MimiFifiGlouglou6.jpgCe coup de fouet salutaire a été un électrochoc, un traumatisme "Psyko-logique" pour moi, physique, pour mon invité après que je lui ai, en fiction, coulé 2 litres de métal en fusion dans le gosier, histoire de lui montrer ma légère réprobation, et seulement après que je lui ai grattouillé les tibias avec un tire-bouchon rouillé. Si tu t'attaques à mon Chambertin préféré, je me transforme en un soldat zélé et désinhibé, un commando tchétchène à moi tout seul. Cette frustration a surtout décuplé ma motivation à recruter une fine équipe, pour éviter la solitude de fond du dégustateur solitaire, j'étais convaincu que la pratique de la dégustation devait être un sport collectif, j’ai vérifié, ce n’était pas interdit dans le règlement! La dégustation, c’est comme le football, tout le monde peut y jouer. Comme au foot, il y a les défenseurs, souvent du Bordelais, les milieux récupérateurs, qui repartent souvent avec les fonds de bouteilles, les organisateurs et les attaquants qui crachent plus vite que leur ombre sur tout ce qui n'est pas dans la norme. Il y a même des championnats de dégustation. Le but du jeu est de juger et de reconnaître un vin, c'est un exercice sensoriel et intellectuel, un va et vient entre encéphale droit et cerveau gauche, un numéro d’équilibriste entre analyse et plaisir... Un exercice qui, surtout, rend humble. Nous sommes tous des Mimi, des Fifi et des Glouglou. Comme dans la BD des trois aminches du pif, nous avons le gosier constamment sur le qui-vive, pour tâter du Chardonnay, du Chenin, du Riesling, du Merlot, du Pinot noir, de la Syrah, voire un cépage improbable, nous sommes tous capables de nous fourvoyer, d’en sortir des trop vertes et des mal bouchonnées quand il s’agit de faire le beau devant une belle quille. Les trois baltringues du zinc, je les connais, je les fréquente et, surtout, j'en suis un. Nous avons connu tous les clichés, les polémiques sur les odeurs animales, le petit côté "sous-bois plutôt fraise, ou plutôt humus" avant de s'accorder sur "fraise des bois-humus" ou "si tu préfères, mousse de fraises". Qui n'a pas lancé à la cantonade, "quel beau Riesling, ça sent le schiste de chez nous" avant de s'apercevoir, penaud, que l'on goûte un Chenin de Loire? Qui n'a pas craché son fiel sur une bouteille un peu mystérieuse avant de constater que les autres se pignolaient de plaisir sur une magnifique belle étrangère? Qui n'a pas encensé un Sauvignon Croate vinifié par un ingénieur chimiste de "Total pétrochimie"? Dans l'univers piège des dégustations à l'aveugle, nous nous faisons souvent prendre au collet, nous sommes imbattables dans le plantage comme dans le superlatif. Nous faisons tous des cauchemars de lapidation avec des "cailloux argilo-calcaires" ordonnée par un ayatollah du sans-soufre. Nous ne sommes jamais, et parfois même Jamet, à court de liquidités douteuses. Nous ne pensons qu'à déguster, parfois en oubliant de prendre du plaisir, le vin est une passion, avec ses abus de … langage. Heureusement, pour déguster, aucun prérequis n’est requis. Déguster une belle bouteille fait partie des plaisirs les plus exquis de l'existence, sans oublier que le vin est fait pour être bu, pour nous saouler de bons mots et d’amitiés, sans sulfites et sans pesticides. A la tienne, Etienne, et une petite poire de Cazottes à la fin.

Montlouis Triple Zéro La Taille aux LoupsTaille_aux_loups.jpg

Jacky Blot a beaucoup fait pour la renommée de Montlouis et Vouvray, les jeunes loups de la région lui doivent beaucoup. Triple Zéro, c'est un chenin blanc effervescent, c'est zéro chaptalisation, zéro liqueur de tirage et zéro sucre dans la liqueur d’expédition. C'est un nez envoutant de pomme cuite, d'agrumes, de fruit jaune et d'herbes fraiches. La bouche est élégante, tendue, très fraiche, la bulle est discrète. On ressent une très belle acidité, une maturité poussée et un côté salin en finale. 14.09 Très bien

Champagne Les Rachais 2006 Brut Nature Francis Boulard

Les Rachais nous offrent un nez complexe et élégant, sur des notes de paille, d'agrume, de pain grillé, de miel, de guimauve et de pâtisserie. La bouche est vineuse, fraiche et vive. C'est aérien, très minéral, de la dentelle avec des bulles fines et une très longue finale florale. 16.59 Excellent

