Il y a bien longtemps, le chef des anges déchus, seigneur des mouches, mythomane pathologique et père du mensonge, un certain Satan, Satanas pour ses potes, propriétaire d'une sorte de gros cabinet d'experts conseils en Marketing, en conflit avec son employeur, pris la résolution de détruire tout ce qu'il y a de bon dans la société, s'attaquer à la substance même des briques spirituelles qui la composent: les bonnes résolutions. Un des trucs préférés de Satan pour salir la réputation des résolutions, c'est sa célèbre campagne publicitaire des "Bonnes résolutions du Nouvel An". Les pauvres poissons à l'âme influençable qui mordent à cet hameçon diabolique s'en repentent amèrement. Le Nouvel An arrive, et ils sont remplis de bonnes intentions, alors ils se précipitent! Vite, courir un marathon tout de suite, car je suis obèse! Et en même temps faire mes impôts, car je suis toujours en retard! Et pendant que je cours avec mon ordinateur sous un bras, je tiens un pinceau dans ma bouche et je porte un piano car ça fait des années que je veux apprendre la peinture à l'huile et la musique. Quelles sont les chances de succès d'une telle entreprise? Aussi nulles que les blagues de l'Ermite. Et c'est exactement ce que Satan veut. Que les blagues de l'Ermite soient nulles et que les gens prennent le plus de résolutions possibles, qu'ils les prennent le plus mal possible, dans des conditions qui garantissent leur échec, et surtout, qu'ils en gardent le plus mauvais souvenir imaginable! Donc finito les bonnes résolutions du genre, mesurer la longueur totale d'un rouleau de PQ ou commencer une collection de nains de jardin priapique. Finito, les blagues sur l'Ermite âgé et je prends l'engagement de réduire mes appels aux urgences psychiatriques à, disons, deux fois par jour. C’est en me réveillant, ce matin, la ganache un peu de travers, embué dans l'abîme des profondeurs de mes réflexions avinées, que je me suis dit que j’eusse aimé qu’il y eût des choses qui valussent qu’on leur sacrifiât quelques minutes de sommeil, fallait-il que je vous visse, fallait-il que je vous aimasse, que je vous idolâtrasse et qu’ingénument, je vous le disse, bonne année 2017. Que cette nouvelle année soit l'occasion de déguster moult bons flacons, qu'elle soit aussi plaisante que le Clos de la Barre, aussi jolie que le Schoelhammer, aussi forte et douce que le Pagos Viejos, aussi constante qu'une Constance, une belle et bonne année, même au subjonctif imparfait.

Cava Agusti Torello Brut Nature "Kripta" 2008

Nez de pamplemousse, de citron, de paille et de mie de pain. La bulle est fine, presque absente. En bouche, c'est ample, levurées, pas très agréable et avec une petite amertume sur la finale. Bien, sans plus.

Hubert Lamy Saint-Aubin 1er cru "Les Murgers dents de chien" 2008

La robe est pâle. Le nez est ouvert, complexe, intense, sur des notes de fleurs blanches, de citron confit, de fruits jaunes murs, un léger beurré, des amandes et une pointe de bergamote. La bouche est ciselée, gourmande, avec un juste équilibre entre gras et acidité. Bel élevage et longue persistance sur le fruit et les amandes. Très beau vin. Excellent

Domaine des Comtes Lafon Meursault "Clos de la Barre" 2012comtes-lafon-meursault-clos-de-la-barre.jpg

Le nez est fin, élégant, sur les fruits jaunes, les épices, les agrumes, les fleurs blanches, un peu de noisette et un bois finement dosé. La bouche est marquée par un équilibre remarquable, une belle matière vive, parfaitement tendue par une ligne acide qui souligne une structure et des saveurs fruitées et grillées qui complexifient une longue finale tout en finesse. La Barre est haute… Excellent

Famille Hugel Riesling "Schoelhammer" 2007

Ouahhh!! Quel nez, le genre de nez qui met tout le monde d'accord. Riesling, pétrole, champignon, citron verts, léger fumé, fleurs, pêche. La bouche est magistrale, ciselée, élégante charnue, dotée d'une belle personnalité. C'est sec, avec de la minéralité, beaucoup de fruit, de la profondeur, une jeunesse renversante, des saveurs plein la bouche, de la force et de la délicatesse, du tonus et de la distinction et une persistance étonnante, sapide et interminable. Cette cuvée issue d’une parcelle isolée du Schoenenbourg est un grand d'Alsace, sans aucun doute. Un vin vers lequel on revient, encore et toujours. Grand vin

La Rioja Alta Gran Réserva 904 2005

90% Tampranillo et 10% Graciano. Un nez de prune, de groseille, d'écorce d'orange, de cerise, de fumé, de cigare et d'épices douces. La bouche est assez fine, belle matière, pas de lourdeur, des tannins fins, de l'équilibre et une belle finale épicée. Excellent

Artadi Rioja Pagos Viejos 2007artadi-pagos-viejos-rioja-doca-spain-10246840.jpg

Magnifique nez de prune, de fruit à noyau, de cigare, de réglisse, de garrigue, de graphite et de violette. La bouche est d'une classe indéniable, intense, profonde, racée, marquée par un beau fruit, une matière dense et mentholée, des tannins volumineux mais souples, encore jeunes mais agréable. L'élevage est modéré, parfaitement fondu et la finale est fraiche et interminable. Un jeune Rioja d'une finesse surprenante. Grand vin

Domaine Huet Vouvray Cuvée Constance 2009Constance.jpg

Le nez est gourmand, fruité, sur le citron, la mandarine, la pomme tatin, la pâte de coing, la mirabelle et la verveine. La bouche est vive, belle acidité, une matière ample, un sucre présent, sans excès et une longue finale abricotée. Excellent