Donc, le plus impopulaire des Français, le sémillant Raymond, vous savez, celui qui a succédé à Jacques Santini, le crapaud avec une élocution pâteuse et un regard aquatique, il semblait tout juste sortir du coma avant chaque prise de parole, et bien Raymond est revenu à la télé pour faire un nouveau fiasco retentissant, un véritable naufrage. domenech.jpgL'étoffe des champions que ça s'appelait, une émiction évènement sur France 3 qui a réalisé, pour sa première, une audience effroyablement mauvaise. Oui, une poigné de téléspectateur, les amis et la famille des candidats puisque Raymond n'en a pas, ont regardé. France 3 a fait, ce soir-là, moins d'audience qu'Arte! C'est dire l'étendue du désastre industriel. Puis l'émission s'est enfoncée un peu plus dans les abysses, les limbes de la nullité, France 3 a relégué l'émission en deuxième partie de soirée puis l'a supprimée une bonne fois pour toutes, histoire d'écourter l'agonie de la daube. Raymond, c'est sûr, t'as l'étoffe du looser, un looser cathodique. De source sure, j'ai appris qu'ARTE envisage d'embaucher Raymond pour reprendre sa place de dernier. Elle planche sur une émission de télé-réalité un peu spéciale. Ce sera une télé-réalité de type has-been aventurier-chanteur-culinaire avec un peu de relooking et de foot. Les couples de candidats seront: Candeloro et Véronique et Davina, Nicolas Sarkozy et Arlette Laguiller, Arielle Dombasle et Rocco Siffredi, Bernard Menez et Lady Gaga, DSK et Sainte Nitouche. Le jeu consistera à faire le Paris-Dakar en passant par Pékin en relookant son véhicule avec l'aide de Valérie Damidot tout en cuisinant pour les autochtones alors que les candidats devront manger des insectes, au milieu de rien, dans un désert hostile où l’homme est seul, face à lui-même mais devant douze caméramans, un preneur de son, de l’éclairage, des mètres de câble partout et le sandwich au thon du deuxième assistant réalisateur que sa maman lui a fait. Ils devront également sauver le RC Strasbourg de la relégation en 8è div régionale pour éviter le choc RCS - Niedersouffelarschlochtal les Bains. Le gagnant sera celui qui chante le mieux ou alors ce sera Mickael Vendetta. Raymond sera assisté de Zahia, la co-pine à Ribery, puisque c'est la seule qui est capable d’aligner 3 passes d’affilée. Avec ça, ARTE tiens le buzz du siècle.

Champagne Mailly l'intemporelle 2002

60% pinot noir et 40% Chardonnay Beau nez, très classique de Champagne, de pain grillé, de citron confit, de pêche, de fleurs blanches et de gingembre. L'attaque est fraiche, la bulle est fine, la matière est belle, l'ensemble est bien équilibré avec une belle finale sur les agrumes. 14.00 Très bien

DoisyDaene.jpg

Bordeaux AOC Doisy Daëne 2005

Le nez est puissant, très aromatique, sur les épices, les agrumes, le buis et l'abricot. En bouche, c'est toujours sur les agrumes, avec une pointe minérale, une belle matière, c'est vif et élégant avec une longue persistance. 15.00 Très bien

Meursault 1er cru Poruzots 1995 François Jobard

Le premier nez est réduit, animal (godasse de clochard pour Dominique), pain brûlé, amande, fleurs blanches, champignon, crème brûlé, après quelques minutes,PoruzotsJobard.jpg le vin évolué vers de belles notes de citron confit et de noisette. La bouche est fumée, la matière est fine, l'élevage est fondu, l'équilibre est parfait et la finale est sapide et longue. 14.63 Très bien

Puligny-Montrachet 1er cru les Folatières 2006 Charles Allexant

Le nez est sur la réserve, des notes de citron, d'acacia, de miel, de menthol et de noisette complète le bouquet. La bouche est fine, comme la matière. Après une tension initiale, la bouche tombe très vite vers une finale discrète. 13.94 Bien

