CON11_109HR_LABEL_DP_F_TTBLe Deep, c'était un band de carriériste avec un chanteur qui n'avait pas fini de muer, un bassiste qui devait en fait bosser dans une baraque à frites, mais qui a remplacé son cousin malade et un guitariste qui a réussi à faire se retourner, plus d'une fois, Hendrix dans sa tombe. Il y a bien deux ou trois pistes nippones, ni mauvaise d'ailleurs, mais à la sono désastreuse, pour le reste, c'est la version latrine du rock. Je crois bien que je préfère passer une soirée à écouter la Compagnie Créole et faire la chenille qui redémarre que d'entendre Blackmore et sa bande de tâcheron. Je dois avouer que je peux difficilement écouter The Gypsy sans voler une poule ou Burn sans avoir l'irrépressible envie de m'immoler. Le seul morceau écoutable, c'est Lazy, normal pour une bande de fainéants, qui aujourd'hui, après avoir changé 7 fois les membres du groupes, sortent poussivement un album tous les trois ans pour partir en tournée exploiter leur répertoire historique, et, à 67 ans, engrosser la seule groupie qui leur restait. Dans la série des concours de chercheurs qui cherchent à ne rien foutre, des profs d'université ont démontré que la musique avait une incidence sur la perception du vin. Je savais que l'étiquette, la couleur, la bouteille, le verre, l'environnement et la compagnie (créole) influait sur le goût, mais pour ce qui concerne l'ambiance musicale, deep2.jpgDeep Purple vient de le confirmer. Smoke on the Water ferait passer un Raveneau pour une Syrah australienne, un Montrachet pour une pissette alors que qu'un bon Lambchop ferait de Cistes 98 une mièvrerie de pucelles. Fallait voir notre Rage, béat d'admiration, écoutant Child in time, l'œil absent, niais, humide de l'éjaculateur précoce qui vient de se lâcher, chargé comme une caravane de gitan, il savourait le vide musical avec délectation. On ne lui en veut pas, c'était son aniv, il avait même le droit de passer du Céline Dion s'il le désirait, mais rater un filet de bœuf basse température, ça c'est criminel! Moralité, trop de verres, nuit au violon…

Champagne Selosse Les CarrellesSelosse_Carrelles.jpg

Dégorgement avril 2014. Une robe légèrement ambrée, une bulle très fines, un nez de noisette, d'herbe fraiche, de brioche, de craie, de pomme au four et d'agrumes et quelques notes oxydatives. Une attaque vive, intense, de la fraicheur, c'est droit, charpenté, superbement construit. Petit bémol, la persistance n'est pas vraiment au rendez-vous, pour le reste, c'est un superbe Champagne. Excellent

Zind Humbrecht Riesling Brand 2011

Un nez un peu sur la réserve, peu variétal, sur la fleur blanches, le miel, la mirabelle et les épices. La bouche est austère, monastique, très minérale, puissante, quasi sèche avec une énorme longueur. Un vin de garde. Très bien

Domaine Raveneau Chablis village 2008Raveneau_Chablis.jpg

De petites notes fromagères, réduites, pour débuter, puis de la réglisse, du tilleul, du miel, du citron confit, de la craie et de la poire. La bouche est magique, remarquable d'équilibre, une densité aérienne, une ligne acide parfaitement tirée, une finale iodée, saline et une persistance bluffante pour un village. Superbe

Domaine de la Peyre Rose Oro 1996

Le bouquet est très original, complexe, herbe de montagne, gentiane, miel, noix, réglisse, pomme au four et pain d'épices. Une bouche ample, grosse matière et une acidité qui peine à étirer l'ensemble. Longue finale sur des notes oxydatives. Un style très particulier, mais pas sans charme. Très bien

Domaine Leflaive Puligny-Montrachet Les Pucelles 2006

Belle robe jaune doré, un nez de poire, de pêche, de mirabelle, de miel de fleurs et d'anis. La bouche est puissante, intense, ronde, ample, on croit percevoir un très léger sucre, c'est très droit avec une grande acidité et une logue finale serrée. Très bien

Domaine Drouhin Montrachet Marquis de Laguiche 1998montrachet-marquis-de-laguiche-grand-cru-joseph-drouhin-2011.jpg

Le nez s'ouvre sur de superbes notes d'amande grillée, de poire bien mûre, de miel, de réglisse, de truffe blanche, d'épices et de noisette. La bouche est d'une grande pureté minérale, à la fois ample, puissante, tapissant le palais, mais aussi angélique, délié, droite, dotée d'une énorme ligne acide, d'une harmonie magistrale et d'une finale lumineuse, sur la noisette. Grand vin.

