bret-brothers.jpgAncienne propriété située à Vinzelles, dans le Sud du Mâconnais, La Soufrandière est acquise en 1947 par A.J. BRET, Professeur en Médecine. La surface de vignes n'est alors que d'un hectare, plantée en appellation d'origine contrôlée Pouilly-Vinzelles. Le seul témoignage restant de son activité viticole passée est un tinailler dans lequel se trouvait un vieux pressoir à points. La Soufrandière va s'agrandir doucement, et, fournir sa matière première à la Cave Coopérative locale. En 1998, La Soufrandière se retire de la Cave Coopérative de Vinzelles et prépare l'arrivée de Jean-Guillaume et Jean-Philippe, 2 des 3 fils de Jean-Paul Bret. Année de transition et de révolution, 2000 est le premier millésime vinifié, élevé et mis en bouteilles par "La Soufrandière". A partir du millésime 2001 inclus, les raisins provenant de la Soufrandière sont vendus à BRET BROTHERS qui distribue alors les vins du domaine. En moins de dix ans, Jean-Guillaume et Jean-Philippe Bret ont converti leur domaine en biodynamie, ont créé une maison de négoce florissante et ont redoré le blason de l'appellation Pouilly-Vinzelles. En 2008, ils ont été reconnus vignerons de l'année par l'excellente revue Bourgogne Aujourd'hui. Depuis 2006, le domaine exploite 3 ha plantés de Gamay en appellation Beaujolais-Leynes, situés sur les hauteurs du village de Leynes. Les frères Bret sont des vignerons remarquables, mais aussi, ce qui ne gâche rien, des vignerons simples, faciles à rencontrer, passionnés et passionnants. Ils ont su redécouvrir les meilleures parcelles de la région, convaincre les indécis et doter leurs associés d’une discipline culturale exigeante. Grâce à leur travail obstiné, ils ont su remettre en ordre de marche un domaine, et une région sinistrée, sans la moindre aide extérieure, simplement à force de volonté et de conviction.

Bien Venu In X-Tremis Bret Brothersbien-venu_large.jpg

Les version Béta 1.0 et 1.1 de leur Beaujolais ne répondant pas aux "standards" pour être agréée en Beaujolais-Villages, ce Leynes est un assemblage de 2006 et 2007. Le nez est puissant, sur les fruits rouges et noirs, des fleurs, des épices, de la cannelle et une petite touche empyreumatique. Un nez pas vraiment typique du Beaujolais, mais une bouche plus conforme au p'ti canon du Bojo, gourmande, acidulée, fraiche, toujours sur le fruit, belle acidité désaltérante, corps solide, tannins souples, longueur remarquable. Un Beaujolais Bienvenu, l'X-Tremis de deux extrémistes du bon. Très bien