable de précision, c'est fin mais avec une belle matière, du gras, de la tension acide, une grande complexité, une pointe minérale et une très grande finale. L'archétype de l'oxydatif recherché et maitrisé, qui apporte un plus.16.67 Excellent

Barossa Valley Chenin "Cuvée Christian" 1999 Rusden04rusden-christian-chenin.jpg

Un nez de tarte au citron, de pâte d'amande, d'épices, de coing et quelques notes crayeuses. La bouche est étonnamment fine, équilibrée, savoureuse et originale. Belle finale avec un brin d'amers. 14.94 Très bien

Loire Astéroïde 1997 Didier Dagueneau

L'Astéroïde est le plus rare et le plus secret des Sauvignons de la planète. Une énigme, un mystère, le diamant éternel du regretté et génial Didier Dagueneau. Nez de bourgeon de cassis, de groseille, de champignon frais, de menthe et de réglisse. En bouche, on est littéralement saisit par la pureté cristalline, la minéralité ahurissante de ce flacon. C'est d'une grande richesse, concentré et rien ne dépasse, une bouche mûre, d'une pureté absolue, fruité, minérale, un vin aérien. Une structure indicible, accomplie, douce comme les ailes des anges, pure comme le diamant. L'acidité équilibre parfaitement l'ensemble et participe à la persistance exceptionnelle de ce Sauvignon venu d'ailleurs. 05Asteroide.jpgUn moelleux sec, l'oxymoron d'un vigneron de légende. De la sorcellerie? Quelques rangs de vignes, franche de pied, dans un secteur de folie, certains parlent de collisions de météorite, de patrimoine minéral extra-terrestre. D'autres focalisent sur le prix délirant et parlent de hold-up vineux. La vérité est ailleurs, pour apprécier cette bouteille, il faut être prêt à rêver, à s'allonger sur l'herbe, par une nuit étoilée, le petit prince à portée de la main et contempler les astéroïdes et surtout, n'enlever d'illusion à personne sauf si tu en as de meilleurs à lui proposer. (18,78 Grand vin) Pour une fois, j'annule la note des Soiffards et j'impose le mythique, l'exceptionnel, le 20/20.

Bourgogne Montrachet Marquis de Laguiche 2003 Joseph Drouhin

Essayer de comprendre le Montrachet, c'est un peu comme la recherche du Graal pour le Roi Arthur, une quête mystique et mythique qui peut prendre toute une vie. Le Montrachet, c'est l'Excalibur du dégustateur, l'arme de légende, larme des dieux. La terre promise du Chardonnay. 06Marqui_de_Laguiche.jpgCeux qui ont déjà plongé leur sens dans cette merveille, comprendront, pour les autres, j'espère que cela viendra vite… Le nez est d'une grande finesse, l'élégance est de mise, les notes de fleur d'acacia, de miel doux, d'agrumes, de tilleul, de pêche, de noisette grillée et de bois nobles s'entremêlent dans une symphonie héroïque. La bouche est également construite sur la finesse, la chaleur du millésime est contournée, la matière est ample, souple, ciselée par un orfèvre, l'intensité est maximale, l'acidité souligne et prolonge l'exceptionnelle persistance aromatique. Sacré Graal. 18.61 Grand vin

