Un exemple parmi d’autres des milliers, l'autre jour, je fais quelques courses, j'arrive à la caisse et là, stupeur et tremblement, je tombe sur "LA CAISSIERE". Imaginez un cube, jusque-là, c'est fastoche, 1,50 sur 1,50, mais un cube rond! Je sais, pour visualiser, il faut un peu de pratique. La nonchalance d’un Bélouga sous Prozac, une petite balle de tennis plantée directement sur le tronc en guise de tête, pas de cou. Une tignasse gris sale qui flanquerait le cafard à un fabriquant de serpillières, l'œil aussi chatoyant qu'une rondelle de Morteau sur une tranche de cake au olives, un gros groin, le sourire de Mona Lisa, si on la déterrait, la moustache drue, les joues peintes en vermillon, du guacamole dans les chicots, du persil dans les oreilles, la plus belle tête de veau qu'il m'est été donné de rencontrer. caissiere1.JPGDeux gigots en guise de bras, le sein saindoux, je ne voyais pas plus bas, mais j'imaginais déjà la cuisse jambonnière et le foin qui débordait de la charrette! Cette aimable jeune fille d'environ 25 ans était à la volupté ce que Mouammar Kadhafi était à la démocratie. Bref, j'ai rencontré Mauricette, mannequin chez Olida. Vraiment vilaine, je sais, on ne se moque pas du physique, mais tout de même là, elle était vraiment vilaine. En plus, intellectuellement, elle était raccord. Je sais, ne jamais se fier au physique des gens, mais avec elle, si !... Elle a la gueule de travers et la mentalité biscornue, elle est synchrone !... Mais c'est vrai que quand t'attrapes le quintal et que tu fais 1,50m, t'as beau être aimable, ça se remarque moins. Passe encore qu'elle jacassait comme une rascasse d’élevage avec sa voisine de caisse, passe encore qu'elles s'échangeaient des insanités que je n'ai même pas pris la peine de comprendre, mais quand même, en vrac: "la chef, elle a-t'un chapeau, Il n'est pas-t'à elle mais tu peux-t'avoir le même… moi-z'aussi j'y ai-z'été… Après avoir passé mes articles et entendu ma demande de sachet plastique, elle m'a regardé, l'œil torve et gluant, et m'a susurré: "ça va-t'être difficile, z'en voulait combien, c'est 35 centimes de z'euros." Du tic au tac, je lui ai demandé si elle avait lu les liaisons dangereuses. La pauvre fille m'a regardé comme si je venais de lui proposer de danser la gigue sur son tapis roulant, elle avait tous les stigmates du dogue allemand qui fait un burnout. Avant qu'elle ne me réponde, ce qui aurait surement pris 2 plombes, et comme je suis poli, je lui ai souhaité une bonne journée, ce à quoi elle a répondu: "vous z'aussi"! Je sais, me foutre de cette pauvre fille n'est pas très catholique, mais je ne suis pas croyant, je suis viandard pratiquant, mais pour les bondieuseries, vous repasserez, ça me soulage mais ça ne change rien. C'est un peu comme opposer le Cid et le suicide, l'ascenseur et le censeur, la chienlit et le chiant à lire, Minos contre les minus, le Petit Poucet contre la petite poussette, le samouraï contre le soupirail, les idées contre les idiots, les astiqués contre les asticots, les sultans contre l'insultant, le missile contre le missel, l'excentrisme contre le centrisme, les vampires contre les pires vents, les bourrés contre les bourriques, le pétomane contre le mélomane, le sodomite contre le sot domine, Salammbô contre sale en bas, l'absurdité contre la surdité, le faucon contre les vrais cons, la bonne du cul contre celle du curé, le Clos Vougeot contre Claude François, un Amour de Swan contre un amour de soi, les liaisons dangereuses contre les niaiseries d'anges heureux, Choderlos de Laclos contre Javel la Croix. La Croix, le Clos, j'en peux plus, vite une Romanée Conti.

