En des temps reculés, les serpents servaient à prévenir l'arrivée d'une personne, ces serpents dits à sonnette étaient très utilisés. shutterstock_42364183.jpgLe serpent est hermaphrodite, un peu comme Amanda Lear ou Jin Xing, une danseuse étoile, colonel de l'Armée populaire de libération Chinoise avant son opération. Pour faire court, le serpent baise dans les deux sens, c'est pourquoi on ne peut pas avoir confiance en lui, il baise tout le monde, et ce depuis Adam et Ève dans le jardin d'Éden lorsque le serpent demande à Eve de croquer dans son apple, ce qui prouve aussi que le serpent a toujours été en avance sur son temps. Vous êtes prévenus, faire amis-amis avec un serpent peut être très dangereux, surtout si vous êtes une personne de petite taille. En effet, lorsque le Serpent veut nain, il finit toujours par l'obtenir. Heureusement, les serpents sont facile à reconnaitre, cette bestiole fait le son de la première lettre de son nom, c't'a dire "S", il peut faire "Ss" ou alors « Sssssssssssssssssss ! » quand il est vénère. Pour éviter de se faire agresser par cette brute sauvage et sanguinaire, il faut lui dire, en Serpent, bien entendu "Va te faire mettre, enfileur de Chat" qui se dit, "S†sssSSSssSS,SSsssSsss††S" (™ Google traduction). S'il vous mord quand même, winerattle-596x816.jpgil vous demandera surement où vous avez mal, répondez: "qu’aux bras", c'est de l'humour de serpent, en humain, ça ne fait strictement pas rire, mais c’est une blague plutôt bien acceptée chez les reptiles. J'ai regardé l'émission jusqu'au bout, du coup, je me suis réveillé en retard, j’ai pris ma douche trop tard, presque plus d’eau chaude pour laver mes abatis, du coup j’ai pris froid, du coup j’ai mis mon pull à col roulé qui me gratte le cou, du coup j'étais irrité, du coup je n’ai pas mis ma ceinture de sécurité, trop occupé à me gratter, du coup je me suis fait arrêter par les bleus, du coup j’ai pris une prune, énervé je suis reparti en gardant mon frein à main, du coup, j'ai ruiné mes pneus et je suis arrivé en retard au taf et je me suis fait engueuler comme un poisson pané, du coup je suis sorti agacé et j’ai brutalisé la secrétaire du patron, j’ai fait bouffer son lave-vitre au type qui faisait les carreaux, j’ai aspergé d’essence un couple de roumains et j’y ai mis le feu, j’ai tiré sur les oiseaux et je me suis planqué dans les égouts en attendant qu’on vienne me chercher… Franchement moi je dis, les émissions sur les serpents, c’est trop dangereux pour les adultes.

Champagne Don Pérignon 2000

Premier nez finement citronné, puis monte de fins arômes de poire, de gingembre, de nougatine, de fruit exotique et de fleurs. La bouche est vive, la bulle fine, c'est tendu et ample avec quelques touches de grillés et une belle et longue persistance sur les herbes. 16.25 Excellent

Champagne Cristal de Roederer 2002

Nez de poire, d'épices, de noisette grillé, de framboise, de café, de caramel et de menthe fraiche. La bouche est d'une grande pureté, très saline, intense, peu dosée, vineuse et puissante avec des notes finales de noisettes torréfiés d'une incroyable persistance. 16.58 Excellent

Champagne Krug Vintage 1990

Un Champagne millésimé issu d'un assemblage de cépages et de terroirs. Le 1990 est composé de 40% de pinot noir, 23% de pinot meunier et 37% de chardonnay. Superbe nez, raffiné, précis, de pêche, d'abricot, de miel, de brioche, de raisins secs et d'épices avec une très légère touche oxydative. La bulle est d'une grande finesse, évanescente, la bouche est pleine, ample et d'une oblongue fraicheur d'agrumes confits. Un champagne riche, vineux et remarquable de vivacité et de persistance. 16.83 Excellent

