UUn temps à ne pas mettre une grenouille dehors, un temps où on entend les champignons pousser, le crapaud crapauter, le badaud crapahuter et, au détour d'une petite marche forestière, une halte gourmande à l'Etable Gourmande, une table et une étable qui porte très bien son nom, une affaire de famille, parfaite pour 3 épicuriens en balade, trempés comme une soupe de potiron, mais en moins rond. Un restaurant méconnu à l'ambiance bucolique, à quelques kilomètres de Sarrebourg, du Dabo et du Plan Incliné, sur la Route du Donon et des Cristalleries et de la faïencerie de Niderviller. Les Mutschler sont des autodidactes passionnés, Nathalie est picarde et assure le service avec talent, Pierre-Eric est strasbourgeois, créatif et chasseur. Après un passage dans le ciment, il a choisi de remplacer le plâtre par la farine pour se muer en aubergiste passionné. Sa cuisine est gourmande, raffinée, une cuisine du terroir, gastronomique et savoureuse qui mériterait certainement une petite étoile, mais qui préfère se la jouer champêtre et abordable. Il fait se rejoindre l'esprit local et de beaux produits, d'ici et d'ailleurs, en particulier des viandes et des charcuteries d'Auvergne, de grande qualité. Le pain, certaines charcuteries, le Foie Gras, les chocolats et bien d’autres choses sont fabriqués dans la cuisine par une chef soucieux de son indépendance. Ici, la cuisine, l'étable, le lieu, tout est Maison, convivial, chaleureux, tout le contraire du restaurant bobo, ex-bobo, néobobo, branchée, hispter, hotel-restaurant-l-etable-gourmande-plaine-de-walsch-1372862616.jpghype, cool où on tente de te faire passer des panais panés, de la betterave-burger ou de la glace de panais avec de la chantilly aux radis pour la 8è merveille du monde, en oubliant que nous sommes tous des hommes des cavernes, viandards et un tantinet machos. A une époque lointaine où on n’avait pas encore tellement inventé la montre et le calendrier, on divisait l’année en deux périodes, la période de la chasse, où il valait mieux ne pas être un mammouth si tu voulais couler des jours heureux, et la période de pas la chasse, où l’homme des cavernes restait dans sa caverne, regardait tomber la pluie et peignait des conneries sur les murs en mangeant du mammouth séché. Les présentatrices météo n'existaient pas encore, la météo non plus d'ailleurs, si bien que tu ne sais donc absolument pas combien de temps tout ça aller durer, mais la dernière fois ça avait été un peu long, quand jeanlruchrrr, un Ermite âgé, avait voulu re-re-re-raconter la blague des deux basilosaurus gays, ça a mal tourné, à cette époque, ça ce finissait souvent dans le sang, les larmes et le gourdin. Sacré jeanlruchrrr, lui qui avait toujours fermement milité contre le cannibalisme, qui aurait dit qu’il serait aussi pénible en ragoût?

Rully blanc Les Pucelles 2010 Jacquesson

Beau nez de fruit blanc, de pamplemousse, de tilleul avec une côté pierreux qui apporte un peu de complexité. La bouche est vive, grasse, ample avec beaucoup de fraicheur et une belle longueur. Bien+

Vosne-Romanée 2009 Arnoux-Lachaux

Un nez élégant et épicé, floral avec de la cerise noire et une touche de vanille. La bouche est ronde, droite, avec de beaux tannins veloutés, un fruit très mûr et une belle persistance.


adresse.png