Toutes ces précautions, même pas précautionneuses, oratoires et épistolaires, pour vous dire que c'est une soirée papate, double pat ou pat². Pat se chargera de la partie liquide et pat de la partie solide. Les Soiffards ont presque tous montré patte blanche, certains m'ont même dû me graisser la patte pour être là, Hubert et Serge ont fait patte de velours pour se faire inviter,Collection de carafe Dominique, Pascal et Didier avaient certainement un fil à la patte et n'ont pas pu nous rejoindre, pour JeanLuk, le pauvre, c'est plutôt un fil de suture dans la bouche qui lui a fait traîner la patte. L'équipe des Pat est composé de 11 Soiffards qui n'ont pas perdu leur coup de patte pour lever la patte. Pour la partie solide, pas de pâte, mais un tartare de saumon façon Gravelax, une terrine de queue de bœuf, un petit tartare de bœuf, pour le plat de résistance, j'ai cassé 3 pattes à un canard de passage pour en faire un Parmentier avec un crumble de noisette. Le plateau de fromages persillés et la tarte aux poires devraient suffire à éponger les 27 vins prévus au menu du jour puisque toutes les bonnes choses ont une fain sauf le saucisson qui en a deux. Attention GRANDE SOIREE!!! Un Psykopat peut en cacher un autre, le Diable de Tasmanie a sorti de sa poche Kangourou ses plus beaux Boomerang vineux qui vont nous fracasser par passage successifs. Le Grand blanc, c'est pas sa tasse de Shiraz, on le savait, mais il a fait un effort. Un classique Aligoté de Leroy pour se faire la bouche, une belle Coulée de Serrant pour la maintenir à un excellent niveau, et deux blancs Australiens, aussi surprenant dans leur définition de cépage qu'étonnant de qualité. L'Astéroïde est un Astéroïde, quoi de plus normal? Rien justement, rien n'est normal dans cette bouteille, l'alchimie est divine, extra-terrestre, une bouteille à la forme étrange, une étiquette superbe, un jus sec dans un corps de liquoreux, le petit prince en bouteille, définitivement surnaturel. Même le Montrachet ne gommera pas la magie, pourtant, même sans être exceptionnel, cela reste un Montrachet, un colosse aux ailes d'anges.

Bourgogne Charmes Chambertin 1995 Sérafin & Fils07CharmesSerafin.jpg

Belle robe rubis foncé. Le nez est captivant, floral, complexe, fraise de bois, bois de rose, griotte, rafles, café, chocolat sous-bois avec une pointe minérale de graphite. L'attaque est vive, dynamique, les tannins sont d'une grande douceur, ils dansent sur nos palais enchantés, l'ensemble est pur, d'un équilibre remarquable et d'une longueur phénoménale. Une plongée dans l'univers fascinant du pinot noir... 18.22 Grand vin

Bourgogne Charmes Chambertin 2007 Claude Dugat08Charmes_Dugat.jpg

Le nez est puissant, concentré, sur des arômes de framboise, de cerise au Kirsch, de ronce, de rose, d'épices et de terre humide. Changement de registre en bouche, on passe en mode finesse, en mode délicatesse, le magicien de Gevrey nous la fait en gentillesse, bouche racé, précise, texture de velours, longueur magistrale. Un vin à l'image du vigneron, sincère, humble mais pas modeste et surtout passionnant. Il lui faudra encore quelques années pour le révéler complètement. Quand Monsieur Dugat nous charme, c'est simplement divin. 18.56 Grand vin

Bourgogne Chambertin 2003 Domaine Dugat-Py09Chambertin_DugatPy.jpg

La robe est foncée, très dense. Le nez est d'une grande profondeur, animal, puissant, sur des notes de fruits noirs, de réglisse, chocolat, c'est également torréfié, viandé, encore un peu marqué par l'élevage avec un petit côté terre en plus. La bouche est dense, robuste, les tannins sont encore serrés mais sans aspérités, l'ensemble est souple avec une grande finale réglissée. Un futur grand vin avec encore quelques réticences à s'exprimer. 18.44 Grand vin

Bourgogne Echezeaux 1998 Henri Jayer10Jayer_Echezeaux.jpg

On dit que la chance sourit aux crapules et aux audacieux, je dois être les deux pour avoir la chance de goûter pour la deuxième fois un vin du magicien de Vosnes. Magnifique couleur rubis clair, limpide. Très légère animalité puis le nez devient corbeille de fruits rouges, framboise, fraise écrasées, groseille, des notes de ronce, de sous-bois, de cuir, de tabac blond, de terre s'ajoutent à ce bouquet incroyablement profond et d'une complexité hallucinante. La bouche est concentrée, racée, d'une incroyable richesse aromatique avec des tannins de taffetas, c'est renversant de pureté, d'une jeunesse saisissante et d'une longueur éternelle. L'inaccessible étoile est un vrai et beau moment de communion, une Ode aux grands vins de Bourgogne. "Si le travail à la vigne a été bien fait, vous mettez les raisins triés et égrappés dans la cuve, vous revenez deux semaines plus tard et le vin est fait", disait-il avec une conviction teintée d’un brin de provocation. Le génie simple et naturel. 19.22 Grand vin