Champagne Krug "Le Clos du Mesnil" 1990krugClosduMesnil.jpg

J'ai une confession à vous faire, ce Clos du Mesnil m'a toujours fait rêver, j'attendais avec impatience ce rendez-vous avec le Seigneur de Champagne, et je ne suis pas prêt de me réveiller en humant le verre. Avant, le Clos du Mesnil s'appelait "Clos Tarin", ça ne s'invente pas, un clos de 1,86 ha de chardonnay, situé au centre du Mesnil-sur-Oger, cœur historique de la Champagne. Revenons au bord du verre, c'est le charme unique des grands champagnes sans compromis, citron, mangue, paille, nougat, buis, craie, amande, anis et sous-bois forment un bouquet ahurissant de séduction et de complexité avec, comme dans la cuvée Vintage, une très légère touche oxydative . La bouche est simplement prodigieuse de tension, de puissance et d'équilibre avec une finesse rarement gouté dans un Champagne. La longue et singulière finale sur la bergamote est aussi bouleversante, qu'inoubliable. Le Champagne ultime. 18.88 Grand vin

Bienvenu chez le Serpent! C'est bien connu,3_-_Clos_du_mesnil.jpg il y a plus d'esprit dans deux têtes que dans une, c'est une certitude, même avec l'Australopithèque, mais ce qui est encore plus vrai, c'est qu'il y a plus de vins dans deux caves que dans une, surtout avec Christian et l'Australopithèque, et ce n'est pas seulement une opération mathématique, c'est aussi une question de savoir qui a la plus grosse. On peut faire la fine bouche et oser dire: "jamais deux sans trois", mais faut être sacrement gourmand, une langue de vipère ou bien JeanDa, ce qui revient un peu à la même chose, vous me direz, c'est aussi très vrai, mais j'en ai un peu marre que vous me disiez des trucs très vrai que je sais déjà. Revenons à notre venin ou plutôt à notre vin. L'oignon fait la farce et l'union de deux belles caves fait la belle soirée assurée. En tous cas, on en est persuadé à l'heure de démarrer les hostilités, tous les soiffards sont présent, c'est un signe qui ne trompe pas, plus Eric, que, pour de sombre raison de droit et de marketing, j'appellerai Denis pour l'occasion. Bref, fin prêt à l'heure de commencer à boire, je n'ai pas dit boa, puisque le boa est un serpent qu’on coupe en morceaux, puis qu’on fait sécher pour faire de bons feux de cheminées pendant l’hiver. Vous me direz, l'hiver est fini et vous avez encore une fois raison, et ça commence à m'énerver. Si c'est le printemps, fêtons ça, Champagne pour tout le monde! Et quel Champagne, Dom Pérignon, fin et gourmand, Cristal, cristallin, Krug Vintage, précis comme de l'horlogerie Américaine et le célèbre Clos du Mesnil, envoûtant, captivant, le chef-d'œuvre, le bijou d'un vignoble mythique au cœur du Mesnil sur Oger. Plus qu'un Champagne, un grand vin qui a fait unanimité.

Languedoc Coume Gineste 2005 Domaine GaubyGaubyCoumeGineste.jpg

Un vin destiné à nous faire revenir sur terre. Une Roussillonnaise issue de vieilles vignes de grenache blanc. Un nez de pêche, de citron, d'amande, de cannelle, de gentiane et de menthe avec également quelques notes fumées. La bouche est ample, puissante, minérale et longue. Très original et très beau. 16.08 Excellent

Bienvenu Batard Montrachet 2001 Domaine Sauzet

Premier nez réduit, soufré, champignonné, puis il s'installe sur des notes de citron confit, de noisette grillé, de tilleul et de fleurs blanches. La bouche est solide, large, concentrée et chaleureuse. L'acidité et moyenne et la longueur intéressante. 16.29 Excellent

Batard Montrachet 2000 Domaine LeflaiveLeflaiveBatard.jpg

Un nez sur la fleur blanche, la noisette, la poire, la praline, le tilleul, le caillou et la menthe. L'attaque est franche, intense, la matière est grasse, puissante avec un manque de tension évident, le grillé reprend le dessus et masque la longue finale. 18.18 Grand vin

