nationale-7-mep.inddA peine 15km de fait, et le GPS perd son latin, tu entres dans Choufflette sur l'oignon, à droite, c'est Philotte les Grospoils, à gauche, tu files sur Porphyse-sous-Choufflottes via la RD241. Tu tentes de déchiffre la carte maculée de café et de beurre rance, pas de bol, il ne manque que le secteur dans lequel tu te trouves. Tu prends à gauche, on roule comme on vote, tu te retrouves derrière un camion long comme un jour sans vin qui suit un tracteur aussi rapide qu'un escargot unijambiste. Tu slalomes spécial, tu dodelines du clignotant, tu insulte le camion, le tracteur et tous les escargots de la terre, tu arrives dans la riante bourgade de Chiroubles sur Larusse, tu interviewes un indigène pour savoir comment rattraper l'autoroute, tu fais semblant de comprendre son patois local et tu traces tout droit pour quitter ce patelin de dégénérés. Il te faut 55mn pour faire les 20 bornes qui te séparent de la bande de bitume promise. 15mn pour avaler un sandwich aussi mou qu'une méduse et un soda aussi frais qu'un poisson pané et tu files vers le sud. 20mn plus tard, la cata, le bouchon que le bison pas futé n'avait pas prévu. Le problème avec les automobiles, vacance1.jpgc'est comme l'enfer, c'est les autres! C'est là que le bas de laine blesse, le problème sur les routes, c'est qu'il y a d’autres gens qui conduisent d’autres automobiles. Et des fois dans d’autres directions. C'est aussi là que le bas de résille blesse, parfois grièvement. Pour te gâcher tes vacances, pour t'énerver, certains utilisent d’habiles subterfuges. Ils sont prêts à rouler à 90 quand c’est limité à 90, même sur de longues lignes droites, à freiner juste avant le panneau, à rester sur la file de gauche alors que cela fait 20km que tu es couché sur le klaxon et le doigt d'honneur en évidence, certains sont même prêts à provoquer d’hilarantes collisions frontales pour bloquer complétement la route. Putain d'automobiliste! Bon, tu me diras, tu pouvais prendre le train ou l'avion. Oui, mais ils sont tous les deux en grève… Putain de grévistes!

Crémant d'Alsace Mittnacht Frèresmittnacht.jpg

Un nez assez agréable, sur le citron, la vanille, la poire, la fleur blanche, le nougat et un peu de brioche fraiche. Une bouche plus simple, discrète, assez droite, peu aromatique et courte avec une amertume sur la finale. 13.33 Bien

Crémant d'Alsace Dirler-Cadé

Un nez marqué par une forte réduction, des odeurs d'étable, de choux gâchent la dégustation. La bouche est à peine plus avenante, simple et courte. 11.75 (Très) Moyen

Dirler-Cadé Riesling Belzbrunnen 2011

Un nez citronné, minéral, des notes pétrolées, du nougat, un peu de lierre et de fleurs. La bouche est tendue, nette, droite, belle matière et une finale minérale et fraiche. 14.56 Très bien

Trimbach Riesling Cuvée Fréderic Emile 2000Frederic_emile_2000.jpg

Un nez profond, complexe, sur des notes d'agrumes confits, de fruits secs, d'épices douces, de naphte et de pierre sèches. La bouche est élégante et racée, c'est fin, aromatique et d'une belle persistance. 15.66 Très bien

Domaine Macle Côte du Jura 2010

Une robe légèrement teintée. Un nez robuste, sur un oxydatif bien maitrisé, de la noix, de la pomme, des agrumes, des fruits secs, de la noisette et surtout, de magnifiques notes d'épices indiennes. La bouche possède du volume, de la mâche, de l'intensité, de la fraicheur, ça tapisse, sans fatiguer, belle buvabilité et superbe finale sur de beaux amers. Un simple "Côte du Jura", pas simple et à ce prix-là, c'est que du bonheur. 15.25 Très bien

Bénédicte et Stéphane Tissot La Tour de Curon Le Clos 2010tissot-arbois-le-clos-de-la-tour-de-curon.jpg

Superbe nez de fleurs blanches, de citron confit, de tilleul, de chèvrefeuille, de pain grillé, d'acacia et de silex. L'attaque est intense, la matière est forte, une ligne acide traverse le vin et allonge une belle finale puissante et élancée. Jeune et très prometteur. 17.00 Excellent

Château de Viviers Chablis 1er Cru 2011

Un nez de noisette grillée, de fumée, de croûte de fromage, de livèche et de pierre sèche. La bouche est vive, très tendue, l'élevage très présent, la matière est moyenne, l'acidité haute et la finale fraiche. 14.67 Très bien