Moselle PG Les Tendres Becs 2009 Château de Vaux

Beau nez de litchi, de fleurs blanches, de poire, d'épice et d'acacia. La bouche possède une belle trame sucrée, une acidité un peu basse et une petite finale sur des notes florales. 14.45 Très bien

Alsace Riesling VT Muenchberg 2000 Domaine OstertagOstertag_Muenchberg.jpg

Superbe robe ambrée et dorée. Le nez est explosif, impressionnant, sur des arômes terpène, d'orange amère, de coing, d'épices, d'anis, de fleurs blanches, de truffe et surtout de très belles notes de roche, une véritable décoction de caillou. La bouche est dans la même veine, puissante, légèrement sucrée, c'est un VT qui avance masqué, l'acidité balance la matière onctueuse, l'équilibre est parfait, la finale sapide et interminable. J'ai adoré. 16.86 Excellent

Autriche Riesling Hochain Smaragd 2006 Franz Hirtzberger

Le nez est fin et intense, sur des notes de pamplemousse, de fleurs, de citron confit et de fines notes pétrolées. La bouche est fine, élancée, c'est pur et minéral avec une belle finale amandée. Un beau Riesling tendu et élégant. 15.64 Très bien

Autriche Riesling Singerriedel Smaragd 2006 Franz Hirtzberger 3195C974.jpg

Le nez est causant, puissant, aromatique, sur des notes de pêche, de poire, d'abricot, de mandarine, d'épices, de miel, de fleurs et quelques notes pétrolées. La bouche est mûre, ronde, pure, précise et pierreuse, une minéralité qui, associée à une belle ligne acide, participe à l'équilibre général et fait résonner chaque lampée de ce beau et puissant Riesling, assez proche des grands terroirs Alsaciens et aux antipodes des Riesling de Mosel. 16.36 Excellent

MimiFifiGlouglou11.JPGTous les Soiffards pointent à l'heure pile, sauf Pascal, retenu à la campagne… municipale, le doc qui fait des heures sup pour payer ses vins Bio et JeanDa, peu coutumier du fait, qui a dû s'arrêter plusieurs fois en route, rapport à une turista aussi tenace qui fluctuante. Le pauvre, il passera la quasi-totalité de la soirée à errer entre la table et les toilettes, qui de mémoire de toilette, n'avait jamais vu une déferlante pareille. Au sortir de la salle du trône, Il avait l'air de regarder au fond de lui-même pour voir s'il y était, et son drame, s'était qu'il n'y était pas, c'est le drame des turistas, personne à l'intérieur, tout dans les gogues, plus rien dans la tête, c'est la dégoulinante infernale, le pot au noir, la diarrhée du diable, la dysenterie mal centrée, bref, la scoumoune d'un soir de dégustation. Et l'JeanDa, même avec des vents contraires, c'est le Rubens du tastepif, le Léonard du litron, la Picasso de l'apéro... Mais là, il fait pitié, il fait contre mauvaise fortune bon cœur, il se retient, il nous conchie avec sa frimousse de scrofuleux brûlé au troisième degré par l'explosion d'une latrine. A ce stade, on ne fait plus aucune différence notoire entre sa gueule et les selles d'un colon rongé par une dysenterie amibienne. On dirait un glaviot de tubar dans un mouchoir de baptiste, il a la mine de celui qui a chié sur une ligne à haute tension avec la satisfaction de celui qui, pour la première fois, a fait des étincelles avec son cul. Les bulles auraient pu l'aider, mais il n'était pas encore là. Pourtant, ça commençait bien, un Céviche de St Jacques et avocat cuit au citron vert, pour conjurer la turista, même le vin de Moselle a été apprécié, c'est dire nos bonnes dispositions, le Riesling d'Ostertag , même VT, était désaltérant, comme les deux belles Autrichiennes, preuve que l'Autriche n'est pas seulement un pays réputé pour le charme de ses valses et l’humour de ses habitants, en effet, quoi de plus drôle qu’un jodler tyrolien en train de commander un Apfelstrudel à la terrasse d’un café d’Innsbruck?

