2553709225.jpgMais attention, les fausses informations envahissent Internet. Sur les réseaux sociaux, par mails, de nombreux internautes s’amusent à détourner et truquer l'information. La parole politique est discréditée, certains accordent plus de valeur à un faux mail qu’à la parole officielle. Via les réseaux sociaux, les pros Marines tentent de salir l'image d'Emmanuel. Lorsqu'on n'a d'autre solution que de salir son adversaire, c'est qu'on est dans l'impasse. Lorsqu'on a recourt aux "Fake news", à des hashtags au lieu de manier des idées, c'est qu'on est à court de propositions. Lorsqu'on tweet au lieu d'expliquer, c'est qu'on est à court d'arguments. Pendant que Marine et ses sbires se creuseront la tête pour polluer les réseaux sociaux de posts et de caricatures racistes et antisémites qui puent la haine et la rancœur et n'ont comme seul effet de salir la démocratie, d'autres préfèrent échanger à visages découverts, en ligne et dans les rues, des idées, des convictions et des projets. C'est comme cela qu'on sert son pays et qu'on honore la démocratie. En Angleterre et aux Etats-Unis, les idées ont été remplacées par l'"Astroturfing". Une technique de propagande qui a pour but de donner une fausse impression d'un comportement ou d'une opinion populaire et à simuler un mouvement citoyen. Le but de ce type de campagne est de faire passer un message en le présentant comme spontané, en masquant son caractère commandité. Les astroturfers tentent d'orchestrer des actions qui semblent provenir d'individus divers et dispersés en utilisant des méthodes de désinformation, de mensonges et de dénigrements. Si les imbéciles qui diffusent ces âneries pouvaient reculer d'une heure chaque fois qu'ils polluent l'espace, ils pourraient prendre une photo de groupe avec Mathusalem. Aucun démocrate ne peut accepter d'être pris en otage d'une élection tronquée, truquée, d'une élection à un tour, d'une élection faussée par la rumeur et le mensonge. Aucun patriote ne peut s'habituer à la présence de l'extrême droite au second tour de chaque présidentielle. Cette campagne Présidentielle, comme les trois dernières, ne vaut pas tripette. Comme nous le rappelle La Rousse aux gros Robert, ne pas valoir tripette, c'est ne pas valoir un clou, pas un pet, pas un pet de lapin et pas chipette. Que c'est une élection à la con, à la gomme, à la graisse de chevaux de bois, à la manque, à la noix, abominable, affreuse, atroce, craignos, déplorable, exécrable, infecte, médiocre, merdique, minable, moche, navrante, nullissime, odieuse, piteuse, pitoyable, pourrie, ratée, triste comme un jour sans vin, sans pain et sans tripes. Hier, j'ai mangé des tripes, et elles valaient tripette, accompagnées d'une petite triplette beaucoup plus sympa.

Domaine Macle Château Chalon 2005

Une robe pâle, des arômes complexes de curry, d'épices, d'amande, de fruits blancs et de noix fraiche. En bouche, c'est ample, belle rondeur et grande vivacité. On découvre une pointe de salinité et de la fraicheur qui accompagne une finale flamboyante. Ce n'est pas encore d'une grande complexité, mais le temps fera de ce vin un grand Chalon. Excellent

Domaine de Trévallon 2009

50% Cabernet Sauvignon, 50% Syrah. Un nez qui rappelle les deux cépages présents, mûre, myrtille pour la Syrah, cassis, léger poivron pour la Cabernet. On perçoit aussi un peu de bois et des notes de garrigues. En bouche, c'est souple, nerveux, très minéral avec une finale réglissée. Se goute déjà très bien.

Château des Tours Vacqueyras 2004

Un classique des classiques, robe très légèrement tuilée sur le bord, fraise des bois, framboise, cerise kirschée, liqueur de noyau de cerise, épices, épicéa, garrigue, quelques notes végétales de rafle, un peu de réglisse et beaucoup de plaisir. En bouche, une grosse matière, de beaux tannins fondus, pas mal d'alcool, un léger sucre, de l'intensité, beaucoup de gourmandise et une longue finale sur la cerise. Très bien