Il connaît par cœur le classement de 1885, il est capable de vous citer les 90 vignerons de Meursault et il connait personnellement la sœur de la cousine de Philippine de Rothschild. Il connaît tout, du moins tout ce qui a déjà été sacralisé par Bob l'éponge. Dis-moi qui tu vantes, je te dirai qui tu hais. Son verbiage est ampoulé et condescendant et commence avant même que vous ne lui serviez le vin. Il crache ses commentaires, mais pas le vin, qu'il hume, grume, assume, allume, enfume, enrhume, déplume, remplume, inhume, exhume, parfume, résume, vante le volume, les agrumes et l'amertumea-l-ecole-des-vins.jpg.png et le fume à titre posthume en tweetant le dernier commentaire de son gourou américain dont il a consulté compulsivement toute l'œuvre épistolaire et arbitraire sur son iphone. Enfoncer des portes ouvertes et voler aux secours des grands vins à succès est le credo du crétin. Dans les salons vineux, son comportement est reconnaissable entre tous, ses aristocratiques papilles dédaignent les petits producteurs du Jura, du sud-ouest ou du Beaujolais, pour lui, un Médoc s’efface devant la race d'un Haut-Médoc qui par définition ne peut rivaliser avec un Pauillac ou un Margaux. Il est péremptoire, je n’en goûterai que deux ou trois…mais uniquement les meilleurs! Si vous lui forcer le palais avec une de vos découvertes, il condescendra à y trouver quelques mérites, mais, il ne pourra s’empêcher d’ajouter, "c'est bien, ça ressemble à un bon St Emilion, mais ça ne vaut pas Cheval Blanc". Il est capable de tous, c'est même à ça qu'on le reconnait, mais il est inapte à reconnaitre le vin qui est dans son verre… Si vous vous êtes reconnu dans ce portrait, pas de panique, c'est normal, nous sommes tous, peu ou prou, des buveurs d'étiquette. S'il y a manifestement un terme tabou, un non-dit dans le monde des amateurs de vins, c'est bien celui de buveur d'étiquette, l'injure suprême, l'infamie de la famille du vin. etiquette.jpgCertains l'admettent, d'autres le nient, mais quoi qu'on dise, un peu comme le Tennessee Williams de Johnny, on a tous un tout petit quelque chose de cela en nous. J'en suis conscient et même le premier touché, un peu comme une maladie honteuse, mais le fait d'en avoir pris conscience est un premier pas vers la guérison. J'ai parfois acheté des vins Australiens pour la beauté de leur packaging. J'ai encavé Rayas, Chave, Coche-Dury, Leflaive, Jamet, Bonneau, Raveneau, Groffier, Rousseau avant d'en goûter une. Coup de chance, j'ai adoré et depuis je bois des étiquettes de Rayas, Chave, Coche-Dury… Conscient et heureux. Toute étiquette doit être bue selon une certaine étiquette. Alors, j'ai appris à lire les contre-étiquettes, j'ai appris la vigne, la vinification, l'élevage, la dégustation des vins, l'approche des vins bio. Que faut-il en penser? Que le buveur de vin bio est un buveur de contre-étiquette? Que le vin serait meilleur s'il était nu? Il n'y a rien de plus ballot que les a-priori. En matière de vin, c'est même toujours catastrophique. Juger un vin sur son étiquette, c'est un peu comme juger un vin à la tête du vigneron. Goûter à la gueule de celui qui l'a fait, c'est faire du débit de faciès… Quand j'ai découvert la trombine de certains vignerons, je l'avoue, j'ai pris peur. Mais j'ai goûté leurs vins et j'ai parfois aimé, parfois moins.

Champagne Inflorescence Cédric Bouchard

Blanc de noir. La cuvée Inflorescence provient d'un minuscule domaine de la région de Bar sur Aube. Un nez de citron vert, de guimauve, de buis et de noisette grillée. La bulle est ultra fine, presque absente, la matière faible, c'est pur et d'une longueur moyenne. 13.75 Bien

Champagne Don Pérignon 2002dom-perignon-2002.jpg

50 % de chardonnay et 50 % de pinot noir. Le bouquet s'ouvre sur les agrumes, la brioche, les noisettes, les fruits secs et le pain grillé. La bouche est crémeuse, pas d'une grande profondeur mais équilibrée. La finale est un peu courte. 15.00 Très bien

