Urnes1.jpgUn jour, ou peut-être une nuit, près d'un lac, j'ai rencontré un publicitaire qui m'expliquait un truc assez simple, si tu fais une campagne de pub pour du yaourt, il s’en vend plus les jours suivants. C’est basique, même très con, mais ça fonctionne parfaitement. Plus on voit un produit, plus on l’achète. C'est aussi vrai pour le front National, Marine, c'est le yaourt à la Française. Vous allez me dire, je vous entends déjà, c'est la faute des abstentionnistes. J'en n'en suis pas un, mais si j'en étais un, je vous emmerderai. En fait, je suis un abstentionniste non pratiquant, pour l'instant. Seul, dans l'urinoir à vote, je serai tenté de voter blanc mais une petite voix me poussera à voter Charlotte Marchandise Franquet, Super Chataigne ou Louis de Bourbon pour un retour à la royauté. Comme un couillon, je finirai par glisser un bulletin PS; pour être un bon Français, rejeter l’extrême droite, la droite traditionnelle et soutenir la gauche mollassonne et ses yakafocon aux indignations stériles. Si les gens ne votent plus, c’est parce que le matériel politique (ils ne méritent pas plus comme définition) ne leur donne aucune envie de voter. Comme dit la chanson, "mon premier c’est désir". Vous ne savez plus susciter le désir, l’espérance ou quoi que ce soit d'autre, juste le dégout! La droite et ses magouilles, le PS et ses inconséquences sont les principaux responsables de l’abstention. Urnes3.jpgIls te dégoûtent de la politique, te méprisent, prônent des idées nauséabondes, et un jour demandent ton aide pour faire barrage. Allez-vous faire mettre, par les grecs que vous avez ruinés. Ils y mettront du cœur à l'ouvrage. Mais alors, pour qui voter? Un inconnu? Il est même possible qu'un inconnu ait des qualités, mais inconnus veut dire que personne ne le connait, et je vous renvoie au point yaourt précédemment évoqué. Face à des machines médiatiques comme Sarkoléon, Jupette, Marine Nationale et consorts, c'est mort. Le parti Socialiste porte bien son nom, tout le monde en est parti. Les jeunes militants, à force de se faire chier et de faire chier les vieux militants, sont partis, Hollande le mou reste seul avec lui-même, même son premier sinistre le lâche, le lâche (c'est pas une redite).

Putain, c'est dimanche, il est presque midi et je n'ai pas encore fait mes comptes, mes factures, mes relances, mes déclarations sociales, ma TVA, payé ma CSG, mon IS, mon IR, ma taxe foncière, ma taxe d'habitation, mon ISF, mes droits de succession, ma CFE, la taxe sur ma bibine, sur mon bingo, sur la collection de godes artistiques que m'a offert l'Ermite, ma taxe poubelle et ma taxe moules et crustacés. Il y a une taxe pour tous les cas de figures, et même une taxe funéraire, histoire de vous faire payer, jusqu'au bout… et même après. Comme dit mon conseiller fiscal qui a un humour de fiscaliste, dans chaque niche fiscale, il y a un chien qui mord! Il est 12h30, je devais vous faire le compte rendu d'un excellent Barbera d'Alba, Pairolero 2012 de Sottimano, superbement fruité, minéral, graphité, équilibré, fin et persistant, oui je sais, je ne travaille pas très vite, bref, ma couille, ma classe politique adorée, vous me cassez les urnes, regardez-vous dans un miroir et donnez-nous à nouveau envie d'avoir envie de voter.