Boisson-Vadot Meursault Chevalières 2013Meursault_Chevalieres_Boisson_Vadot.jpg

Un nez de citron confit, d'épices, de noisette grillé, de chèvrefeuille, de tilleul, d'amande et de buis. La bouche est élégante, salivante, vive, tendue, l'élevage présent, sans excès, fondu, c'est d'une grande finesse et la finale est sapide, minérale et longue. Un gros Village. 16.58 Excellent

embouteillage.jpgComme on n'est pas là pour être ailleurs, pas là pour calculer, spéculer, graticuler ou gesticuler, encore moins pour se faire acculer ou émasculer, on ne va pas reculer devant la tâche, même si ce n'est pas un monopole. On débute cette route des vins par deux Crémant d'Alsace qui ne vont pas nous laisser un souvenir impérissable, surtout le Dirler-Cadé, plus porté sur l'étable ou le choux que sur le fruit. Heureusement, il y a le Belzbrunnen pour relever le gant de la salade mixe Alsacienne, à la hauteur d'un presque toujours très bon Fréderic Emile. On traverse l'Alsace pour atteindre le Jura. Macle et Tissot, deux références, un Côte du Jura, un simple Savagnin, mais un grand vigneron et un "Clos de la Tour de Curon", issu d'un magnifique terroir d’éboulis calcaire, le chardonnay plonge ici profondément dans le sol pour délivrer une pureté qui perpétue le patrimoine magique jurassien. Les deux ont parfaitement accompagné les filets d'Omble Chevalier à la sauce au Comté. En route, il est préconisé de s'arrêter toute les quatre bouteilles pour manger et se détendre le gosier. Une cassolette d'escargot de Bourgogne sauce Roquefort, c'est idéal pour oublier les bouchons, surtout si les gastéropodes à caravane sont accompagnés d'un beau Chablis tendu et d'un Meursault, Chevalières, jeune et salivant.

Roy-Jaquelin Pommard 1er cru Les Rugiens 2009Pommard_Les_Rugiens_Roy_Jaquelin.jpg

Un premier nez un peu réduit, puis de la groseille, de la framboise, de la cerise, de la ronce et de la cannelle. La bouche est ample, sérieuse, étoffée, grosse acidité et pas mal d'amertume sur la finale, dommage. 14.92 Très bien

Prieuré-Roch Nuits "1" 2009

Beau nez de cerise, de prune, de groseille, de ronce, de terre humide et d'herbes fraiches. La bouche est étoffée, l'élevage discret, les tannins, durs à l'ouverture, se sont assagis, c'est rond, fruité et doté d'une belle fraicheur qui accompagne la finale. 16.00 Excellent

AF Gros Vosnes-Romanée Clos de la Fontaine 2001

Petite réduction, puis des notes de cerise, de réglisse, de moka, de terre et de ronce. Petite accroche à l'attaque, c'est ample, les tannins sont ronds, l'elevage assez présent et la finale tendue. 15.08 Très bien

Yvon Métras Moulin à vent 2012Yvon_Metras_Moulin_a_vent.jpg

Une robe trouble, un très beau nez de fraise des bois, de cerise, de violette, de bonbon et de racine. La bouche est croquante, fine, légère, fraiche et intense, c'est gourmand, d'une extrême buvabilité, empreint de minéralité et d'une longueur remarquable. Un jus de terroir, un vin et un vigneron qui flirte avec les limité (volatile), mais quelle réussite. J'aime. 15.75 Très bien

Domaine Desjourneys Moulin à Vent "Michelons" 2010

Un nez sur l'élevage, moka, chocolat, caramel, la violette et le cassis. Comme le nez, la bouche est marquée par le bois, grosse matière, tannins serrés et belle finale réglissée. Encore trop sur l'élevage, devrait se fondre. 15.33 Très bien

bouchon.jpgArrivé en terre promise, la Bourgogne et ses rouges inimitables, inégalables, incomparables. Pommard, Nuits, Vosnes, on chante les louanges du vin de Bourgogne… Il faut bien avouer, après une enquête approfondie et sérieuse sur la route des Grands Crus et sur un échantillon de une personne, moi, que ça se boit bien, j’en profite donc pour relancer un vieux débat ouvert en 1694 par Guy-Crescent Fagon sur la supériorité des vins de Bourgogne. Cela dit, sur un petit casse-croûte de rosette de Lyon, le Beaujolais s'impose. Métras, tu m'en mettras une caisse, une caisse de gourmandise, un jus de terroir qui domine un Michelons encore engoncé dans son élevage. On est à peine à la moitié du parcours, le vieil Ermite répète, toute les cinq minutes, "j’ai faim ! On est bientôt arrivés ? J’ai envie de pipi…" Faut dire qu'il est traumatisé depuis qu'il a été abandonné par ses parents, un jeudi, à 10 ans, sur une aire d’autoroute. Il a vécu seul durant 30 ans, il dormait le jour et chassait la nuit. Avec ses longs cheveux et son odeur de vieux bouc, Il faisait déjà vieux et peur aux touristes de passage qui lui jetaient des cacahouètes et des bananes. Parfois, on réussissait à l’amadouer avec des barres de chocolat. Il a pu quitter l'aire d'autoroute grâce à la mansuétude d'un routier sympa et un peu sodomite.

