Pan Pan, la minute étant dépassée, me revoilà avec d'autres questions existentielles sur les animaux : Comment le morse a-t-il vécu la fin du télégraphe? Peut-on être bouc et émissaire? Quand un poisson chat miaule, doit-on en déduire qu'il a les gènes de son père? Le poney est-il excité quand on lui passe un porno zoophile? Se serait intéressant de le savoir. Le berger Belge aime-il les frites, et le berger Allemand est-il négationniste? Aucun livre ne répond à ces questions pertinentes. Pas plus que de savoir comment été traité les zèbres du Zoo de Johannesburg pendant l'apartheid! Une licorne sait-elle que c'est un animal chimérique qui n'existe pas? Et la Chimère, peut-elle faire chier son père? Le requin marteau est-il bricoleur? Le morpion est-il angoissé avant un coït? La levrette est-elle plus romantique que la galipette? Un cygne Allemand est-il un délateur? Pour avoir la météo, le poissonnier achète-t-il le bar au mètre? Y a-t-il plus de vaches laitières dans l'étier? Si le hareng sort, à quelle heure doit-il rentrer? Un gros minet mange-t-il des graminées? Un Chinchilla peut-il attraper le chikungunya? La mouche tsé-tsé dort-elle plus qu'une mouche dorée? Est-on plus sociable sur la fesse d'un bouc? Vaut-il mieux boire une menthe athée ou une menthe religieuse? Si un mille pattes à un cor au pied, sait-il exactement à quel pied? Quand un cacatoès est constipé, doit on l'appeler Toes? Si à pâques, tu prends un Lapin pour une cloche, faut-il lui casser les œufs. Toutes ces questions ont provoqué moultes conflit entre nietzschéens et kantiens et c'est absurde. Tout ceci est absurde, le monde est absurde, les animaux sont absurdes, l'absurdité est absurde, l'absurde semble naitre de l'incompréhension, comme une mésintelligence, entre le questionneur et la réponse, surtout quand tu n'as pas la réponse à la question. A cela, J'ai envie d'y répondre en usant d'anthropomorphismes ou de comparaisons absurdes encore inspirées du monde animal. L'animal est bien plus intelligent que l'homme, et plus particulièrement le dauphin, ce petit couineur des océans, pleins jusqu’à l’évent de bonnes intentions, une étude Boukistanaise de l'institut des Cagoles de Tadjal Akeketred, animé par le professeur Imraz Latouf, un bébé dauphin est bien plus intelligent qu'une Cagoles Marseillaise de 16 ans, puisqu'on n'a jamais vu un bébé dauphin se faire tatouer une cagole de 16 ans sur le cul.

Jura La Bubulle à Jeannot Domaine GanevatGanevat_Bubulle.jpg

Un pétillant naturel issu de cépages anciens non autorisés dans le crémant du Jura, mais ce n'est pas ça qui va arrêter Fanfan Ganevat. Une robe trouble, un nez beurré, lacté, sur la brioche, le citron et une pointe de noisette. La bouche est fine, comme la bulle, léger creux en milieu de bouche et ça repart pour une finale assez fraiche. 14.08 Très bien

Champagne Cuvée Pétraéa Brut Soléra MMVII Francis Boulard

Le principe de la Soléra de Francis Boulard, chaque année, il ajoute 25% de sa nouvelle vendange à l’assemblage de l’année précédente. Ainsi Pétraéa XCVII-MMVII est un assemblage de 1997 à 2007. Superbe nez d'amande, de curry, de brioche, de poire, de fumée, de paille et de pamplemousse. La bouche est vive, belle matière, tension, droiture, vinosité et longueur, tout ce qu'il faut pour faire un beau champagne. 16.75 Excellentselosse-substance-label.jpg

Champagne Cuvée Substance Jacques Selosse

Nez de pomme au four, cannelle, caramel, miel, épices avec des notes oxydatives marquées. La bouche est tourbée, puissante, oxydative, un peu vieux bourbon, un peu baroque, plus oxydative et moins pure que la Soléra de F.Boulard. 16.67 Excellent