Champagne GC 2002 Jacquesson

Nez de pamplemousse, de poire, de pomme cuite, de lierre et de gâteau sec. La bulle est persistante, l'attaque est franche, le palais vineux, puissant, l'ensemble est équilibré, d'une belle fraicheur et la finale est réglissée et très longue. 16.00 Excellent

Champagne GC 1996 Jacquesson champagne-jacquesson-1996.jpg

Le nez est plus évolué, sur la pomme blette, la poire, le balsa, la levure et le gâteau sec. La bouche moins sur l'évolution, plus sur la pomme cuite et les champignons avec une matière ample, une bulle dense et une finale longue, intense et minérale. 15.88 Très bien

Faites chauffer l'école, ce soir nous sommes invités par nos trois professeurs de service. Pour info, le professeur a été inventé par Charlemagne, qui a d'abord créé l'école, mais c'est quand il remarqua que les élèves restaient assis à glander toute la journée, qu'il se rendit compte qu'il y avait un pépin assez bref, il décida alors d'engager Prof.jpgdes prêtres pour s'occuper des élèves. Le but du professeur est donc de transmettre une certaine quantité de savoirs, tâche qui lui est parfois rendue difficile en fonction du nombre de Kevin (ou de Thierry) présents dans la classe. La majorité des profs estime que si tu ne penses pas comme eux, tu as tort. Le professeur est toujours binoclard, barbichu et peigné en pétard. On remarquera dans sa tenue le pull à col roulé et le jeans. L'hiver il porte un duffle-coat, et le mercredi, il fait ressortir ostensiblement le dernier numéro du "Canard enchaîné". Un dicton Boukistanais dit qu’il ne faut jamais terminer une année scolaire en laissant des professeurs dans le surplus vineux, c’est une traduction possible, l’autre est qu'il ne faut toujours pendre son professeur par les testicules, le Boukistanais est une langue compliquée. Prof Alain et Prof Rage surveillent la classe un peu dissipée pendant que prof JeanDa fait le cours. Leçon de Champagne pour commencer. Un premier un peu absent qui aurait mérité de ne pas être carafé, un DonPé pas encore au top et deux Jacquesson très différents. J'ai beaucoup aimé le 2002, très équilibré, alors que le 96 m'est apparu un peu évolué, même s'il avait de très beaux restes. Note de la leçon: Très bien mais peut mieux faire

Sancerre Chêne Marchand 2008 Vincent PinardPinard-chene-marchand-2009.jpg

Un nez de citron, de verveine, de buis, de mandarine et de pipi de chat. La bouche est fraiche, très droite, l'élevage est discret sur une belle finale tendue. 14.75 Très bien

Sancerre Cuvée Satellite 2008 Domaine Mellot

Le nez s'ouvre sur la pêche, le bourgeon de cassis, de pierre à fusil, de melon avec une touche grillée et un très léger perlant. La bouche est aromatique, étoffée, sapide, avec une acidité tranchante, un équilibre un peu sur l'alcool et une belle longueur. 14.75 Très bien

Chablis 1er cru Vaillons 2001 RaveneauRaveneau-vaillons.jpg

Un nez tout en finesse, sur des notes très subtiles de citron confit, de fleur blanche, de tilleul, de miel et de paille. La bouche est superbe, parfaitement équilibrée, grasse et aérienne. De petites touches grillées trahissent un élevage intégré. C'est très long, sur les amandes, un beau travail d'artiste. 16.75 Excellent.

Chablis Butteau 2001 Raveneau

Nez de fleurs blanches, de citron, d'acacia et de silex. La bouche est magnifique, équilibrée, droite, la matière est belle, l'acidité est serrée et la longueur est à l'unisson. Très beau vin. 16.50 Excellent

Meursault Charmes 2007 Germain

Nez d'agrumes confits, de tilleul, de noisette, de fleurs blanches, de champignon et de pierre à fusil. La bouche possède beaucoup de vivacité, d'élégance, la matière est ample avec une belle acidité et une longue finale sur la viennoiserie. 17.13 Excellent

Hermitage 1989 Jean Louis ChaveHermitage_JL_chave.jpg

Un nez typique des grands Hermitage, très expressif, sur la poire, l'acacia, le miel, les amandes, la réglisse et les fruits secs. La bouche possède beaucoup de finesse, d'élégance, la matière est généreuse, l'acidité équilibre parfaitement l'ensemble et étire la belle finale sur la caramel. 18.00 Grand vin