Haute Côtes Clos St Philibert 2007 Méo-Camuzetmeo-camuzet-clos-st-philibert.jpg

Nez puissant, citronné, avec des notes de bois, de fleurs blanches et de chèvrefeuille. La bouche est ample, tendue et vanillée. La persistance n'est pas très longue mais fraiche. 14.73 Très bien

Chardonnay Clos Windsbuhl 1997 Zind-Humbrecht

Couleur jaune ambré. Le nez est légèrement évolué, sur des notes empyreumatiques, pain grillé, abricot, encens, pêche. La bouche est ample, robuste, boisée avec une belle acidité et une longue finale. 16.27 Excellent

Chablis Les Clos 2008 Clotilde Dasvesneles-temps-perdus-les-clos-chablis-blanc.png

Le nez est discret, sur des arômes de miel, d'amande, de citron vert et de réglisse. La bouche est tranchante, intense, la matière est fine, minérale et l'allonge intéressante. 14.68 Très bien

Montlouis Clos du Breuil 2006 François Chidaine

Nez de ferment et de champignon avec une touche de miel, de coing et de figue. La bouche est grasse, riche, un peu lourd. L'acidité est faible, une légère sucrosité alliée à une certaine amertume, donne un côté bizarre à ce vin qui pourtant est assez pur et termine sur de beaux amers. 14.32 Très bien

Beaune Clos des Mouches 2008 Drouhindrouhin_Clos_des_Mouches.jpg

Soi-disant petit millésime, ce 2008 respire la sagesse Bourguignonne. Un nez très pur, un brin encore boisé, sur des notes d'amande, de citron, de poire et de pierre à fusil. La bouche est fine, élégante, intense, portée par une belle acidité, belle minéralité et pureté de la finale. En place. 16.73 Excellent

Beaune Clos des Mouches 2007 Drouhin

Un nez sur la noisette, le bois, fumé, le chèvrefeuille et la poire bien mûre. La bouche possède une grosse matière veloutée, un élevage appuyé mais qui reste agréable, une acidité maitrisée et un allonge puissante. 17.32 Excellent

Meursault Clos des Ambres 2008 Arnaud EnteEnte_Clos_des_ambres.jpg

Le Clos des Ambres est la partie la plus caillouteuse et la moins argileuse) de la parcelle En l'Ormeau. Le nez est riche, très expressif, sur des notes de citron, de beurre, de noisette, de miel, de tilleul et de pamplemousse. A l'image du nez, la bouche est opulente, généreuse, tranchante, droite, portée par l'acidité et la minéralité avec une magnifique persistance. Enorme potentiel. 18.09 Grand vin

Ce soir, ce n'est pas Cloclo et les piquettes, mais Cloclo chez les Soiffards. On ne va pas tourner autour du Clos puisque c'est une soirée autour du Clos, justement. Et autour du Clos, il y a une clôture, de pierre dont on fait les clochers. Souvent, un Clos ne vaut pas que des Clopinettes et ce ne sont pas des vins de Clown, sauf chez notre ami le pâtissier Vésuliens. Clos St Philibert de Méo-Camuzet pour commencer, ça situe le niveau, déjà très bon. Clos Windsbuhl Chardonnay, 15 ans et presque pas de rides, la maitrise de l'acidité.Clos-de-bourgogne.jpg Les Clos de Clotilde (double Clo = Cloclo) Dasvenes et Le Clos du Breuil de Chidaine ont été diversement appréciés (gros écart type), surtout pour le Chenin, qui malgré une certaine rudesse, avait de la qualité. Pour le Clos des Mouches de Drouhin, pas d'embarras d'appréciation, c'est le kif de la moitié de la table, presque leur quotidien. Deux belles mouches très différentes, la pureté du 2007 contre l'opulence du 2008. Match nul, balle au centre et les mouches seront bien gardées. Arnaud Ente est un talent exceptionnel, il vient de succéder à Christine Vernay comme vigneron de l'année pour le guide Bettane et Desseauve. Pour ce vigneron qui travaille ses quatre hectares de vignes avec son épouse et deux ouvriers viticoles, c’est une vraie surprise. Pour ceux qui suivent le Domaine, c'est la récompense pour un vigneron qui, grâce à sa maitrise de la vinification et de l'équilibre, a hissé ce petit domaine, au sommet des blancs de Bourgogne. Ce village en est une preuve indiscutable, grand Meursault, grand vin que ce Clos des Ambres.