Dieu.jpgEn chine c'est l'année du serpent, en Europe c'est l'année du cheval, et chez nous, 2013, ne vous déplaise, c'est l'année de la Javanaise, en dansant la javanaise, j'en suis fort Alamo aise. Mais on n'est pas venu là pour mettre des bretelles aux tortues ni pour sodomiser des diptères, mais pour boire des coups et faire d’une paire, deux couilles, fêter, avec un peu d'avance, l'anniversaire de notre hôte, Chokwine et se murger au Meursault. Une autre étude Boukistanaise a démontré que les anniversaires étaient bons pour la santé. En effet, les personnes qui ont le plus d’anniversaires vivent le plus longtemps. Je dis ça parce que notre hôte est le genre de type qu'il vaut mieux caresser dans le sens des aiguilles d’une montre, il s'est retroussé les coudes pour nous offrir, une fois de plus, une soirée digne du serpent, on sent chez lui, comme une envie d'échanger de la côte de bœuf, et puisque ce n'est pas le genre à s'embarquer sans biscuit, on démarre par une petite fraicheur… De la Bubulle à Jeannot, frais et très bon, surtout quand on te dit que ce n'est pas un Champagne. Deux Soléra en apéro, j'ai un petit faible pour celle de Raymond Boulard, mais Selosse, c'est bien aussi, même si on lui a piqué 8 palettes dernièrement, 9 palettes surenchérit l'Ermite qui n'est toujours pas sorti de son trip enchère.

EU Chardonnay Nuits Blanches 1999 Au Bon ClimatNuits_Blanches.jpg

Un nez puissant, oxydatif et végétal, poire très mûre, herbes fraiches, fleurs blanches, agrumes et pomme. La bouche est massive, très intense, dotée d'une grosse matière et d'une acidité légèrement dissocié. 15.63 Très bien

Chablis les Blanchots 1999 Domaine Raveneau

Avec les vins du Domaine Raveneau, on a toujours cette sensation de les goûter sur la réserve, en phase de fermeture ou de passer à côté de quelques choses, mais je crois bien que c'est leur caractère spécifique. Le nez est donc retenu, mais envoûtant, sur des notes de tilleul, d'agrumes, de fleurs blanches, de thé vert, de miel de fleur, et d'encens. En bouche, c'est une église romane, d'apparence simple et austère, elle est recouverte d'une voûte en berceau magnifique où les notes de pierre sèches montent longtemps. Finesse, élégance, recueillement sur une ligne acide impeccable qui équilibre une belle matière crémeuse et miellée, la persistance est superlative, portée par une grande minéralité. Un vin de messe fait par le Vermeer du Chablis. 16.21 Excellent

Meursault 1999 JF Coche-DuryCoche-Dury.jpg

Après une légère réduction, le nez se montre exubérant, sur des notes de pamplemousse, de mangue, de fleurs blanches, de menthe et de froment. En bouche, c'est pur, floral et minéral, tout en délicatesse et en profondeur, rehaussée par une grande minéralité et une énorme finale. La grande classe, un vin d'artiste, un Michel-Ange à Meursault. 17.88 Excellent

Meursault Charmes 1999 Domaine Germain

Le nez est d'une grande pureté, très Meurisaltien, fleurs blanches, agrumes, tilleul, noisette fraiche, un peu d'acacia et d'herbe fraiche pour compléter le bouquet. La bouche est tendue, droite, concentrée, finement austère, minérale et racé avec une longue persistance sur le menthol. Un autre artiste du Meursault, un Rubens en puissance. 17.21 Excellent

Corton-Charlemagne 2004 Chandon de Braillechandon-de-briailles.png

Ce Corton va souffrir de passer après trois superbes Chardonnay d'artiste. Un nez un peu bizarroïde, chocolat blanc, noix de coco, coquille d'huitre et pêche mûre. En bouche, ça envoie du lourd, puissance, élevage modéré, grosse matière, longue finale sur de beaux amers. 15.29 Très bien