On s'en doutait un peu avec l'Australopithèque, le blanc serait certainement réduit à sa portion congrue mais pas incongrue. Coume Gineste était destiné à rincer nos verre, ce qu'il a fait avec, en prime, beaucoup d'originalité et de classe, des blancs comme ça, ça se boit comme des petits pains! Les deux Bâtards avaient des notes de réduction au départ, moins intense sur celui de Leflaive qui avait, en plus, un élevage qui lui donnait un caractère un peu monobloc. Pour la bonne compréhension de ce compte rendu, les Soiffards ont été divisés en deux équipes inégales, la nôtre, avec des pointures comme John, Didier, Thierry, Gérard, Alain et Bibi, et l'autre, celles de Bordeauphages, Pascal, Dominique, Hubert, complétée de Rage, JeanDa pour brouiller les pistes et les œufs desdits Bordeauphages et de notre Hermite JanLuk, qui, en ces premier jours estivaux où le petit soulèvement des jupes des filles laisse désormais deviner piercing, tatouage et toison rare, les époques changes et ça lui rappelle le jour béni où il avala 8 acides cul-sec, en se matant l'exorciste en Araméen, la ré-descente fut aussi inattendue pour lui que pour les 7 familles qu'il a méthodiquement ouvert en deux façon tête de veau.

Echezeaux 1999 Domaine de la Romanée Conti

Superbe et intense nez de pinot noir, sur la framboise, la cerise, le bois de rose, la pivoine, la réglisse, la terre humide et le chocolat. En bouche, c'est puissant et soyeux, les tannins sont serrés, on sent la vendange parfaite, mûre, c'est droit et construit avec une énorme persistance. Un grand terroir, un grand millésime et un immense domaine. Que demander de plus. 17.79 Grand vin

Châteauneuf du Pape 1998 Château Rayasrayas_cdp.jpg

Le nez est élégant et caractéristique de Rayas, prune, cerise, sous-bois, figue, thym et poivre blanc. En bouche, l'évolution est palpable, les tannins sont fondus et serrés, le fruit est concentré, l'acidité est mordante, c'est long et robuste avec un équilibre sur l'alcool un peu limite. 16.42 Excellent

Châteauneuf du Pape 2005 Château Rayas

Robe peu colorée, c’est un Châteauneuf ça ? Le nez est d'une grande pureté, très complexe, sur des notes de cerise kirschée, de framboise, de truffe, de garrigue, de lierre, de figue, de graphite et de fleurs séchées. La bouche est concentrée, c'est puisant et velouté, les tannins sont cotonneux. C'est encore très jeune, mais le plaisir est déjà là, l'équilibre est parfait et la longueur interminable. Un grand Rayas, un futur très grand Rayas, un bon gros poupon encore dans ses langes. 18.50 Grand vin

Pauillac Château Latour 2001latour.jpg

Le nez est immédiatement séducteur, puissant et complexe, sur des notes de mûre, de cerise, de violette, de bois noble, de chocolat et de cuir. On peut ajouter quelques subtils accents fumés pour compléter le bouquet. En bouche, le fruit est charnu, gouteux, les tannins sont denses et charmeurs, l'équilibre est parfait, c'est construit avec caractère et race. Superbe longueur qui conclut cette Tour d'ivoire bâtie pour défier le temps. 18.17 Grand vin

Mc Laren Vale Cabernet Réserve 1999 Drew Noon

Après quelques notes médicinales, le nez s'ouvre sur de beaux arômes de mûre, de cassis, de café, de cèdre et aussi quelques notes de graphite et de fleurs capiteuses. La bouche est dense, un brin sur-mûri, suave, veloutée, minérale, glycérinées, exubérante et d'une persistance incroyable. Pour pas mal d'amateur, la Cabernet Réserve de Drew Noon, c'est le Pauillac d'Australie. 17.38 Excellent

Après le petit vin de transition, une DRC, il y a pire pour transiter, on attaque direct par deux Rayas. Il y a des vins qui sont un peu comme la madeleine de Prout. 6_-_Epaule_d_Echezeaux_.jpgNon pas parce qu’ils sont faits avec du beurre, du sucre et de la farine, mais parce qu’ils nous rappellent un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Rayas, c'est la madeleine d’Ingres ou le violon de Proust de JanLuk, à moins que ce ne soit l'inverse. Luk la main froide s'est fait tatouer sur la fesse gauche, "Entre le superflu et l'œuvre de Dieu, je préfère le Rayas". C'est un peu long, mais ceux qui le connaissent bien, vous diront qu'il a le dos et les fesses larges et les ongles des pieds vernis de couleurs chatoyantes. Deux Rayas, donc, un 98 un brin alcooleux, et un superbe 2005, une future icône à encaver d'urgence, s'il en reste. Dans notre équipe de Bourguignophages, nous regrettons qu'il n'y ait qu'un Bourgogne rouge, mais les débats seront équitables, puisque qu'il n'y aura qu'un seul Bordeaux rouge également, mais quel Bordeaux, Latour, élégant et altier. On termine par un vin qui devient ma madeleine à moi. Le splendide Cabernet Réserve de Drew Noon. Un vin pas facile à comprendre, je le concède, (n'est-ce-pas Gérard?), déroutant au nez, exubérant en bouche, mais toujours original et d'une classe indéniable. Un grand merci au Domaine pour nous avoir offert cette grande bouteille. Comme le dit Bob l'éponge, la vie est trop courte pour ne pas goûter aux vins de Drew Noon.

