carte_Meursault.jpgAu nord, ce sont les rouges qui s’affirment avec, notamment, les Volnay Santenots et les Blagny, des parcelles qui se situent dans le prolongement du vignoble de Volnay, des vins fins et élégants, géologiquement expliqué, d'Aloxe-Corton au nord de Meursault, les terrains offrent, aux Chardonnay ou au Pinot Noir, des marnes du jurassique. Au sud du village, les vins jouent sur des registres très différents. Calcaire caverneux dolomité, marnes rouges très coquillères, les Tillets, les Casse-Tête, en l'Ormeau, Sous la Velle ou sous la Barre donnent des vins plus tendus, avec de délicates notes épicées. Les meilleurs vins du finage, classés en premier cru, sont issus de climats orientés au levant, en haut de pente, sur des sols minces, au contact de couches calcaires épaisses. C'est la "belle Côte", ils se nomment, Perrières, Charmes, Genevrières ou Goutte-d’or. La pente est sensible en haut pour devenir plus douce ensuite et descendre assez bas avec des sols de plus en plus limoneux et de plus en plus profonds. Cette richesse de terroirs se décline dans des vins gras, opulents, beurrés, généreux et riches mais toujours tendus, jouant parfois sur la minéralité, avec un rapport optimal entre matière et finesse. Ici, le terroir est essentiel, il a façonné et sculpté les vins de Meursault, mais le vigneron est également indispensable pour choyer, tailler, traiter naturellement, faire respirer le sol et le sous-sol, vendanger en vert, éclaircir, puis prendre des risques en attendant la vraie bonne maturité réclame tout autant de savoir-faire que grande compétence ou encore courage, et passion. Le grand vigneron doit savoir s'effacer au profit d'un jus admirable de distinction, sans user de l'artifice des fûts qui étouffent un vin qui ne demande qu'à respirer, finalement, juste à vivre. Elaborer un grand vin c’est avant tout accepter de passer sa vie dans les vignes, dans les chais, il faut accompagner le vin en douceur, juste accompagner. C'est le prix de l'excellence, et ce prix à un prix, qu'il faut savoir accepter. Tous ces éléments font de Meursault une appellation incontournable pour l’amateur de vins blancs. "Après les vrais Montrachet, je ne connais aucun vin blanc plus exquis", écrivait, en 1855, le Docteur Lavalle dans son Histoire de la vigne et des vins de Côte-d’Or. Avoir en main, un verre de grand Meursault, reste un moment privilégié, que l’on se doit de partager avec ses amis. Camus, le nihiliste, a écrit: Dieu nie le monde, et moi je nie Dieu ! Vive rien, puisque c’est la seule chose qui existe ! On voit qu'il ne connaissait pas Meursault aussi bien que ça…. L'existentialisme épicurien, c'est un autre monde, un monde où il est facile de trouver une bonne excuse pour déguster des vins de Meursault et mêmes quelques belles étrangères…

Bourgogne Aligoté 2011 Arnaud EnteEnte_Aligote.jpg

D'abord discret, le nez s'ouvre sur de pures et fines notes d'agrume, de chèvrefeuille, de noisette fraiche avec un fond minéral et fumé. La bouche est ample et précise avec une belle tension qui allonge la finale. Un Aligoté tout en précision, issu d’une vieille vigne sur Meursault, qui pourrait bien faire quelques dommages collatéraux s'il était placé au milieu de bon Meursault. Très bien

Meursault "Sous la Velle" 2011 Domaine Boisson-Vadotboissonmeursault.jpg

Un nez précis et élégant, citron confit, mirabelle et herbes fraiches pour le bouquet, mais surtout de superbes notes minérales, de craie, de grillé et de pierre à fusil. Une bouche à la fois riche et aérienne, ciselée, sur le fruit et le minéral, affuté, tendue, remarquablement fraiche avec une longue finale mentholée. Excellent

Meursault 1er cru "Gouttes d'Or" 2011 Pierre-Yves Colin-Moreycolin-morey_goutets_d_or.jpg

Un nez fumé, sur des accents d'agrumes confit, de crème pâtissière, d'amandes fraiches et de tilleul. La bouche est grasse, riche, puissante, légèrement grillé. L'acidité est plus faible que dans les deux vins précédents, c'est moins précis avec une finale longue et aromatique. (PS: le lendemain, le vin se goutait beaucoup mieux, plus précis, largement meilleur…) Très bien