chardonnay.jpgChez les Soiffards, il y a des guerres intestines pour la suprématie en rouge, mais pour le blanc, il y a consensus (même si je ne sais pas encore qui est le con) sur le Chardonay. On aime celui qui est démonstratif, opulent comme celui qui vient d'outre atlantique, on aime le Chardonnay cérébral comme celui des Raveneau, on adore le Chardonnay exubérant des Coche, on est sous le Charme des cousins Germain et on ne rechigne pas à boire un bon Corton qui Braille un peu trop. Toutes les facettes du Chardonnay, le même plaisir renouvelé pour ce diable de cépage qui a bien accompagné une demi-douzaine de tartes flambées aux escargots et champignons. Une bonne dizaine de tartes enchérit, notre chérie à tous, l'Ermite, toujours en mode enchère. Depuis la semaine dernière (voir ici), il enchérit sur tout ce que je dis ou que j'écris. Pour ceux qui n'ont pas lu, entre Rage et moi, il a passé toute la vente aux enchères à ajouter20€ sur mes offres. J'ai bien essayé de lui expliquer les règles du jeu, mais devant son regard de schizophrène halluciné, ses yeux rouge sang, la bave qui suintait de ses lèvres tremblotantes, je me suis dit qu'il était surement chargé à balles de guerre, qu'on était pas sortis de la vierge avec un aliéné pareil, j'ai pas eu le courage de l'arrêter.

Châteauneuf du Pape Blanc Château Rayas 2004

Un nez d'agrumes, d'amande amère, de fleurs blanches, de mirabelle et de réglisse. La bouche est fine malgré la grosse matière, c'est un peu alcooleux, chaud, le niveau acide est très bas avec une finale amère. Un vin d'afficionados. 16.21 Excellent

Pessac-Léognan Haut-Brion 2004HautBrion.jpg

Un mystère que ce Haut-Brion blanc, sublime après 10 ou 15 ans, il ne daigne pas se livrer avant et celui-là n'échappe pas la règle. Un assemblage moitié sémillon et moitié sauvignon blanc qui produit un nez très puissant, exubérant, sudiste, qui nous transporte dans le Rhône, en Loire voir en Alsace, mais pas à Bordeaux! Des arômes d'amande, de lilas, de lierre, de fougère, de poire et de pierre à fusil. La bouche est concentrée, large, longue, ample, une puissance atypique pour un Bordeaux blanc, une acidité assez faible et une longueur étonnante. Un grand vin certes, mais pas de typicité. 16.71 Excellent

Pinot Gris Rangen de Thann 2004 Zind-Humbrecht

En parlant de typicité, celui-là porte les gènes de son terroir. Tourbe, fumée, vieux marc, poire champignon, truffe, pierre à fusil. La bouche est démesurée, sèche, grande maturité, intensité, acidité, équilibre et finale phénoménale.16.42 Excellent

Sur le Loup dans son jus de basilic, on met du beurre dans l’pinard avec un Rayas blanc un brin alcooleux, un Haut-Brion blanc, peu variétal, trop puissant à mon goût, loin du 2000 ciselé comme une pierre précieuse. On termine les blancs par un Alsace. L'inimitable Clos St Urbain, un pinot gris Rangen de Thann du "Master of Wine" Alsacien qui, encore une fois, fait la démonstration de toute sa classe. Reconnaissable par son caractère tourbé, fumé, il démontre que l'association d'un grand vigneron et d'un grand terroir produit toujours un vin hors norme. La découverte du millésime 2011, il y a quelques jours, a été, encore une fois, un grand moment de dégustation, le géant de Turckheim produit, chaque année, une quarantaine de cuvées inimitables. Quarante et une, me souffle l'Ermite de St Jean…

Vosnes Romanée 1990 Gros Frères et SœurGros_Vosnes.png

Nez très élégant, de rose, de ronce, de framboise, de fleurs séchées, de gentiane, de menthe fraiche et d'épices douces. Une bouche éthérée, aérienne, un petit bijou de légèreté, toute en longueur avec un superbe volume et une jeunesse encore très présente. 14.83 Très bien

Clos de Vougeot 1990 Gros Frères et Sœur

Superbe nez de framboise, de fraise écrasée, de suie, d'encens, de merise, de réglisse et de menthe. La bouche est un modèle de souplesse, toujours sur la framboise avec des notes de cerise kirschée, des tannins en soie et une finale racée et aérienne. 16.91 Excellent

EU Knox Alexander 1999 Au Bon ClimatKnoxAlexander.jpg

Le nez est très expressif, sur la cerise, le pruneau, la racine, la menthe et la vanille. La bouche est vive, puissante, charpentée, légèrement boisée. Les tannins sont souples, l'ensemble est lactée, bien équilibrée, l'élevage est luxueux, sans excès et la finale grandiose. 17.75 Excellent

