Kamasutra-Tastet-02.jpgJ'ai beau être plastiqueur de Bertrand en freelance, professeur émérite des Facultés Universitaire Notre-Dame-de-Cache-ta-joie de Kaunas, titulaire d'une Chaire de géométrie variable relative quantique du tire-bouchon, auteur de la très célèbre thèse "Pute et putain c’est des restes du matin", j'ai mis longtemps à comprendre où il voulait en venir. Je me suis naïvement dis qu'il allait aborder le thème du divin dans le vin, de l'hédonisme dans la dégustation, de la part d'objectivité et de subjectivité que renferme nos célestes flacons. Mais venant d'un pétomane, onaniste et cannibale, j'avais quelques doutes, d'autant plus fondés que le bougre ne nous avait pas habitué à la caresse et à la texture veloutée de ses belles paroles. Il parait que les goûts et les couleurs, on ne discute pas… ou presque, quand on voit les goûts vestimentaires de JeanDa, un pull rose sur une chemise à jabot vert pomme, ce n'est pas une discussion qu'il faut ouvrir, mais son cerveau! Mais le vin fait délicieusement exception à la règle. Le divin nectar se partage, et pas seulement en trinquant. Par papilles interposées, il est une invitation à comparer, disserter et à échanger. La dégustation d'un vin repose sur le plaisir. Goûter un vin est une démarche hédoniste. On peut simplement dire si on aime, ou pas, l’important est d’être sincère. Mais on peut aussi être un peu plus pointu et développé ses idées, surtout si on note le vin. Donner une note, c'est juger et pour juger il faut, à minima, se donner les moyens de juger. Agréable et ludique, la dégustation d'un vin n’en est pas moins rigoureuse. Le plaisir que l’on prend, ou que l'on ne prend pas, doit être à la fois visuel, olfactif et gustatif, mais aussi cérébral, réfléchi. La personnalité d’un vin reflète celle du terroir et des gens qui le font. Décortiquer un vin, c'est remonter le subtil mécanisme de ses souvenirs, de sa mémoire.

Champagne Dom Pérignon 2000

Un premier nez un peu bizarre, réduit, léger fromage, herbe, brioche et pomme au four. En bouche, petite matière, un manque évident de profondeur, de peps et de longueur malgré quelques amers sur la finale. 13.50 Bien

Champagne Selosse Lieux-Dits Sous le MontSelosse_Lieux-Dits_Sous_le_Mont.jpg

Une robe cuivrée, de fines bulles, des notes d'évolution, pomme, poire, pain grillé, un peu de caramel et des herbes fraiches. En bouche, c'est très beau, belle matière intense, joli vinosité, un peu d'alcool et une longue finale. 16.38 Excellent

Boisson-Vadot Meursault Chevalière 2003

Un premier nez réduit, fumé, pierre à fusil, puis des notes de poire et de chèvrefeuille. La bouche est solaire, ample, grasse, légère impression de sucre, du velouté et un belle finale. 14.88 Très bien

Olivier Leflaive Batard-Montrachet 2006Olivier_Leflaive_Batard-Montrachet_2006.jpg

Un nez de noisette grillé, de croissant chaud ,de fleurs blanches, de poire, de citron confit, de livèche, d'épices et une petite touche de zeste de mandarine. La bouche est ample, volumineuse, onctueuse et ferme, profonde, portée par une belle acidité qui étire une jolie finale sur les amandes. 16.88 Excellent

Nicolas Joly Clos de la Coulée de Serrant 2006

Une robe jaune foncé, un nez très original, sur l'encaustique, le miel, le coing, les épices et l'abricot sec. La bouche est ample, robuste, très gros volume mais beaucoup de race, d'élégance, de suavité. L'acidité porte l'ensemble et étire une longue finale salivante. 16.88 Excellent

Guigal & Fils Hermitage Ex-Voto 2006Guigal___Fils_Hermitage_Ex-Voto_2006.jpg

Un nez détonant, un peu encaustique et miel comme le précédent, mais avec des notes d'abricot, de violette, de poire et d'herbe fraiche. En bouche, c'est ample, puissant et l'acidité équilibre bien l'ensemble. On peut noter un peu de bois bien intégré et une sensation d'alcool sur la finale. 17.63 Excellent