Bourgogne Richebourg 1994 Domaine Leroy11Richebourg_Leroy.jpg

Magnifique nez exubérant de fruits rouges, d'épices orientales, de fleurs capiteuses, de sous-bois, de cuir et de ronce. La bouche est racé, les tannins denses, moins fondus, moins harmonieux que les précédents. Une ligne acide importante qui apporte fraicheur et longueur à un vin qui a eu le tort de se retrouver entre deux monstres. 18.38 Grand vin

Bourgogne Richebourg 1999 Domaine de la Romanée Conti12Drc-Richebourg-1999.jpg

C'est de la cave des Dieux que cette bouteille est sortie. Robe rubis, sombre, énigmatique. On reste tous collé le nez dans le verre, c'est d'une pureté, d'une race extraordinaire, d'une intensité phénoménale. La puissance, l'originalité, le charme, la finesse, l'élégance sont brodés ensemble pour sublimer le pinot noir. Notes de fruits rouges et noirs, épices, cuir, bois nobles, rose fanée, chocolat, ronce, terre, etc… C'est d'une complexité affolante, ça évolue constamment. En bouche, on passe du sublime au prodigieux. Eclat du fruit mûr, grandeur et subtilité d'un terroir, le grand vin de Bourgogne! Richesse fabuleuse, intensité acide porteuse, superbes tannins de velours qui équilibre l'énorme matière, charme du pinot noir, persistance aromatique exceptionnelle font de cette monumentale bouteille l'un des plus grands vins au monde. Un rêve de vin et un vin de rêve. 19.89 Mythique (8 x 20 et un petit 19)

Rêve de vin et vin de rêveLa série de Bourgogne commence, Alain est accroché à son verre comme un dictateur Lybien à son pouvoir, et ça commence fort, très fort, un magnifique Charmes de Christian Sérafin, à maturité, un équilibre parfait entre le fruit, l'élevage maîtrisé et les accents d'un grand terroir, sublime. Rien à reprocher au Charmes de Claude Dugat, sinon d'être un peu jeune, une bonne dizaine d'année seront nécessaire à son évolution, mais quelle promesses! Dugat-Py, Chambertin, 2003, un triptyque que je présentais, à tort, comme surpuissant. Faux, l'élevage ne dissimule en rien l'expression et la profondeur du terroir. La magie des vins d'Henri Jayer a encore frappé. La seule évocation du nom du magicien de Vosnes et les voix se feutrent, la table se tait, le vin impose le silence et le respect. Respect pour la qualité du travail d'un immense paysan-vigneron devenu une légende. Artiste de la simplicité d'un irréel Echezeaux. Pour souffler quelques minutes, preuve s'il en était, de la qualité de la soirée, un Richebourg du Domaine Leroy. 1994 n'est pas une grande année. Coincé entre une pureté Jayesque et un céleste DRC, ce Richebourg a souffert, mais les atouts de son immense pédigrée nous ont troublés. Que dire du Richebourg 1999 de la DRC? Boire un vin du Domaine est un évènement en soit, boire ce vin dans un grand millésime imprègne votre cerveau à vie, quel bonheur d'avoir côtoyé quelques instants durant, cette perfection, cette anthologie. Un des plus grands vins de Bourgogne. La série de Bourgogne se termine, Alain est toujours accroché à son verre comme à une bouée de sauvetage, en état de choc, la banane en plus.