Clos de Vougeot 2000 Prieuré Roch

Nez volatile, acidulé, puis de la framboise, de la griotte, de la fraise écrasée, de la prune, des notes de viandox et de vieux bois. La bouche est soutenue par une ligne acide importante, pas gênante, élégance aérienne de la matière, c'est d'une grande finesse aromatique, les tannins sont soyeux et la finale est droite et longue. 17.50 Excellent

Clos de Vougeot 1999 Rebourseaurebourseau-clos-de-vougeot.png

Beau nez de cerise, de ronce, de terre humide, de cassis et de musc. En bouche, belle matière riche, charnue, ample, des tannins serrés, riche, pas complètement fondus, un élevage à peine perceptible et une finale avec une petite dureté. 16.36 Excellent

Clos de Vougeot Grand Maupertui 1999 A Gros

Malheureusement irrémédiablement bouchonné

Clos de Vougeot Musigni 1999 Gros F&SGros_musigni.png

Le genre de Clos de Vougeot qui alimente la légende et justifie le grand cru. Le nez est élégant, tout en finesse, fruits rouges, terre caillouteuse, sève, curry, bois précieux, fleur fanée et une petit côté torréfié. Une bouche droite et pure, des tannins de taffetas, de la dentelle de terroir, un équilibre parfait, une finale énergique, une symphonie d'émotion qui décuple le plaisir. 17.09 Excellent

Grand Echezeaux 1999 Gros F&SGrandEchezeaux_Gros.jpg

Nez très mûr, puisant sans être massif, des notes de fruits noirs et rouges, d'épices, d'ambre, de musc et de café. Grande concentration de matière, mais avec souplesse et élégance, des tannins serrés et souples, une petite sensation minérale et une longueur remarquable. Pas encore complètement à maturité, mais il se déguste déjà très bien. 17.83 Excellent

ClosVougeot.jpgOn savait que chez Chokwine, le pinot noir serait de mise, mais la surprise, c'est la ligne directrice, Vougeot, millésime 90 et 99. Il n'y a pas si longtemps, on se plaignait de n'en boire que très peu, surtout les bons. Cette lacune est comblée au-delà de nos espérances. Un Vosnes village en pleine maturité pour se mettre en bouche, un Pinot noir américain qui ne dénote vraiment pas dans la série, et 5 Clos Vougeot, (six surenchérit l'Ermite), tous très différent, malheureusement bouchonné pour le Maupertuis d'Anne Gros, très nature pour le Prieuré-Roch, à l'ancienne pour celui de Rebourseau, racé pour le 90 de Gros Frères et Sœur, magnifique pour le Musigni 99. Si votre style de Bourgogne, c'est le Clos de Tart 2003, si vous aimez le style Bob l'éponge, passez à la case suivante. Sinon, restez, installez-vous, mettez-vous à l’aise, prenez un verre et… méditez. Les Bourgogne à maturité est une des choses les plus belles en matière de vin, comment ce cépage si fragile et particulier, peut donner, après 10 ou 15 ans (16 pour l'Ermite), une merveille aussi aromatique et soyeuse, des vins à la fraicheur incomparable, à la finesse légendaire, définitivement, le Pinot Noir de Bourgogne, c'est ma came… Avec le temps, les tanins fougueux du vin jeune, les acidités parfois gênantes s'estompent pour laisser place à un vin infiniment plus sage et racée. La dernière de la série démontre aussi cela, mais 14 ans, parfois ça ne suffit même pas pour assouplir la bête, 15, c'est mieux me crie l'Ermite.

Pessac-Léognan Haut-Brion 1970HautBrion70.JPG

Sous la poussière… on découvre parfois des trésors insoupçonnés. Un bouchon en mauvais état qui commençait à tomber dans la bouteille, un niveau épaule bas, une robe évoluée, jusque-là, les indices ne sont vraiment bons. Mais tout dans ce vin est fabuleux. Le nez est captivant, on est accueilli par des belles notes de fruit, framboise, cassis, prune, le bouquet se complète d'accent de fumée, de sous-bois, de cèpes, de tabac, de cèdre et quelques effluves de jus de viande. Tout ce qui fait le charme des vieux Bordeaux. En bouche, la délicatesse est de mise, la sérénité de l’âge, des tannins célestes, vaporeux, une trame attirante, un grain finement graphitée, une fraicheur en fin de bouche qui étire la belle finale. Plus de 40 ans, pas une ride, pas une vergeture, pas un cheveu gris, des rondeurs séduisantes, cougar à tes fesses mamie, 15 soiffards vont te faire ta fête. Encore une fois, haut-Brion démontre son potentiel incroyable. Un modèle de grand vin âgé. 16.64 Excellent