Chassagne-Montrachet Les Ruchottes 1999 Domaine Ramonetramonet_Ruchottes.jpg

Nez puissant, de noisette, de miel, de fumée, de poire, de caramel et de menthe. La bouche est superbe, les mêmes arômes que le nez, la crème brulée en plus, un petit côté oxydatif, une belle ligne acide, une matière riche et tendue et une finale sur les fleurs blanches. Un beau Chassagne. 17.00 Excellent

Corton-Charlemagne 2005 Domaine Nudant

Un nez puissant et épicé ouvre le bal, des notes d'amande, de miel, de poire mûre et d'épices dansent dans le verre. La bouche est grasse, légèrement beurrée, serrée sur une matière puissante. Très longue persistance. A ce stade, le vin semble sur la retenu, il lui faudra certainement encore quelques années de cave pour se libérer.16.25 Excellent

Corton 2001 Chandon de BriaillesChandonBriailles_Corton.png

Nez expressif, toasté, de miel, d'amande, de noisette, de brioche, de fleurs blanches et de fruit jaune. La bouche est ample, grasse, avec un bel équilibre entre acidité et matière, l'élevage est un peu trop présent, vanille et noisette terminent ce Corton encore bien jeune. 16.32 Excellent

Puligny-Montrachet 2008 Remoissenet Père & Fils

Un nez qui se livre en douceur, tout en mesure, fleurs blanches, poire, pêche, mirabelle avec une petite touche de noisette et une grande pureté aromatique. La bouche est précise, tendue, beau volume, acidité maitrisé, longueur intéressante, tout y est! Un Puligny pour les amateurs de beau Chardonnay pas ostentatoire. 16.41 Excellent

Vaucluse Grande Trilogie 2008 GuffensBlanc-100x80-GDE-TRILOGIE-2008.jpg

Assemblage de Chardonnay (40%), Roussanne (40%) et Viognier (20%). Un nez de pêche de vigne, de fruits blancs, de fenouil et de fleurs blanches. La bouche est ronde, l'acidité bien présente, la matière ample, sur des notes de craie et de fruits mûrs qui enrobent la finale. Un vin intéressant, même si je suis moyennement convaincu par l'assemblage Chardonnay-Roussanne. 15.05 Très bien

Coteaux du Loir "Les Druillas" 2005 La Grapperie

100% Chenin, 24 mois d'élevage. Un nez expressif, un peu sur l'oxydatif, la pomme, mais sans excès, des fruits blancs, de l'abricot sec, des notes de fleurs de montagne et de la pierre sèche qui, déjà, trahissent la belle minéralité. Ça se confirme en bouche, c'est puissant, demi-sec, un peu sur l'alcool (14°), mais c'est franc, complexe, pur et avec une admirable minéralité qui enrobe une étonnante matière. Qui a jeté un caillou dans ce vin? Un gout de roche, jusque-là enfoui dans le terroir, qui refait surface et ponctue la finale sapide. 15.85 Très bien

VDT Genèse blanc Les Jardins Esmeraldine (99) Xavier Caillardesmeraldins.jpg

Le nez est puissant, précis, floral, sur des notes oxydatives, l'acacia, le citron confit, le coing, le pamplemousse et le miel. La bouche est étonnante, vive, l'acidité tend le vin comme un arc mais la très grosse matière équilibre parfaitement l'ensemble. La bouche possède une énorme mâche, c'est d'une rondeur sensuelle avec une pointe minérale iodée et une belle persistance. 15.39 Très bien

MimiFifiGlouglou10.jpgPour redevenir sérieux, rien de moins que de repartir sur un vieux Chassagne de Ramonet, ça remet de suite les choses en place, sauf pour le JeanDa, qui sprinte jusqu'aux WC en se tenant le calfouette avec les dents et en maudissant Montezuma et toute sa descendance. Vous l'avez compris, les déboires de notre petit frisé sur la sellette, seront le fil rouge de la soirée, enfin plutôt brun, le fil. Il ne verra que de très loin, entre deux cordons de perles, les deux Cortons, le Puligny à peine entamé de l'apéro de Christian, le Guffens du Vaucluse et les deux beaux vins de Loire qui accompagnent parfaitement un Curry de crevettes. Deux Loire puissants au nez, fin en bouche et aux notes exotiques parfaites pour les épices indiennes. C'est du fond de son repaire, la première porte à droite au fond du couloir, que Jeanda nous explique que la turista n'est que la conséquence courante du changement d'alimentation qui permet d'avoir du liquide à l'étranger, et ça tombe bien, le cuisine de ce soir est étrangère, surtout pour lui.