Riesling Cuvée François Alphonse 2009 Domaine Kientzler

Le nez est un peu simple, assez peu variétal, sur la pomme verte, le chèvrefeuille et l'abricot sec. Sans être désagréable, la bouche est peu en place, ample, avec une acidité peu intégrée et une finale discrète. 14.50 Très bien

Riesling Clos Ste Hune 1996 Domaine Trimbachtrimbach-riesling-alsace-clos-ste-hune1996.gif

Nez empyreumatique avec des notes de fleurs blanches, de thé vert, d'épices, de pamplemousse et de mangue. La bouche est aiguisée, minérale, dense, marquée par une acidité qui apporte fraicheur, austérité et longue finale. 17.63 Excellent

Condrieu Le Grand Vallon 2009 François Villard

Le nez est pas net, arômes déviant. Pas noté

Hermitage Ex-Voto 2006 Guigal & FilsEx-VotoGuigal.jpg

90% Marsanne et 10% Roussanne issues du terroir des Murets, complété de raisins en provenance de l’Ermite. Un nez un brin évolué pour un millésime récent, sur des notes de miel, de raisins secs, d'abricot, de fenouil, d'épices et une touche oxydative. La bouche est grasse, puissante, beurrée, l'acidité est moyenne, l'équilibre pas encore parfait et une finale sur le bois et les amandes. Un Hermitage pas encore prêt, le sera-t-il un jour? 16.38 Excellent

Les leçons suivantes porteront sur des sujets très différents. Deux Sauvignons ligériens. Celui de Vincent Pinard, le bien nommé, est bien plus équilibré que celui de Mellot, plus tranchant. Maître Raveneau nous donne une leçon de classicisme Chablisien, élégance et droite, un vin cérébral selon prof Rage, deux belles bouteilles au niveau du Charmes de JF Germain, 8-lecons-particulieres.jpget ce n'est pas peu dire tellement ce Meursault est magnifique. Dans le classicisme, et concernant l'Hermitage, la famille Chave se pose là. Rien à dire de plus que ce qui a déjà été dit. Parfait! La série suivante sera source de controverse. Prof Jeanda et prof Rage se sont un peu emmêlés les crayons au service. Plus personne ne sait dans quel verre ont été servis les deux Riesling. Pourtant, après avoir changé de verre (des effluves de liquide vaisselle) et regoûté, je reste comme la fosse, septique! Le Riesling de Kientzler ressemble à tous, sauf un Riesling. Certains trouverons d'élégantes notes pétrolées dans le Ste Hune, mais après avoir vu l'étiquette! Pouvoir de l'image ou béatification de St Nicolas de la Thune, Hume c'est du belge! Pas de bol, Le grand Vallon de Villard et vide de vin. Reste l'Hermitage de Guigal. Comparé à celui de Chave, il est clair que l'âge vénérable de celui de la famille de Mauves, indispensable à l'équilibre des grands Hermitage, donne une profondeur indiscutable. Mais ce qui surprend, c'est la fraicheur qu'a gardé cet Hermitage de 17 ans, alors que celui de la famille d'Ampuis est très clairement sur des notes oxydatives et boisées. L'explication de prof Jeanda ne m'a pas réellement convaincu. Je ne trouve pas que tous les Hermitage Ex-Voto soient sur ces mêmes notes oxydatives. Note de la leçon: Très Bien avec mention spéciale pour les Raveneau.

Charmes Chambertin 2008 Rousseaurousseau_charmes.jpg

Un nez expressif, de cerise, de framboise, d'épices, de rafle et de chocolat au lait. La bouche est élégante, suave, gourmande et charmeuse. Les tannins sont soyeux, très fins, la matière est fine et la finale est fraiche et sensuelle. Un Charmes au tout début de son chemin. 15.88 Très bien

Gevrey Chambertin Lavaux St Jacques 1999 Domaine Mortet

Le bouquet exhale des notes de cerise noire, de cassis, de tabac, de réglisse, de pierre sèche et de cannelle. La bouche et les tannins sont serrés sur une matière dense. L'acidité et l'extraction importante apporte une austérité manifeste et une impression de puissance contenue. Encore beaucoup de potentiel. Belle finale réglissée. 17.00 Excellent