Chassagne-Montrachet 1er cru Tonton Marcel 1988 Domaine Mestre

Premier nez réduit, sur la croûte de fromage, la pain grillé, l'aération servira le vin et fera apparaitre des notes de poire, de pop-corn et de fumé. L'attaque est nette et ample, la matière est belle, l'acidité est fine et participe à la longue finale. 15.19 Très bien

condrieu-gangloff_s.jpg

Condrieu 2000 Mathilde et Yves Gangloff

Le nez est aromatique, expressif, aérien, complexe, sur des arômes de violette, d'abricot, d'amande, de poire très mûre, de pêche, d'acacia, de fougère et de frangipane. La bouche est fine malgré la grosse matière, une rondeur sans lourdeur, l'élevage est discret, l'équilibre remarquable et la finale est puissante et tendue. 16.50 Excellent

On attaque cette soirée télé par un très bon et très classique Champagne, les télé-dégustateurs présents forment 60% de l'audimat habituel de la chaine des Soiffards. Gérard produit l'émission pour Alain, Pascal, Dominique, Didier, Rage, l'Ermite de St Jean et Bibi. Il faut rendre à 16 heure ce qui appartient à ses ahrres et aussi à Dominique; Doisy Daëne est bien une production Denis Dubourdieu qui, sur le terroir de Barsac, produit à la fois un grand vin de Sauternes et un Bordeaux blanc sec racé et très original. Poruzots est situé entre les Bouchères et les Genevrières, ce n'est pas le plus connu, pas le plus réputé des climats de Meursault, mais ce sont généralement de vins de grandes qualités, denses et tendus, très classique de Meursault.tontonsflingueurs.jpg Les Folatières du Domaine Allexant sont un peu mince pour nous captiver alors que le Chassagne qui suit a déjà un titre à la Audiard, c'est tonton Marcel qui flingue nos verres et accompagne la raviole du bourdon aux cèpes. Tonton Marcel, c'est pas une blague? C'est du sérieux. Ça, c'est bien vrai. Si on rigolait plus souvent, on aurait moins souvent la tête aux bêtises. Sans être franchement malhonnête, aux premiers abords, comme ça, il a l'air assez curieux, y'a pas seulement que de la pomme, y'a autre chose, ce serait pas des fois de la betterave? Un très calibre ce Tonton Marcel, Même si j'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner. Faut quand même admettre que c'est plutôt une boisson d'homme. Plus sérieusement, le climat Tonton Marcel peut également porter l'étiquette de Chassagne-Montrachet 1er Cru La Grande Montagne. C'est une parcelle de 0.25 ha installé sur les hauteurs de Chassagne-Montrachet, au-dessus des "Grandes Ruchottes", entre "La Romanée" et "en Virondot". Avant la page de pub, on accompagne la crème de carotte au gingembre et sa pique de crevettes par un Condrieu vieux, enfin, 10 ans c'est vieux pour un Condrieu, sauf s'il est bien fait comme celui d'Yves Gangloff. Presque Bourguignon dans sa structure, mais parfaitement Viognier dans son expression. Fin du premier épisode. On attend le programme suivant et on zappe. Oui, le zapping est devenu un sport national. Depuis l'arrivée des chaînes thématiques, il y a de tout, des chaînes musicales, une chaîne pour les enfants, une chaîne pour les personnes âgées, une chaine pour les sourds, les muets, les aveugles, les incontinents, une chaîne pour les koala roux, une chaîne avec uniquement des jeux, une chaîne avec uniquement des films dont tu es trop jeune pour avoir entendu parler, celles consacrées à la cuisine, à l’humour, à l'amour, au sexe, à la décoration, aux fruits de mer, à l'histoire, à la géographie, à la métonymie et autres synecdoque, mais pas une chaine pour nous parler de vins, en France, ça fait tâche… de vin.