VDT Rosé Parisy Château des Tours

Un robe de Poulsard tirant sur la grenadine, un nez original, un peu vin blanc sudiste, fleurs blanches, orange amère, gentiane, génépi avec une touche de ronce, de rafle et de fraise. La bouche est fraiche, épicée, désaltérante, avec toujours ses notes médicinales. Un rosé à mille lieux des standards, mais pouvait-il en être autrement avec le surprenant Emmanuel Reynaud? 15.32 Très bien

Vin de France l'Adroit 2011 Viti Vini VinciVitiViniVinci.jpg

Un nez gourmand, très fruité, fruits noirs et rouges, bois brulé, épices avec une pointe de balsamique. En bouche, l'acidité est faible, la matière fine, en ressent une légère minéralité, une grande buvabilité, c'est mûr et léger en alcool avec une finale acidulée. 14.14 Très bien

Côt à Côt 2011 Noëlla Morantin

Là aussi, tout est sur l'étiquette, 100% Côt, un nez légèrement réduit, puis des notes de fruits rouges, de cerise noire, avec aussi de fines notes de réglisse, de rose et de cannelle. La matière est forte, c'est charpenté mais on croque le fruit, c'est gourmand et équilibré avec une belle finale tendue. 14.55 Très bien

MimiFifiGlouglou7.jpgIl faut beaucoup de conviction pour se passer du nom Bourgogne sur les étiquettes de ses bouteilles et le remplacer par "Vin de France", l'équivalent de "Vin de table", synonyme de moindre qualité. Pourquoi un vigneron se passerait d’une AOC comme Bourgogne? Nicolas Vauthier, propriétaire de Vini Viti Vinci à Avallon, en plein cœur de la Sologne, explique que les pontes pontifiant de l'AOC trouvaient ses vins impropres à la consommation, au prétexte qu’ils affichaient une différence de goût qui pourrait rebuter le consommateur. Qui peut prétendre savoir quel goût le consommateur attend? Après tout, les vrais amateurs de vins sauvent, que la vérité du vin est dans la bouteille, pas sur l'étiquette, surtout si ses étiquettes sont rigolotes. Notre Doc, nous fait un cours magistral sur les vins Bio, il est Adroit et il a la Côt pour nous convaincre que le Bio soigne tous les maux, sauf la Turista, désolé Jeanda… Même le superbe rosé d'Emmanuel Reynaud ne pourra rien pour toi. Heureusement, la vie est bien faite, personne n'a envie, si je puis dire d'aller chez Walter Closet, pourtant, se serait chouette de tambouriner à la porte des chiottes et d'entendre la voix bêlante de Jeanda susurrer "Occupé". J'ai tellement de peine que je suis à deux doigts de lui glisser son verre sous la porte, il doit avoir soif, il doit être déshydraté, v'là une heure qu'il se morfond au fond du trou.

Nuits ST Georges Aux Perdrix 1999 Domaine des Perdrixnuits-perdrix.jpg

Un nez terreux, lardé, cerise noire, cassis, ronce, réglisse, poivre et fleurs capiteuses complètent le bouquet. En bouche, c'est puissant, serré sur une matière encore tannique, des arômes de tabac et de réglisse trahissent l'élevage encore présent, c'est très minéral, graphité jusqu'à la très longue finale. Un Nuits encore très jeune, déjà superbe et pour longtemps. 16.32 Excellent

Corton Bressandes 2001 Chandon de Briailles

Un nez très floral avec également des notes de cerise kirschée, de sous-bois, de cannelle, de jus de viande et de framboise. La bouche est moyenne, même un peu maigre, épicée, avec des tanins polis, une belle acidité et une finale d’une longueur remarquable. Un Corton épanoui mais qui manque un peu de corps. 16.18 Excellent

Beaune Les Chouacheux 2005 Philippe Pacalet

Robe légèrement trouble, le nez est ouvert et intense, sur les fruits rouges, la griotte, la rose, la groseille et les épices, en particulier le clou de girofle. La bouche est précise, c'est gourmand, facile à boire, rond, les tannins sont soyeux, fins. La finale est salivante et très longue, sur des arômes de fruits rouges. 16.91 Excellent

Echezeaux 2002 David Dubandduband_Echezeaux.jpeg

Un nez de rêve, floral et épicé, rose fanée, violette, cannelle, cacao, noyau de fruit, cèdre, cerise et cassis forment un bouquet magnifique. En bouche, une belle matière à la texture fine et veloutée, des tannins aériens, une acidité maitrisée, une touche de chocolat amer pour compléter une finale déjà incroyable de persistance. La race des grands terroirs. J'adore. 17.50 excellent

