Nous sommes donc prêts à nous en faire boucher un coin, à sortir les crocs pour manger tout cru, enfin, un peu cuit, une ou plusieurs côtes de cochon Ibaïona, le véritable jambon de Bayonne, une côte de cochon très épaisse avec tout son bon gras, la spécialité du Père Dodu d'Asnières, une côte de bœuf maturée 60 jours, et, the last but not the least, pour finir en beauté, la côte de Bœuf Wagyu. Si vous n'avez jamais entendu parler du Wagyu, ne vous faites pas "hara kiri" pour autant. Cette viande marbrée, on dit aussi "persillée", très goûteuse est tout simplement la plus rare et la plus précieuse du monde, et sans doute aussi la meilleure. La race dont elle provient est la même que le fameux bœuf de Kobe. Notre boucher bohême va chercher les siennes en Espagne, à Burgos dans la ferme "Santa Rosalia", qui élève uniquement la lignée noire, nourrie au muesli maison. Pas stressées pour deux sous, ces bœufs sont élevées et choyées comme des chevaux de courses, ils ont même droit à un litron de vin rouge bio par jour pour les antioxydants! Le résultat est enivrant... On va surement finir plus ficelé qu'une paupiette. Effet Bœuf garanti.

Beaune Clos des Mouches 2008 Joseph Drouhin

Un nez très floral avec des notes de noisette, d'agrume, de miel, de truffe et de champignon. La bouche est élégante, vive, c'est riche, gras sans être lourd et intense en finale. Très bien

Puligny Montrachet la Truffière 2010 Thomas MoreyMoreyTruffiere.jpg

Le nez est puissant, très aromatique, fleurs blanches, lilas, pêche de vigne et citron vert. La bouche est fine, un peu stricte, mais bien équilibré et surtout d'une belle persistance. Très bien

Condrieu De Poncins 2005 François Villard

Un Condrieu bien dans les canons du genre, très expressif, abricot, pêche, violette, guimauve et amande. La bouche est étonnement fine, courtoise malgré la matière dense, très grasse, puissante. De la rondeur et de la vivacité, de la pureté et l'élégance Remarquable persistance sur les amandes. Un superbe Condrieu. Très bien

Condrieu Clos Boucher 2006 DelasdelasBoucher.jpg

Le nez exhale l'amande, la violette, l'abricot, la poire, la réglisse et la bergamote avec également des notes boisées persistantes. La bouche est grasse, ample, très concentrée mais heureusement, plutôt bien équilibrée par une acidité qui apporte fraicheur et longueur. Très bien

Barbera d'Alba 2005 Tenuta Pianpolvere

Un nez de cerise noire, de myrtille, de cassis, de chocolat noir avec un fond mentholé et une touche viandée. La bouche est équilibrée, gourmande, mûre, une énergie sauvage qui participe à la longue finale. Très bien

Côte Rôtie 2003 Domaine Saint CosmeET COSME COTE-ROTIE 750-09, page 1 @ Preflight

Nez explosif de crème de cassis, de myrtille, de viande, de poivre, de violette et de café. La bouche est concentrée, gourmande, confiturée, les tannins sont souples, la finale est longue. Un belle Côte-Rôtie gourmande qui manque un peu de complexité. Très bien

Côte Rôtie Mes Terroirs 2002 Domaine Rostaing

Nez de cerise, d'olive noire, de violette, de graphite et lard fumé. La bouche est souple, Bourguignonne, fraiche, minérale et soyeuse. Longue finale réglissée. Un vin sincère, sans esbroufe qui fait honneur à un vigneron qui a choisi de privilégier la qualité de sa cuvée 2002 en y incorporant ses grandes cuvées (Landonne et Côte-Blonde) par respect pour la typicité de son terroir et pour le plaisir de ses clients. Respect - Très bien

Côte Rôtie 1997 Jean Paul Jamet

Malheureusement bouchonnée.

