fr_1_2507.jpgJ'aime le désaccord! Du fait notamment de sa mauvaise réputation. Le désaccord a alimenté moult études disciplinaires et interdisciplinaires. Quand il persiste et semble insoluble, le désaccord est perçu comme un échec, il reflèterait l’incapacité pour les individus ou les groupes de parvenir à un consensus. La tradition philosophique semble à ce titre majoritairement accepter l’idée selon laquelle le désaccord doit être surmonté au profit d’un accord sur ce qui est jugé vrai ou raisonnable. Aristote, lui-même, affirme que la délibération, a pour horizon le dépassement des différends grâce aux vertus du logos (la parole). C'est faux, archi faux. C'est des conneries. Le débat n'a pas pour ambition de convaincre, mais de vaincre, c'est con! Mais c'est comme ça. C'est un affrontement. Le désaccord, loin d’être un échec possède bel et bien une valeur. Bien plus qu'un accord, un désaccord permet de clarifier l’identité respective de ses opposants, et de les positionner clairement. Le désaccord permet ainsi à ceux qui l’expriment de faire entendre leur voix, et de satisfaire leur besoin de reconnaissance par le biais de la protestation et de la revendication, avant d'être enfermés et bannis à jamais. Comme le disait le Mahatma Gandhi, un désaccord honnête est souvent un signe de progrès. Deux personnes en désaccord s'accordent au moins pour dire que ça leur fait un point commun. Du désaccord né le compromis, la tolérance et parfois le pardon, sauf si c'est l'Ermite. Sans le désaccord, je ne saurai pas comment faire couler du métal en fusion sur l’œil de mes contradicteurs, pour les faire papoter un brin. Et pourtant, on ne m’a jamais montré. C’est inné. Est-ce parce que j’ai regardé Platoon et Full Métal jacket 88 fois? Est-ce parce que je me suis tatoué Rambo Sapin sur la cuisse, à 11 ans, avec le couteau à pain de la cuisine? Le dernier qui a émis des doutes sur mes accords mets-vins, un certain l'Ermite, qui a remis en cause l'accord entre un Nabuchodonosor d'Yquem avec un boudin purée, je crois que je l'ai épluché, un peu comme une patate, et ensuite je l’ai foutu au soleil, pour le voir rougir, c’est pas très malin, c’est sûr, c’est pas très malin! Je suis quand même arrivé à lui faire dire que j'avais raison, avec seulement un demi-citron. Il a tout craché, le bougre, en plus comme il est un peu bègue, il a tout balancé sans bégayer une seule fois… Je me dis que si ma carrière de tortionnaire vire au vinaigre, je pourrais toujours me recycler dans l'orthophonie…

Champagne Larmandier-Bernier Terre de Vertus 2010

Très beau nez, sur des notes d'agrumes et de poire, de fleurs blanches, de grillé et de basilic. En bouche, une bulle évanescente, beaucoup de fraicheur, de la tension, une pointe minérale, du fruit et une longue finale crayeuse. 16.71 Excellent

Domaine Cauhapé Jurancon sec Geyser 2015

Un assemblage de Gros Manseng, Petit Manseng, Camaralet, Lauzet et Courbu. Nez explosif, de pomme verte, de fruit de la passion, de gentiane, de rose, d'herbe fraiche et d'anis. La bouche est fraiche, ample, glycérinée, démonstrative, avec une finale saline et des notes amères de pamplemousse. 14.29 Très bien

Henry Fessy Macon Burgy 2012

Henry Fessy gèrent une immense affaire de négoce, qui vinifie près de deux millions de bouteilles dans le Beaujolais, le domaine stricto sensu n'en produisant que 150 000 par an. Ce Macon Burgy a un nez classique, d'agrumes, de fleurs blanches et d'amande. On retrouve ces notes d'amandes boisées en bouche, c'est gras, pas très tendu et la longueur est moyenne. 14.14 Très bien.