St Estèphe Cru Bourgeois Château Meyney 1985

Cabernet Sauvignon 77 %, Merlot noir 25 %, Cabernet franc 5 % Après une légère réduction, le nez s'ouvre sur des arômes de cassis, de ronce, de café, de cuir et de poivre blanc. La bouche est fine et élégante, les tannins sont polis, agréables et la finale est fraiche et longue. Une belle Bourgeoise. 14.75 Très bien

Margaux Château Pavillon Rouge 2001

pavillon-rouge.jpgCabernet Sauvignon, Merlot, Petit Verdot Beau nez de groseille, de framboise, de cappuccino, de cassis, d'amande avec également quelques notes fumées. La bouche est doucereuse, crémeuse, puissante, sur un fruit très mûr, légèrement épicée, l'élevage est présent, l'acidité faible et la finale, finement mentholée et assez longue. Un vin flatteur qui n'a pas la profondeur et la puissance des plus grands. 15.81 Très bien

Margaux Château Palmer 1986

Palmer.jpg48% Merlot, 41% Cabernet Sauvignon, 7% Petit Verdot, 4% Cabernet Franc Le nez est racé, cassis, poivron, cerise noire, prune, graphite, cuir, champignon, épices et fougère. La bouche fine, élégante, pure, distinguée avec des tannins souples, une fine austérité, une pointe acidulée et une finale longue et mentholée. La délicatesse et la classe des vieux Bordeaux. 17.25 Excellent

St Estèphe Château Montrose 1986

montrose.jpg65% Cabernet Sauvignon, 30% Merlot, 4% Cabernet Franc, 1% Petit Verdot La robe est évoluée alors que le nez est très fruité, cassis, framboise, prune avec également des notes de truffe, de café, de cigare, de menthe, de cerise kirschée et d'eucalyptus. La bouche est pleine, dense, les tannins sont fermes, chargés, austère avec une persistance assez moyenne. Un Bordeaux à l'ancienne. 16.13 Excellent

St Julien Château Gruaud Larose 1986

57% de Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot, 8% Cabernet-Franc, 3% Petit Verdot et 2% Malbec Le nez est sur la retenue, cassis, cerise noire, boisé noble, cuir, terre humide et boite à cigare dominent l'agréable bouquet. La bouche est marquée par des tannins relativement durs, une acidité marquée et dissociée et une grande persistance. 16.44 Excellent

Vous connaissez tous ma passion pour les vins de Bordeaux, aussi légendaire que la franchise qui m'a permis de remporter 8 fois les championnats du monde de mauvaise foi. La mauvaise foi est indispensable pour une vie sereine et épanouie, si à chaque fois que j'ai tort, je devais admettre que j'ai tort, la vie deviendrait une crucifixion permanente.palmer.jpg Comme je suis trop un Psykopat dans ma tête, que j'ai un ego subtilement surdimensionné et que quitte à être de mauvaise foi, autant l’être sur de bonnes bases, donc, je l'avoue, si je n'aime pas les Bordeaux, c'est à cause de la théorie américaine du complot fomenté par Bob l'éponge, qui encense les Bordeaux pour nous faire oublier la crise économique et le fait que les roux vont prendre le pouvoir en Moldavie. Bon, je ne veux pas accuser ou quoi, mais quand même, quand on voit la qualité des Cabernet américains, sans rien vouloir insinuer, tout de même, on est en droit de se poser quelques questions. Meyney est une belle Bourgeoise au beaux Neyney. J'ai adoré Pavillon rouge, c'est le parfait contre-exemple d'un bon Bordeaux. Le genre de vin qui pourrait être fait partout dans le monde, mais qui est fait à Bordeaux. J'ai détesté Palmer. C'est vrai, comment un Bordelais peut-il faire un aussi beau vin, racé, élégant, proche de son terroir, sans élevage dispendieux et pour un prix raisonnable? C'est une question qui mérite d'être posée à Jeanluk qui a surement une réponse de vieux sage ou de vieux singe libidineux, ça dépend de l'heure à laquelle vous lui poserez votre question. J'ai bien aimé les deux suivantes, austérité et tannins durs pour Montrose, acidité en plus des tannins durs pour Gruaud, des Bordeaux comme je les aime. En tous cas, ils accompagneront le Sanglier cuit en douceur par l'ARTificier en chef.

