Mais que faire pour régler le problème épineux des retraites. C'est simple, j'ai une méthode assez efficace. Je me demande même comment ils n'y ont pas songé avant! Avec cette méthode, on pourrait fixer l'âge de la retraite à 45 ans, quel que soit le nombre d'années travaillées, quel que soit l'emploi exercé tout en équilibrant le régime d'assurance vieillesse. Premièrement, supprimer les interdictions de fumer dans les lieux publics, voire autoriser les mineurs à fumer. La moyenne de l'espérance de vie des Français chuterait d'au moins 10 ans. Même principe pour l'alcool, détaxation de tous les alcools, surtout les forts. On légalise les drogues, cocaïne et héroïne en vente libre dans tous les hôpitaux, Jean Luc Delarue en fait la promo, ça cartonnerait très vite. Avec la coco, on accroit considérablement la productivité des français, et avec l'héro, on leur fait oublier qu'ils bossent le lendemain. On permet au fou du volant de rouler à 200 km partout et on met les armes à feu en vente libre. Avec ça, si on vit jusqu'à 45 ans, c'est qu'on est chanceux! J'affirme sur la tête de mon Panda roux, que ces mesures permettront de régler définitivement le problème des retraites à l'horizon 2040. Une étude Boukistanaise permet une estimation assez précise de la population française 2040 : approximativement 0. Mais je suis sûr que ce projet précurseur ne manquera pas d'esprits rétrogrades pour critiquer son audace novatrice. Si après ça vous avez toujours envie de tuer un vieux, faites-le, avant les élections et n'oubliez pas de le balancer le corps dans le trou de la sécu, sa pourrait bien le combler.

Sauternes Château Yquem 1991Yquem.jpg

Robe légèrement dorée qui introduit un nez fin et élégant sur des arômes d'ananas rôti, d'abricot, de crème caramel, d'amande, de mangue et de café. La bouche nous délivre une partition modérato, la liqueur est fine, la matière est belle, l'acidité est porteuse et la finale, sur le raisin sec et l'encaustique est longue et fraiche. Excellent

Sauternes Château Yquem 1990

Belle robe tabac, ambrée. Le nez s'ouvre sur des notes d'ananas, de fruit de la passion, de cassonade, de noix de coco et d'orange confite. La bouche est d'une pureté rarissime, du cristal liquide enrobé d'une matière ample, exquise, une puissance aérienne, une rondeur astrale, un équilibre exceptionnel, une douceur terminale qui conclue une persistance qui nous a semblé insondable. Grand vin

Muzla Slovaquie Riesling Château Bela 2008chateau-bela-riesling.jpg

Ça Riesling fort, aucun doute, ça tranche après les deux Yquem. C'est expressif, tendu, un peu de co² au départ, des fruits exotiques, du citron vert, de la violette et des notes pétrolées et levurées. La bouche est aussi tendu que le nez, voire plus, le léger sucre a beau se faire entendre, l'acidité reprend la main et donne une sensation d'acidulé. L'ensemble est gourmand, tranchant et se termine doucement sur des notes minérales. Bien+

Champagne Cristal de Roederer2002

Le nez s'ouvre sur des notes de poire, de noisette, de pomme granny, de citron, d'iode, de craie ou coquille d'huitre. La bouche est fine et pure, saline, peu dosée, vineuse et puissante avec des notes finales de noisettes torréfiés d'une belle persistance. Excellent

Champagne Blanc de Blanc 1999 Jacques SelosseSelosse1999.png

Belle robe dorée et bulle fine. Le nez s'ouvre sur des notes fermentaires, une pointe d'oxydation, de la pomme mûre, des épices, de la fleur blanche et des fruits secs. La bouche est savoureuse, parfaitement dosée, une matière ample, vineuse, une fine acidité et une longue persistance. Un Champagne avec beaucoup de personnalité. Excellent