Saint Julien Léoville Las Cases 2001

Le nez est encore fermé, sur la réserve. Fruits noirs, goudron, fumée, café laissent entrevoir le potentiel, mais ne livre que le minimum. La bouche est serrée, concentrée, très fruitée, peu d'acidité mais quand même plaisante, les tannins sont souples et la finale mentholée et finement boisée. A revoir dans quelques années. 17.50 Excellent

Saint Julien Léoville Las Cases 2002LeovilleLasCases.jpg

Dans ce millésime, la part de Merlot a été réduite. Contrairement au précédent, ce las Cases s'exprime parfaitement et pleinement avec de beaux arômes de fruits mûrs, un fond de bois nobles, de sirop de cassis, de vanille et quelques épices. La bouche est charnue, puissante, serrée sur des tannins encore jeunes mais plaisants, la fraicheur est présente et participe à la longue finale. Plus prêt que le 2001. 16.45 Excellent

Saint Julien Léoville Las Cases 2003

Nez puisant arômatiquement, sur la framboise, le cassis, le pin et la cannelle. La bouche est ronde, pleine, robuste, les tannins sont serrés, puis la riche matière s'installe durablement sur le palais, la fraicheur est étonnante, compte tenu du millésime, et la grande longueur finit de nous séduire. 17.11 Excellent

Saint Julien Léoville Las Cases 1995LASCASES.jpg

De superbes et envoûtants arômes montent du verre, mûre, cassis, myrtille, tabac, bitume chaud, réglisse et bois de cèdre. C'est complexe et séduisant. En bouche, toujours une grande matière serrée sur des tannins puissants et souples, une fraicheur avenante, mentholée, et une longueur impressionnante et toastée. Le plus racé des quatre, un potentiel indéniable. 17.94 Excellent

Hermitage 1999 JL Chave

On est accueilli, et c'est littéralement le cas, par de magnifiques notes de mûre, de framboise, de rose, de violette, de poivre blanc, de réglisse, de truffe, de viande rôtie, de graphite, un modèle de syrah septentrionale. La bouche possède une minéralité sublime, une profondeur incomparable, une élégance naturelle. La trame tannique est délicate, la matière séveuse, sanguine, la fraicheur équilibrante et la longueur ahurissante. Un vin construit pour durer éternellement, voire plus. 18.65 Grand vin.

Ermitage L'Ermite 99 ChapoutierL_Ermite_Chapoutier.jpg

Le terroir emblématique de l'Hermitage, le sommet de la colline, autour de la chapelle, au lieu-dit l'Ermite, planté de vieilles vignes de 80 ans sur des sols granitiques très pauvres. Sa robe est noire comme une nuit sans lune, le nez est puissant, corsé, fruits noirs, cendre chaude, réglisse, goudron, encre, tabac et café. La bouche est encore très serrée sur une matière dense, vigoureuse, dotée une belle acidité, même si son touché de bouche est agréable, c'est tous le contraire de l'épure de Chave, cet Ermite est un peu brutal, farouche, il lui faudra encore s'épanouir pour convaincre. 17.20 Excellent