Burlenberg 2004 Domaine Deiss

Avec le Burlenberg de JM Deiss, c'est un peu comme le poker, c'est tout ou rien. Toujours ses insistantes notes très animales qui gâchent les premiers nez, derrière, des fruits rouges, de la fleur assez exubérante, de la fumée et du graphite. En bouche, c'est volcanique, fumé avec des tannins fermes et un peu secs, mais aussi des notes de choux plutôt désagréables. Faire tapis ne ramasse pas toujours la mise. 15.80 Très bien

Margaux Bel Air Marquis d'Aligre 1990 BAMA.jpg

Une robe un peu tuilée, des notes de fruits rouge, de raisins secs, de pruneau, de réglisse et d'œillet, mais aussi quelques notes chimiques, acériques assez déplaisantes. La bouche est mentholée, fine, les tannins sont soyeux, c'est frais et long, mais aussi évolué, l'âge rattrape la vieille dame. 16.32 Excellent

MimiFifiGlouglou8.jpgBon j'arrête de faire chier JeanDa, il s'en charge déjà bien tout seul. Si je continue sur cette voie sans issue, j'aurais maille à partir avec lui, bien énervé, il peut être pire qu'un adjudant de gendarmerie en pleine dysenterie qui se ramone la boyasse dans les wouatères, mais son intestin est plus fort que sa rogne, c'est une calamité dans son falzar, il évacue plus qu'il n'ingurgite, il n'est pas tiré du merdier dans lequel il se trouve, il n'est pas prêt de sortir des tinettes qu'il a annexé comme on annexe l'Autriche et la Pologne, sans préavis. Les Bourgogne se feront sans lui, et c'est bien dommage, un Beau Nuit à Georges, 99 est décidément une grande année, le Corton de Chandon de Briailles est moins convainquant en rouge, le Beaune de Pacalet tient parfaitement son rang et l'Echezeaux fait, une fois de plus, la preuve que la race d'un grand terroir fait toujours la différence. Le Burlenberg de JM Deiss, est fidèle à son image, trop animal pour certains, minéral et original pour d'autres, un vin clivant, à l'image du vigneron. On termine la soirée par un Marquis d'Aligre, un peu sur la pente descendante, voir la vieillesse arrivée, ça fait chier… Désolé Jeanda!

Cornas Les Reynards 2000 Thierry Allemand

Quand la Syrah et le granit fusionnent pour notre plus grand plaisir, cela donne une robe rouge grenat, des arômes fins et discrets, qui s’ouvrent par strates successives, sur de subtiles notes de fruits noirs, de lard fumé, de cuir, de poivre et de menthe. La bouche, ciselée comme un diamant, fait perdurer le plaisir, texture onctueuse, tannins de soie, équilibre remarquable, longueur fantastique, une splendeur qui traversera encore une décennie, ou plus. 17.20 Excellent

Gigondas Valbelle 2004 Château St Cosmesaint-cosme-gigondas-valbelle.jpg

Un nez de pruneau, de confiture de fraise, de cassis, de cerise kirschée, de vanille et de chêne. La bouche est pleine, riche et concentrée, les tannins sont un peu sauvages et la longueur intéressante. 17.06 Excellent

Chateauneuf du Pape 1986 Clos St Jean

Bouchonné

Baux de Provence Clos Milan 2003

80% Grenache, 20% Syrah. 2003 a été l’année de tous les excès. Après un débourrement précoce et une élévation de la température exceptionnelle, 40° de moyenne pendant 5 mois, pour la première fois, le domaine a dû prévoir une vendange fin août. Le nez du Clos Milan est reconnaissable entre tous, par son ombrageuse finesse, la présence d’arômes de cerise, de pruneau, de mûre, de réglisse, d'olive noire, de graphite, d’eucalyptus, de garrigue et un subtil boisé-vanillé. La bouche est sauvage, charnue, concentrée et élégante. Les tannins sont délicats et présents. La trame est franche et d’une fraîcheur surprenante et la longueur est superbe de finesse et de minéralité. 17.25 Excellent

Portugal Tinto 2007 Brites Aguilar britesAguilar.JPG

A l'image de ce Tinto de Brites Aguilar, les vins portugais ont fait d'énorme progrès. Le nez de cet assemblage de Touriga National, Touriga Franca et Tinta Roriz est puissant, sur des notes de fruits noirs, de cassis, de ciste, de garrigue, de mine de crayon et de pruneau cuit. La bouche est énorme, pas encore civilisée, les tannins sont marqués par leur jeunesse, l'acidité est prédominante et la longueur infernale. 16.86 Excellent