sexy_wine_bomb_label.jpgL'Ermite et Gégé ne nous ont pas invité pour enfiler des perles mais des bulles, en tout cas pour commencer. Pour introduire la soirée, Gégé nous explique les règles du jeu, plaisir du ventre et pas du bas ventre comme le suggérait l'Ermite, qui commence le service avec la promptitude d'un prostatique qui cherche les pissotières au Salon des vignerons indépendants. Le vieux Priape concupiscent, m'explique pourtant que la luxure, c'est porter des vêtements de marque en jouant au polo et que le luxe est à la luxure ce que la bite est à la biture. Il ajoute avec force détails, que la luxure n'est pas une science mathématique puisque 1+1=69. Personne ne lui en veut, on sait que quand les choses de la chair lui montent à la tête, il perd parfois tout sens de la mesure... En parlant de luxe, on commence par un Don Pérignon, fleuron de l'excellence Française, symbole du luxe et de la fête. Les symboles, c'est comme les filles, les monarchies et les crèmes, s'est fait pour être renversés. Le Selosse, même sous le Mont, lui a donné une leçon de chose. Comme le dit si bien l'Ermite, les filles préfèrent les dégorgements tardifs. Je n'ai pas vraiment reconnu la patte Boisson-Vadot dans le Chevalière 2003, surement l'effet millésime, par contre, le Batard était de bonne lignée. Si des nuances peuvent apparaitre en fonction du géniteur, des traits leur sont communs. Le nez suggère le croissant chaud, la noisette, les fruits secs, les épices et le miel. Deux excellentes Coulée de Serrant en un mois, c'est beaucoup pour Rage, qui n'en revient toujours pas. Même millésime et même plaisir que le précédent. Un joli copier-coller. On termine par un Ex-Voto à la gloire de Marcel Guigal, une offrande à l'icône d'Ampuis. La première caractéristique du Soiffard est d'être éclectique et d'avoir toujours envie. La preuve, 6 vins, tous différents, tous très bon, dont la principale qualité est d'ouvrir la voie au suivant.

Russian Rivers Reds Pinot Noir 2011

Nez assez simple de fruits noirs, de racine, de cannelle et d'herbe fraiches. L'attaque en bouche est franche, la bouche est étoffée, fumée, pas très pinot noir, et avec une petite sucrosité vient perturber la finale. 14.50 Très bien

Drouhin Pinot Noir Oregon Cuvée Laurène 2001Drouhin_Pinot_Noir_Oregon_Cuvee_Laurene_2001.jpg

Un joli nez, fin et élégant, sur la framboise, la groseille, le menthol et la fleur séchée. La bouche est fine, pas très aromatique, mais ciselée, avec de beaux tannins fins et une finale fraiche. 15.13 Très bien

Jean-Michel Stephan Côte-Rôtie Vieilles Vignes en Coteau 2001

Un premier nez un peu vernis, des notes qui disparaitront vite, puis de la framboise, du cassis, du tabac, de la réglisse et de la terre fraiche. La bouche est intense, puissante, les tannins sont serrés, la matière est forte, l'acidité, très présente, tend la finale. Un vin vivant, un peu austère mais qui ne manque pas de caractère. 16.50 Excellent

Jean François Coche Dury Volnay 2004Jean_Francois_Coche_Dury_Volnay_2004.jpg

Un nez qui respire la fraicheur, framboise, confiture de fraise, cassis, cannelle, ronce, lierre et une soupçon de truffe blanche. La bouche est fine, élégante, très fraiche, des tannins soyeux et une belle finale portée par une acidité fruitée. Un Volnay très féminin. 17.38 Excellent

Luce Dela Vite Brunello di Montalcino 2003Luce_Dela_Vite_Brunello_di_Montalcino_2003.jpg

Un nez de mure et de prune, de réglisse, de poivre, de chocolat, de chêne et de mine de crayon. La bouche est opulente, ample, les tannins sont serrés, l'elevage est discret et la finale puissante. 15.88 Très bien

Domaine Delas Côte-Rôtie La Landonne 1999

Un nez très frais, sur les petits fruits rouges, la menthe, du laurier, un peu de lard fumé et une pointe de mine de crayon. En bouche, fine minéralité, de beaux tannins très souples, une belle structure tannique et une belle acidité qui étire un longue finale réglissée. 16.63 Excellent