Batard Montrachet 2007 Etienne Sauzet

Le nez est très floral, avec des notes d'amande, de noisette, de citron confit, de gingembre et de buis. En bouche, la marque du terroir est évidente, minéralité, puissance, densité, fine acidité et grande longueur, même si ça manque un peu de race. Très bien+

Montrachet 2004 Guy AmiotAmiot_Montrachet.jpg

On approche le Montrachet du bout des lèvres et on le quitte avec le sourire. Le nez est superlatif, très aromatique, généreux, de citron confit, d'ananas, de poire, de miel, de beurre fondu, de truffe fraiche, de caramel, d'abricot… On ne se lasse pas d'un tel nez. La bouche est d'une prodigieuse prodigalité, la matière est d'une envergure stupéfiante avec une tension qui suspend le vin en équilibre sur lui-même. On retarde la fin du verre, on y revient doucement, l'envoûtement est total et on termine cette essence de Chardonnay, cette exubérance d'une montagne magique avec un interminable sourire béat. Grand vin.

Depuis le temps qu'il nous en parlait, il avait la pression le vieil Ermite de St jean. Il avait préparé cette soirée de retraite flamboyante, il en a rêvé et il l'a fait, et avec la manière, Messieurs. Chapi-Chapeau l'artiste, débuter cette soirée par deux Yquem, dont le l'étincelant 90, était pour le moins couillu, mais judicieux avec la tarte aux poires et roquefort et avec les toasts de mangue, poire et foie gras. Noyés dans une marée de grands flacons, en fin de soirée, les aurions-nous pareillement appréciés, je suis sûr du contraire, même si ce n'était pas un cadeau pour les deux qui ont eu à les commenter. Outre le fait qu'il n'y avait pas de feuille de notation, chacun, à tour de rôle avait à donner son avis sur le vin du moment. Un exercice périlleux, voire casse-gueule, quand les deux premiers vins sont des monstres liquoreux. On rince nos verres avec un Château Bela, un Riesling Slovaque vinifié par Egon Muller. J'ai trouvé la table très dure avec ce très bon Riesling, mais passer après un Yquem 90, passer du sucre à l'acidité, est une mission impossible. Pour nous remettre les papilles dans le bon ordre, deux Champagne. Le Cristal de Roederer 2002 commence à être une vieille connaissance, alors que le Selosse, déjà un ami de la famille, est aussi vineux qu'original. Pour accompagner la salade de choux chinois et rouget aux épices thaï, un Batard d'Etienne Sauzet, excellent, distinctif, mais pas une référence. La suivante est l'archétype du vin qu'on n'oublie pas. Les effluves du Montrachet ne se dissipe pas facilement, mais celui-là a encore quelques choses en plus, un équilibre entre l'onctuosité d'un liquoreux et la tension d'un grand sec. Des arômes miellés et des notes minérales. L'exubérance et la finesse, le Ying et le Yang de la Bourgogne.

Morey St Denis Clos St Denis 2002 Domaine Bertagna

Nez de cerise noire, de framboise, de réglisse, de ronce, d'épices et de fumée. La bouche est charnue, fruitée, les tannins sont fins et gourmands, c'est parfaitement équilibré et d'une longue persistance. Excellent

Musigny 2003 Jean-François Mugnier Mugnier_Musigny.jpg

La dégustation d'un Musigny est toujours une expérience rare et instructive. Le nez est volubile, enchanteur, finement mentholé, avec des notes de mûre, de framboise, de caroube, de cannelle, de truffe et de caramel. La bouche est serrée, ample, solaire, secrète. Un puzzle qui se livre par petites touches, le raffinement et la race d'un immense terroir au service d'un vin absolu, ciselé, épuré, aux tannins d'une finesse remarquable, une matière posée, sereine, de la soie précieuse, d'une exceptionnelle douceur, une profondeur et une intensité rares, avec une finale d'une longueur phénoménale. Un vin qui possède une classe à couper le souffle. Grand vin