Toscane Brunello Di Montalcino Casa Basse Riserva 1999 Gianfranco Soldera13Soldera_Casa_Basse.jpg

Nez puissant, profond, subtil, de fruits noirs et rouges, d'épices, de terre, venaison, cuir, truffe et silex. La bouche est vive, dense, aromatique, les tanins sont charpentés, puissant avec une finale longue et fraiche. 17.06 Excellent

Toscane Brunello Di Montalcino Madonna de la Piano 1999 Valdicava

Le nez robuste, empyreumatique, des notes de cassis, de prunes, de fumée, de tabac, de cuir et de goudron. La bouche est massive, imposante, les tannins sont fermes, serrés, pas encore complètement prêts, l'élevage est encore présent et la longueur immense. 17.33 Excellent

Vénétie Amarone Della Valpolicella Riserva 2000 Giuseppe Quintarelli15Quintarelli_Eti_1976_C.jpg

Giuseppe "Bepi" Quintarelli est une légende, le vin du Maître du Veneto est les plus renommés et les plus recherchés de la Valpolicella. Son Amarone est produit uniquement lors des années propices à la réussite d'un grand cru. Il est composé en moyenne de 55% de Corvina et de 25% de Molinara, les 20% restants se composent de Cabernet, Croatina et Sangiovese. Le nez est majestueux, baroque, aérien, complexe et d'une grande fraicheur, fleurs séchés, fraise et poivre doux, fruits noirs, prunes, épices d'Orient et des nuances de cuir, d'amande, de noix et de tabac blond. En bouche, c'est la douceur alliée à la puissance aromatique qui envahit et danse sur le palais. Opulence, fraicheur, minéralité, construction et équilibre monumental, longueur captivante. 18.78 grand vin

L'inconnu de 20h07

Faire le compte rendu d'un vin qu'on ne peut citer, on ne me l'avait pas encore faite celle-là. Je n'ai donc pas le droit de vous dire que l'énorme nez de cette herculéenne bouteille, issu d'un unique fût de Grenache retrouvé par hasard dans une cave mal rangée, est proprement sidérant. Un nez d'une originalité folle, Grenache surmûri, arômes de pruneaux, de kirsch, de figue, de chocolat, de gelée de groseille et de de camphre. A l'image du nez, la bouche est surpuissante, lactée, les tannins sont monstrueux et la longueur est fantastique, comme le dit jeanDa, ça pourrait être un Australien, mais ça n'en est pas un, c'est rond, c'est puissant, c'est bon, normalement, c'est "Nèt fèr Dèsch", mais rien n'est impossible à un Soiffard. 17.00 Excellent

Avant d'attaquer le Mont Kosciusko, point culminant de l'Australie par la face Shiraz, l'Italie nous sert de camp de base. Casa Basse de Gianfranco Soldera est mes Brunello préféré, ils sont d'une pureté de fruit exceptionnelle et possède une structure de grand vin, avec un élevage ni trop marquée ni trop léger. Soldera produit des vins exceptionnels même dans des millésimes considérés comme faibles. Les belles ItaliennesPour ce passionné de vin, le raisin fait tout. L'intervention humaine doit être minimale et servir le vin, pas le dénaturer. "Madonna de la Piano" de Valdicava est un autre super Brunello, plus puissant, plus marqué par l'élevage, avec une force tannique supérieure, mais le charme en moins. Nous avons l'immense privilège de déguster pour la 3è fois un Amarone Riserva de Giuseppe Quintarelli. A chaque fois, je reste admiratif devant le talent de ce vigneron qui produit des vins uniques, multidimensionnel, à la palette aromatique incroyablement complexe, un univers à part, qu'on peut rapprocher du travail d'Henri Bonneau à Châteauneuf. Tient, en parlant de mule du pape, le Pat nous file un coup de pied de mule en nous faisant déguster un monstre venu du fin fond des enfers, sans pouvoir en parler. Sinon pour dire que ce vin pourra surement devenir centenaire et être bu dans la réserve par les deux frères. Les Soiffards aussi ont un lourd secret. En effet, Rage serait, selon une ancestrale tradition familiale, un Troll bien qu'il aurait préféré plus mieux être un loup-garou albinos et passer ses nuits à hurler, ce qui n’est pas pratique puisqu'il habite en plein centre-ville. Troll, c'est plus facile, il suffit de manger des enfants, des cailloux, de se coiffer et s'habiller comme Balladur et d’aller pourrir quelques discussions sur internet, ce qui est à la portée de presque tout le monde. Son rêve, c'est de progresser, de devenir un Geek, mais on trouve il a plus l'allure d'un chasseur d'extra-terrestre que d'un Geek. Chaque fois qu'il fait une crise, on est obligé de la piqueter comme une 17Alice_Greenock.jpgmerguez, de l'embrocher sur un attache-caravane et de le finir au nerf de bœuf pour qu’il récupère le sens commun de la mesure.