Bourgogne 2009 Claude Dugat

Un beau jus de framboise avec une touche de ronce, de bois et de cerise noire. La bouche est ample, sur une belle matière et une acidité qui marque la finale. 14.36 Très bien

Marsannay Clos du Roy 2010 Jean FournierFournier_Clos_du_Roy.jpg

Nez de cerise, de framboise, de graphite et cannelle. L'attaque en bouche est agréable puis les tannins enrobent le palais mais la finale est déséquilibrée par une forte amertume. 15.05 Très bien

Chassagne Clos St jean 2006 Morey-Coffinet

Nez de framboise, de mûre, de racine et de cacao. La bouche est riche, avec de beaux tannins, l'élevage généreux apporte une texture flatteuse et une touche de classe. Belle finale sur la fraise des bois. 15.82 Très bien

Pommard Clos derrière St Jean 2005 Violot-Guillemardviolot_Clos.jpg

Nez de cerise kirschée, d'humus, d'épices, d'encens, sureau et de feuilles mortes. La bouche est mince, bouquetée, avec une finale déséquilibrée par une forte acidité. 15.32 Très bien

Pommard Clos Blanc 2005 Violot-Guillemard

Le nez est assez proche du précédent, terreux, cerise noire, encens et sous-bois. La bouche est bien plus agréable, plus serrée, les tannins sont fins, veloutée, l'ensemble est plus équilibrée avec une belle finale. 15.59 Très bien

Volnay Clos des 60 Ouvrées 2004 La Pousse d'Orclos-des-60-ouvrees.jpg

Nez de fruits rouges bien mûrs, de fleurs séchées, de cannelle et d'humus. La bouche est sensuelle, beaux tannins polis, matière moyenne, acidité et élevage intégrés. 16.00 Excellent

5 Bourgogne sur 7 vins en blanc, la Bourgogne est un Clos à elle seule. De nombreux villages, plus de 90 premiers crus, 7 grands crus sans compter La Romanée-Conti, le Cros des Cloux (littéralement Creux des Clos ou la colline de Montrachet qui est également un endroit Clos. clos-vougeot-4271.JPGLe premier rouge n'est pas un Clos, c'est l'exception qui confirme la règle, pas un Clos, mais un Claude, Monsieur Dugat fait toujours dans la simplicité, mais pas simplement, rien n’est plus difficile que la simplicité, c'est les soi-disant petits vins qui font le talent d'un vigneron, et ce Bourgogne a du talent. Clos du Roy à Marsannay, moins connu, mais plutôt agréable. Clos St Jean et Clos derrière St jean sont des Beaune classique, généreux pour le Chassagne, un peu plus mince pour le Pommard. Alain se rattrape avec un beau Clos Blanc, qui, comme vous le savez tous, est un rouge alors que le Clos Rougeard fait du blanc! La série se termine par le Clos des 60 ouvrées du Domaine de la Pousse d'Or, Domaine largement médiatisé, qui a connu des hauts et des bas, et qui retrouve, petit à petit, son lustre d'antan. L'ouvrée est une unité de mesure française qui est utilisée, principalement, dans l'Est de la France, c'est la surface de vigne pouvant être bêchée par un vigneron en une journée. Une ouvrée valait alors environ de 3 à 5 ares. En Bourgogne, une ouvrée correspond à 4,28 ares. Cette avec cette ouvrée que l'ont clos cette série.

Minervois Clos Centeilles 2000clos_centeilles.jpg

Nez puisant, presque surmaturé, de mûre, de réglisse, d'ambre, de venaison et de tabac. La bouche est robuste, les tannins sont serrés, c'est puissant mais plutôt assez équilibré, pas trop alcooleux et avec une finale sur la balsamique. 15.23 Très bien

Saumur-Champigny Le Grand Clos 1995 Villeneuve

Le nez de ce cabernet-franc est ouvert, sur la mûre, le cassis, le poivron, les épices, des notes fumées, ainsi qu'un fond boisé bien intégré. La bouche est veloutée, tannins élégants, acidité fondue et belle longueur. Un beau vin qui a encore de belles années devant lui. 16.14

Saumur-Champigny Clos Rougeard 2005 Foucault Frères

Beau nez légèrement animal, cassis, framboise, cerise noire, ronce et menthol. L'attaque est franche et fraiche, l'élevage est maitrisé, les tannins sont serrés mais pas durs, le vin possède de la classe, beaucoup d'harmonie et une belle finale mentholée. 17.10 Excellent

St Emilion Clos Fourtet 2003clos-fourtet.jpg

85 % de Merlot, 10 % de Cabernet Sauvignon et 5 % de Cabernet Franc. Le nez explose sur les fruits noirs confiturés, une touche de bois, de tabac, de terre humide et de cacao. La bouche est savoureuse, veloutée, l'élevage est encore bien présent, mais luxueux et patiné. Longue finale pour ce St Emilion très classieux. 17.67 Excellent

