dan_standish.jpgOK, je suis un bloggeur mondialement connu, je tiens un blog, jusque-là c'est normal d’un sens, un blogueur ne va pas tenir une boucherie sauf si le blogueur est boucher, c’est ma vie, je fais ce que je veux, même boucher, d'ailleurs, j'aime beaucoup les knacki Herta et la Morteau, mais c'est pas vraiment le sujet du jour, mais Dan Standish à ma table, fallait que j'assure. Bref. J’ai donc relevé le défi australien! Il aime la Bourgogne me dit l'Australopat, ça tombe bien, moi aussi, j'adore les escargots, les grenouilles, le Meursault et le Chablis pour les blancs, toute la côte de nuits pour les rouges, et je vénère le jambon persillé et l'époisses. Si je faisais 40 cm de moins, j'aurai pu passer pour un Bourguignon. Couteaux au beurre d'ail, escargots au Roquefort, jambonnette de grenouille à la purée d'ail et jus de persil, l'entrée va être sévère, c'est va trembler du jarret. Côte de bœuf pour suivre et lui rappeler le pays, fromage et poire au vin pour finir, des fois que le vin manque. A ce stade de l'histoire, je dois bien reconnaitre que l'Australien, zen comme un vache sacrée, il n'a pas bronché une seconde. Il s'est aiguisé l'appétit sur les couteaux, il s'est enfilé les baveux comme si c'était des fraise Tagada avec l'air du type qui se régale et il a fait sauter les grenouilles sur ses genoux. Après cette dose d'ail à faire trépasser tous les vampires de Transylvanie, le Dan, il devisait tranquillement avec Jda, du terroir de Chablis, de la finesse des Meursault, avec l'haleine d'un ragondin et la conviction d'un sympathisant socialiste. Dan Standish ou la coolitude "made in Ozie", en 99, Dan a abandonné la biochimie pour la chimie du vin. Il est passé par la Rioja, chez Torbeck dans la Barossa, avant de voler de ses propres ailes. Un mini vignoble, des rendements minuscules et un talent majuscule. Un terroir de sable, une approche non-interventionniste, des pressurages très doux et jamais d'acidification. Des vins ample, puissant mais jamais lourd. Des vins à son image, cool et sympathique…

Peu de notes, j'ai profité de la soirée et re-goûté quelques vins le lendemain. Apéritif, Drappier sans soufre déjà commenté, un millésimé 2008 du même domaine, plus sur la noisette, mais moins vif, un Schlossberg 2008 d'Albert Mann excellent. Autres vin non notés, un Meursault-Charmes De JF Germain, très ample mais qui manquait un peu de peps, un Meursault "les grands charrons" 2011 de Bernard Boisson-Vadot très bon.

Domaine Trimbach Riesling Clos Ste Hune 2005ste_hune_2005.png

Un nez fin et précis, envoûtant, sur la verveine, le zeste d'orange, le pamplemousse, l'aubépine et un très léger pétrole. La bouche est serrée, saline, très minérale, tendue, la matière est ample, bel équilibre et longue finale. Un vin un rien austère qui est encore très loin de son apogée. Très bien

Domaine Jean-Paul & Benoit Droin Chablis GC Grenouille 2006

Un nez de poire, de pêche blanche, d'amande et d'acacia. La bouche est vive, marquée par un peu de bois, belle matière et belle persistance. Très bien

Albert Grivault Meursault Clos des Perrières 2008grivault_meursault_clos_perrieres.jpg

Un nez intense, aromatique, des notes grillées, de noisette, de poire bien mûre, de menthe, d'épices et d'herbe fraiche. La bouche est ample, beaucoup de matière, de densité, de l'élevage aussi, mais beaucoup de tension, d'équilibre et de persistance avec une belle finale mentholée. Excellent

