Acte 1 : Dégustation du millésime 2010 au Domaine Zind-Humbrecht

Zind1.jpgComme chaque année, la dégustation du dernier millésime du domaine Zind-Humbrecht donne la température d'un millésime en Alsace, par la diversité des cuvées et terroirs disponibles au domaine et la possibilité de goûter quelques grands terroirs alsaciens sur les 3 cépages. En plus de la gentillesse et de la disponibilité du Domaine à nous inviter à découvrir le millésime, s'ajoute les notes d'Olivier Humbrecht sur ledit millésime, une source d'information exceptionnelle, mise à la disposition de tous. Olivier Humbrecht nous explique son année vineuse vu de l'intérieur, son travail, en détaillant chaque cuvée. Pour lui, 2010 sera un très beau millésime, un millésime extrême en terme d'écart de températures, une petites récoltes, parfois réduite au tiers d’une récolte normale. Un phénomène qui a marqué tous les cépages, seuls le Rangen et le Clos Windsbuhl furent légèrement épargnés. Les raisins étaient très mûrs, les vins ont souvent un caractère et une ligne acide affirmée, les fermentations ont été très lentes, les rendements sont faibles, la moyenne du domaine étant de 29hl/ha avec beaucoup de Grand Crus inférieurs à 20hl/ha. 2010 sera, sans conteste, un millésime de garde. Les vins dégustés ont été mis en bouteille la semaine avant la dégustation, les nez ne sont pas encore bien en place, certains vins se déguste moyennement bien, mais il est toujours très intéressant de déguster l'ensemble de la gamme du domaine sur un millésime.

Pinot Blanc, Zind 2010 et Muscat Herrenweg sont d’excellent excitateur de goût, une entrée en matière réussi. Avec le Muscat Goldert on change de registre, finesse d'un Muscat de repas. On passe au Riesling. Terroir d’Alsace et Gueberschwihr sont encore sur la réserve, Turckheim et Herrenweg sont tendus et acidulés. L'Heimbourg a de belles notes de poire. Clos Häuserer est souvent mon Riesling favori, cette année, je lui ai préféré le Windsbuhl, tendu et minéral, le Rangen, pas trop marqué Rangen, mais puissant et droit et surtout le Brand Vieilles vignes, un terroir précoce, prédisposé au développement du botrytis qui a produit un vin ample, aromatique, indice 3, mais qui finit presque sec.
On passe à la table des pinots gris. Pinot-Gris Calcaire est légèrement moelleux, Herrenweg de Turckheim très fumé, Zind2.jpgexpressif, aromatique et un peu perlant. Avec le Rotenberg, on retrouve le côté fumé de l'Herrenweg avec une acidité très marqué. Le Clos Windsbuhl possède une classe indéniable et avec le pinot gris Rangen de Thann, on retrouve la typicité du Rangen. Le Gewurztraminer Calcaire est particulièrement réussit, immédiatement séducteur, incroyablement typique, rose, litchi. Le Herrenweg de Turckheim, normal et Vieilles Vignes sont sur la réserve. Le Heimbourg est riche et dense. Le Hengst sera mon coup de cœur de la soirée, très pur, sur des notes de pamplemousse et de fumé. Le Rangen et le Clos Windsbuhl devront être attendus patiemment.
Les sucrettes débutent par un Riesling Brand VT, très aromatique, un Pinot Gris Herrenweg et un Clos Jebsal VT, très minéral ainsi qu'un Gewurztraminer Herrenweg. On clos cette démonstration magistrale par un superbe Pinot-Gris Clos Windsbuhl Sélection de Grains Nobles, élevé en petit foudre, fumé, rôti et épicés, 9° de plaisir. Le Pinot-Gris Clos Jebsal Sélection de Grains Nobles Trie Spéciale, 4° de jubilation, est d'une densité hallucinante et d'une maîtrise prodigieuse.

Comme souvent chez Olivier Humbrecht, on retrouve sa patte généreuse sur l'ensemble de la gamme, chaque année un terroir se distingue par ses caractéristiques communes dans les trois cépages. C'est souvent le Rangen de Thann et son côté fumé tourbé, parfois le Windsbuhl et son approche calcaire, cette année, j'ai particulièrement apprécié l'unicité des trois Herrenweg et la pureté du Gewurztraminer Hengst.

