Chorey-les-Beaune

Une belle entrée en matière, un vin fin, simple et simplement bien fait, aux notes de framboise, de cerise, d'épices, un boisé qui ne cache aps le fruit et le respecte.

Beaune 1er cru Clos du RoyTollot-beaut2.JPG

Un vin plus dense, plus chocolat, sur les fruits noirs et les épices, un peu confits! La bouche est également plus dense, plus concentrée, mais la texture est belle et la finale élégante.

Beaune 1er cru Grèves

Le climat des Grèves est situé au cœur du coteau de Beaune, il surplombe le terrain de Rugby et contemple souvent les batailles épiques de la mêlée beaunoise. Une cuvée exceptionnellement (pour le domaine) non éraflée. Un bouquet de fruits rouges, de cannelle et de ronce. Une belle texture de soie habille un cœur plus dense, plus charnus, bouqueté, mais l'ensemble reste croquants et précis.

Aloxe-Corton Village

Un beau nez de fruits noirs, de grillé et de framboise écrasée. En bouche, on est loin des Pinots village un peu rude, les tannins sont souples, la matière généreuse et la longueur largement suffisante. Un joli village qui assure beaucoup de plaisir.

Aloxe-Corton 1er cru Vercotstollot-beaut3.jpg

A la sortie Sud du village d’Aloxe-Corton, Vercots est une enclave classée 1er cru, entourée d’appellations village. Une parcelle plantée en 1928, arrachée pour moitié en 2002, et replantée en 2003. Son sol d’argiles compactes sur une roche diaclasée très dure, peu profonde, donne des vins de garde aux tanins puissants et serrés. Un vin de caractère, sur des belles notes de griottes avec un fond minéral et une belle et fraiche persistance.

Aloxe-Corton 1er cru les Fournières

Un nez grillé, corsé, intense, fruits noirs, cerise et une touche de cuir. La bouche est riche, puissante, un rien sauvage mais très agréable, qui s'installe doucement mais finit intense, sur un beau fruité et une grande fraicheur.

Corton grand cru Bressandes

Joli nez, très floral, violette, rose, framboise, griotte et épices douces. En bouche, il y a de la matière, c'est riche et aérien, minéral, un vin avec beaucoup de race, de profondeur, un peu austère en l'état, mais le résultat sera à la hauteur de l'attente.

Corton-Charlemagne grand cru

Le seul blanc gouté, mais quel blanc, évidemment pas prêt, encore un peu fermentaire, des arômes discrets, de fruit blanc, de fleurs blanches, de fruit à noyau. Une bouche généreuse, un boisé présent, sans excès, des promesses, beaucoup de promesses, qu'il sera facile de tenir.

Fin de la dégustation au fût, sans fausse note, un domaine à recommander vivement, dans toutes les appellations produites, mais il faudra compter sur les bons cavistes pour se procurer les vins du domaine, à moins d'avoir des amis avisés. La preuve par Tollot-Beaut qu'il est possible d'allier la race de grands terroirs, la profondeur, la densité, la complexité sans être excessivement boisé, extrait, bodybuildé.

Domaine Tollot Beaut et Fils SARL
Rue Alexandre Tollot, 21200 Chorey-les-Beaune
Tél : 03.80.22.16.54

germain1.jpgJe l'ai déjà dit, écrit, redit, réécrit et je le redirais encore, Jean-François Germain, du Domaine Henri Germain fait partie des grands de Meursault! Un domaine méconnu qui mériterait un éclairage médiatique bien plus grand. Pour quelles raisons? Petite production, une exportation d'une bonne partie de celle-ci, la timidité, la réserve de Jean-François Germain? Un domaine et des hommes, Jean-François et son Père Henri, qui se sont fait tous seul, de 1973 à nos jours. Une dizaine d'hectares, ¾ de blancs, situé sur Meursault, Chassagne-Montrachet et Beaune. Un travail, classique, consciencieux, une philosophie simple, axée sur un travail méthodique dans les vignes et une grande liberté aux vins, à la nature, aux différents terroirs, dans la cave. Des raisins récoltés quand ils sont mûrs, jamais trop mûrs, une fermentation longue, peu d'intervention et des élevages dosés et longs, 18 à 24 mois avec ¼ de fûts neufs. Le résultat, des vins sincères, purs, profond, des cuvée qui respectent les différents terroirs avec une impressionnantes capacité à bien vieillir. C'est parti pour un tour d'horizon du millésime 2013, une année périlleuse, encore une, une année où la météo aura été capricieuse et parfois brutale, les choix auront été difficile, et comme souvent, le bon sens aura prévalu et se souvenir du conseil des anciens, rentrer des raisins mûrs et sains est l'unique moyen de réussir pleinement son vin. 2013 fera des vins de caractère. C'est une certitude.