Domaine Jamet Côte-Rôtie 2006

Un nez qui se livrera doucement, finement, sur la mûre, la cerise, la fraise, quelques notes lardées, fumées, et des herbes aromatiques. La bouche est ample, élégante, étoffée, belle matière aux tannins serrés, fine acidité, bel équilibre et superbe finale sur la terre et la pierre. Un nvin de plaisir. 17.33 Excellent

Domaine Marc Sorrel Hermitage Le Gréal 2006Sorrel_Le_Greal.jpg

Un Hermitage issu de deux lieu-dit le Méal et les Greffieux. Le nez est d'une grande finesse, très minéral, sur la mûre, la confiture de fraise, la violette, les épices, la garrigue, le poivre blanc et d'agréables notes herbacées, mentholée. La bouche est d'une grande douceur, rien ne dépasse, c'est ronds, harmonieux, la matière est dense et souples, c'est élégant, terreux, la persistance est remarquable, de minéralité et d'intensité. Superbe! 17.58 Excellent

Thierry Allemand Cornas Les Reynard 2004

Cornas, où quand la Syrah et le granit fusionnent pour notre plus grand plaisir, cela donne une robe rouge grenat, des arômes puissants, profonds, complexes, de cerise noire, de fraise, de mûre, de violette, de réglisse, de cuir, d'épices, de lard fumé, d'olives noires, de poivre et de menthe. La bouche est ciselée, ample, la ligne acide est tracée dans une belle matière, les tannins sont encore serrés, mais souple, la buvabilité parfaite et la finale est taillée dans le granit. Un jus de pierre signé Thierry Allemand. Classiquement parfait. 17.83 Excellent

Château de Beaucastel Châteauneuf "Hommage à Jacques Perrin" 2005hommage-a-jacques-perrin.jpg

Une robe noire encre. Un nez intense, racé, de mûre, de prune, de cerise noire, d'acacia, de fleurs capiteuses, de jus de viande, de réglisse, de fumée, de tabac, de café, et d'épices orientales. Monstrueux! La bouche prolonge le nez, lourde, dense, serrée, énorme matière, tannins herculéens, élevage présent, sans excès. Une acidité qui rafraichit et étire une finale, mentholée et puissante. Un vin indestructible, qui mettra longtemps à s'assagir. 18.42 Grand vin

tunnel.jpgPassé le tunnel de Fourvière et ses bouchons Lyonnais, c'est les coteaux de Vienne, Ampuis, Tain l'Hermitage, Cornas… Entre Vienne et Valence, le Rhône et ses méandres se sont taillés un lit dans le sol granitique des contreforts du Massif-Central, 70 kilomètres d'à-pic où s'accroche la vigne, des coteaux escarpés très étroits sur lesquels la vigne doit se contenter du peu de place que lui accorde la nature sauvage. En rouge, un cépage unique, la syrah, qui donne des vins de garde colorés et structurés, au nez de violette et d'épices. Une Côte-Rôtie de Jean Paul Jamet, un vin structuré, élégant et puissant, un Hermitage, un cru de légende, qui impose sa stature, sans prétention, puissant, éternel comme la légende du Chevalier Gaspard de Stérimberg, qui, las de croiser le fer, a planté son épée dans la colline de Tain. Après cette escale d'œnotourisme, on file sur Cornas, ce petit coin d’Ardèche qui est devenu un grand du Rhône, par la force de ses vignerons. Ici, pas d’hommes providentiels comme en Côte-Rôtie ou en Hermitage, mais une saine émulation qui profite à tous. "Si tu n’aimes pas le travail physique, tu ne seras jamais un bon vigneron à Cornas." Cette citation de Thierry Allemand, viticulteur emblématique Cornassien, résume tout. Des coteaux abrupts, perchés au-dessus du fleuve, interprètent la rusticité et la puissance des granits avec subtilité. Les vins de Thierry Allemand sont à la conjonction des passions œnophiles de notre époque. Passion pour la syrah, passion pour les vins de caractère, passion pour de petites productions intègres, signées par leur auteur. Rarement un vigneron, de son vivant, n’a connu un tel engouement. À 52 ans, Thierry Allemand en est à sa 33e vendange. "Quand les gens me disent que mon vin est trop cher, je les emmène à pied dans Reynard, je monte le coteau devant eux, et je les attends. Quand ils arrivent essoufflés, là on peut parler." Jute avant Valence, on sort à Courthézon, on prend le chemin de la Crau pour déguster un monstre, un hommage à Châteauneuf, une cuvée produite uniquement dans les grands millésimes, avec une forte proportion de Vieilles Vignes de Mourvèdre. Un hommage à un véritable pionnier, Jacques Perrin, qui a introduit l’agriculture biologique dans les années 60 et la biodynamie dès 1974.