Richebourg 2004 Thiebault Ligier-Belair

RichebourgLigierBelair.jpgL'archétype du grand Richebourg, un nez éthéré, plein de sève, suspendu à son terroir, on distingue nettement les arômes monter du verre, se complexifier, de très belles notes de de fraise, de framboise, de rose fanée, de violette, de ronce, de réglisse, de terre, de cannelle et d'épices forment un superbe bouquet. La bouche est magnifiquement sensuelle, puissante, pure et intense, minérale et racée, la matière est dense, sans lourdeur, les tannins disparaissent au contact du palais, l'acidité est parfaite, l'élevage joue à cache-cache avec le noyau de cerise et la persistance est superlative. Thibault Ligier-Belair réussit parfaitement à éviter le piège d'un millésime difficile et signe un Richebourg d'école. 17.75 Excellent

Clos Vougeot 2006 Drouhin Laroze

VougeotDrouhinLaroze.jpgLe nez est toasté, expressif, sur le cassis, la mûre, le caramel et la groseille. La bouche est sans concession, cérébrale, d'une raideur monacale. Un style résolument masculin, matière très mûre avec des tannins puissants et encore un peu secs, l'acidité est forte et apporte une touche iodé à la finale. Un Clos de Vougeot austère à souhait, massif, dans la force de sa jeunesse et mais sans grande émotion. 16.13 Excellent

Clos Vougeot 1998 Clerc & Fils

Le nez est fumé, sur les fruits noirs, la rose, la réglisse, le tabac, les épices et quelques notes de carton mouillé. La bouche est fine, assez racée, les tannins sont ronds, charnues, gourmand, la finale est fraiche et longue. Un très bon vin, assez peu Bourguignon et très loin des canons de Vougeot. 15.75 Très bien

Chambolle-Musigny 1er cru les Charmes 2008 Amiot-Servelle

chambollecharmes-amiot-servelle.jpgPremier nez très animal, légèrement acétique, piquant, la framboise se cache derrière des notes de rose, de pivoine, de cuir et de groseille. La bouche est clairement dissociée, d'un côté une matière un peu maigre et des tannins serrés, de l'autre, une acidité tranchante qui écrase la finale sur les amandes. Une déception compte tenu de la qualité habituelle des vins du domaine. 13.75 Bien

Pour la Bourgogne, je dois admettre qu'on l'a fait à l'envers. Un Richebourg pour commencer, c'est un peu comme dévoiler la fin du film dans la bande-annonce et je dois admettre que j'en suis le responsable. Non pas parce qu'il n'était pas bon, loin de là, même si certains se sont fourvoyés dans le Rhône. La puissance, la charpente, les épices, le côté sauvage et une forte expression d'un terroir, c'est un Richebourg ou un Chambertin, les colonnes herculéennes de Bourgogne. La force subtile faites vin. On dit d'un bon Richebourg qu'il "Richebourde" quand il exprime sa nature minérale, son fruit subtil avant de s'envoler vers les épices et les notes de fleur fanée, voire de champignon avec un peu d'âge. Ce Richebourg est issu d'une ancienne parcelle, située dans la partie historique du Richebourg, au sud de l’appellation, à une cinquantaine de mètres au nord de la célèbre Romanée. Le Clos de Vougeot est une entité créée par l’homme, longtemps cultivée comme un seul et même tout par un unique propriétaire, les cisterciens ou M. Ouvrard au 19°siècle. C’est assurément à cette période qu’il a connu la gloire d’être considérée au rang des trois meilleurs grands crus de la Côte. Cependant de nos jours plus de 80 Clos de Vougeot sont mis en bouteille chaque année sur de terres variées, des terroirs différents. Il est évident que cela explique les dissemblances et les grandes différences de qualité finale. Celui de Drouhin-Laroze est plutôt conforme au canon, austérité monacale et puissance du terroir, alors que celui de la famille Clerc est même assez peu Bourguignon. On termine par le début, enfin on aurait dû commencer par la finesse du Chambolle, mais de finesse, il n'y en eu point. D'habitude fin et élégant, le Chambolle d'Amiot-Servelle s'est révélé piquant, acide et dissocié. Problème de bouteille plutôt que de millésime? De l'eau au moulin de Jeanluk qui a beaucoup changé ces derniers temps et j'en connais la raison. Jeanluk n’est pas du genre à fréquenter les pharmacies assidûment. Pourtant, un jour qu’il cherchait un anti-inflammatoire hémorroïdale que jamais il ne devait trouver, son regard fut attiré par une publicité pour le moins interloquante : "la puissance de 112 huîtres dans une seule pilule". Fouchtra, se dit-il, j'ai le goût du risque et celui de la conchyliculture, je me sens un peu avachit et ramollit en ce moment, voilà qui devrait me donner du peps. N'étant pas du genre à se soucier de posologie, il avala le tube. Instantanément, il se sentit aussi stimulé qu’un jeune goujon avant que le drame ne survint. Jadis vif et sociable comme une belette cendrée, il s'est refermé, peinant à sortir de sa coquille, il est devenu allergique au citron, il a muté, devenant hermaphrodite, il lui arrive de changer de sexe plusieurs fois dans la même journée, ce qui amuse ses partenaires sexuels mais pas ses partenaires de tennis. On va être contraint de le transférer dans le groupe des Bacchantes avant la fin de l'année.

