Leverasoif.com

Tag :

Black Guts

Fil des billets

Soirée Papate ou Les aventures extraordinaires de Waldorf le kangourou

dans la catégorie Rencontres Officielles

kangourou02.jpgIl y a peu, j'ai lu une histoire incroyable. Selon mon mode opératoire habituel, je l’ai à peine revisité, c'est-à-dire avec forcément un koala roux, une étude et une pute Boukistanaise, une nymphomane de 90 ans et une gosse qui beurre son Sloggi… On ne se refait pas. L'histoire est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre. Waldorf le Kangourou (toute ressemblance avec la réalité est à imputer à cette dernière) avait à peine 20 ans quand il fit un long voyage en Afrique. A l'époque, Il ressemblait à André Agassi jeune pour la coupe de cheveux, Iggy Pop vieux pour la tronche et Mickael Vandetta pour le QI, bref le fils que Sim a eu avec Alice Sapritch (seul les plus de 45 ans peuvent visualiser). Comme tous les Kangourou, il était né avec une planche de surf greffé dans le dos, un verre à bière à la place de la main droite et le Qi d'un flan sous hypnose. Une étude Boukistanaise tend à prouver que le kangourou est connu pour être les plus gros bourrins de tout l'outback, il a des tendances suicidaires et aime à se jeter sur les roues des voitures lorsqu'elles passent devant lui. A part le kangourou, l'Australie est peuplé de dingos, de Koala roux, des moutons, des lapins et 3 ou 4 aborigènes quand même. Bref, Waldorf est le vrai petit Kangourou gentil comme une pute Boukistanaise, qui se sent obligé de faire chier les autres, de parcourir le monde avant d’engrosser une paysanne et de lui faire 6 petits kangourisseau aussi con que lui.

Lire la suite...


La tecktonik des Blacks

dans la catégorie Notre vin quotidien

Black-Swan-Poster.jpgBon évidemment, pour bien appréhender ce billet, faudrait le son pour bien voir et l'image pour s'entendre sur la définition de la couleur. Si tu ne reviens pas d'un voyage au Boukistan et si tu lis attentivement la presse et que tu comprends ce que tu lis, ce qui, faut bien le reconnaitre, fait pas mal de si, l’industrie musicale et cinématographique est en grave danger de mort pas naturelle, tout ça parce que les jeunes s'échangent des fichiers comme nous, on s'échangeait une vignette Panini de Platini version AS Nancy contre 3218 de Domenech période AS Moustache. La conséquence, Will Smith a gagné à peine plus de 80 millions d’euros cette année et David Guetta à peine 3 millions, vraiment, je sais pas comment ils trouvent la force de survivre dans de telles conditions de précarités. Et tout cela à cause de qui? De toi! Oui, toi, tu crois que je ne t’ai pas vu télécharger sur la Mule l’intégrale d'Hervé Villard et le dernier film d'Henri Génès, la vedette de "Mon Curé Chez les Nudistes". Dans le cadre du sauvetage de l'industrie du cinéma par Didi, faudra quand même lui élever une statue ou un oscar, on avait le choix entre "Black Swan" avec la sublime et kiffante Natalie Portman, un grand moment d'excès cinématographique, Darren Aronofsky est une sorte de savant fou qui mélange Ballet et film d'horreur pour susciter un sentiment à mi-chemin entre le dégommage de chaton abandonné et l'éviscération de tubar au dernier stade. On avait donc le choix entre ce grand moment de réjouissance, broyer du noir ou boire un Black Guts de Rusden, on a choisi de sauver l'industrie vinicole Australienne et, en prime time, de de faire la glotte avec un petit Pinot noir, puisque Black is Black, I want my money back…

Monthelie 1er cru "Les Duresses" 1997 Paul Garaudetgaraudet.jpg

Le nez est assez typique du pinot noir, des notes de petits fruits rouges, de cerise noire, de roses fanées et de ronce. L'attaque est franche, fruitée, le début de bouche est sympathique, dense, mais le milieu est un peu fuyant alors que la longueur est relativement courte. Les tannins sont arrondis par le temps mais laissent percevoir quelques aspérités anciennes. Bien+

Barossa Valley Black Guts 2006 RusdenBlackguts.png

Robe pourpre, très foncé. Le nez mettra quelques minutes à se mettre en place, c'est très original, fruits noirs compotés, bois exotique, caramel mou, encens, épices avec des nuances de violette et de chocolat. En bouche, ça se révèle dans toute son ampleur, une puissance maitrisée, une rondeur veloutée, une élégance de sumotori funambule, c'est intense du début à la finale, magnifique et gourmande. Excellent