Guffens-Heynen Macon Pierreclos Tri de Chavigne 2009

Superbe nez, original, pierre à fusil, fleurs blanches, poire bien mure et popcorn grillé. La bouche est ample, sèche, droite, tendue, parfaitement équilibré et d'une longueur remarquable. Très belle bouteille. 16.83 Excellent

rillette_sardines.jpgLes accords met-vin, voilà un thème passionnant. Qui, n'a jamais été confronté à cette problématique? L'accord plat et vin, est sans doute un des points les plus épineux à résoudre pour tout néophyte. Pourtant, pour mériter l'admiration de vos invités, il suffit de respecter quelques points fondamentaux, quelques règles de base. Si les accords mets et vins sont avant tout affaire de goût personnel, il est important de comprendre que certaines erreurs peuvent compromettre votre réputation, si ce n'est déjà fait. Règle number one, il ne faut jamais faire regretter le vin précédent. Toujours monter en qualité, créer un fil conducteur pour rendre la dégustation cohérente. Règle number two, comme le dit le philosophe Didier Volvic, l'équilibre est une force, il faut respecter l'équilibre des forces et protéger ses papilles. L'idée étant toujours de débuter par le vin le plus acide, puis de monter en puissance afin de terminer par le vin le plus sucré. Règle number Three, un grand vin se suffit à lui-même. Face à un vin remarquable, pas de fausse note, pas de risque, juste le vin. Règle number four. Si vous galérez à trouver un vin pour votre plat, changez de plat, choisissez d'abord le vin et adaptez votre cuisine. Une des erreurs les plus courantes est de servir un vin sucré en apéritif. Fatal pour les papilles, écrasées par le sucre. Préférez-lui un bon Champagne. Le Champagne résiste à tout, même à la rillette de sardines, surtout s'il est aussi frais et tendu que ce Larmandier-Bernier. Le coté amer du Jurancon se mariait moyennement, Le Burgy avait plus d'affinité avec les sardines, mais nettement moins de qualité. Mais le plus proche de l'accord parfait, c'était le Macon Chavigne de JM Guffens, comme quoi, la Belgique et la rillette, c'est assez proche…

Château de la Preuille Muscadet Cru Hiérarchie 2003

Très joli nez, très floral, mais aussi des notes d'amande, de fruits blancs et de chèvrefeuille. En bouche, très léger perlant, belle fraicheur, c'est mûr, lacté, mais aussi vif et rond avec une joli salinité en fin de bouche. 15.14 Très bien

Domaine Henri Boillot Puligny-Montrachet Clos de la Mouchère 2009

Un nez de noisettes grillées, de pierre à fusil, d'agrumes confits, de pêche mûre, de pâte d'amande, d'épices et de fleurs blanche. La bouche est ample, tendue, vibrante, profonde. Très bel équilibre et longue persistance florale. 15.71 Très bien

Domaine Raveneau Chablis Montée de Tonnerre 2005

Superbe nez de menthe fraiche, de poire, de citron confit, de craie, d'épice, de chèvrefeuille et de poivre blanc. En bouche, on a la puissance, la rondeur du millésime et la finesse, la pureté d'un grand vigneron. L'élevage est maitrisé et la magnifique ligne acide étire une très belle finale. 18.00 Grand vin

Domaine de Trévallon blanc 2009

Le nez est puissant, grillé, sur des notes de fenouil, de fruits jaunes très mûr, d'amande, de miel et de pain grillé. La bouche est également puissante, le bois domine encore, l'acidité est basse et la finale est marquée par de beaux amers. A revoir dans quelques années. 16.71 Excellent

Nicolas Joly Clos de la Bergerie 2006

Robe cognac, nez sur l'oxydation, un peu déviant, malheureusement. C'est puisant, sur le miel, les raisins secs, les fruits jaunes et des notes médicamenteuses. La bouche est massive, un peu trop sur l'alcool, mais avec une acidité saillante, pas (ou plus) intégrée. Finale minérale et moyennement longue. 13.57 Bien

