Leverasoif.com

Tag :

Château des Tours

Fil des billets

In neuro Veritas, les caves se rebiffent avec un fil rouge à la patte

dans la catégorie Rencontres Officielles

prozac2.jpgJuillet, c'est les vacances, le farniente et la lecture, surtout s'il pleut comme ivrogne qui se soulage. En principe, l'été, c'est pas le moment d'être sérieux et c'est pas mon genre en plus, mais pour une fois qu'on se réunit en juillet, à défaut de faire une entorse à mon régime hyper calorique, je vais faire une entorse à ma ligne éditoriale et être sérieux, mais pas trop. "Sans les cafés, il n’y aurait pas eu Sartre", disait Boris Vian, qui ne faisait pas que cracher sur les tombes, et j'ajouterai, que sans les cafés et leurs ptit blanc sur le zinc, il n'y aurait pas eu d'Antoine Blondin, de Baudelaire, de Rimbaud, de Stendhal, de Musset, de Steinbeck, d'Hemingway, de Fitzgerald sans parler de Bukowski ou de Pline l'Ancien, amateur d'un capiteux et magnifique millésime 21 avant JC. Chez les hydropathes, le vin et la littérature ont toujours fait bon ménage, c'est sûr, l'alcool est soluble dans l'encre et vice versa. Mais il n'y a pas que le vin qui fait tourner la tête, certains chiffres aussi donnent le tournis, Dans un rapport charpenté comme un cru du pâtissier de Vesoul, on apprend que le chiffre d'affaire des participants à Vinexpo, le plus grand salon international du vin qui réunit tous les deux ans les cadors du secteur, flirte avec les 250 milliards de dollars, le prix de 370 Airbus A380. Et sans aide du VRP Sarkolique, faut le boire pour le croire.

Lire la suite...


La critique de la raison pure est aisée quand la Côte de bœuf est à l'os.

dans la catégorie Rencontres Amicales

CotedeBoeuf.jpgIl est temps de se préoccuper enfin des vrais problèmes de société qui touchent les gens. Chaque fois que la situation l’exige, hausse du prix de l'essence, nuée de sauterelles dans les récolte, bouclier fiscal, épidémie de grippe à bière, réélection de Minimoi, Tsunami géant, (et alors là, tu te dis que je vais y glisser un truc un peu décalé, genre pour provoquer de l'hilarité rigolote de par l’aspect absurde et inopiné dudit élément, mais tu te trompes, je ne suis pas si prévisible que ça), concert de Céline Dion (merdre j'ai pas pu résister), dont chaque fois que la situation l'impose, il est important de trouver des solutions. Pour moi, Il en existe une radicale et pas socialiste et encore moins Sarkosiste, bien manger et s'ouvrir un pti canon. Nos damoiselles ayant décidé d'aller suivre quelques cours de cuisine aussi diététique qu'inutile, j'ai décidé d'inviter 2 Soiffards et de cuisiner. Aspirant maître-queux, j’aime puiser mon inspiration sur Internet, ce réseau mondial qui vend votre vie privée au plus offrant, organise des apéros géants sous vos fenêtres et mange des bébés vivants. Je ne sais pas si tu es un intime d'internet et des blogs de cuisine, mais j’ai remarqué que dans neuf cas sur dix, y compris sur le blog des fans de moules avariés à l'orange, revient le même commentaire entêtant: "C'est bien, mais je préfère une bonne côte de Bœuf". Dont pas de panais aux choux Chinois, mais charcuterie Espagnole, fromage de tête, côte de Bœuf et PDT au four et vieux Manchego. On fera régime demain, ou pas...

Lire la suite...


Y a comme un défaut mais c'est étudié pour

dans la catégorie Notre vin quotidien

Côtes du rhône Château des Tours Réserve 2006

65% grenache, 15% cinsault, 20% syrahchdes_tours.jpg Robe légère, plus bourguignonne que rhodanienne. Le nez s'ouvre sur de magnifiques arômes de fraise, de framboise, de kirsch, de pruneau, d'orange amère, de poivre. Une bouche à la sauce Rayas, matière très mûre, puissance aromatique, finesse des tannins, équilibre impeccable, gouleyant, longueur délicieuse sur les fruits, en trois mots, facile à boire, un rapport prix-plaisir épatant (environ 15€), un vin "made by Reynaud". Excellent

rayasdomaine.jpgLe Château des Tours Réserve est un Vacqueyras du domaine Château des Tours, déclassé en CDR, à ne pas confondre avec le Domaine des Tours, également du même géniteur qui est un vin de pays du Vaucluse. A l'aveugle il est difficile de reconnaître un "simple" côtes-du-rhône de par cette puissance affichée, cette suavité et cette élégance presque Bourguignonne. D'ailleurs, les Vacqueyras sont recalés pour manque de typicité, c'et à mourir de rire, ou comment des aveugles bornés voient le travail d'un visionnaire. Ils n'ont surement pas apprécié ce fruité élégant, cette richesse fabuleuse, cette complexité que l'on ne retrouve presque jamais dans les vacqueyras lourd, alcooleux, insipide et presque toujours sans intérêt. C'est comme refuser l'appellation Gevrey-Chambertin à Claude Dugat, sous le prétexte fallacieux, que ses vins sont ultra soyeux et manque de robustesse. A mourir de rire, digne d'un sketch de Fernand Reynaud, qui n'était pas de la famille, mais qui aurait pu dire : Y a comme un défaut mais c'est étudié pour, Allo Tonton, Pourquoi tu tousses?