Domaine de Bongran Quintaine "Cuvée Levrouté" 1999

Beau nez de pomelos, de fleurs blanches, de tilleul, de poire, de mangue, de miel, de sureau, d'acacia et de truffe blanche. La bouche est gourmande, ronde, vive, les quelques grammes de sucre sont largement équilibrés par une belle acidité, un vin qui a de l'énergie, de la profondeur, une belle complexité aromatique et une longueur remarquable. Excellent

Alphonse Mellot Sancerre Génération XIX 2002alphonse-mellot-generation-XIX-rouge-2008-etiquette2.jpg

Le nez s'exprime sur de fines notes de fruits rouges, de prune, de cerise, d'épices, quelques notes de sous-bois et d'humus, avec une minéralité très présente. En bouche, presque aucune trace de bois, c'est dense, gourmand, soyeux, un fruit velouté, une belle fraicheur et une longue finale sur la cannelle. Excellent

Domaine Vaccelli AOC Ajaccio Granit 2012vaccelli-granit-rouge--ajaccio.png

95% de Sciaccarellu et de 5% Niellucciu. Un nez intense, sur les fruits noirs, la cerise, les épices et la figue. La bouche est élégante, ample mais avec beaucoup de buvabilité, c'est soyeux, gourmand et doté une jolie longueur. Très bien

Domaine Arlaud Bonnes-Mares 2007arlaud_BM.jpg

Superbe nez, incroyablement complexe, ronce, framboise, cerise, pivoine, rose, cannelle, réglisse et terre humide. La bouche est raffinée, de magnifiques tannins tout en douceur, une matière aérienne et envoûtante, de la profondeur, de la rondeur et surtout de la longueur, une finale impressionnante de fraicheur et d'intensité. Grand vin.

Domaine Jean-Jacques Confuron Romanée St Vivant 2007confuron_RSV.jpg

Belles et intenses notes de framboise, de cerise noire, de menthe, de réglisse et d'épices douces. La bouche est concentrée, charnue, intense, les tannins sont présents et discrets, l'équilibre est superbe et la persistance grande et majestueuse. Trop jeune mais terriblement bon. Excellent

Domaine Valette "Le Clos de Monsieur Noly" 2002

Une robe légèrement or cuivré, un nez captivant, oxydatif, mais bourré d'épices, d'amande grillée, d'orange amère, de pomme au four, de noix fraiche et de miel d’acacia. La bouche est énorme, un monstre de puissance retenue, c'est complexe, frais, séduisant, et même envoutant. On ne se lasse pas de cette fraicheur, de ses arômes très particuliers et de cette longue finale qui ne s'arrête jamais. Enchanté M.Noly, très heureux de vous croiser une fois de plus. Grand vin.

Domaine Macle Château Chalon 2006

Un Château-Chalon hyper typé, un peu sur la retenue, noix fraiche, curry, cardamone, fruits secs, fruit blanc. Une bouche sur la puissance, pas complétement fondue, mais ample, bien équilibrée et ave une longueur remarquable. Très bien

On se termine par une bouteille amenée par Dan Standish, une bouteille vierge de toute étiquette, contre-étiquette, juste un petit coq, pas de nom, pas de millésime, pas vendue, pas à vendre, de vieilles vignes de grenache, 158 ans, des raisins proposées par un voisin et que Dan Standish a vinifié, à sa façon. Un seul fût, un mystère, pour le plaisir et pour offrir…

standish_grenache_centenaire.JPGUn nez, à la fois floral, violette, eucalyptus, menthe, à la fois sur le fruit la cerise, la mûre, c'est profond, vertical, un rien terreux, viandé et surtout captivant. En bouche, ce qui surprend, c'est la fraicheur acidulé de la cerise, une gourmandise qui se développe doucement et qui tapisse le palais, des tannins serrés mais agréable, une densité aérienne, une gentillesse à l'image du vigneron et une grande et incroyable finale entre la ronce et la cerise. "Putain de Grenache, putain de bordel à cul de pute borgne"…. J’ai toujours rêvé de terminer un article en écrivant ça.

Une petite vidéo de Dan Standih qui présente son domaine...