1970!!! 1990 pour l'Ermite, non Jean-Luc, ce n'est pas le prix, c'est le millésime. 43 ans et une jeunesse insolente. Les terroirs de Graves de Pessac sont probablement le plus subtils de Bordeaux. Les apprécier, les approcher peut prend du temps. Haut-Brion, c'est le sommet de cet édifice, c'est l'exemple parfait du grand vin. Un vin capable de défier le temps, Haut-Brion est, avec Latour et Cheval Blanc, le cru qui a produit le plus grand nombre de millésimes exceptionnels depuis 50 ans. 1970, un millésime dont on disait qu'il ne s'ouvrirait jamais, il ne faut jamais dire jamais! Il faut être patient et Eric a été patient et généreux de partager cette petite pépite de bonheur. Chateau-Leoville-Las-Cases.jpgOn remonte l'estuaire de la Gironde jusqu'à Saint-Julien-Beychevelle pour déguster Las Cases, anciennement le Domaine Léoville. Le domaine de Léoville formait jusqu'au XIXe siècle un des plus vastes et des plus anciens crus du Médoc. Il s'étendait du vignoble de château Beychevelle jusqu'au Château Latour en Pauillac. À la Révolution française, le domaine a été divisé en trois parties: Château Léoville Las Cases, Château Léoville Barton et Château Léoville Poyferré. Un vignoble de 50 ha entièrement ceint de murailles, dont l'entrée est gardée par le célèbre lion ornant les étiquettes. Un vin que l'on reconnait facilement, pour les moins jeunes, souvenez-vous du film "L'aile ou la cuisse", même privé de goût, le critique gastronomique Charles Duchemin (incarné par Louis de Funès) parvient à identifier "visuellement" un Léoville Las Cases 1953 alors même qu'il est privé du sens du goût, "Belle robe vermeille, un peu violette, bel éclat. C'est un bordeaux, un grand bordeaux. Un peu de pourriture noble en suspension, les impuretés descendent lentement. Ce vin a 23 ans, c'est un 53, une très grande année. Le vin, c'est la terre. Celle-ci est légèrement graveleuse, c'est un médoc ! Le vin, c'est aussi le soleil. Ce vin a profité d'une belle exposition sud-ouest, sur un coteau de bonne pente. C'est un Saint-Julien, Château Léoville Las Cases 1953"! On est tous des De Funès et je ne suis pas bien sûr que ce soit un compliment! 2001, très beau mais pas prêt, 2002 plus prêt mais moins beau, 2003 est séduisant mais c'est le 95 qui remporte les enchères même si l'Ermite aurait préféré un 96. On termine cette série par deux Syrah pour accompagner un carré de Bœuf d'anthologie, 6 kl de côtes de Bœuf cuite au four à bois. J'ai l’œil du bullmastiff devant un T-Bone, il est impossible de m'adresser la parole sans crainte pour ses steaks. D'habitude, je suis sociable, je ne grogne pas, je n'aboie pas comme une prof de collège de banlieue débutante au moment de ses menstruations, mais là, on ne me reconnait plus. Je crois, après une analyse intègre et sincère de tout ce qui nous entoure, que la seule chose qui m'intéresse vraiment ici-bas, c’est de manger et de boire. On essaie de nous intéresser à plein de choses essentielles, on tente de nous faire avoir de grandes réflexions intellectuelles sur notre place dans la société, la politique, l'écologie, le modèle économique, la famille, les autres, le boulot, les religions, la démocratie, la peine de mort, la liberté d'expression, la nature, les changements climatiques, l'amour, la vie et la mort, bref de petits morceaux de métaphysique quotidienne et pourtant , aucun tourment intellectuel ne m'empêchera jamais de savourer un carré de bœuf cuit au four à bois accompagné d'un Hermitage de Chave ou d'un Ermite de Chapoutier. On ne philosophe vraiment bien que le ventre plein, choisir entre Chave et l'Ermite est un dilemme, mais quel beau dilemme que cet Hermitage de Chave 99, grand vin pour l'éternité, (voire plus me souffle l'Ermite).

Arbois Pupillin Savagnin 1997 Pierre OvernoyOvernoy_Pupillin.jpg

Une parenthèse enchantée, un vin hors du temps, hors des modes, des canons, mais quel canon! De l'oxydatif pour nous rappeler qu'on est en Jura, en pays de savagnin, de la noix, des épices douces, des notes de marc, d'orange amère, de gentiane, de racine, un nez élevé au rang d'art majeur, unique et enchanteur. Une bouche ronde, pure, vivante, une harmonie parfaite, sereine, en lévitation sur une ligne acide maitrisée, une matière angélique et une persistance diabolique. Un vin pour une prière insensée, celle de boire de l'eau, mais de l'Overnoy… 17.90 Excellent

Vin Jaune 1975 TissotTissot75.jpg

Superbe nez de pomme, de noix, de curry, avec également du coing, de l'écorce d'agrumes et de l'amande amère. Le volume en bouche est important, toujours sur des notes de noix fraiche et d'épices, l'équilibre est remarquable, belle tension avec une longueur vraiment impressionnante.17.25 Excellent