ClosdesLambrays.jpgLe Clos Centeilles est servi beaucoup trop tôt dans la série, mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa, je me roule dans la fange, en compagnie de bêtes rampantes et fistuleuses. En bon catholique non croyant, je m'autoflagelle généreusement, tel l'élève prise en faute et qui essaie de noyer ses bêtises sous un vernis de futilité ou de latinité. Comme disait Brassens, "sans le latin, sans le latin, la messe nous emmerde..." Un vin surmûri qui aurait fait le bonheur d'une fin de soirée. 2 Saumur Champigny, deux Clos dans des phases différentes. Un Grand Clos dans la force de l'âge et un Clos Rougeard au début de sa carrière. On clos la série par un Clos Fourtet, incontournable Château jouxtant le pittoresque village de Saint-Emilion et situé juste à côté du parking sur les hauteurs de village. Si les vignes du Clos Fourtet sont si proches du village de Saint-Emilion, c'est parce qu'au Moyen-Age, alors appelé "Camp Fourtet", il était destiné à protéger la cité. Les enceintes qui entourent le domaine témoignent de l'histoire du château. Un excellent Bordeaux, oui ma croûte, j'ai bien dis un excellent Bordeaux, je me répète, dans un millésime particulier et particulièrement réussi. Longtemps en ton en-dessous du statut de premier cru classé, le domaine a progressé avec l'arrivée de Philippe Cuvelier en 2001, les progrès sont évidents et le potentiel du terroir semble être bien exploité.

Morey St Denis Clos St Denis 2006 Georges Lignier

Beau bouquet de fraise écrasée, de fougère, de cerise et de rose fanée. La bouche est élégante, terreuse, équilibrée, les tannins sont fins, peu d'élevage et une belle finale florale. 17.15 Excellent

Morey St Denis Clos de la Roche 1999 Louis Remylouis-remy-clos-de-la-roche.jpg

Le nez n'est pas très expressif, fraise, rose, ronce et une touche de cuir. Une bouche "à l'ancienne", des tannins denses mais souples, une austérité sympathique, un coté sauvage, une minéralité affirmée et une finale qui s'étire longuement. 16.90 Excellent

Nuits St Georges Clos des Corvées 1999 Prieuré-Roch

Robe trouble, superbe nez, sur la cerise, lilas, violette, réglisse, groseille et cuir. La bouche possède une grande fraicheur, la matière est moyenne, les tannins peu concentrés, pas de lourdeur, une grande buvabilité. Un vin agréable, qui manque un peu de fruit mais pas de longueur. Un Nuits St Georges qui n'a rien d'une corvée.17.10 Excellent

Morey St Denis Clos des Lambrays 2003 clos-des-lambray.jpg

Magnifique nez, intense, plaisant, complexe, cerise noire, chocolat, mine de crayon, tabac, fleurs, fraise, menthol, graphite avec une touche viandé. La bouche est ample, généreuse et dense, les tannins sont solides et souples, l'acidité fondue et la finale, racée, longue et réglissée. 18.00 Grand vin

Morey St Denis Clos de Tart 2003

Un nez sudiste, mûres, myrtille, prune cuite, épices, léger viandé et pierre sèches. La bouche est puissante, ce n'est pas lourdingue, mais dense, matière énorme mais l'acidité contrebalance, la trame minérale lui apporte sa force et son remarquable terroir lui a permis de se jouer, en partie, des pièges du millésime. Un géant au pied d'argile. 18.10 Grand vin

Coteau du Languedoc Clos Syrah Léone 1993 Peyre Rose

Un archétype Languedocien, robe noire à peine entamée par le temps, fruit noir, chocolat noir, laurier, garrigue, figue, pruneau et réglisse forment un bouquet caractéristique des vins de Marlène Soria. La bouche est puissante, ample, concentrée mais soyeuse avec un petit côté sanguin que l'on retrouve en finale. 17.45 Excellent