Deux américaines en préliminaires, dont une Laurène en passant, une Vieilles Vignes de Stephan, un peu réduite au nez, mais splendide en bouche. Avec Coche, jamais de mauvaise surprise, toujours la finesse au rendez-vous. Un petit Brunello pour finir les brochettes et une Landonne signée Delas pour clore la série. Après l'amour, comme après une bonne dégustation, il y a plusieurs école, ceux qui se lèvent, s'habillent et partent, ceux qui fument, ceux qui boivent et ceux qui dorment. L'Ermite est du genre à dormir, même avant la fin. Je ne sais pas si c'est les petits plats de Gégé qu’il ne parvient hélas pas à digérer mais qui sont les armes les plus nobles d’une guerre gastronomique, je ne sais pas si c'est cette soirée autour du plaisir de la table qui l'a fatigué, si c'est la promesse de rêve érotique, de positions athlétiquement impressionnantes et pédagogiquement singulières, d'atomiseurs et de cylindres si longs qu'ils sont les seuls qui le remplissent de bonheur, mais 5 mn avant d'aller piquer un roupillon dans le fauteuil du salon, l'Ermite avait les yeux effarés d'un hamster myxomatosé et un QI négatif. 5 mn plus tard, il ronflait joyeusement l'excédent somptuaire de sa soirée pendant que nous terminions le travail.

Domaine de la Peyre Rose Syrah Léone 1994

Nez sur la prune, le pruneau, de cacao, de vieux bois, de tabac et de réglisse. Au nez comme en bouche, l'alcool domine. C'est puissant, ample en bouche, les tannins sont assez souples, mais l'ensemble fait trop vieux schnaps. 15.00 Très bien

Domaine de la Grange des Pères 2005

Un nez de mure et de cassis, de noyau de cerise, de garrigue, de réglisse, d'olive noire, d'épices, une touche d'orange sanguine et une pointe iodée. Une bouche ample, belle matière parfaitement équilibrée par l'acidité, beaux tannins soyeux et longue finale réglissée. Une belle Grande un peu sauvage. 16.00 Excellent

Domaine Ostertag Muenchberg VT 2000Ostertag_Muenchberg_VT_2000.jpg

Trés beau nez sur la pêche très mûre, l'abricot, la mirabelle, un peu de zeste d'orange, de miel et de fleurs d'acacia. La bouche est aérienne, du sucre, sans excès, une belle tension, de la minéralité et une longue finale florale. Une belle bouteille au potentiel intact. 16.00 Excellent

index.jpgPendant que l'Ermite finit de scier la forêt Française, on termine nos verres gentiment. C'est sympa une soirée où on peut parler et s'entendre, enfin, avant le coup de pompe du vieux Priape St Johanais. Un échange sur le plaisir et la gourmandise. Perso, je suis pour une raison gourmande, une philosophie du goût et du plaisir de la table et de la vie. L’art culinaire et œnologique est bien un fait culturel à part entière, ce n'est pas un art mineur, bien au contraire, c'est une culture à part entière. Une culture aussi puissante qu’une symphonie de Mahler, qu’un tableau de Cézanne, qu'un texte de Verlaine. Un pigeon André Malraux et une Romanée-Conti sont porteurs d’une histoire, de savoir-faire et surtout d’humain. L'auteur de "la Condition humaine" avait son rond de serviette au premier étage du Restaurant de son ami, René Lasserre, où ce plat tient l'affiche depuis plus d'un demi-siècle. Les recettes du passé ont encore de l'avenir. Le fait que l’on ne les ait pas érigés le vin et la table en faits de culture, au même titre que les pratiques désignées plus haut, réside essentiellement dans le fait que l'on surestime le sens de la vue, du toucher et de l'ouïe au détriment du goût et de l’odorat. Mon meilleur souvenir gastronomique, c’était une fraise dans le jardin de ma grand-mère. La journée avait été chaude, j'ai vu cette fraise gorgée de cette chaleur qui brûle les fruits jusqu’au cœur. Ma grand-mère m'a invité à passer la fraise sous l'eau. Lorsque je mis la fraise en bouche, elle était fraîche sur sa surface et chaude en son cœur, écrasée sous mon palais, elle se fit liquide et inonda ma gorge. J’ai fermé les yeux et j'ai savouré. C'est les yeux qui m'ont donné envie de cette fraise, c'est ses arômes, sa saveur, son goût, le plaisir prit dont je me souviens. L'ermite avait raison, faisons-nous plaisir, pour le plaisir… Il faut renoncer à la morale judéo-chrétienne, il faut renoncer à toute sorte d’eschatologie. Je ne crois pas au paradis de l’au-delà, aux lendemains qui chantent et au grand soir. C'est le hic et nunc qui m’intéresse, le plaisir est ici et maintenant, mais pas n'importe quel ici et maintenant. Un ici et maintenant où il s’agit de jouir et faire jouir, sans faire de mal, ni à soi, ni à personne. Et comme disait Marc Aurèle à Maria Schneider :"c'est l'heure du tango, passe-moi le beurre, surtout si c'est du Bordier… "

tab_04-17.jpg

graph04-17.jpg