Leverasoif.com

Tag :

Bèze

Fil des billets

Tous les chemins métronomes sur le raviole du bourdon

dans la catégorie Rencontres Officielles

Musique3.jpgAujourd’hui, chez les Soiffards, c’est la fête de la musique, alors bonne fête à toutes les musiques. Notre fête de la musique à nous n'a rien à voir avec celle de Jack Tongue de pute, ni celle du jour de la mort de Pascal Sevran, même s'il faut bien le reconnaitre, ce jour-là, la musique à beaucoup gagnée. La nôtre est vineuse, puisque le but de la manœuvre, c'est d'associer un vin et une musique, enfin, le but avoué, officiel, puisque la vrai finalité finale est la même que pour les autres soirées, boire des bons coups mais en musique maestro. C'est bien connu, surtout de moi, quand ils ont bien bu et la peau du ventre bien tendu, les gens chantent. Ils peuvent même se lancer dans une réinterprétation libre et audacieuse du rire du serre-joints du théoricien musical Michel Saindoux. Comme le disait l'autre grand philosophe, J.J Goldman, quand la musique est bonne, elle fait saigner les Gibson et ça c'est pas cool si tu es amoureux de ta guitare. L'homme a toujours aimer la bonne musique et le bon vin, comme il est certain que les animaux ne se lassent jamais d'entendre de la musique, prenez les chevaux de bois, ils ne se plaignent jamais. Comme disait mon professeur de freefight sexuel sur personnes non voyantes : "Oliou nidiz lauve", la musique adoucit aussi les mauvaises mœurs.

Lire la suite...


De l'art de changer le destin des Rois

dans la catégorie Rencontres Amicales

Le roi, c'est moi !Au XIIème siècle, c'est dire si j'ai de la mémoire, approximativement le 13 octobre 1131 vers 12h44, pour être précis, Louis VI se promenait à dos de cheval, dans Paris, avec son grand dadais de fiston, Philippe, qui venait de se faire sacrer à Reims comme le repreneur de la boutique royale familiale. Il était donc l'héritier des capétiens et Roi de France, à 15 ans, ça en jette sur un CV. Les deux Royaux cavaliers papotaient gentiment de choses et d'autres, le Père devait faire l'article au gamin, la charge de la fonction, les devoirs d'un Roi, la difficulté du job, etc…Le rejeton putatif s'imaginait déjà, la couronne sur la tête, les groupies, le kamasoutra et tous le tremblement, quand justement la terre trembla. Place Baudoyer, un troupeau de cochons traverse ladite place. Je re-situe l'action, on est au XII siècle et les cochons dans Paris sont plus nombreux que les Punk, les blondasses peroxydées ou les trans en short et ballerine fuchsia. Bref, comme disait leur ancêtre Pépin le Bref, le destin du Philou sera bref lui aussi. La tripée de cochonnaille traverse devant les pattes du cheval du néo-futur Roi, ledit bourrin se cabre et fait choir son altière Altesse qui se vautre grave, se fracasse l'occiput et décède de mort presque pas naturelle.

Lire la suite...