42-36240770Putain de prof! Jamais en avance. Enfin, jamais assez en avance. Puis je me suis souvenu de l’époque où, jeune et insouciant, j’usais mes culottes sur les bancs de l’école, et ça a été difficile parce que bon, j’y allais encore moins souvent qu’un protagoniste moyen de téléréalité. Je me souviens de ce brillant cours d’Histoire, "le sud du Boukistan entre juin 1945 et octobre 1946, évolution de la guerre des palmiers de lac de Takamet Takeket". Le professeur qui le donnait, un homme ô combien passionnant, portait une barbiche, des cheveux de laine et un pull gras, à moins que ça ne soit l'inverse. Après quelques semaines d'une campagne de déstabilisation parfaitement orchestrée, il avait craqué en plein cours et n'était jamais revenu. Cette douce réminiscence m'a remis en joie au moment où les deux désagrégés arrivaient. Je me suis dit que ce n'était pas un hasard, je n'ai pas fait d'étude sur la question, je ne sais pas, je n’ai aucune thèse. Sans doute à cause de la licence poétique du moment.

Etape 1 : Domaine Prieuré Roch Premeaux Première halte à Nuits St Georges, au Bist'Roch pour une dégustation des vins du Domaine Prieuré-Roch. Inspiré par son grand-père, Henry Leroy, fondateur légendaire du célèbre négoce de vin Maison Leroy, qui est devenu co-propriétaire du Domaine de la Romanée-Conti en 1942, Jean-Frédéric Roch cherche à réaliser l’expression la plus naturelle et la plus pure possible du Pinot Noir issu des plus beaux terroirs de la Bourgogne. Au domaine, on préfère favoriser les arômes et une texture délicate. Le style de Prieuré Roch est porté vers des vins d’une grande sensualité, au bouquet éclatant de fruits rouges et de fleurs, avec parfois une réduction importante. J'ai bien pris quelques notes, que je retrouverai peut-être un jour. Ou pas!

Etape 2 : Domaine Jamet - Ampuisimg_6607.jpg Après le petit bizutage de l'ami Jean, dans les vignes de la Romanée Conti, où le laboureur, sans ses enfants, mais avec son cheval, butte les ceps magiques. Direction plein sud et les hauteurs d'Ampuis. Jean-Paul Jamet, dit JP, est une icône de la vallée du Rhône. Depuis plus de 40 vendanges, il défend un modèle de vin où le style, l’équilibre, la pureté, la vendange entière et l'assemblage des terroirs sont sublimés. On passe de la Syrah des côtes Rhodaniennes au Côtes du Rhône, du Fructus Voluptas à la Côte-Rôtie avec le même plaisir, du jus, du fruit, de la fraicheur et de la douceur. Une Côte-Rotie au potentiel énorme. Après 10 ans d'effort, la récompense, une Côte Brune dans le carton et l'assurance d'une belle dégustation, dans 15 ans, avec deux désagrégés… Ou pas!

Etape 3 : Domaine Bonserine – Verenay et Domaine Stephan – Tupin et SenonsIMG_5165.jpg Puisqu'on est en Côte-Rôtie, un petit passage chez Bonserine et chez Jean-Michel Stephan, au pied de Tupin, où les vins sont aussi rares que les paroles de JM, l'ami de JP. Vigneron indépendant à la trajectoire originale, Jean-Michel Stephan est le créateur de Côte-Rôties sublimes et parfois déroutantes. 4,5 hectares de vignes seulement, 6 parcelles situées au sud de l’appellation sur Tupin et Semons. La plus grande parcelle de son terroir, le Coteau de Bassenon se compose de 1,5 hectare de vignes plantées sur de nombreuses terrasses coupées dans les granits et gneiss. Dans les parcelles les plus pentues, là où les camionnettes descendent en tonneaux, les sols sont labourés au treuil et les ceps désherbés par piochages sans désherbant chimique ni produits de synthèse. Artisan et véritable orfèvre du vin, Jean-Michel Stephan travaille dans un petit chai sans artifices pour produire des vins sur le fruit, la fraîcheur et la pureté. Elaborés sans adjonction de soufre, ses Côte-Rôties sont longues à s’ouvrir mais le résultat est souvent bluffant.

les_culottes_longues.jpgPetit halte resto dans un bouchon Lyonnais, "Les Culottes Longues". Certains l’avaient courte, d'autres s’insurgeaient et n’en avaient pas. Ici, la culotte se porte longue. Les nappes blanches et les serviettes savamment pliées, la grande bougie sur la table, l’escalier en colimaçon au milieu de la pièce, et cette magnifique culotte encadrée au mur, Rage est dans son élément. On est bien. La cuisine est étudiée et généreuse. On a aimé, même si le vin était moyen. On s'est rattrapé avant d'aller dormir, un beau Clos du Bourg 1er tri de chez Huet. Il y a pire comme somnifère, surtout quand l'ami Jean scie du bois juste à côté.

Etape 4 : Domaine Valette – Chaintré 9h30, la nuit a été courte et nous voilà déjà à pied d'œuvre chez les frères Valette. Des vignerons discrets mais profonds, tenaces et courageux. Dans le secret de leurs caves, ils prennent des risques. De trois ans d’élevage pour leurs premiers blancs, le Mâcon villages ou Chaintré à près de 10 ans pour le Clos de Monsieur Noly! Des vins sans équivalence dans la viticulture moderne. Des vins qui nous ont littéralement cloués sur place. Des bombes de vin nature, des vins qui transportent vers des contrées de saveurs rarement explorées dans les vins du Mâconnais. A découvrit absolument.

Etape 5 : Domaine Germain – MeursaultIMG_0606.JPG On remonte vers Meursault. Repas à "ma Cuisine" à Beaune. Le Pigeon est arrosé d'un très bel "Esprit de Font Caude" 1998 d'Alain Chabanon. Chez Jean-François Germain, ce n'est pas trop difficile de déguster, Jean-Francois, avec sa gentillesse habituelle, nous fait la totale sur fût. La discrétion de ce vigneron exemplaire n’a d’égal que l’excellence des vins qu’il façonne avec constance, au cœur du village de Meursault. Fidèle à la tradition des grands vins blancs de la Côte de Beaune affinés par de longs élevages et dotés de grandes capacités de garde, Jean-François Germain perpétue et développe, avec cœur et modestie, l’œuvre de son père, fondateur du domaine. On déguste des vins droits, purs, des chefs d’œuvre de pureté qui se dévoilent sur un fil de délicatesse. Le problème, c'est d'en avoir, les bouteilles sont rares et distillées au compte-gouttes. Un petit carton seulement, mais une heure trente de plaisir. Re-bizutage de l'ami Jean avec un tour dans les vignes du Montrachet.

Etape 6 : Domaine Sérafin – Gevrey-Chambertin Christian Sérafin passe la main, à sa fille Karine et sa cousine, Frédérique Goulley-Bachotet, en charge des vins du Domaine. Le problème, chez Sérafin, ce n'est pas d'avoir des bouteilles, mais de les gouter avant. Là aussi, les bouteilles sont rares, surtout pour ce qui concerne le Charme-Chambertin, la pièce maîtresse. Une bouteille par personne. C'est léger, mais ça vaut quand même le coup. Pour celui qui sait attendre, c'est le genre de grand cru qui ramène l’église au milieu du village. Difficile de résister, même si les prix ont doublé en cinq ans, la pilule est dure à avaler, mais c’est une réalité. Les grands crus de Bourgogne deviennent inaccessibles… Il nous restera les voyages, les blitzs. Puisque les voyages forment l'ivresse …