Gewurztraminer VT Clos des Capucins 1996 Domaine Weinbach

La robe est rosée, le nez est très original, muscaté, des note insistante de vanille, de coing, de fleurs séchées, de nougat, de cacao et de violette. Assez peu Gewurztraminer en somme. La bouche est passerillée et tourbée, raisins secs, vieux whisky, minérale, grand équilibre, belle fraicheur et magnifique longueur. 15.75 Très bien

Sauternes Château Suduiraut 1990

Suduiraut.jpgLa robe est splendide, dorée, ambrée. Le bouquet est constitué de beaux arômes d'ananas, d'abricot, d'écorce d'orange, d'anis, de biscuit sec, de coing, de miel et de cire. En bouche, c'est concentré, l'onctuosité est importante, c'est même crémeux, presque lourd, l'acidité est faible, le botrytis est discret, le sucre prend le dessus, le bois domine la finale. Un Sauternes avec un beau nez expressif et complexe mais qui pêche en bouche. 16.57 Très bien

Comme toujours, on se termine au liquoreux, un Gewurzt Fallérien, assez déroutant et un Suduiraut , agréable au nez mais qui pêche un peu par son manque d'acidité. Une soirée light, seulement 17 vins, ça fait du bien de rentrer en ligne droite, de se coucher sans les trois litres d'eau réglementaires et sans avoir l'impression de trimballer un bide de la taille du Mozambique. Puis faire le rêve d'une émission sur le vin à la télé Française, celle qui tolère la pire vulgarité, une violence inouïe… Mais n'ose montrer une bouteille de vin, ça c’est indécent! Le vin, c'est de la culture, un patrimoine et beaucoup de plaisir. Les vidéos sur le vin abondent sur Internet, mais rien sur nos chaines qui préfère le Pernaut au Vin, star_ac__bis.jpgRaymond Domenech à Henri Jayer et Nolwenn Leroy à Lalou Bize Leroy. Résumé de notre émission ART'vineuse, un beau et intemporel Champagne, un grand petit Doisy Daëne, une folle à tiers, un vieux Jobard, un tonton flingueur et ce con de Rieu qui connais la musique. La palme au Palmer, des Neyney de Bourgeoise et des gruaux dans le Montrose. Amiot a manqué de Servelle, Vougeot or not Vougeot, Guillaume Tell est la question, Belair dans le Richebourg, Faller suit dit Rot, Christine Bravo l'ART'iste de la soirée. Voilà ce que j'ai tapé sur mon Iphone 10 avant de me coucher. Oui, Iphone 10, j'ai une version pirate avec clavier et écran holographique à inversion nucléaire, le design a assez peu changé, il est toujours capable de faire des photocopies, le café, même du déca, imiter Michel Leeb qui imite un chinois qui imite un Africain, pondre des œufs, mais ce nouveau modèle est aussi capable de déboucher des bouteilles, ôter le goût de bouchon, changer le mauvais Bordeaux en bon Bourgogne, préparer une fantastique mousse au chocolat (mais il faudra quand même battre les œufs, faut pas exagérer), il pourra, s'il est volé, revenir seul chez son propriétaire. En plus, il est capable, à partir d'une simple phrase de conclusion, de taper un compte rendu complet, la preuve… En plus, j'adore manger de la mousse au chocolat en regardant la télé!

tab08-11.jpg

graph08-11.jpg