Pomerol Château Lafleur 1994

Malheureusement bouchonné

Pomerol Lafleur Petrus 1995la_fleur_petrus.jpg

Le nez s'ouvre sur des très belles notes de cerise noire, de fraise, de sous-bois, de gentiane, de truffe, de silex, de soja et quelques notes fumées. La bouche est corsée, ample, mais garde une remarquable fraicheur, c'est d'une grande pureté, un brin austère. Les tannins sont soyeux, l'acidité est fondue dans une remarquable et gourmande matière. La très longue finale finit de nous convaincre. Grand vin

Pomerol Petrus 1995Petrus.jpg

Il y a des bouteilles qui vous rendent humbles, il y a des flacons qui font immédiatement l'unanimité, qui imposent le silence, qui force le respect. Le Petrus 95 est de ceux-là. Un flacon qui vous réduit au rôle de spectateur, témoin d'une pièce à grand succès. Le nez vous cloue sur place, précision ahurissante, finesse et jeunesse démoniaque. C'est une corne d'abondance, cerise noire, mûre, figue avec des accents de pain grillé, de café, de truffe, de nougat et de résine. La bouche de ce Petrus est une ode à la jeunesse, 17 ans et pas une ride, une formidable richesse, un fruit très mûr, une gourmandise, des tannins aussi fins que serrés, des muscles et de la grâce, un vin qui parle au cœur et aux tripes, une quasi perfection, l'expression d'un immense terroir. Plus qu'un vin, c'est un mythe.

Ribera Del Duero Pingus 2001Pingus.jpg

Immédiatement, on sent la richesse, le luxe de l'élevage, les notes de cerise kirschée, de cassis, de mûre, de tabac blond, de jus de viande, de thym, de truffe, de mine de crayon, de cèdre et de chêne. La bouche est d'une concentration exceptionnelle, sans pesanteur, l'élevage pressentit au nez est bien présent, mais remarquablement fondu dans une matière généreuse, dans un fruit hyper mûr et concentré. Les tannins sont soyeux, l'acidité est le lien qui équilibre l'ensemble et porte la profonde finale. Un gouffre de plaisir. Le Petrus, le mythe Espagnol.

petrus.jpgOn entame la série de rouge par deux Bourgogne, un Clos St Denis du Domaine Bertagna que Rage aura toutes les peines du monde à situer en Bourgogne et surtout à reconnaitre alors qu'il m'en parle depuis quelques semaines. Pour le second, Alain va faire un quasi sans faute, pourtant, on ne boit pas de Musigny tous les jours. Ce 2003 de JF Mugnier est un bonheur, à peine solaire, juste ce qu'il faut, et de la finesse à revendre. Magnifique! La retraite de Russie commence par la Bérézina, le Lafleur est bouchonné, la déroute. Heureusement, Lafleur de Petrus va redonner du moral aux vieux grognards. C'est pur, racé, souverain, une haie d'honneur à l'empereur qui s'avance. Petrus, cela résonne comme le nom d'un empereur, même s'il est né dans le modeste milieu des roturiers libournais. Cette campagne de Petrussie tourne au couronnement de l'empereur. Boire un verre de Petrus doit rester un privilège rare, un moment magique teinté de respect et de solennité, mais aussi un moment de partage et de convivialité. 11 paires d'yeux se regardent, hébétés. Le mythe est à la hauteur des espérances, une rêverie extatique. Un excellent millésime, mais existe-t-il de petit millésime à Petrus? Une jeunesse insolente, du fruit mûr, des arômes tertiaires, floraux... C'est plus que complexe, c'est indéfinissable, une grande leçon de Bordeaux que personne n'oubliera. Le quartet se termine par le Petrus d'Espagne. Le roi d'Espagne est venu s'incliner devant l'Empereur. Pingus est un vin moderne, c'est un fait. Un vin travaillé, ciselé par son propriétaire, mais un grand vin également, indiscutablement! On ne sent pas la même émotion, le terroir ne nous parle pas de la même façon, mais la grandeur est présente. Les deux mythes se sont salués avec respect et surtout, ils ont respecté le public conquis et à genoux devant les deux souverains.