terrine-daile-raie-poivrons-L-U9v40b.jpegOn passe au plat suivant, "Terrine d'aile de raie aux câpres et herbes fraiches". Avec le Muscadet, la salinité du vin est un bon point, mais le côté gras, lacté est moins sympa. Le bois du Boillot n'est pas parfait sur la raie, je lui préfère l'élégance et la minéralité du Chablis de Ravenneau, voir le côté sudiste du Trévallon. L'oxydation et la puissance miellée du Clos de la Bergerie est rédhibitoire. C'est sûr, un vin moyen ne relèvera jamais un plat. On est tous d'accord, sauf l'Ermite, pour qui le désaccord est une seconde nature. Ça lui colle au bifteck comme un étron de teckel sous la roue d'une Rolls neuve. Tu peux dire ce que tu veux, même son contraire, il trouvera toujours un moyen d'être en désaccord. Je suis d'accord pour dire que pour savoir si on a raison, il faut essayer de prouver que l'on a tort, mais avec lui, même le bourre-pif devient collaboratif! Parfois, j'ai envie de lui faire poser des implants mammaires. Un jour, ou peut-être une nuit, après une overdose de Picodons de la mère Michèle, j'ai rêvé que je le retrouvais, chez lui, dans sa cuisine, décapité. Pour un fils d’ouvrier, finir comme un nobliau, c’est un comble. Je crois qu'il avait eu maille à partir avec Emmaüs, ces type ont parfois des méthodes colombiennes... J'étais à deux doigts de fait brûler un camion de saucisses de Morteau et 4 Bœuf de Kobé en sa mémoire, mais j’ai conservé sa trogne dans le bac à légumes. J’ai retiré le persil plat qui s’était niché dans sa truffe et je l'ai recousu avec du fil dentaire. Eh bien, deux, trois minutes plus tard, vas-y qu’il se mettait à cligner des yeux, à reprendre connaissance et à mettre en doute toutes mes décisions. Le chacal.

Château de Vaux Les Gryphées 2008

Assemblage de quatre cépages (Auxerrois, Muller Thurgau, Pinot gris et gewurztraminer), cette cuvée tire son nom d’un terroir calcaire riche en fossiles d’huîtres appelés gryphées. Joli nez de pêche, de poire, de paille, et de colle d'amande. En bouche, ça se gâte un peu, acidité marquée, matière un peu faiblarde et petite persistance. 14.71 Très bien

Château de Vaux Pinot Noir Les Hautes Bassières 2008

Très beau nez, un style nature, cerise, framboise, ronce, bois de rose et épices douces. La bouche est ronde, suave, agréable. Le fruit régale le palais, l'acidité est présente, sans excès et participe à la fraicheur de la finale. Un vin pas très complexe, mais très agréable. 15.43 Très bien

Robert Groffier Chambolle-Musigny Les Sentiers 2007

Au nez monte de superbe arômes de framboise, de griotte, de ronce, de groseille, de rose, de terre humide et un petit boisé. En bouche, c'est du plaisir, de la douceur, des tannins très fins, soyeux, c'est aérien, suave, l'acidité est juste là pour souligner la matière et étirer un longue finale fruité. Très beau Chambolle. 17.25 Excellent

Philippe Richard Chinon L'Arcestral 2004

Le nez de ce Cabernet Franc est puissant, racinaire, sur les fruits noirs, le topinambour, le charbon de bois, le chocolat, la cerise burlat et le graphite. La bouche est puissante, les tannins sont encore marqués, terreux, l'acidité équilibre et atténue un peu l'ensemble et la finale est intéressante. 15.43 Très bien

Quel accord avec le pâté Lorrain. Certains conseilleurs ont tendance à se montrer tyranniques sur ce sujet. N'écoutez pas les voix qui prétendent que seul un vin peut valablement accompagner un plat. Il faut se creuser les méninges. C'est ce qu'a fait notre médecin mentaliste. Pâté Lorrain, il est Lorrain, un vin Lorrain? Non. Deux. Elémentaire mon chez Hubert. C’est en Septembre 1999, que l’aventure a commencé pour Norbert et Marie Geneviève Molozay, lorsqu’ils reprennent l’exploitation du Château de Vaux. Le vignoble de Moselle s’étend, à l’époque, sur 39 hectares, celui du Château de Vaux sur 5,5 hectares. Passionnés et à la recherche d’une exploitation viticole, ils ont un véritable coup de cœur pour le château, situé au cœur du terroir mosellan, à 10 km au sud de Metz. Perso, sur le pâté, je préfère le rouge, le roturier Lorrain, mais le noble Chambolle de Robert Groffier me sied aussi. Pour le Cabernet Franc, c'est un peu brutal, trop puissant et boisé pour se marier parfaitement.