Barossa Valley Old Vine Grenache 2003 Troy Kalleske

Des arômes qui explosent littéralement du verre, cerise noire, mûre, framboise, garrigue, épices et œillet. L'attaque est intense, fruitée, c'est gourmand avec des tannins denses et moelleux. C'est équilibré, sans lourdeur, sans sucrosité, aucune fatigue et une finale puissante, fruitée et interminable. 18.25 Grand vin

Châteauneuf du Pape Réserve des Célestins 2000 Henri BonneauBonneau_Celestins.jpg

Comme toujours avec le Pape du Châteauneuf, ça débute par un carambolage d'arômes de vielles Grenache sur la ganache. Prune, cerise noire, airelle, encens, épices, beurre salé, rose et caramel nous ensorcellent. La bouche est d'une grande harmonie, pleine et onctueuse, énergique et fine, des tannins veloutés, une très longue finale, douce et irrésistible. 18.13 Grand vin

Côte-Rôtie Château d'Ampuis 1999 Guigal & FilsChtampuis.jpg

Sensationnel nez, minéral et d'une grande droiture, sur la cerise noire, la fraise écrasée, les épices, la zan et le laurier, quelques notes fumées et un peu de bois encore présent, sans excès. Après une attaque franche et soutenu, la bouche est ample, charnue, veloutée, les tannins sont serrés et souples, c'est riche, équilibré avec une longue et brillante finale. 17.71 Excellent

Barossa Valley Amon Ra 2002 Ben GlaetzerGlaetzer_Amon-Ra.jpg

Magnifique et complexe nez de violette, de mûre, de prune, de figue, de bois de santal, de tabac, de café, d'épices et de menthe. La bouche est puissante, profonde, concentrée, sans lourdeur, avec un beau velouté de tannins et une acidité parfaite pour équilibrer l'ensemble jusqu'à la longue finale épicée. 18.33 Grand vin

C'est parti pour les matchs France-Australie. Pas facile de déterminer lequel est le représentant de la noblesse française et lequel représente le nouveau monde. La concentration ne fait pas tout. Je rappelle qu'un concerné n'est pas forcément un imbécile en état de siège, pas plus qu'un concubin n'est obligatoirement un abruti de nationalité cubaine. Sur ce point, le Céleste Célestins et le Château d'Ampuis n'avaient rien à envier aux deux Australiennes. Les deux équipes ont hésité longtemps. J'avoue même que le Châteauneuf d'Henri Bonneau, avec ses arômes de beurre salé et de caramel m'a beaucoup fait penser aux vins de Rusden et que l'élevage du Château d'Ampuis nous a fait tergiverser. Le seul pour qui je n'ai eu aucun doute, c'est l'Amon Ra de Ben Glaetzer, un concentré de plaisir, une synthèse parfaite de la Shiraz Australienne.

Hermitage 2007 Domaine ChaveHermitage_JL_chave.jpg

Le nez est très expressif, puissant, sur des notes de cassis, de mûre, de framboise, de jus de viande, de violette, de figue, de goudron, de réglisse et de café. En bouche, c'est la race d'un grand terroir qui inonde le palais, une puissance apprivoisée, une crème d'Hermitage qui étire longtemps, et avec noblesse, la chair d'un terroir exceptionnel. Un superbe millésime, un grand terroir magnifié par la famille Chave. 18.50 Grand vin

Barossa Valley The Standish 2003 Standish.jpg

Nez puissant de fraise, de myrtille, de cassis, de rose, de graphite et de réglisse. La bouche est incroyablement minérale, pierre sèches, c'est concentré, robuste et pur. Les tannins sont denses, puissants et le finale, sur le café, est interminable. 17.83 Excellent