Châteauneuf du Pape Château Rayas 2001 rayas.jpg

Couleur grenadine, orangé. Le nez explose d'arômes de fraise, cerise, prune, cuir, sous-bois, olive noire, garrigue, réglisse et cannelle. La bouche est franche, gourmande, plus concentrée et sauvage que ne laisse paraitre la couleur. Acidité très présente, tannins de taffetas, veloutés, très légère sucrosité et magnifique finale. Grand vin

Châteauneuf du Pape Réserve des Célestins 2001 Henri BonneauBonneau_Celestins.jpg

Comme toujours avec la Réserve des Célestins, ça commence par un nez envoûtant, captivant. C'est très complexe, original et fin. Prune et pruneau, épices orientales, cannelle, cacao, poivre, la fleur capiteuse, une pointe de réglisse, de havane et de graphite. La bouche est unique et reconnaissable entre mille, robuste, acidulé, concentrée, fraiche, ample, fine, rustique et élégante, un oxymore à chaque gorgée. Les tannins sont fins et la longueur, comme à chaque fois, nous permet de savourer longtemps la magie d'Henri Bonneau.

Coteau du Languedoc Petite Sibérie 2005 Le Clos des FéesPetiteSiberie.jpg

Le vent glacé de la Petite Sibérie souffle dans nos verres. Nuit noire pour la robe, le nez est impénétrable, il mettra quelques minutes pour livrer son message. C'est résolument sudiste, mûre, garrigue, zan, figue, caramel, tabac et pain d'épice. La bouche est concentrée et profonde. Les tannins sont serrés, ferme, l'acidité tente d'équilibrer l'extraordinaire matière à peine sortie de son élevage. La tentation de boire cette cuvée herculéenne est toujours plus forte que la raison. Excellent

Barossa Valley Roennfeldt Road Cabernet 2005 Greenock Creek

Un cauchemar pour les palais un peu trop délicat, une gourmandise pour les autres. Une confiture de cassis, d'airelle avec des notes d'eucalyptus, de myrtille, de fleurs, de musc, de tabac, de cacao et de menthe. La bouche est encore marquée par son élevage, sans que ce soit rédhibitoire, ça reste gourmand, très puissant, sur des accents de caramel mou, de beurre salé, les tannins sont denses, l'acidité pas complétement fondue et la finale magnifique et interminable. Un Cabernet sauvignon hors norme et au antipode de la tradition Bordelaise. Grand vin

Vénétie Amarone Della Valpolicella Riserva 2000 Giuseppe Quintarelli

La légende de Vénétie s'en est allé rejoindre la part des anges en début d'année, mais ses vins resteront comme pour témoigner de cette légende. Ses Amarone sont des vins uniques, hors des modes et des techniques modernes. Des chefs d'œuvre qui mettent en péril le reste de la production locale. Le nez est baroque, céleste, sur des notes de pruneau, de kirsch, de fraise, de poivre, de tabac, d'amande et d'épices orientales. La bouche est concentrée, dense, ample mais reste fraiche, aérienne, opulente et d'un équilibre majestueux. On ne parle pas de tannins, mais de soie liquide, la persistance est phénoménale et impose la minute de silence. Merci Bépi. Grand vin

Après Petrus, il y a une vie vineuse. L'Ermite de St jean nous a concoctés de quoi accompagner le risotto aux cèpes et le filet de veau. Evidemment, quand on le connait, une soirée sans Rayas est inconcevable, le 2001 est un des plus réussi, il méritait sa place au panthéon de cette soirée. Idem pour le Céleste Bonneau, Châteauneuf résonne chez l'Ermite. Une autre de ses marottes, c'est les gros Languedoc. Les bêtes à concours. A la foire de Perpignan, cette Petite Sibérie a dû gagner quelques breloques. Sa toute-puissance est manifeste, mais entourée de petites merveilles, elle pêche par manque de pédigrée. Le Cabernet Roennfeldt Road de Greenock Creek nous fera voyager, toujours en puissance, vers des cimes australe. On termine le rouge avec un hommage à un immense vigneron disparu il y a peu. Les Amarone de Giuseppe Quintarelli resteront parmi les plus beaux vins qu'il m'est été donné de déguster.