Côte Rôtie La Landonne 2007 Domaine RostaingRostaingLandonne.jpg

Le nez est complexe, élégant, sur des notes de cassis, de violette, de graphite, d'orange sanguine, de réglisse et de musc. Malgré sa jeunesse, la bouche est délicate, souple, aérienne, le grain des tannins est agréable, sensuel. La finale, sur la réglisse, s'étire longuement. Excellent

Côte Rôtie La Landonne 2000 Guigal & Fils

Superbe nez, puissant, sur la cerise noire, les fleurs capiteuses, la ronce, le moka, le bois et une touche de cuir et de lard. En bouche, ça envoie du lourd, concentration, robustesse, énergie, élevage, des tannins virils mais sans pesanteur, une acidité équilibrante et une très longue persistance sur la tapenade. L'antithèse du Rostaing, mais un plaisir égal. Excellent

Barossa Valley Seven Acre Shiraz 2005 Greenock Creekgreenock_7acre_shz04.jpg

Comme toujours avec Greenock Creek, c'est un Blockbuster, ça explose de fruits noirs, de myrte, de pruneau, d'épices, de chocolat, de goudron, de réglisse, de jus de viande et chêne. La bouche est imposante, l'acidité, légèrement dissociée, tente vainement d'équilibré ce monstre de gourmandise. Les tannins sont denses, comprimés par une matière herculéenne. La persistance est simplement interminable. Excellent

Après quelques blancs pour nous ouvrir le palais, 2 bourgognes pour ne pas perdre les bonnes habitudes et 2 Condrieu pour préparer nos palais à la charge qui suivra, c'est le premier coup de cœur. La côte, non pas Rôtie, mais de cochon Ibaiona de Louis Ospital. Faudrait être une sacrée tête de lard pour ne pas apprécier cette merveille et ne pas succomber aux propositions cochonnes de l'éleveur Basque. C'est pas du lard, c'est de l'art, depuis 1985, ici, on produit un jambon qui perpétue la vieille tradition de la charcuterie basque. Baptisé Ibaioina, la "bonne source" en français, ce jambon d'auteur est issu de porcs élevés dans le périmètre exclusif du Pays Basque. Une Côte qui mettrait K. O pas mal de vin, mais le Barbera d'Alba et le saint Cosme ont tenu le choc du titan Basque. Les 2 Côtes rassies 60 jours (un peu cuite) ont eu du mal à rivaliser. Le Jamet ayant déclaré forfait, Rostaing a pris le relais pour notre plus grand plaisir. Un 2002 respectable et une jeune Landonne élégante, un contraste saisissant de celle de la famille Guigal, plus puissante, bien élevé, mais qui manquait de politesse.

jmb2.jpgS'il est une viande qui fait autant de buzz que la boucher d'Asnières, c'est bien le Bœuf de Kobe, ou plutôt le Wagyu, puisque le Bœuf de Kobe est interdit d'export. Pour certains, c'est une lubie, du snobisme de bobo que de manger cette viande, ce caviar de bœuf du bout du monde. Je suis un viandard, j'adore la viande et j'en ai mangé de toutes les sortes, de toutes les couleurs, pas un morceau, même les plus exotiques, n'a échappé à ma fourchette, mais là, dediou! Depuis un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, je lorgnais sur ce morceau de barbaque. J'attendais impatiemment le moment de la rencontre de mon palais avec la 8è merveille du monde. Dediou, je crois l'avoir déjà dit, c'est pas de la viande, c'est un bonbon, de la pâte de fruit, du foie gras… Une consistance incroyable, une tendreté exceptionnelle, une finesse insolente, un goût inimitable, un plaisir incommensurable et inédit. Le grillé autour amène une saveur de viande cuite assez comparable avec une autre viande, le cœur, cuit bleu, a une couleur homogène, rouge très foncé, peu de sang (merci le repos forcé), une pâte de cassis, une concentration des saveurs rehaussé par le persillé du Kobe. Magnifique et mis en exergue par la puissance et l'onctuosité du Seven Acre de Greenock Creek. Une expérience ahurissante. Une viande et un vin du bout du monde, preuve que la France n'a plus le monopole de l'excellence de table, mais d'excellent boucher et des psychopathes, des cannibales Lecteurs.