Barossa Valley "Alices Shiraz" 2004 Greenock Creek

Nez puissant de framboise, de kirsch, de confiture de mûre, de caramel, d'olive noire et une touche iodée. La bouche est massive, construite sur une matière riche, un fruit hyper mûr. L'élevage n'est pas complètement fondu mais l'ensemble est équilibré et la finale est sensuelle et élancée. 17.00 Excellent

Barossa Valley Shiraz "The Standish" 2005 The Standish Wine Company18Standish.jpg

Magnifique nez de crème de cassis, de violette et de mine de crayon. En bouche, c'est la charge de la brigade fruitée, du fruit, du fruit et encore du fruit. Concentration énorme, pureté des arômes, richesse extravagante et aucune lourdeur, aucune lassitude. Un jus de fruit à 14,5% avec une longueur de plus d'une minute. 17.38 Excellent

Barossa Valley Shiraz "The Schiller" 2008 Jason Schwarz19Schwarz08Schiller.JPG

Jason Schwarz aurait pu l'appeler "The Killer", une tuerie. 600 Bts de produite. Des arômes concentrés, surpuissants de cassis, de tarte à la myrtille, de prune, de cerise kirschée, de havane, de cannelle et de poivre. Comme le nez, la bouche est une véritable gourmandise, c'est riche, les tannins sont puissants et ronds, l'acidité importante équilibre ce colosse au pied fruité et prolonge une immense finale. 17.64 Excellent

Mc Laren Vale Shiraz "the Velvet Glove" 2007 Molly Dooker

Spectaculaire Shiraz, spectaculaire et envoûtant nez de mûre, de myrtilles, d'herbe de Provence, bois de santal, 20mollydooker-velvet-glove-shiraz-2007-178381.jpgde chocolat et de café crème. Le gant de velours prend tout son sens en bouche, wouah, quel soyeux, quelle sensualité, des rondeurs callipyges, impossible de ne pas succomber à la tentation de cette adorable beauté à la longueur interminable. 18.00 Grand vin

Barossa Valley Shiraz "Black Guts" 2002 Rusden21rusden_blackguts.png

Robe pourpre foncé. Un nez explosif qui possède une très belle fraicheur alliée à une trame aromatique complexe, cassis, caramel, épices, violette, chocolat, graphite et fumée de viande s'entremêlent. La bouche est ample, délicieuse, acidulée, les tannins sont veloutés, l'élevage est quasiment fondu, aucune rugosité ne vient gâcher le plaisir d'une longue et belle finale. 18.14 Grand vin

Barossa Valley Shiraz Sandscrub 2002 Rusden

Si vous avez aimé le 2001, vous allez adorer la version 2002 de la grande cuvée de Christian Canute. Sandscrub, une sélection de vieilles vignes de syrah quinquagénaires, en provenance des meilleurs terroirs sablonneux du domaine. Un nez intense, détonant, une explosion de fruits en tout genre, rouges,22Sandscrub.png noirs, bleu comme une orange, du tabac, des épices, beaucoup d'épices orientales, une multitude d'arômes qui évoluent au grès des tourbillons. Une bouche Australienne, "Terra Australis Incognita", un continent, immense, impénétrable comme les montagnes bleues, riche de toutes ses cultures, aimable et fraiche dans sa discussion avec nos palais d'européens formatés à la syrah parfois trop cérébrale. Une persistance longue comme la traversée du grand désert de Victoria, belle comme la grande barrière de corail. Un vin d'hédoniste. 19.07 Grand vin