Elio Altare Dolceto d'Alba 2012

Le nez s'ouvre de belles notes florales, de rose et de violette, de cerise, d'épices, de bonbon acidulé et de ronce. La bouche est vineuse, énergique, très fruitée, des tannins souples et une belle finale acidulée. Un vin sans chichis mais pas sans charme. Bien+

Coche-Dury Auxey-Duresses 2008coche_auxey-duresses.jpg

On commence par la fin, cet Auxey est la parfaite définition d'un petit village trop peu connu mais diablement bon. Un nez qui charme immédiatement, sur la groseille, la framboise, le noyau de cerise, la ronce et la menthe. Une bouche croquante, des tannins presque imperceptibles, du velouté, de la gentillesse, une acidité un peu marquée et une belle finale fraiche et fruitée. Un vin simplement bien fait, pas d'une complexité folle, pas d'une longueur renversante, l'antithèse du vin taiseux, mais le Pinot tel que j'aime le boire, facile, tranquille. Excellent

Robert Michel Cornas Cuvée des Coteaux 1999 Michel_Coteau.jpg

Superbe nez, élégant, complexe, floral, sur des notes de cerise noire, d'épices, de fumée, de groseille, de menthe fraiche, d'eucalyptus, de ronce et d'orange sanguine. On retrouve le côté fumé, viandé en bouche, c'est gourmand, délicieux, très frais, un peu d'élevage encore, des tannins soyeux, une grande pureté, une jolie acidité et une très longue finale graphitée. Excellent

Domaine Rousseau Charmes-Chambertin 2008Charmes-Chambertin-Grand-Cru-2009-Domaine-Armand-Rousseau.jpg

Déjà, à la vue de la robe, on présent le meilleur, une robe éthérée qui pourrait laisser penser qu'on a à faire à un vin dilué, mais que nenni ma jolie, on croit reconnaitre une vieille amie. Un coup de nez, ça se confirme, ce vin a du Charmes, beaucoup de Charmes et des arômes qu'on a déjà croisés du côté d'un resto de Beaune. Une corbeille de fruits rouges, de la mûre, de la pivoine et de la rose pour le bouquet, de la cannelle, un paquet d'épices où émerge un clou de girofle pour fermer le couvercle. Un vin ensorceleur qui invente de nouvelles fragrances au fur et à mesure de la dégustation. La bouche est surprenante, pas de couleur, mais que de bonheur, la richesse et la complexité aromatique sont étonnantes. C'est d'une buvabilité extraordinaire, le vin coule dans mon gosier comme de l'eau de source, un oasis de fraicheur. Personne ne quitte son verre des yeux, du nez et de la bouche. On apprécie la texture, les tannins, l'acidité, la longue finale mentholée, la symphonie achevée des arômes, en un mot, le "Charmes" de Rousseau, le devin du village. Ce Charmes n’est que Charmes, même pas Chambertin, mais il tutoie la perfection. Grand vin

"Le flux et reflux de cette eau, son bruit continu mais renflé par intervalles frappant sans relâche mon oreille et mes yeux, suppléaient aux mouvements internes que la rêverie éteignait en moi et suffisaient pour me faire sentir avec plaisir mon existence sans prendre la peine de penser". Les Rêveries du promeneur solitaire. JJ Rousseau

Ermitage pic de loup Guilhem Gaucelm 2005ermite_du_pic.jpg

Un premier nez pas très engageant, vernis, ventre de lièvre (j'ai noté), champignon, puis des notes d'épices, de garrigue, de menthe et un peu de fruit sur la fin. En bouche, c'est ample, les tannins sont encore jeunes, l'acidité marquée et la finale, un peu chaude, sur la viande des grisons et le chocolat. Un vin qui me laisse perplexe, peu de fruit, de la richesse, mais une buvabilité moyenne. Bien+

Domaine de la Peyre Rose Le Clos des Cistes 1998domaine-peyre-rose-clos-de-cistes.jpg

Une robe encore très jeune, pas de trace d'évolution, un nez de pruneau, de cassis, d'olive noire, de garrigue, de menthe fumée et de tabac blond. Comme le nez, la bouche est d'une jeunesse surprenante, encore un peu de bois, de la richesse, beaucoup de tannins, de la fraicheur et une longue finale. Quelle jeunesse. Très bien

Henri Bonneau Châteauneuf du Pape Réserve des Célestins 2004

Un nez sur la réserve (normal pour un célestin), pas très loquace, fruits noirs, rose, cerise noire, kirch, épices et herbes aromatiques. La bouche est sèveuse, beau volume, tannins souples et denses, belle acidité et grande finale très fraiche. Le maître de cérémonie est déçu, pas nous. Très bien

Domaine Ernest Burn Muscat Goldert 2006

Nez d'abricot, de mangue, de miel, de thé vert, de menthe et d'agrumes. La bouche est fraiche et suave, légèrement grillée avec de beaux amers sur la finale. Très bien

Sauternes Château Yquem 1999yquem2.jpg

Beau nez rôti, d'abricot, de pêche, de verveine, d'ananas, de mangue, de cire d'abeille et de miel. La bouche n'est pas très ample, la matière est plutôt assez fine, pas mal de sucre, une belle acidité qui équilibre l'ensemble et une belle finale sur les fruits exotiques. Pas le plus grand Yquem, mais un beau vin qui ponctue un grand repas. Très bien

Mon petit cadeau d'anniversaire, de la musique, de la vraie… -:)