Leverasoif.com

Tag :

Chambolle-Musigny

Fil des billets

Lot de consolation...

dans la catégorie Notre vin quotidien


panneau_ecole_amusant.jpgAlors jeudi, j’étais invité à une grande soirée « rive droite ». Celle du genre où tu picoles plutôt du Lafleur 1998 que du Costières de Nîmes… Comme quoi, faut pas se tromper de fleuve ! Manque de pot, la neige est venue troubler (et annuler) la fête. Du coup, petit coup de blouse at home… Dans ces cas là, une seule solution : dégoupiller une belle bouteille ! Mais comme boire seul, c’est aussi pratique que de jouer tout seul au tennis, je saisis mon bigophone et je contacte un vrai pote. Du genre ki va pas te laisser sombrer dans la mélancolie très triste, et même qui se dévoue pour apporter un p’tit Chambertin Clos de Bèze 1996 de chez Drouhin pour te consoler… Hé hé ! Faut bien choisir ses potes dans la vie. De mon côté, je me suis dit qu’en 3 semaines, le vin de ce diable de Sérafin avait eu plus de temps qu’il n’en fallait pour se reposer du trajet éprouvant qui consiste à faire Strasbourg-Gevrey (AR) dans la ouature du Psykopat… Faut dire que c’est quand on monte à l’arrière de la-dite voiture qu’on prend pleinement conscience de l’origine du surnom de ce guerrier de l’extrême, capable de parcourir 646 km (c’est viabidule qui le dit) en passant en tout une vingtaine de seconde à regarder la route (et encore, c’est parce qu’il avait repéré une bouteille suspecte de glouglou sur la plage arrière de la voiture placée une dizaine de centimètres devant son pare choc avant)… Comment ça ? J’exagère ? Meuh non ! Tous ceux qui l’ont fait et qui sont encore vivants vous le confirmeront : pour ne pas vomir illico, la seule solution consiste à tenter de boire discrètement sur la banquette arrière la petite bouteille ramenée de la DRC et/ou, éventuellement, de parler « arbitrage » pendant deux bonnes plombes… Mais tout ceci est une histoire déjà racontée et bien mieux que par moi.

Bon, c’est pas tout, mais vu que ce blog n’est pas consacré aux z’activités qu’on peut pratiquer sur la plage arrière d’une voiture sport avec les fesses serrées et les yeux fermés, venons-en aux choses sérieuses… Match au sommet : à ma gauche, le Clos de Bèze sus-nommé. À ma droite, un Gevrey-Chambertin 1er cru « Les Corbeaux » 2000 de Sérafin. Arbitrage : Mister Rage (un assoiffé non soiffard) et votre humble serviteur.

Lire la suite...


L'appellation Morey Saint-Denis

dans la catégorie Culture Vineuse

Coincé entre Gevrey-Chambertin au nord, et Chambolle-Musigny au sud, le petit (130 ha environ) vignoble de Morey-Saint-Denis a toujours eu beaucoup de mal à se faire entendre. Il est pourtant l’un des plus «fournis» de Côte-d’Or en grands crus, avec quatre d’entre eux, portant par ailleurs le qualificatif de clos, ce qui atteste de leur très ancienne implantation : Clos Saint-Denis, Clos de la Roche, Clos des Lambrays et Clos de Tart. Morey possède aussi une petite partie des Bonnes-Mares.

Lire la suite...


L'appellation Chambolle-Musigny

dans la catégorie Culture Vineuse

Il est comme cela des images qui collent à la peau de certaines appellations bourguignonnes. Ainsi, les Pommards sont tous, toujours et chez tous les producteurs, puissants, animals et rustiques et les Chambolle-Musigny, fins, féminins et élégants. Les choses ne sont, bien sûr, pas aussi figées que cela ! Les producteurs de l’appellation s’accordent pour reconnaître qu’il existe bien, à Chambolle-Musigny, un potentiel naturel pour produire des vins distingués, la réputation n’est quand même pas complètement basée sur rien, mais avec de grandes nuances.

Lire la suite...