Meursault 1er cru "Perrières" 2011 Germain & Filsgermain_Perriere.png

Une robe plus jaune que les précédentes, un nez avec de fines notes de miel, de fruit jaune, de chèvrefeuille et un peu de réglisse. La bouche est grasse, riche, tendue avec une finale minérale mais aussi un peu sur l'alcool. Très bien

Pouilly-Fuissé "Le Haut des Croux" 2011 Guffens-Heynen

Ce Pouilly-Fuissé est issu du haut des parcelles "Les Croux" et "Les Petits Croux". Le nez de ce Pouilly est expressif, complexe, un peu pâtissier (mille-feuille), beurré, une touche de miel de fleur, des fruits exotiques, des épices, de la poire et du tilleul. La matière est ample, c'est gras, parfaitement équilibré par l'acidité avec une belle finale en finesse. Très bien+

Meursault 2011 Arnaud Ente

Un nez qui respire la classe, Meurisaltien jusqu'au bout des effluves de tilleul, de chèvrefeuille, de citron confit, de poire bien mûre et d'ananas épicé. Une bouche tendue vers un objectif de plaisir, un élevage en douceur, fondu, une matière ample et aérienne, un équilibre impeccable, une tension qui ne faiblit jamais, jusqu'à l'énorme finale iodée. Excellent

Meursault 2011 Coche-Durycoche_dury_meursault.jpg

Un premier nez intense, d'une grande pureté, la trilogie parfaite, du fruit, citron, poire, ananas, du végétal discret avec du tilleul, de l'anis et de la fleur blanche et un minéral imposant, cette pierre de Meursault qui transparait. On peut même ajouter une petite touche vanillée et grillé. Une bouche précise, chirurgicale, impressionnante pour un "simple Meursault", à la fois aérienne, vive, tendue, mais avec une rondeur surprenante, de la tendresse, à la fois pointue et arrondie, le paradoxe Coche. Quel équilibre, quelle longueur, quelle buvabilité, on y revient naturellement. Un Village d'un niveau exemplaire. Excellent

Pouilly-Fuissé VV "Les Carrons" 2011 Domaine Robert-Denogentrobert-denogent.lescarrons.n_v.resized.jpg

De vieilles vignes de 82 ans, situées sur l'un des meilleurs terroirs de Pouilly, sur un mélange d'argile et de cailloux, naturellement bien drainé, et surtout superbement exposé. Un nez qui Meursaulte, c'est gras, élégant, sur le tilleul, les agrumes, les fruits blancs. La bouche possède beaucoup de finesse alliée à une matière relativement riche. Le vin est en place, équilibré, tendu et long. Un beau Pouilly, qui a souffert de passer après un grand Coche, mais qui s'en sort honorablement et qui surtout, qui se goûtait parfaitement bien le lendemain. Très bien

Beaune 1er cru 1971 Poulet Père & Fils

Robe très évoluée, nez évoluée et racinaire, sur des note de rose fanée, d'œillet, de lierre, de sous-bois, de cuir et de groseille. En bouche, les tannins sont éthérés, l'acidité faible et la finale amère. Un vin qui a un peu, même pas mal, dépassé son apogée. Bien

Pessac-Léognan La Passion Haut Brion 1971passion_haut-brion.jpg

Au sein du vignoble de Haut-Brion, existait une rareté, un irréductible clos de 1,5 hectare, enclavé dans Haut-brion et faisant face à la Mission, un jardin privé au cœur d'Haut-Brion, un clos qui produisait son propre vin sous le nom de "La Passion Haut-Brion". Un nom bien choisi tant il a déchaîné les passions! 60% de Cabernet franc et le reste de cabernet sauvignon, mais après avoir résisté, le clos de "La Passion Haut-Brion" a été racheté par son illustre voisin en 1978 et intégré au géant de Pessac. Les passions ont repris en 2006 lorsque la famille Allary décida de reprendre le contrôle de son vignoble. Après de nombreux rebondissements judiciaires et le décès de Michel Allary, en 2010, le Clos a été vendu au Prince Robert du Luxembourg, propriétaire des Domaines Clarence Dillon. La Passion Haut-Brion ne sera donc plus commercialisée sous son nom et les passions se sont éteintes. Le nez de ce 1971 est tertiaire, profond, sur des notes de rose, de café, de truffe, de sous-bois et des réminiscences de cassis et d'épices douces. Une bouche soyeuse et veloutée, une matière encore présente, des tannins de taffetas, une fine acidité et une persistance magique. Un vin singulier, méconnu, rare et passionnant. L'énigme de Haut-Brion, où quand un Haut-Brion peut en cacher un autre… Grand vin