Clos_de_Tart.JPGS'il y a bien un village qui symbolise les Clos, c'est bien Morey St Denis. Petite appellation de la Côte de Nuits, ces vins sont parmi les plus homogènes de Bourgogne. Les meilleurs vins du village sont au niveau des plus grands et pourtant la réputation tarde toujours à venir. Mystère et bulle de gomme. La renommée reste assez faible, pourtant son terroir est excellent. L’appellation possède quatre Grands Crus, le Clos Saint Denis, le Clos de la Roche, le Clos des Lambrays et le Clos de Tart. Faute de bénéficier d’une réputation à la hauteur de celle de ses voisins Chambolle-Musigny au sud et Gevrey- Chambertin au nord, les producteurs de Morey-Saint-Denis ont toujours dû faire davantage d’efforts que les autres. Aujourd'hui, les vins de Morey n’ont absolument pas à rougir de la comparaison avec ses illustres voisins. On débute par un Clos St Denis de Georges Lignier, encore un peu jeune, mais prometteur, le Clos de la Roche du domaine Remy est vinifié à l'ancienne, un brin d'austérité Clunienne comme je l'aime. Le Clos des Corvées n'est pas un Morey mais un Nuits St Georges, appellation tombée presque en disgrâce après que, en 1934, la Confrérie des Chevaliers du Tastevin ait propulsé le village au rang des grandes appellations bourguignonne. JF Roch, avec quelques autres, nous donnent la preuve que le village peut encore faire des grands vins. Habituellement, le Clos des Lambrays reste dans l'ombre du Géant Clos de Tart. Mais en 2003, les conditions particulières ont permis au Domaine des Lambrays d'approcher, voire de dépasser le célèbre voisin. Personnellement, j'ai eu une petite préférence pour le Clos des Lambrays en 2003. On Clos cette série de Clos par un Clos Syrah Léone 1993 de Marlène Soria. Étalon et prototype des coteaux du Languedoc, puissant, concentré, mais qui, avec l'âge, gagne en suavité et en personnalité.

Pinot Gris Clos St Urbain 1994 VT Zind-HumbrechtZH_St_Urbain_VT.jpg

Belle robe ambrée. Un nez explosif, complexe, orange confite, pamplemousse, ananas, légère notes fumée, tourbée, truffes, miel et champignon. La bouche est ronde, savoureuse, la matière est forte, l'acidité merveilleuse et l'équilibre magistral. Un Pinot Gris à son apogée. 18.61 Grand vin

Layon Clos de la Soucherie 2005 Pierre Bize

Superbe nez de fleurs capiteuses, de poire, de pêche, d'orangette, de praline, de pamplemousse et de mangue. En bouche, la charge sucrée est importante mais l'équilibre est plutôt réussit, c'est épicé, moelleux, riche avec une longue finale miellée. 17.08 Excellent

On Clos les Clos avec 2 sucrettes, 2 rois de l'équilibre sucré. Olivier Humbrecht et Pierre Bize savent parfaitement équilibrer une liqueur pour en faire un magnifique vin. Chapeau les artistes. En parlant de chapeau, notre Jda national nous est revenu de vacance skieuse avec un magnifique chapeau, type Serpico, avec en prime, toute la maitrise de celui qui porte un chapeau ridicule et qui l'assume. Mais ce n'est pas de son chapeau que je voulais vous entretenir, mais de son cerveau. Pour descendre tous schuss, les pentes enneigées des Alpes alpines, notre croûte divine, lumière du monde, notre JeanDanieloux d'amour, a surement débranché quelques fils à neurones. Le problème, c'est qu'il n'a pas tous reconnecté correctement. Son début de soirée a été dantesque, il pensait un truc, genre " ce vin et droit et tendu" et il disait "ce vin est gras et pâteux". Les chardonnays devenaient Pinot Gris, les Chablis avaient de faux airs de Languedoc et le Clos Centeilles était fluet. Diantre, le Malin malinois l'aurait-il possédé? Il est sympa le Jeanda, très sympa même, il t’adopte en trois minutes, tu l'adoptes en 4 et il te fait des petits dans la foulée. Il adore te faire partager ses passions pour le menuet acrobatique, les chanteuses blondes à gros poumons, les corridas de hamsters, les bouchons estampillés Dominique L, le cinéma russe de XVII siècle, allumer les vrais berbères et le régime monarchique même s'il est très difficile de trouver un roi de bonne qualité en cette saison, mais parfois, il aurait pu s'appeler Maurice. Comme cette petite huitre perlière qui s’appelait Maurice. Si toi aussi, tu t'appelles Maurice, c’est rien de personnel, hein! Maurice n'aimait pas les perles, il trouvait ça trop rond, trop lisse et, surtout, un peu moche et il entrait souvent dans une colère nacrée afin d'échapper à son destin perlier. Bon, je m'égare de triage, à la base, je voulais pas du tout te parler ostréiculture, mais de Jeanda et tu sais ce que c’est, tu trouves une intro sobre et de bon goût, tu te laisses emporter par le courant et avant d’avoir eu le temps de dire ostréiculture, tu te retrouves enferré dans la nasse impitoyable d’une métaphore foireuse qu'il est grand temps de clore…


tab_02-13.jpg

graph_02-13.jpg