Acte 2 : Sustentation à la Taverne Alsacienne

taverneAlsacienne.jpgComme on n'est pas venu pour bousculer les bonnes habitudes, la prochaine étape sera la Taverne Alsacienne, une cuisine roborative nous fera le plus grand bien après environ une trentaine d'apéritif. On a les crocs, 5mn plus tard on entre dans l'antre de notre Hermite Jeanluk qui est d’humeur à dépecer le premier saumon venu. Quand l'Hermite a découvert que le dernier Rayas a été sifflé à midi, il a failli repartir illico. Il a passé le reste de la soirée à faire la gueule, heureusement, Gonzo a réussi à la faire sourire en nous faisant Duchowny qui imite une martien qui imite Florent Pagny qui chante Brel.

Saint Aubin 2006 Pierre-Yves Colin-MoreyColin-Morey-St-Aubin-Le-Blanc.jpg

Un nez expressif, subtil, généreux, sur des arômes d'agrumes, de fleurs blanches, de pêche de vigne, de tilleul et quelques notes de noisette. La bouche respire la jeunesse, c'est ample, précis, élégant, ciselé, droit dans ses bottes, la ligne acide est parfaite pour tenir l'ensemble et équilibrer la longue finale. Très bien

Meursault Perrières 2009 Vincent Dancer

Un brin de réduction au départ, mais le nez va se mettre en place après quelques minutes d'aération. Archétype du Meursault, brioche beurré, noisette, mais aussi de délicates notes florales, un peu de citron vert, de poire et d'acacia. En bouche, c'est gras, puissant et subtil. La minéralité est affirmée, c'est légèrement fumé, l'acidité est porteuse d'avenir et la longueur prolonge la gourmandise. Très bien

Coteau du Languedoc La Grange des Pères 1999grange-des-peres.gif

Le nez est d'une complexité affolante, à la tapenade, la garrigue et la mûre vont s'ajouter des strates d'arômes de cuir, de cerise noire, de noyau, d'épices, d'encens, de jus de viande, de réglisse et de pierre à fusil. Magistral! La bouche possède, fraicheur, suavité, élégance générosité et surtout, beaucoup de race. Belle et longue finale pour être certain de ne rien recracher. Excellent

Châteauneuf Hommage à Jacques Perrin 2000 Château de BeaucastelHJP.jpg

Nez envoûtant, étincelant, sensuel, de cerise kirschée, de prune, de truffe, de cuir, de sous-bois avec quelques accents viandés et iodés. La bouche est d'une jeunesse éclatante, pure, racée et puissante. La concentration se fait oublier derrière le velouté de la matière, le grain suave des tannins, l'équilibre des forces et la longueur du plaisir de cet hommage. Parfois, le silence est un hommage que la parole rend à l'esprit. Grand vin.

Acte 3 : Debrief Tartaresque

Comme nous sommes bons camarades, sous le prétexte fallacieux de manger un Tartare, Gonzo et votre serviteur sont allés chez l'ami JeanDa pour lui narrer avec moult détails le menu de la soirée précédente, ce qu'il a manqué et ce qu'il manquera dans quelques semaines, histoire de la voir se transformer en Gremlins obligé d’assister à un concert de Mireille Mathieu reprenant les tubes de Pink Floyd a capela au lieu d'aller à Tokio Hotel.

Vina Tondonia 1993 Lopez de Heredia

Viura (90%) et Malvasía (10%). Nez original, finement t oxydatif, sur la poire mûre, la pomme, le champignon, la vanille et la coquille d'huitre. La bouche est saline, toujours une peu rancio, sans excès, la matière est généreuse et élégante avec un long retour en bouche. Bien+

St Estèphe Cos d'Estournel 1994CosEstournel.jpg

65 % Cabernet et 35% Merlot. Nez de prune, de cassis, de cuir, de coriandre avec une pointe de fumée de tabac. La bouche est onctueuse, enveloppante, puissante, les tannins sont fondus, assez agréable, compte tenu du millésime, et le vin est d'une persistance plutôt moyenne. Très bien

St Emilion Château Canon 1990

Robe un peu évoluée. Nez de cassis, champignon, groseille, sous-bois avec des touches florales. La bouche est pure, encore dotée d'un beau potentiel, chateau-canon.jpgles tannins sont ronds et fondus avec une longue finale mentholée. Très bien

Crozes-Hermitage Les Varronniers 2009 Michel Chapoutier

Robe grenat, éclatante. Nez de fruits noirs, de violette, de cannelle, de poivre et de réglisse. La bouche est puissante, très aromatique, la matière est généreuse, les tannins sont denses, encore marqués en finale, ce qui n'a rien d'étonnant compte tenu du millésime. Bien+