Meursault Village

Nez classique de Meursault, intense, sur le tilleul et les agrumes confit, bouche riche, du gras, de la tension, belle entrée en matière, on sent le souci de couper des raisins mûrs.

Meursault Chevalière (pas encore soutiré)

Très floral, beaucoup de fraicheur, quelques arômes fermentaire. Une bouche tenue, un peu stricte, fine avec un joli gras.

Meursault Limozin (soutiré et légèrement soufré)germain2.jpg

Des notes de grillé (souffre?), de tilleul, de fruits blancs et d'agrumes. Une boche dynamique, pointue, minérale avec une belle acidité qui tient la finale.

Chassagne-Montrachet Morgeot

On sent de suite le caractère de Chassagne, plus opulent, très aromatique, de la fleur, des fruits confit, du gras, un peu de bois, de la rondeur en bouche.

Meursault Poruzot

Une nouveauté au domaine, un nez de poire et de citron, un peu de pamplemousse et de verveine et surtout, empreint d'une forte minéralité que l'on retrouve en bouche, sur une belle et grasse matière, tendue par une belle acidité.

Meursault Charmes (pas encore soutiré)germain4.png

Un nez un peu pétard, poudre à canon, silex grillé, noisette, puis des notes d'agrumes, de fleur de vigne et d'herbes fraiches. En bouche, c'est ample, généreux, pas encore complètement en place, mais cela viendra.

Meursault Perrières

Un nez résolument floral, avec des accents de feuille morte et du citron vert sur la fin. Une bouche tendue, intense, minérale, qui s'installe doucement et qui se développe longuement. Un vin raffiné qui tracera sa route.

Bourgogne rouge

"Un vin de centre-ville" Jean-François s'amuse de ce petit-clos qui jouxte le chai. Un petit rouge sans prétention qui pourrait bien en avoir. De belles notes de cerise griotte, de groseille, quelques épices et une bouche plaisante, des tannins polis et une petite finale chocolatée.

Chassagne-Montrachet

Un nez un peu fumé, grillé, quelques notes de cerise, de framboise et de réglisse. Une bouche plus dense que le Bourgogne précédent, plus de structure, d'élevage, moins de plaisir immédiat, mais quelques années de garde, l'assagiront.

Meursault Clos des Mouches

Exquises notes de cerise, de framboise, d'épices avec un léger grillé. Le jus est comme ses parfums, délicieux, pur, fin mais avec une matière bien présente, une texture satinée et douce. Assurément, un vin fait par celui qui aime en boire.

Beaune Bressandes

Toujours ces belles notes de cerise et d'épices réunis dans un bouquet de fleurs. La bouche est acidulée, généreuse, de beaux tannins encore serrés, de la fraicheur et une belle finale épicée.

Chassagne-Montrachet Morgeots 2004

En guise de conclusion, une bouteille d'une année pas considérée comme extraordinaire mais qui démontre le potentiel des vins du domaine. Un nez un peu grillé, foxé, fumé au départ, après un peu d'aération, le nez s'installe sur des notes de poire bien mûre, de miel, de guimauve, d'anis, de fenouil et de fleurs sauvages. Il faudra deux ou trois verres (qui ne se refusent pas) pour que le vin se mette en place. Du gras beurré, en filigrane, une belle trame minérale, de la tension qui électrise les papilles et prolonge la longue finale. Excellent

Domaine Henri Germain et Fils
4, Rue des Forges, 21190 Meursault
Tél : 03.80.21.22.04

germain3.jpgLa conclusion de cette dégustation est une évidence, toujours la même, des vins sincère, profond, construit pour durer. Des notions de terroirs très marquées, des effets millésimes indéniables. Les Meursault sont des modèles, ceux qui ont fait la réputation du village par leur pureté, leur complexité, leur capacité à bien vieillir et leur caractère inimitable. Les rouges, dont on parle trop peu, sont également des modèles, archétype du vin rouge de Beaune, fruité, peu marqué par l'élevage, délicat et facile à boire. Bref, une journée magique, un voyage initiatique, des vins, des hommes, des vignerons honnêtes au sens le plus noble du terme qui mérite un respect indéfectible, à une époque où nombre de bêtes à concours sont vantées à travers le monde. Retour à la maison, 3h30 de route pour expliquer à Rage que le vrai mythe bourguignon, c'est la gougère. Tout bourguignon respectable se doit de connaître la recette d'une bonne gougère, généralement transmise par sa mère. Ce même bourguignon est généralement extrêmement déçu de constater que seuls les bourguignons connaissent les gougères et que lorsqu'ils font l'effort de décrire ce que c'est, ils entendent toujours la même ineptie: "ah oui, ce sont des chouquettes quoi". Retour à la maison à 0h03, parfois, 3mn de retard ne se rattrapent jamais, du coup, on a mangé des bolognaises avec 3 mn de retard et ce texte a été un peu bâclé…

Lire la partie 1