Hermitage Cuvée Cathelin 2000 Domaine ChaveChaveCathelin.jpg

J'ai une deuxième confession à vous faire, cette Cathelin m'a toujours fait fantasmer et je ne suis pas prêt de me ramollir. La cuvée Cathelin est produite en hommage à l'amitié qui liait le père de Jean-Louis Chave au peintre Bernard Cathelin. Au nez, complexité, caractère et grandes race, ça s'ouvre sur des notes de fraise, de violette, de café, d'olive noire, d'encens et de musc. En bouche, la matière enchante le palais comme dans un conte des mille et une nuits, les épices orientales ensorcèlent nos sens, c'est d'une minéralité impressionnante, un jus de pierre. Toutes les pierres de cette cathédrale s'imbriquent les unes les autres avec ravissement. La persistance est simplement renversante. Certains l'ont trouvé trop construit, travaillé, moi, j'aime les belles histoires quand elles sont bien racontées. Le temps des Cathédrales durera longtemps, très longtemps. Un vin Gothique qui démontre la passion inégalée pour l'Hermitage qui coule dans le sang de la famille Chave. 18.58 Grand vin

Côte-Rôtie La Turque 2001 Guigalguigal-turque.jpg

Le nez est un peu retenu et va s'ouvrir doucement sur des notes de mûre, de framboise, de menthe fraiche, de violette, de lard fumé, de thym, d'olive noire et de graphite. La bouche est droite, finement boisée, les tannins sont fins, l'acidité équilibre parfaitement l'ensemble jusqu'à la très longue finale. Gros potentiel encore. 18.27 Grand vin

McLaren Vale Astralis 2001 Clarendon Hillsastralis.jpg

Nez très Australien, explosif, de confiture de mûre, de crème de cassis, de myrtille, de bonbon à la violette, d'eucalyptus, de fleurs capiteuses, de réglisse et de café. La bouche est concentrée, mûre, légèrement sucrée, intense et pure, les tannins sont très denses, puissants mais sans lourdeur et la finale refuse obstinément de baisser le volume. Roman Bratasiuk, le propriétaire de Clarendon Hills, l'a appelé: sa "Turque". Une Australienne haute couture. Astral, l'Astralis… 17.55 Excellent

Hermitage Ex-Voto 2007 Guigal & FilsEx-VotoGuigal.jpg

Admirable nez de fruits noirs très mûrs, de café, de caramel, de tabac, de beurre salé, de poivre et de réglisse. La bouche est puissante, précise, dense, la matière est forte, le grain des tannins tapisse et caresse durablement le palais. La finale est lumineuse, gigantesque. Incrachable. 18.55 Grand vin

Barossa Valley Johann Goerg 2006 Kalleskekalleske-johann-georg.jpg

Vignes centenaires, sous-sol d'argile recouvert de sable, rendement ridicule, vinification dans de petites cuves ouvertes, 2 ans d'élevage pour 150 caisses produites de cette Shiraz à la minéralité affirmée. Pierres sèches, fruits noirs compotés, violette, épices, fumée et quelques notes viandées, lardées marquent le verre d'une empreinte indélébile. La bouche possède la race des très grand, c'est riche, très riche, mais pas écrasant, la concentration des tannins est indéniable mais ils sont parfaitement intégrés à l'ensemble et soutenus par une belle fraicheur équilibrante. Longueur éblouissante. A garder quelques siècles encore. 17.83 Excellent

Barossa Valley Sandscrub 2002 Rusden

En aspirant littéralement les superbes arômes qui montaient du verre, je me disais que j'étais quand même très chanceux. J'en suis à mon septième Sandscrub, le septième ciel d'Australie, de quoi le reconnaitre et l'apprécier à la juste valeur que le monstre de Denis Canute démontre à chaque fois. Un nez intense, puissant, explosif, de mûre, de myrtille, de cannelle, de réglisse, de tabac, de vanille, d'épices orientales et de bois fumé. Une bouche typiquement Australienne, résolument corruptrice de sens, enjôleuse, cajoleuse, une douceur qui vous agrippe, une profondeur qui vous entraine dans les abysses du plaisir. Le grand rouge refait son film. 18.50 Grand vin

