NSG_panorama.jpg
Pourtant, avec ses 44 premiers crus sur 145 hectares, le vignoble de Nuits-Saint-Georges pousse à l’extrême la logique bourguignonne du terroir. Les climats sont disposés sur un axe Nord-Sud de part et d’autre du village de Nuits Saint Georges et de la combe du Meuzin. Pour aller vite et faire facile, on pourrait dire que cette rupture permet de classer les vins de l’appellation en deux grandes familles, au nord la fraicheur et la proximité avec le voisin de Vosnes, au sud la chaleur, les grands espaces et des vins tout en puissance contenue. Bien entendu, ce n'est pas aussi simple que cela. Si on devait se risquer à définir le caractère des vins de Nuits, on dirait qu’ils sont les cousins, un peu rudes, de Gevrey-Chambertin. Ils sont structurés, très aromatiques dans leur jeunesse, lents à s'épanouir, surtout dans les premiers crus. Les vins du sud du village sont considérés comme fermes et robustes. Les Saint-Georges, Vaucrains, Porrets, Clos des Porrets, Perrières et Pruliers sont les plus connus et recherchés. Particularité des Perrières, on fait un vin blanc issu de pinot blanc. A la limite sud de l’appellation, plusieurs Clos témoignent d’une longue tradition de grands vins dans ce petit village. Le Clos des Argillières, le Clos de l’Arlot (également en blanc), Le Clos de la Maréchale, et le Clos des Corvées sont les plus connus. Les vins de la partie nord du vignoble de Nuits se trouvent dans le prolongement direct et naturel de ceux de Vosne-Romanée. Les Boudots, en limite des Vosne Malconsorts, plus haut sur le coteau, les Damodes, Aux Murgers , Aux Argillats, la Richemone et le Clos de Thorey sont les plus recherchés.

Nuits_Cras.jpgLes Nuits souffrent de la comparaison et du manque de l'absence de grand cru. Un climat peut, à lui seul, redonner du lustre à cette appellation, le premier cru "Les Saint-Georges". Il a toutes les qualités nécessaires pour figurer dans le gotha des vins de Bourgogne. Un futur grand cru? Certains, du côté de Nuits, l'espèrent. Il a donné son nom à la ville de Nuits, il est reconnu par tous les spécialistes comme un potentiel grand cru. Et pourtant le climat "les Saint-Georges" est resté sur l'avant dernière marche du podium. Une association a même été créée pour réparer cet oubli de l'histoire. Grégory Gouges et Thibault Ligier-Belair, tous deux propriétaires de vignes sur ce premier cru, sont sur le dossier. Ce terroir est situé sur la partie sud de l'appellation, secteur réputé pour produire les vins les plus "solides" de Nuits, mais les Saint-Georges doit son supplément de grâce au raffinement de ses tannins, ils donnent un vin soyeux, suave, tout en ne perdant rien de sa puissance. Pourquoi alors n'a-t-il pas été couronné au moment de la création des appellations en 1936 ? Plusieurs hypothèses ont été avancées. La plus courante concerne l'action d'Henri Gouges, important propriétaire de vignes sur ce climat et Maire de Nuits. L'homme est aussi resté dans l'histoire de la Bourgogne comme l'un des artisans les plus zélés de la création des appellations d'origine contrôlées. Pour éviter d'être accusé de favoriser ses intérêts par le biais de son action syndicale, il aurait "oublié" de promouvoir Les Saint-Georges. St Georges, le chevalier de Nuits, s'est remis en selle, pour repartir terrasser le dragon…

Carte_Nuits_St_Georges.png