Alain Chabanon Coteau du Languedoc Les Boissières 2009

Grenache, Syrah, Mourvèdre. Un nez de fruits noirs, de framboise, de ronce, de cuir et de thym frais. En bouche, c'est assez fin, les tannins sont souples, de la rondeur, de la finesse, un boisé subtil, une fine acidité et une belle finale fraiche. 15.33 Très bien

Guigal & Fils Côte-Rôtie La Mouline 2002

2002 millésime tellement décrié, la Côte-Rotie a payé un lourd tribut aux conditions climatiques. Pourtant, cette Mouline se présente plutôt bien, viandes fumées, fleurs séchées, encens, cerise, thé noir, cèdre et cacao, c'est complexe et agréable. Certes, la bouche n'est pas très puissante, pas très intense, les tannins sont presque absents, mais l'ensemble possède beaucoup de finesse, une élégance certaines, un élevage intégré et une longue finale lardée. Les plaisirs avouable d'un vin à maturité 17.60 Excellent

Marc Sorrel Hermitage Le Gréal 2007

Un Hermitage issu de deux lieu-dit le Méal et les Greffieux. Le nez est intense, expressif, sur des notes de mûre, de framboise, de cerise, de violette, de lard fumé, de graphite et de réglisse. La bouche est étoffée, les tannins sont fins, l'élevage modéré, rien ne dépasse, c'est ronds, harmonieux et la longueur est remarquable de minéralité. 17.00 Excellent

Domaine de la Grange des Pères 2005

Très beau bouquet, complexe, charmeur, sure des arômes de fraise écrasées, de fruits noirs, de figue, d'herbes aromatiques, de garrigue, d'iode, d'anchois et de feuilles mortes. En bouche, c'est mûr, les tannins sont souples, belle texture, l'acidité haute, l'élevage discret et la finale, longue et saline. 17.50 Excellent

Domaine Sabon Châteauneuf du Pape Le Secret de Sabon 2007

Un nez puissant, lacté, encore sur des notes de jeunesse, fruits noir, cerise kirschée, pruneau, cacao, orange sanguine. La bouche est marquée par l'élevage, c'est robuste, les tannins sont serrés et la finale est ferme et sapide. Quelques années de sommeil lui feront le plus grand bien. 16.50 Excellent

Paolo Scavino Barolo Bric dël Fiasc 2004

Toute le Piémont dans ce nez, mûre, cerise, rose, terre fumée, orange amère, graphite, encens et prune. Superbe! Le plaisir continue en bouche, remarquable d'élégance malgré la charge tannique. Un vin oxymoron, puissant et doux, tannique et rond, porté par une belle acidité qui étire à l'infini, une matière fraiche et mentholée. Un très grand Barolo épanoui, au potentiel à peine entamé. 16.75 Excellent

Bricco Rocche Ceretto Frapo 1999 (mag)

le nez est complexe, terreux et goudronneux, cerise burlat, mûre, prune, rose séchée, moka, et menthe. La bouche est juteuse, lactée, savoureuse, profonde, comme tous les Barolo, les tannins sont présents, denses, l'acidité aussi, ce qui équilibre l'ensemble et porte la finale, sèveuse, fraiche et sensuelle. 17.25 Excellent

joues-agrumes-Armagnac.jpgPassons au plat de résistance. Avec la viande, fusse-telle de porc, souvent, le rouge s'impose. Bon, c'est vrai, pour une viande blanche, un vin blanc peut être une solution, mais avec une viande rouge, c'est du vin rouge, surtout quand il y en a dans la sauce. Euh, en théorie oui, mais c'est en réalité un peu plus compliqué que ça... Déjà, parce que quand on dit "vin rouge", on a le choix entre les vins rouges corsés, les vins rouges tanniques, les vins rouges légers, les vins rouges doux, les vins rouges puissants... Les Bourgognes, les Bordeaux, les Languedoc … Ensuite, on ne choisira pas le même vin pour une viande saignante cuite à la poêle que pour une viande rôtie ou préparée dans un plat en sauce. En clair : trouver le bon vin qui correspond à une viande, ça peut vite devenir galère. L'Ermite, en désaccord avec lui-même, a amené deux vins, un Languedoc assez plaisant d'Alain Chabanon, plutôt en accord avec le plat, et un Châteauneuf pas encore à maturité pour se fondre dans la masse. Pour ma part, j'ai choisi une Mouline, une Côte-Rotie, dans un petit millésime, parfaitement fondue, pas un monstre de la Côte-Rôtie, mais douce et sensuelle comme une caresse sur la joue. Rage a préféré une Grange des Pères et Dom un Hermitage Le Gréal. C'était, pour moi, le meilleur accord, et le meilleur vin de la série aussi. Pourquoi se casser la trombine à chercher des accords ou désaccords flagrants. Faites de la bonne cuisine, sortez une belle bouteille et souvent, ça fonctionne. On termine avec deux Barolo. Barolo est le village le plus connu des Langhe, cette région verdoyante et vallonnée du Piémont Italien. Cette contrée est façonnée par des siècles de culture de la vigne. Ces vins exceptionnels aiment prendre leur temps. Ils mettent notre patience à rude épreuve. En musique, il y a ceux qui comprennent Haendel ou Zappa, en peinture ceux qui lisent Proust ou Fréderic Dart, en peinture, ceux qui comprennent Rubens ou Vermeer, en matière de vins, il y a ceux qui comprennent le Barolo, roi des vins, et ceux qui le crache.