Bolgheri Sassicaia 2005 Tenuta San Guido

85% Cabernet Sauvignon, 15% Cabernet Franc. En Italie, 2005 n'est pas comme en France, une grande année de vin, mais, sans être extraordinaire, cette Sassicaia démontre la race de son terroir. Un nez subtil, élégant, de fruit de bois, d'épices, de thym, de truffe, de pain grillé et de cèdre. La bouche est juteuse, ample, pleine, ronde avec des tannins souple, polis et discret, une belle ligne acide et une longueur remarquable. Un superbe Toscan! 18.00 Grand vin

MimiFifiGlouglou1.jpgOn (re)commence par une petite perle, un Cornas de Thierry Allemand! Je suis un fan absolu de ce grand vigneron et je ne suis pas le seul. Il maîtrise parfaitement ses Syrah granitiques, il y apporte un supplément d'âme et de fraicheur, un peu comme Henri Milan dans ses Baux de Provence, son Clos Milan, plus sauvage certes, est dans la même veine. Le Châteauneuf du Clos St Jean étant irrémédiablement bouchonné, on se rabat sur une portugaise plutôt bien faite, charpentée, puissante, voire couillue, mais sympathique, même s'il elle manquait de finesse. La finesse, c'est dans une autre sudiste qu'on la trouvera, une belle Toscane à la peau tanné par le soleil. Remarquable de finesse et de classe. Le sud, pour accompagner un Couscous royal! Sur son trône, Jeanda a apprécié, mais il n'a pas pu faire la promotion de son Gigondas, un belle Valbelle qui aurait mérité qu'il se casse le cul un minimum, mais il était trop occupé à dire "OCCUPE".

Chignin Bergeron Baobab 2008 Domaine Magnin

Un Chignin Bergeron moelleux, récolté en surmaturité avec un degré potentiel de 17° et qui garde 28gr de sucres résiduels. Un nez d'abricot sec, de miel de fleur, de raisins secs, de balsamique blanc et de nougat au caramel. La bouche est ample, la liqueur est fraiche, c'est gourmand et long. Ne fait pas l'unanimité, mais moi, j'aime bien. 14.88 Très bien

Monbazillac Vendanges de Brumaire 2002 Château La Robertiela-robertie-blanc-monbazillac.png

Belles notes de fruits exotiques, de mangue, d'ananas, mais aussi de l'orange amère, de l'abricot, du miel et des fruits secs. La bouche est fraiche, aucune lourdeur, ça tapisse la bouche en long, en large et en travers et l'acidité nettoie ce qui dépasse. Un Monbazillac de concours. 16.86 Excellent

Macvin rouge Château d'Arlay

Le Macvin Rouge du Château d’Arlay est un vin de liqueur élaboré par un assemblage d'1/3 de Vieux Marc élevé 4 ans en fûts, provenant de la cave du Château, et de 2/3 de jus de Pinot Noir non fermenté issu de vignes. Un nez de griotte, de cacao, de marmelade et de girofle. Une bouche évidemment un peu sur l'alcool, mais fraiche et tendue jusqu'à la belle finale. 15.88 Très bien

couv_MimiFifiGlouglou.jpgOn se termine par 3 sucrettes, un petit Baobab savoyard, pas de quoi se crêper le Chignin, mais sympa, un excellent Monbazillac et un Macvin rouge du Château d'Arlay qui accompagnera parfaitement un pain perdu au Caramel beurre salé à la truffe. A l'instar de mon ami Kant, j’en appelle là à la raison pure, que je ne saurais critiquer cette fois, pour une soirée foutraque, çà s'est plutôt bien passé, une petite bouchonnée, pas une merde, enfin pas une merde à boire, car en ces temps de chiasserie où les merdeuses recrudescentent, il faut se méfier des demi-lunes mexicaines avec des grosses têtes d’ours couperosées de près. C'est pile à ce moment que notre ami Jeanda est sorti de sa salle à mélasse, on aurait dit un ornithorynque psychotique à tendance sodomite prêt à vous faire des bisettes dans le cou, des lucioles des ses yeux de chevreuil malade, il a dit :"on boit quoi ce soir?" On lui a répondu sèchement: "Fait pas chier, on est occupé!"

tab_01-14.jpg

graph_01-14.jpg