Barossa Shiraz 2002 Chris RinglandRingland.jpg

J'ai une dernière confession à vous faire, depuis que l'Australopithèque m'a parlé du maître de la Shiraz, le mentor de Denis Canute, je rêvais de découvrir ses vins et je ne suis pas prêt d'oublier la leçon du maître de la Barossa. Oui, il y a de la magie dans les vins de Chris Ringland (Ex Three Rivers), de la magie qui se mêle au réel, de l'imaginaire qui se mêlent aux notes du panier de fruit qui embaument mes narines. Des fruits rouges et noirs, compotés, mitonnés à la cannelle et aux épices indiennes, relevés par une touche de bois nobles, une bouffée de lavande, une pointe de menthe, un café crémeux, la boite à cigare et l'addition qui s'envole. La bouche est une énigme enrobée de mystère et farcie de secret. Comment bâtir une bouche aussi puissante, monumentale et majestueuse, veloutée et séductrice, soyeuse et accomplie, élancée et profonde, proche de nos sens et loin de nos standards, qui n'a pas de commencement et pas de fin, comment faire de l'essence de Shiraz? Le secret de Chris Ringland tient de la magie rouge. La pureté et l'élégance qui se dégagent de cette bouteille est simplement irréelle, et que dire du toucher de bouche, jamais je n'avais approché un tel raffinement dans un verre de syrah. Chris Ringland est un sorcier. 18.82 Grand vin

Le bouquet final est un bouquet de violette,9_-_LA_Cathelin.jpg un parterre de Syrah, un massif de Shiraz. J'ai toujours été persuadé que la Syrah, que les Australiens appellent Shiraz, est le cépage roi et son royaume est la Barossa, cette vallée qui doit son nom à la chaine de montagnes "Barossa Ranges" appelée ainsi par le Colonel William Light en 1837. Light avait choisi ce nom en souvenir de la victoire britannique sur les soldats français à la bataille de Barossa en 1811, bataille à laquelle il avait participé. Notre bataille est beaucoup plus pacifique, il n'y a pas de vaincu, pas de vainqueur, seulement des verres vides. Les Shiraz sont grandes, très grandes, quand ils n'essaient pas de ressembler à la Syrah Française, quand des magiciens comme Glaetzer, Noon, Bratasiuk, Kalleske, Canute ou Ringland sont résolus à tirer le meilleur de leur terroir, la Shiraz devient un cépage à part, le résultat est bluffant, merveilleux, inouï… Au niveau des plus belles réalisations de la famille Chave ou Guigal, sans aucun doute possible. Une leçon de chose de la Syrah dispensée par l'Australopat, après une telle série, on ne voit plus la Syrah ou le Shiraz de la même façon. Les standards explosent aussi vite que nos papilles crépitent de joie. Un grand merci au Domaine Standish Wines pour cette bouteille, comme pour Drew Noon, voilà des domaines Australiens qui n'hésitent pas à envoyer, à des amateurs et à l'autre bout du monde, le meilleur de leur production. Chapeau les Aussies, à quand une caisse de Latour gratuite?

Sauternes Château Yquem 1970LogoYquemDegrade.jpg

Belle robe ambrée, vieil or. Nez de coing, d'abricot, d'ananas, de crème caramel, de cire d'abeille, de cassonade, de miel, une touche de colle d'amande et une pointe de fumée. La bouche est encore d'une jeunesse insolente, c'est rond, séduisant, riche, ample, le sucre est en cours d'intégration et la finale impressionne durablement, au sens littéral du terme, avec des notes terminales d'orange amère et de raisins de Corinthe. 18.91 Grand vin

Sauternes Château Yquem 1988

Quand on boit deux Yquem à la suite, on est forcément tenté de les comparer. La robe du 88 est moins ambrée, plus claire. Le nez est plus retenu, moins exotique, sur le coing, la poire, la figue, le raisin de Corinthe et la menthe. La bouche est velouté, la matière est dense, le sucre est encore bien (trop) présent, c'est excellent, mais ça n'a pas la magie et la longueur du 70. 17.35 Excellent

Sauternes L'Extravagant 2003 Doizy DaneExtravagant.jpg

Le bébé de Pierre et Denis Dubourdieu est une folle expérience, pousser la pourriture noble du sauvignon et du sémillon, à l'extrême de sa concentration, sur un terroir calcaire, finement poreux, qui confère au vin cette finesse rarissime. 36° à 40°d'alcool potentiel. Robe claire et brillante. Le nez est explosif, un fruit éclatant, des notes d'abricot, d'ananas, de noisette, d'acacia, de mangue, de pamplemousse et d'orangette. C'est un festival! La bouche brille par sa pureté malgré la liqueur d'une richesse insoupçonnable derrière cette lumière de vin. Une vigueur colossale et indescriptible doublée d'une tension qui est également au rendez-vous, l'acidité équilibre la matière et porte la longiligne finale ciselée dans un diamant. L'Extravagant, l'expression d'un grand terroir et d'une tradition familiale.18.27 Grand vin