Sauternes Château Yquem 1998Yquem.jpg

Un nez fougueux, racé, généreux, sur la mandarine, la pâte de fruit, les amandes, la pâtisserie, le raisin sec, le gingembre et un fin vêtement de bois noble. La bouche est pure, étincelante, lumineuse, le botrytisée est fin et parfaitement équilibré par une fine acidité. La longueur est, comme dans tous les Yquem, un modèle de persistance aromatique. Grand vin

Une tarte aux poires et un Yquem plus tard, la boucle est bouclée. 3 Yquem dans la même soirée, un Montrachet inoubliable, un Musigny, Rayas, Célestin, Quintarelli, Lafleur Petrus, Pingus et le Roi Petrus, j'en ai même oublié deux ou trois, à la fraiche, sur la terrasse, entre amis, une soirée magique! Tu nous l'avais promis, tu as tenu parole. Un départ à la retraite en apothéose qui méritait bien un petit hommage.

Lettre à notre retraité

''Mon cher Lulu, JLK, l'Ermite de St Jean, le vieux, le dabe, je ne sais plus comment t'appeler, mais je sais que pour toi, C'est la retraite, enfin la quille! Je ne tiens pas spécialement à remuer le poteau dans la clé, mais aujourd'hui, finito le travail, enfin, finit les brillants stratagèmes pour faire croire à Marie-Jeanne, ta secrétaire, que tu bossais dur. Finit les taquineries avec la belle susdite Marie-Jeanne, 59 ans de névrose, 86 kilos de souffrance et 1 mètre 51 d’angoisse. En bon patron paternaliste, tu aimais, le lundi matin, lui chipoter le moral en lui disant, "dis donc M-J, c’est pas parce que tu te fais taper dans la motte par des camionneurs désespérés que t’es séductrice, la vieille, confonds pas le charme et le désespoir." On reconnaît là, ton sens de la mesure, de la psychologie féminine et de la gestion du petit personnel. Tu ne pourras plus aller passer tes nerfs sur Albert, l’épileptique à la compta, tu adorais le voir se trémousser comme une gambas en bavant comme un pit-bull après avoir constaté que tu avais encore une fois, déféquer dans sa boite à casse-croute. Finit le bon temps.

Que vas-tu faire de ta retraite? Aujourd'hui, Il va te falloir séparer le bon vin de l'ivresse. Si on ne tenait pas autant à ta cave, on pourrait t'inciter à partir à Nice …… ou à …. Nice. En effet, là-bas, ils sont aussi improductifs que toi, ils coûtent cher, affichent un taux de mortalité bien supérieur à la moyenne et en plus, ils votent Sarkozy. Je sais aussi que tu rêves de faire dans l'humanitaire, d'aller draguer dans les bars louches de Tijuana pour financer les études de strip-teaseuse d'une naine unijambiste chauves. C'est un rêve que tu vas pouvoir réaliser. Si tu y tiens, tu peux rester avec nous, tu vas pouvoir te lever tard, ne pas te raser, rester couché toute la matinée, lire l'équipe et le Revue des vins de France, passer l'après-midi sur ta moto, visiter quelques vignerons à la retraite comme toi, faire chier les caissières de supermarché pendant le rush, comme le font tous les vieux, aller diner dans un bon resto, bref passer la semaine entière à ne rien faire de productif! Exactement comme quand tu travaillais! Félicitations, Jean-Luc, te voilà enfin retraité! Tu es probablement au courant, mais nous attendions cela depuis un certain temps, pour ne pas dire plus. Ouf ! Après des décennies de dur labeur, nous avons pu déguster cette célèbre bouteille qui a peuplée nos rêves et mouillée nos lits. Je ne sais pas si tu es heureux d'être enfin retraité, mais nous on est chanceux d'avoir été là et d'avoir participé à cette retraite de Pétrussie.''