Richebourg 2004 Anne Gros

Un premier nez qui renarde, ambre et venaison, l'aération dégagera des notes de prune, de violette, de cuir, de cassis et de tabac blond. La bouche est riche, intense, les tannins sont d'une grande finesse, soyeux et serrés. L'harmonie est parfaite et la longueur couronne ce grand Richebourg. 17.63 Excellent

Coteaux du Languedoc la Grange des Pères 2007grange-des-peres.gif

40 % de Syrah, 40% de Mourvèdre et 20% de Cabernet Sauvignon. Le nez est un voyage initiatique, un bouquet complet, fin et puissant, la cerise noire et la prune pour le fruit, des notes de caramel, de cannelle, de tabac, des effluves de fleurs séchées, de lard fumé, de cèdre et de café. La bouche confirme l'expédition en terre nouvelle, ferme et austère comme un grand Bourgogne, épicé comme une belle Syrah, suave et rond comme peu de vin sudiste le sont. L'élevage souligne le grain très fin des tannins superbement définis, l'acidité apporte son écot à l'harmonie parfaite de l'ensemble des composants de cet orchestre de saveurs. La finale est éblouissante, légèrement sucrée, et finit de nous convaincre qu'une somme de qualités aussi extraordinaire pourrait bien faire de cette Grange, une future référence du Languedoc. Enorme coup de cœur. 17.25 Excellent

Thierry et Didier sont passablement dissipés, ils chahutent au fond de la classe, les profs rouspètent, pas facile de les arrêter, ça fatigue, je subis leurs jeux idiots, ça me fatigue, déjà, et pis pour les autres vous vous rendez pas compte de ce que c'est ! Deux belles têtes de glands, c'est assez péremptoire! Certes, mais c'est pas faux. Avec prof Alain, on était sûr d'avoir droit à une leçon de pinot noir. On avait révisé le sujet pendant la semaine, mais nous étions loin d'imaginer que l'interro portrait sur un Charmes 2008 de Rousseau. Comment reconnaitre un Rousseau aussi jeune? Mes 2004 me semble bien trop juvénile, alors 2008! Le Mortet est aussi très jeune, 13 ans, et pas une ride. Le Richebourg d'Anne Gros renarde au départ et mettra du temps à délivrer son message. Le dernier Bourgogne est un Languedoc. On a souvent dit que les vins de Laurent Vaillé avaient la fibre Bourguignonne. C'est très vrai pour cette Grange 2007. Ce n'est pas un secret, j'aime beaucoup la Grange des Pères, c'est surement mon Languedoc préféré. Après 3 beaux Bourgogne, ce sudiste ne dénote pas. Pour ma part, je lui trouve une somme de qualités assez étonnante, définition, précision, complexité, harmonie, finesse, densité et longueur. Si on ajoute un prix, certes élevé pour un Languedoc, mais comparé aux trois vins précédents, une relative bonne affaire, une équation sans inconnu, au résultat connu des inconditionnels: grand vin... Note de la leçon: Très Bien, beau travail de groupe.

St Julien Léoville Poyferré 2001leovillePoy-2001.jpg

Joli nez de fruits noirs, de réglisse, de graphite, de viandox, de cuir et de chocolat noir. La bouche possède une trame tannique importante, un élevage pas complètement fondu, une matière suave et concentrée et une finale plutôt longue. 16.50 Excellent

Margaux Château Margaux 1986

Un premier nez peu disert qui mettra quelques minutes à se mettre en place. Cassis, chateau-margaux.jpgchocolat, prune, balsa, bois noble forment un beau bouquet. La bouche s'affirme sur la puissance de la matière et la suavité des tannins. A la fois concentré et soyeux et doté d'une fine acidité qui étire la belle finale. 17.13 Excellent

Pessac Léognan Pape Clement 2001

Un nez très causant, cassis, poivron, mûre, confiture de framboise, balsa, violette, réglisse, terre humide et une touche de cèdre. La bouche est ample, concentrée avec une texture serrée et une grande pureté. Un vin aérien et puissant avec une longueur magique. 17.50 Excellent

Châteauneuf du Pape Réserve des Célestins 2005 Henri BonneauBonneau_Celestins.jpg

Nez de prune, de cerise noire, d'épices, de menthe, de laurier et de graphite. La bouche est dense, les tannins sont puissants et serrés, à ce stade, l'acidité est importante et légèrement dissociée. La finale sur les épices est longue et fraiche. 17.57 Excellent

