Adonis est donc né dans un arbre, par la grâce d'un sanglier pas très malin. Vénus l'a recueilli et confié à Perséphone, qu'on appelait ainsi parce qu'elle perdait toujours ses téléphones. Quand il eut grandi, Vénus l'a trouvé très beau, il a été le plus grand amour de Vénus, mais un sanglier l'a tué. Encore un sanglier, c'est maintenant Socrate qui radote. Né avec l'aide d'un sanglier et mort par la faute du même sanglier. Ce n'est pas commun. Mais on parle de mythologie et de dieu, ce qui n'est pas commun aussi. Certaines mauvaises langues racontent qu'il s'agissait d'Ares ou Mars, ou un autre mois, l'amant officiel d'Aphrodite, qui ne supportait plus d'être ainsi délaissé au profit d'un autre, jaloux et un peu cochon, il aurait pris l'apparence d'un sanglier pour tuer le bel Adonis. En agonisant, Adonis se vida de son sang, et fit fleurir de belles fleurs rouges (les adonis). Inconsolable, Aphrodite obtint que son bel amant ressuscite et fleurisse six mois de l'année. Il était dit que même dans la mort, le bel Adonis n’aurait pas son mot à dire. Pour Hérodote, qui vient de se réveiller, l'histoire est plus simple, plus triviale aussi, Adonis, qui, contrairement à la légende et d'après Cyril Hanouna, n'était pas une petite beauté, aurait été gardien de but à Limassol et aurait pris un but malencontreux contre Marseille, Marsallia à l'époque, toute la cité le conspua, et le traita de fils de pute. Mais, à l'époque, on utilisait des mots qu'on ne connaissait pas, c'est pourquoi le public n'a pas dit fils d'pute mais autre chose avec des mots désuets, comme par exemple "rupthèque" ou "Adonique ta mère". Le supporter Chypriote ont donc inventé l'insulte en milieu footeux et le terme "fils d'pute" même si, à l'époque, il était formellement interdit de faire des mots de neuf lettres, Bertrand Renard n'ayant vu le jour que quelques années plus tard.

La Grapperie Adonis vin de Franceadinis_grapperie.jpg

Renaud Guettier, ingénieur agronome de formation, est passionné depuis toujours par les vins naturels. En amoureux de la vallée du Loir, en 2004, il a décidé de s'installer à Bueil-en-Touraine, dans l'Indre-et-Loire. Il travaille ses 6 ha de vignes entièrement manuellement, ses vinifications sont réalisées sans aucun additif. Tout est donc sans soufre, bien évidemment. Du vin nature, du vrai, du bon. L'Adonis est un 100% pineau d'Aunis, issu de vignes centenaires. Une robe d'un rouge foncé pour de l'Aunis, un nez de framboise, de groseille, d'épices, de poivre blanc, de ronce. Une belle matière, sans lourdeur, assez droite, une jolie fraicheur, des tannins fins et souples et une longueur sympathique. Un vin qui appelle une assiette de charcuterie. Un bel Adonis …