Domaine Zind-Humbrecht Gewurztraminer Rangen de Thann 2008

Un très beau nez , pas trop marquée Gewurz, citron confit, œillet, pierre à fusil, léger bois de rose, litchi. En bouche, c'est la minéralité qui marque, c'est salin, c'est frais, délicat, très subtil, très légèrement tourbé, marquée par une acidité vive qui vient souligner les notes sucrées et accompagner une longue persistance florale. Magnifique. 18.00 Grand vin

Famille Hugel Gewurztraminer VT 2007

Chez Hugel, le VT, c'est innée, c'est dans les gènes. Celui-ci n'échappe pas à la règle. Un nez envoûtant, variétal, litchi, rose, fruit de la passion, beaucoup de fleurs et d'épices orientales. La bouche est fine, la liqueur moins présente que le nez pouvait le suggérer. C'est agréable, juteux, fruité et d'une longueur remarquable. 16.67 Excellent

Equipos Navazos La Bota de Pedro Ximenez 36

Un nez évidemment puisant, imposant, de figues et de pruneau séchées, de zeste d'agrume, de réglisse, de goudron, de tabac, de miel brulé, de cannelle et de café. La bouche est ample, épaisse, dense, robuste, belle texture et longueur incroyable. Un vin pour amateur de sensation forte. 16.67 Excellent

munster-cumin-et-vin-blanc-d-alsace-zFR93N.jpgAvec le Gewurztraminer sur le Munster, c'est le retour aux associations régionales, souvent les meilleures. Chocolat et Pedro Ximenez, c'est un accord qui marche presque à tous les coups. Pour résumer cette soirée accords et désaccord, c'est comme au Fight Club, la première règle, c'est d'oublier les règles. Se faire plaisir sans dénaturer le plat et le vin. Pour certains, le vin doit sublimer le repas. Bullshit! Le vin n'est qu'un accompagnateur, il ouvre la porte à la discussion, au débat, à l'échange, à l'accord ou au désaccord. Il ne faut pas se focaliser sur des idées reçues, sur des préjugés, sur ce que disent les pseudos spécialistes, il faut laisser libre cours à son idée. Il faut savoir prendre des risques, surprendre, expérimenter, à la condition, que vous puissiez expliquer votre décision. Le vin doit être bu avec plaisir, toujours, et même avec gourmandise, avec modération et quelques amis. Les bouteilles sont presque vides, on se rhabille pour aller se coucher. On se sert les louches, on claque quelques bises. C'est là que je l'ai vu, l'Ermite, dans son blouson bleu électrique, avec un bonnet bleu saphir et son jean bleu égyptien. Non mais il s'est cru où? À un concours de schtroumpf ?!! On aurait dit "oui-oui se fait la schtroumpfette", j’en avais la larmichette à l’œil pendant que j’entendais Rage couiner comme un cochon de lait. Oui je sais, on pourrait compatir, nous apitoyer sur ses accords vestimentaires, mais on ne touche pas aux habits, d’accord, d’accord, mais attends, je suis désolé, mais quand on a cette dégaine et qu'on rentre à pied en pleine nuit, faut pas s'étonner qu'il y ait de la délinquance. T’es pas d’accord…Bon et puis, d’accord.

Accoupler, occupation toujours divertissante, devient un véritable plaisir quand il s'agit de marier les aliments et le vin. (Alexis Lichine).

tab.jpg

graph.jpg

*