Le Pinot Noir d'Alain Brumont 2010brumont_pn.jpg

Au nez, ça passe encore, un peu de groseille, du cassis, de la cerise noire, une touche de rose, du thym et déjà un boisé pas très discret. En bouche, c'est la confirmation, un élevage bodybuildé qui fait ressortir les notes de tabac et de café, des tannins un peu lourds, une amertume importante, un équilibre sur l'alcool. Mais où est passé la finesse du pinot noir? Impossible de placer ce vin en Bourgogne. Je n'ai pas aimé ce vin et encore moins l'absence de modestie sur la contre étiquette "…Parmi les grands Pinot Noir du Monde" avec un grand M comme BRUMONT… Je me Tyre ailleurs.

Châteauneuf du Pape Le Clos St Jean 1986

Quelques notes réductives puis des arômes de groseille, de mûre, de cerise noire, de figue, de sous-bois, de cuir et de tabac blond. La bouche est fraiche, avec un très léger sucre, des tannins souples, une belle matière encore vive et une finale un peu sur l'alcool. Très bien

McLaren Vale Cabernet-Sauvignon 2006 Shirvingtonshirvington_cab.jpeg

Une robe noire opaque, un nez complexe sur des parfums de cassis, de figue, de mûre, d'eucalyptus, de bois fumé, de vanille, d'épices, de thym et de viande grillée. En bouche, grosse matière concentrée, impression minérale, de graphite, beaucoup de fruit, aucune fatigue et une longue persistance sur les épices. Très bien

Barossa Valley Old Vine Grenache 2007 Kalleske Wines

Nez intense, explosif, beaucoup de fruit, mûre, myrtille, cerise, figue, mais aussi une pointe de caramel, d'eucalyptus, de réglisse, de pruneau et de pain d'épice. La bouche prolonge cette impression de corbeille de fruit, de beaux tannins, denses et souples, une matière forte mais qui ne manque pas de fraicheur (relative), c'est riche et agréable avec une longue finale. Excellent

Barossa Valley "The Moonlight Run" 2004 Massenamassena_cork.jpg

Une robe sombre, impénétrable, un nez concentré sur des notes de mûre, de cannelle, de poivre noir, de figue, de réglisse et de violette avec, après quelques minutes, des notes de prune et de menthe. La bouche est riche, concentrée, crémeuse, les tannins sont presque intégrés, l'alcool pas trop présent et la finale est longue, fraiche et fruitée. Très bien

St Joseph Sainte Epine 2009 Hervé Souhautsouhaut_sainteEpine.jpg

Au milieu de cette série de belles Australiennes, le St Joseph d'Hervé Souhaut aura du mal à se faire une petite place au soleil. Un nez retenu, moins intense que les précédentes, cassis, violette, viande crue et épices. Une bouche minérale, tendue, une belle matière dense avec des tannins encore fougueux. La finale est fraiche avec toujours cette impression minérale du début. Très bien

Barossa Valley "The Relic" 2007 Standish Winesstandish-the-relic-shiraz-viognier.jpg

Un assemblage de 95% de Shiraz et 5% de Viognier. Un nez profond, fin sur des accents de myrtille, de poivre, de jus de viande, de mûre, de cannelle, de goudron et d'olive noire. La bouche est ample, généreuse, pas lourde, même graphitée, minérale, très Côte-Rôtie très jeune, les tannins sont fondue, l'acidité présente (le vin est servi frais) et la finale longue avec une petite sucrosité terminale. Une Australienne, loin, très loin des clichés et des caricatures, reprocher la puissance, les arômes typiques des Syrah de la Barossa, leur finale sur le sucre et l'alcool, c'est un peu comme si on reprochait au boudin aux pommes son côté sucré et fruité. Les vins d'Australie sont un appel du pied à la cuisine d'ailleurs, comme ce Relic avec un ananas rôti, poivré, avec une touche de caramel beurre salé au truffe, une invitation au voyage gastronomique. Excellent

Pour les fans de Camus, un extrait de l'étranger, lu par lui


meursault.jpg