Attention, convoi exceptionnel, planquer les femmes et les enfants, le Pat sort l'artillerie lourde, les canons de la baronne. Nos cortex sont en érection, Thierry et John se jettent des crêtes de coq à la figure, Hubert bourdonnent, Gérard se rase la nuque, Christian fond comme du caramel en embrasant le sol qui se soulève dans une vague de lave en fusion,Patte de velours et gants de boxe Alain s’enflamment, des femmes nues hystériques courent partout. C'est un douce montée vers le paradis, Alice de Greenock Creek, The Standish et The Shiller sont des archétypes de l'Australien hyper fruité, concentrés, profonds et avec une fraicheur peu coutume dans les Aussies de base. Avec The Velvet Glove, on passe dans une autre dimension, celle des plus grands vins de la planète. Black Guts nous laisse pantois et Sandscrub nous lamine les neurones. Après le 2001 du mois dernier, 2002 fait la preuve par deux du talent d'un grand vigneron. Alain a presque trouvé instantanément, comme pour le Quintarelli, c'est la reconnaissance d'une originalité, d'un caractère affirmé ou la puissance d'un grand vigneron au service d'un grand terroir. En l’espace d’une génération, l’Australie est devenue un pays incontournable pour tout amateur de vins. Au cours des 15 dernières années, son vignoble a triplé pour atteindre en 2008 près de 170 000 ha, malgré la sécheresse qui sévit depuis plusieurs années. Dans les 10 prochaines années, les vins Australiens seront aussi recherchés que les grandes cuvée Françaises ou Italiennes. Après ça, celui qui ose dire que les Australiens sont tous pareils, trop boisé, pas complexe, mérite d’être saigner comme un jarret au milieu de la place publique et rôti à la broche avec le fanion Australien dans le croupion.

Sauternes Cuvée exceptionnelle 2001 Château Simon23Simon-Sauternes-Bordeaux-etiquette.jpg

Belle robe jaune or brillant. Nez fin de fruits confits, d'agrumes confit, d'ananas, de vanille, de cire et de caramel. La bouche est veloutée avec un beau rôti, une matière fine et délicate et une belle finale mentholée. 17.25 Excellent

Barsac Rieussec 2001

Quelques notes liégeuses et des notes déviantes masques de beaux arômes d'écorce d'orange. Dommage.

Sauternes Yquem 200124yquem.jpg

Enfin, je voilà le monstre mythique qui fait fantasmer le landerneau vineux. Arrivée dans nos verres, la starlette refusera d'abord de se dévoiler ses charmes. Il nous faudra un peu de patience et de persuasion pour découvrir ses parfums de fruits exotiques, d'écorce d'orange, d'abricot, d'agrumes, de crème brulée, de pâtisserie et d'épices. C'est en bouche que se joue la pièce, l'équilibre est extraordinaire, finesse du jus, complexité des sensations gustatives, pureté des notes d'ananas et de mangue qui envoûtent le palais, fraicheur qui intensifie l'extrême facilité à boire cette merveille, éblouissante de distinction. Une future légende qui nous rapproche un peu du paradis.19.17 Grand vin

Alsace Pinot gris "Larme de Lave" 2007 Domaine Schoffit

Un vin issu du Grand cru Rangen de Thann "clos Saint Théobald". Le seul véritable défaut de cette bouteille est de passer après le chef-d'œuvre Sauternais. Le vin ne coule pas, il tombe dans le verre, du miel de vin, il en a la couleur. 510g de sucre résiduel pour 4,5° d'alcool. Fruits exotiques, fruits secs, cire d'abeille, pâte d'amande et clémentine. La bouche est volumineuse, concentrée mais sans lourdeur excessive, l'acidité est présente et donne du relief à la finale. 16.50 Excellent