Château de Pibarnon Bandol 2008

Un nez de fruits noirs, de tabac blond, de garrigue et de pruneau. La bouche est fruitée, les tannins sont fermes, l'acidité basse et la longueur moyenne, sur le chocolat. Un vin sympa, sans plus (le fait de passer derrière un montre ne l'a pas aidé). 14.83 Très bien

Château Vannières Bandol 1983vannieres_1983.jpg

Une robe légèrement tuilée, un nez de mûre et de cassis, de pruneau, de garrigue, de truffe, le tout souligné par d'envoûtantes notes d'épices orientales. La bouche possède un velouté extraordinaire, des tannins de soie, une matière assez légère, une acidité qui allonge la finale épicée. L'archétype du vieux Bandol. 16.83 Excellent

Terroir Al Limit Soc Priorat Dits del Terra 2008Priorat_dits_del_Terra_no_limit.jpg

"Dits Del Terra" (les doigts de la terre), un Priorat aux arômes de cerise noire, de mûre, de myrtille, de réglisse et de fleurs. La bouche est fine, juteuse, sèveuse, savoureuse, les tannins sont fondus, la fraicheur exceptionnelle, c'est minéral à souhait, mûre et doté d'une longueur remarquable, sur la truffe et la réglisse. Un Priorat raffiné, jamais sur l’extraction, mais plutôt sur la finesse, où la texture prime sur la matière tannique. J'adore. 15.50 Très bien

Massena The 11th Hour Shiraz Barossa Valley 2008Massena_The_Eleventh_Hour.jpg

Un nez sur les fruits noirs, mûre, myrtille, la cerise, l'encens, l'orange amère, le cuir, la réglisse, le chocolat et l'eucalyptus. La bouche est puissante, droite, les tannins encore serrés, l'acidité haute, et la finale, longue, sur les épices et la terre. 16.50 Excellent

Cinque Terre DOC Sciacchetra 2011sciacchetra.jpg

Une palette aromatique typique du paserillage, abricot, datte, raisin de Corinthe, épices et balsamique. La bouche est tendue malgré les sucres importants, c'est velouté avec une finale sur les épices douces. 14.63 Très bien

Passito de Pantelleria Sangue d'Oro 2013

Très beau nez, séducteur, captivant, sur l'écorce d'orange, la marmelade d'abricot, les épices, le miel et le raisin de Corinthe. La bouche est ample, les sucres présents, sans excès, l'acidité équilibrante et la finale explosive. 16.75 Excellent

Cote_d_Azur.jpgOn arrive au bout du voyage, la mer, la méditerranée, Bandol, une authentique station balnéaire, ses premiers touristes s'appelaient Thomas Mann, Aldous Huxley, Marcel Pagnol, Mistinguett, Raimu et Fernandel... 1.325 hectares de vignes qui jouissent d'un ensoleillement exceptionnel. Des vins rouges profonds, qui vieillissent spectaculairement bien, le Vannière 1983 en atteste parfaitement. On est arrivé, on sort les bagages, on fait pisser le vieil Ermite, on prépare l'apéro et le diner. C'est l'été, c’est les vacances, le soleil darde ses rayons mordorés, une petite brise soulève les jupes des filles et laisse entrevoir piercings et chattes rasées, je sais, je me répète, mais j'aime bien cette phrase empreinte de poésie et d'érotisme, on ouvre quelques quilles pour ne pas perdre la main, un Priorat, a priori léger et très bon. C'est bizarre, quand le Priorat est tannique, boisé et puisant, certains n'aiment pas, je comprends, mais quand le Priorat est fin, juteux et raffiné, les mêmes trouvent cela trop fin, pas caractéristique d'un Priorat. C'est bizarre! L'Australien est parfait pour accompagner un coucher de soleil, les deux sucrettes nous font voyager vers la Toscane et Pantelleria, une ile, au sud de la Sicile. La pratique traditionnelle de la culture de la vigne taillée en gobelet (vite ad alberello) se transmet depuis des générations dans les familles de viticulteurs et de fermiers de l’île. En 2014, cette pratique a été inscrite sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Gabriel García Márquez a écrit: "Je ne crois pas qu'il existe au monde un lieu plus adapté pour penser à la Lune. Mais Pantelleria est plus belle". La route, ça fatigue, il est grand temps d'aller rejoindre la lune et enfourner le cochon dans les plumes…

Tab_07-16.jpg

graph_07-16.jpg