Macon Passerillé de Novembre 1999 Domaine St Denis - Laferrère

Le piège parfait, entre le vin doux et le chardonnay sec, de la fleur blanche, de la poire, de l'abricot, de l'ananas et de la noisette. Une bouche légère, comme la matière, une fine acidité qui étire la petite finale. 15.17 Très bien

Coteau du Layon 1999 SGN Patrick Baudouin

Un nez de pâte de coing, d'écorce d'orange, d'abricot, de fumée, de caramel et un côté légèrement tourbé. La bouche est voluptueuse, acidulée, la liqueur est importante mais l'acidité équilibre parfaitement la matière dense et laisse la bouche nette et fraiche. Une cuvée issue de 4 tries d'octobre à novembre, dans ce verre, il y a toutes les vignes du Domaine, toutes ses parcelles, tous ses raisins de chenin, il n'a pas fait d'autres cuvées cette année-là. 16.33 Excellent

Coteau du Layon Maria Juby 2002 Patrick BaudouinMariaJuby.jpg

Maria Juby, maîtresse vigneronne, arrière-grand-mère et fondatrice du Domaine en 1920.Cette cuvée possède 244g/l de sucre résiduel et titre 8,4°. Une bombe de liqueur, une robe dorée, des arômes de coing, de miel, de mangue, de pomme cuite, d'abricot confit. Une bouche rôtie, veloutée, une liqueur énorme, une acidité tranchante. Un magnifique chenin équilibré et à la persistance exceptionnelle. 16.60 Excellent

Riesling SGN Clos Windsbhul 2005 Zind-Humbrecht

Un flacon d'anthologie, un nez féerique, pêche, ananas,Windsbuhl_SGN_Zind.jpg mangue, miel, mandarine, quinine, gelée de coing avec aussi des notes d'herbe fraiche. En bouche, c'est d'une précision démoniaque, énorme matière rôtie, sucrosité extraordinaire, acidité d’anthologie, équilibre surréaliste. Un vin pour l'éternité. 18.25 Grand vin

Lapaolecouverture.jpg"Je suis contre le culte de la personne. Chaque fois qu’il y a eu le culte de la personne, dans n’importe quel pays, ça a conduit à des catastrophes. Alors pourquoi cette espèce de renommée, de mythe ? Je ne sais pas, parce qu’il n’y a pas de raison." Moi, j'en vois au moins une, Saint Pierre Overnoy! Un Arbois Pupillin qui affole les papilles. Avec Pierre Overnoy, on ne sait pas s’il raconte sa vie à travers ses vins ou si c'est ses vins qui racontent sa vie, les deux fusionnent pour alimenter la légende d'un Ermite Jurassien qui a la sagesse de former son apôtre, Emmanuel Houillon. "Je ne prétends pas avoir raison, c'est juste ma façon de faire…" ne changez rien Monsieur Pierre, surtout ne changez rien… Comme pour le précédent, le vieux Jaune de Tissot accompagne parfaitement le vieux comté, je ne sais toujours pas si c'est le comté ou le jaune qui avait le plus de longueur. Ebouriffant Jura, dire que certains passent à côté… En parlant de passer à côté, le Macon passerillée a souffert après le jaune, il faudra le sucre du Layon pour réanimer mes papilles. Patrick Baudouin est sympathique, ancien libraire, il s'est pris de passion pour la douceur angevine, des Anjou noir fait de schistes, de grès, de roches volcaniques et des Anjou blanc fait de tuffeau. Ses liquoreux font partis des must de la Loire. On termine ce florilège par une petite bouteille d'anthologie (encore une), un Windsbuhl SGN, c'est pas courant, le terroir calcaire du Windsbuhl n'est pas, à proprement parlé, une terre à liquoreux comme le Rangen ou le Jebsal, mais parfois, la nature est capricieuse et Olivier Humbrecht sait en tirer le meilleur. Des vins à l'image du vigneron, des vins géants, démesurés en sucre, en acidité et en longueur. Des grands vins de fin de soirée. Un constat, 32 vins c'est beaucoup, c'est même un maximum… non 33, qui dit mieux, surenchérit l'Ermite avec la discrétion d'un sextoy en plein Disneyland, adjugé, vendu… à l'Ermite de St Jean…

DSC_0332.JPG

Tab_03-13.jpg

Graph_03-13.jpg