Capture_Rieman.JPGL'hypothèse de Riemann est aujourd'hui prouvée! Nous savons maintenant pourquoi les zéros non triviaux de la fonction zêta de Riemann ont tous pour partie réelle 1/2. Dans un texte grandiose, le subtil et génial texan nous en met plein les babouches, importées d'Irak, évidemment. Il nous explique qu'il n'y a pas de mensonges, mais des faits alternatifs. Cette théorie constitue une percée fulgurante dans l'univers de la connerie pensée. Cette théorie permet à certaines propositions d'être vraies ou fausses en fonction du contexte et de la motivation de l'agent énonçant le fait. En clair, si l'on choisit bien la valeur de "C", le contexte, et de "M", la motivation, on peut limiter les contraintes du raisonnement et démontrer tout et n'importe quoi, et même son contraire. Si "M" est le désir de prouver que cette conjecture est vraie, et si "C" consiste à dire qu'on s'en tape le fion de toutes les contradictions rationnelles, alors on a prouvé que l'hypothèse de Riemann était correcte. CQFD. Donald prouve que 0=1, ce qui explique son élection, et que les cercles ont 11 côtés. Comment? En élevant, dans sa tête, un mur payé par les Mexicains, et en interdisant les cercles qui n'ont pas 11 côtés. Génial! Il redéfinit le FERMATON (la plus petite unité de la conscience humaine). L'improbablologie de Donald a levé le plus grand mystère du millénaire. En quelques minutes, on est passé de l'incertitude quantique à la certitude de la connerie humaine. En me basant sur cette théorie révolutionnaire, je peux affirmer qu'un magnum de Roagna ne contient pas plus de vin qu'une mignonnette de Prieuré-Roch, toujours deux fois la moitié du contenant, et que ma mémoire, plus très vive après 13 magnums, ne peut contenir que le souvenir des 4 meilleurs, sachant que M est le désir de prouver que j'ai raison et que "C" est égal à la somme des avis que je n'ai pas pris en compte. Ça marche?

Château Branaire 2001 (Duluc-Ducru)

Un nez qui mettra quelques minutes à s'ouvrir, sur des notes de cassis, framboise, cèdre et cacao. La bouche est superbe, veloutée, des tannins très fins, soyeux, un beau fruit, une très légère touche de bois qui rehausse une belle matière. La persistante est très intéressante avec de belles notes mentholées sur la finale. Jolie bouteille. Excellent

Lopez de Heredia Rioja Vina Tandonia 2004

Joli nez, sur des arômes de framboise, de mûre, de prune, de tabac, d'épices douces, de menthol et de fumée. La bouche est fine, légère, gourmande, douce, avec des tannins soyeux, un léger rancio, un équilibre remarquable et une longue finale. Très bien

Domaine Prieuré-Roch NSG Le Clos des Corvées 2008

Une robe troublée, acajou sur les bords, un premier nez qui renarde, c'est sûr, la nature reprend ses droits. Le nez devient envoûtant, séduisant, de la framboise, de la mûre, de la cerise, de la ronce, de la pivoine, des épices et une touche fumée forment un bouquet remarquable. La bouche est ronde, ample, sanguine, l'acidité porte le vin, les tannins sont d'une grande finesse, c'est soyeux, tout est en harmonie, avec une touche terreuse et une longue finale intense. Excellent

Lucas Roagna Barbaresco Montefico Vecchie Viti 2006

Montefico, c'est des vieilles vignes de 50 ans et plus, c'est une petite parcelle de 0,24 hectares à 500 mètres du village de Barbaresco, à 330 mètres d’altitude sur des sols de marnes bleues. Quand le Nebbiolo est fait comme ça, le Piémont devient la Bourgogne de l’Italie! Un nez enchanteur, très floral, sur la rose, la violette, la framboise, la mûre, les airelles, la figue, l'encens et les épices orientales. La bouche est lactée, ronde, sensuelle, finement boisée. La belle acidité porte une matière dense aux tannins serrés et étire une très longue finale mentholée. Excellent

Pano3.jpg

halte_apero.JPG