Pinot Gris Clos Jebsal SGN 2001 Zind-Humbrecht

Celle-là aussi, c'est une vieille connaissance, un acte manqué puisque que ce n'était pas le millésime prévu, mais personne n'a protesté. Le nez est intense, très aromatique et raffiné, sur des notes de poire, d'ananas, de pomelos, de truffe blanche, de verveine, de figue, d'amande et une minéralité flagrante, les pierres du Jebsal sont saillantes, au nez comme en bouche. Celle-ci est prodigieuse de pureté et d'équilibre, le terroir étire la liqueur botrytisée, on est le marcheur en équilibre sur le fil, verticalité et horizontalité pourraient rivaliser, mais personne ne rivalise avec ce nectar à la longueur monumentale. 18.95 Grand vin

Un mot pour ce qui concerne le petit match, après avoir pris quelques points d'avance sur le Cristal de Roederer, notre tactique de marquage à la culotte a fini par payer. Faut dire que marquer à la culotte l'ami JeanDa est aussi facile que de terminer un Clos du Mesnil à 2h du mat, vu la taille de la culotte, c'est aussi aisé que de tomber amoureux d'une Cathelin. Un victoire aisée, et ce, malgré les tentatives éhontées de tricherie et de falsification d'une équipe adverse aux abois. Extravagant.pngMagnanime, nous avons partagé le prix de la victoire avec l'équipe d'en face, enfin, partagé la moitié d'une demi-bouteille vu que le Didier a voulu faire son joli-cœur quand il a aperçu une fille de sexe féminin au bout de la table. On n'avait pas été Extravagant avec la demie Doizy-Daëne, lui, il a versé un godet plein à la demoiselle qui n'en demandait pas tant. Puis il a attaqué par un "comment vas-tu - yau de poils et toi-l’ à matelas", enchainé par un triple Lutz inversé, "je m’appelle- teuse et moi-sonneuse", "vous habitez chez vos parents" avant de terminer son numéro de Rulio Essuie-glace par un monumental "t’in-kikette dont pas j’ai la bite-rude" qui a choqué la tablée entière. Le tout avec un sourire carnassier et des yeux de Doberman sous acide. Il a eu l'air surpris de constater que son numéro de Cupidon aviné ne prenait pas, d'habitude elles craquent toutes…Elles lui tombent dans les bras comme des ornithorynques cendrés shootés à la méthadone. Celui qui n'était pas prêt de lui tomber dans les bras, c'est l'Australopat. Lui aussi avait le regard du Doberman, mais pas en rut, le genre agressif, il était à deux doigts de le sauter, pardon, de lui sauter à la carotide, de le saigner comme un vulgaire poulet, lui transformer son pif en andouillette, le faire brailler comme un marcassin qu’on essaye d’attraper par les pattes arrières, le tabasser au guacamole, le fouetter avec un cep de Gamay, boire son sang et courir nu autour de la table avec un petit suisse sur la tête. Mais il est Zen l'Australo, il a serré les miches et il a valsé…

Que dire d'une telle soirée? Un festival, une pluie d'étoile, une régularité incroyable dans la qualité, des notes moyennes autour de 18, nonobstant le millésime, 7 découvertes extraordinaires, 3 vins mythiques, le Clos du mesnil, la Cuvée Cathelin et la fabuleuse Syrah de Chris Ringland, une roturière, Coume Gineste qui n'a pas démérité au centre de ce serpent de diamant. On a tutoyé le sublime. Pas une note en dessous de 16 de moyenne, hallucinant. Que dire? Merci Christian, merci Patrick. Quand générosité et envie de faire plaisir s'associent, quand folie et sagesse s'unissent, quand la France et l'Australie s'allient pour nous persuader qu'il n'y a pas de frontière pour le vin, seulement des grandes bouteilles à partager entre amis. Immense soirée qui restera un grand pas dans l'éternelle quête de la perfection.


Tab03-2012.jpg


Graph03-2012.jpg