Porto Quinta do Noval Vintage Port 197525Quinto_do_Noval.jpg

Robe noire aux reflets orangés. On s'attarde longuement sur ce nez intense de café, de pain grillé, de cacao, de figue très mûre, de raisins de Corinthe et de rancio. La bouche est intense, volumineuse, minérale, comme beaucoup de Porto, elle est marquée par l'alcool. La finale, sur le cacao et le graphite, est magnifique. 18.50 Grand vin

Petit par la taille, grand par le talentPour clore cette hallucinante soirée, 3 Sauternes 2001, grande année, Château Simon n'est pas le plus médiatique, la cuvée Exceptionnelle 2001 du château Simon est une véritable aubaine pour tous les amateurs de grands sauternes. Rieussec est malheureusement légèrement bouchonné. Quant à Yquem 2001, il tient toutes ses promesses de perfection faite vin. Une fois bue la dernière goutte de ce lumière de vin, une seule idée m'obsède, replonger dans l'univers fantasmagorique, hallucinatoire de cet Yquem 2001 ! Un Alsace pour la route pavé et sucré de Lave du Rangen de Thann et un magnifique et vieux Porto Vintage 1975 de Quinto do Noval, et, c'est remplit jusqu'aux yeux qu'on termine cette soirée superlative, du serial-Killer Australien, une soirée qui fera référence. On aura tous du mal à revenir sur terre après avoir tutoyé les sommets. Un immense merci à L'australopsykopat, un fêlé parmi les fêlés. Le dernier mot revient à Jeanda, On savait qu'il était capable de faire une synthèse des règles de l'hédonisme en milieu rural, la vaisselle un dimanche, supporter un débat sur "l'hermaphrodisme et la parthénogénèse chez les spermophiles Indiens", comprendre les motivations profondes et métaphysique d'une esthéticienne Boulonnaise et la forcer à faire face à sa maïeutique ultra-puissante qui déchire sa race, mais une Ode aux Soiffards? Il y a un pas de vis que l'on osait viser. Le dernier mot à JeanDa, donc:

Copyright © 2011, by JD HIHI, tous droits réservés (et règlement en liquide)

Les deux Pats sont épatants
Comme le Matt et le bon blanc
Grâce à eux on a pleuré
Même avec d’l’aligoté
Car Leroy c’est l’apanage
Des grands vins c’est c’que dit Rage

Bien qu’Alain le plus malin
Goûte les charmes du Chambertin
C’est Thierry qu’a tout compris
Au nectar de Dugat-Py

Tandis qu’Hubert reste coi
En s’demandant bien pourquoi
Soiffard il ne l’était pas
Bien avant cette soirée là
C’est Christian qui a fini
La bouteille d’Quintarelli

Quant à Serge il a bien fait
De reprendre du Montrachet
Avant qu’John n’est eu le temps
D’renverser ce monument

Même le Pat qui connaît bien
Les plus grands des ligériens
S’est pété l’hémorroïde
En gouttant l’Astéroïde

Et Gérard ce connaisseur
N’a vraiment pas eu le cœur
De finir le Rieussec
Tellement il était sec

Car Waldorf ce généreux
C’est surpassé comme un dieu
En offrant à ses amis
Le meilleur de l’Australie

Pour ma part j’aim' mieux Jayer
Qu’le bouchon du pâtissier
Et l’Rich’bourg c’est le grand pied
Quand il vient d’la DRC

Les soiffards c’est des fêtards
Aimant le vin comme un art
Des étoiles plein les mirettes
Et d’la bouffe plein la musette
En buvant le grand « d’Yquem »
Ils s’écrient tous « Carpe Diem ! »

Tab03_11.jpg

graph03_11.jpg