170504_delucq_mordante_pt.jpgPire, ce sont les mensonges. Les décodeurs du monde ont relevé 19 mensonges, contre-vérités ou imprécisions chez la Marine, 3 petites imprécisions chez Macron. Les gros mensonges de La Marine sont certainement voulus, ce sont des erreurs factuelles que tout un chacun pouvait vérifier sur Wikipédia dans la seconde. Mais, avec la technologie actuelle, la vérité éclate rapidement au grand jour. A la fin du débat, elle a mis le Medef et la CGT dans le même sac de l’oligarchie et du système, Maurice Thorez, Henri Krasucki et les autres ont du bien rire en se retournant dans leurs tombes. Ce débat a été un copier-coller des débats de la dernière campagne présidentielle américaine. L'un avançait des arguments rationnels à l’appui des propositions qu’il défendait à tort ou à raison. L'autre, comme Trump, était dans l’invective et le ricanement permanent, dans la dénonciation de tous les maux du pays et de la terre entière dont elle accusait son adversaire comme s’il en était personnellement responsable, comme s'il était l’incarnation des forces du mal, du système, de la finance, du terrorisme et d’on ne sait plus quoi, ligués dans un complot visant au malheur de la France et de sa Marine. Pour faire passer la pilule, mensonges, approximations, insinuations et ficelles, c’était du Trump, cette même invective et cette même promesse de tout arranger et d’en revenir au bonheur par la seule vertu d’une élection. Mais, je vous vois venir mes petits lapins. meilleurs-tweets-creatifs-debat-macron-lepen-810x385.jpgVous allez me dire : oui, mais Trump a été élu. C'est vrai, et c'est même ça qui me fout les miquettes. Mais, nous ne sommes pas Américains, sauf Michel Sardou, mais ça ne compte pas. Ce qui a marché aux Etats Unis ne marchera peut être pas en France. Nous sommes le pays des lumières, de Voltaire, de Rousseau, de Montesquieu, de Condorcet, de Francis Lalanne, même si lui n'est pas une lumière. Il ne suffit pas de jouer uniquement sur la fibre du malaise, de la peur. Face aux bouleversements politiques, sociaux et moraux, face à l’émergence de nouvelles puissances et la fin de l’ordre bipolaire de la Guerre froide, beaucoup ont peur de l’avenir, de leur avenir. Les Russes craignent de ne pas se relever de la perte de leur empire. Les Américains craignent de ne plus être les maîtres du monde. La France craint de ne plus pouvoir retrouver son statut de puissance à part, fière et indépendante. La Chine craint de ne pas savoir transformer l’essai économique, l'Asie craint la Chine et chacun craint ainsi l’autre et, dans ses frontières, ses minorités et ses immigrés. Il ne fait pas bon être Caucasien en Russie, Mexicain aux Etats-Unis, Arabe en France, Chrétien en Syrie etc. La faute à qui? Aux faibles, aux immigrés, aux chômeurs? Surement pas! La solution de facilité, ériger des murs infranchissables ou censées l’être. Bulshit, comme le dirait Trump… Si l’on ne veut pas que ce chaos devienne un avant-guerre et, un jour, la guerre, il faudra savoir apaiser toutes ces craintes, une tâche tout simplement titanesque, insurmontable peut-être…

.