Barossa Valley Grenache Old Vine Collection 2003 Gibson

Le nez s'ouvre sur des notes de cassis, de jus de fraise, de tabac, de violette, de résine de vanille et de cèdre. La bouche est très mûres, lactée, ronde, un bonbon savoureux. Les tannins sont denses et gourmands, l'acidité est vive et la finale, sur la cannelle est élancée. 16.33 Excellent

Après la leçon de Bourgogne, place à celle de Bordeaux. Léoville Poyferré est une bonne rampe de lancement, seul Papy JeanLuk fait ses génuflexions et ses ablutions habituelles en face du St Julien. Depuis que notre Ermite est à la retraite, il est continuellement à la diète, tous les soirs, il a le droit à une demi-biscotte, un verre de jus de betterave et un toucher rectal. Alors quand St Julien apparait, il en perd tout jugement. Margaux, parfaitement mis sur orbite, délivre une palette très classique de finesse et d'élégance. PapeClement.pngLa leçon de Pessac suivante est surement pour ma pomme! J'ai tellement critiqué, vilipendé, dénigré, bafoué, ridiculisé, raillé, persiflé sur Pape Clément pour être certains qu'un jour j'y aurais droit. On peut tout dire sur le vin, mais le mieux, c'est encore de fermer sa gueule. Nos profs de Léognan n'ont pas lésiné sur le millésime, ils ont été cherché la grande réussite (avec 2000 et 2005) du Domaine de Bernard Magrez. Je m'incline devant ce Pape et demande sa clémence. Oui Pape Clément peut être bon, mais pas toujours. Chassez le naturel, il revient au goulot. L'autre Pape, celui de Châteauneuf, le Céleste Célestins est encore sur la réserve, pas complètement en place, à peine sortis de son carton, et déjà sur la sellette. Fin de l'interro rouge avec un Aussie, une belle Grenache, plutôt bonne, un 2003 lacté et rond. Note de la leçon: Très Bien, des Bordeaux en progrès et un Châteauneuf qui a sauté une classe.

Weisser Riesling 1998 Weethlingshof

Un nez sur le coing, l'abricot, le miel et une touche peu agréable de colle (solvant). La matière est moyenne, assez bien équilibrée avec une finale fuitée et assez longue. 16.00 Excellent

Pedro Jiménez 1982 Toro AlbaToro_Albala_PX_label.jpg

Un blanc presque noir, plus un sirop, une mélasse, qu'un vin. Le nez est puissant, sur des notes de caramel, de fumée, de pruneau, d'olive noire, de noix et cacao. La bouche est onctueuse, robuste, toujours sur le caramel et le café, petite acidité et énorme persistance sur la figue. Un vin d'afficionado. Personnellement, j'aime. 14.33 Très bien

On termine cette masterclass par deux sucrettes. Un Sudaf aux faux airs de belle Alsacienne et le blanc le plus noir de l'histoire du vin blanc. Un Pedro Jiménez musculeux, un vin qui ne fait que rarement l'unanimité, mais qui personnellement me parle. L'ennui naquit un jour de l'uniformité, goûter constamment les mêmes vins, ne pas s'ouvrir à la différence est une chose dont il faut se garder. Les vacances sont là, il est temps pour nous de lever l'ancre et de donner nos bons et mauvais points pour cette soirée. Une petite remontrance pour le manque de matériel pédagogique. Autant de vin et pas un crachoir à moins de 100m, ça frise l'ivresse des profondeurs. Travail passable pour le Riesling de Kientzler et le Champagne de Cédric Bouchard, bon point pour les habitués, Chave, Germain, Mortet et la belle Margaux, une confirmation pour l'élève Raveneau, une résurrection pour le Pape Clément et le prix du jury, constitué de moi et de mon alter égo bibi, pour la Grange des Pères qui mériterait une masterclass à lui seul. Tous les Soiffards passent en classe supérieure, même si pour certains, leur indiscipline chronique a failli leur coûter cher. Un grand merci à nos professeurs pour leur patience et leur leçon de chose. Les leçons, les conseils, la vérole, les désillusions et les vieilles chaussures sont les seules choses que donnent volontiers les hommes.


tab_06-12.jpg


Graph_06-12.jpg