Leverasoif.com

Tag :

Guigal

Fil des billets

Changer les ampoules d'Ampuis

dans la catégorie La tournée des vignes

Ampuis_Marche2013.jpgÀ Ampuis, plus vieux marché aux vins de l'hexagone, tout change, mais rien ne change vraiment. Les vignerons aboient et la caravane trépasse. Les mêmes placeurs de parking, les mêmes camelots au bagou suranné devant la porte, la même file d'attente à 8h45, les mêmes afficionados du Condrieu, les mêmes verres estampillés "Côte-Rôtie", les mêmes vigiles à l'entrée du temple, les mêmes jeunes diablotins tireur de chariots, les mêmes stands, les mêmes vignerons, les mêmes dégustateurs aux comportements un peu moutonniers et aux manières de soudards, seul le millésime est différent. Un passage le vendredi après-midi, peu de monde, ambiance sympathique, vignerons agréables. Rouges 2009, un bon millésime, mais ce n'est pas le millésime du siècle annoncé. 2010 confirme le bien que j'en pensais, très beau arômatiquement, la trilogie fruit – fleur- épices, charnus, ample, équilibrés, un petit air de 2007, en mieux. Quelques 2011, joli mais sans plus, pas la puissance des 2009 et l'équilibre des 2010 mais surement meilleur que 2012 que certains essaient déjà de pré-vendre.

Lire la suite...


Coup de canon, trois profs mis en examen après une leçon très particulière

dans la catégorie Rencontres Officielles

images.jpgSi Dieu est un fumeur de havane, tous les amateurs de vin, ou presque, sont des buveurs d'étiquette. Mais attention, le buveur d'étiquette raisonné, pas celui qui pérore dans les repas de famille, son terrain de chasse de prédilection, ce tyran du savoir boire, ce raseur prétentieux, celui qui sait tout, qui a tout goûté, tout vu et tout connu. Comment le reconnaitre? Dès la première lampée, il prend un ton péremptoire et s'enlise dans une logorrhée intarissable sur les mérites d'un Latour ou d'un Mouton 88 alors que vous venez de lui servir un bon Gevrey village. Vous avez droit à toute la panoplie, à la robe, à la cuisse, au bouquet, à la persistance aromatique. Puis lyrique, et toujours insupportable, vous supporterez la race et la trace du terroir, la soie indienne des tanins, la ligne acide, la précision de l'élevage, la tension et la finale minérale qui vous donne une envie irrésistible de lui coller son étiquette de con sur le front pour qu'il arrête de péter plus haut que son cru.

Lire la suite...


Cannibal lecteur m'a fait un effet Bœuf

dans la catégorie Rencontres Amicales

JMB.jpgCertains osent dire que pour avoir une bonne santé, il fait éviter de manger. C'est faux, ne pas manger nuit gravement, et de façon irrémédiable, à votre santé. Heureusement, grâce aux 35 heures, à la formation professionnelle, à l’héritage déplorable de mai 68, à l'automobile, à l'autoroute et à Jérôme Kerviel, nous pouvons manger de la viande saignante et de qualité. Ce jeudi, il était important que nous eussions l’estomac dans l’étalon pour apprécier la viande de la boucherie du Couteau d’Argent, et de son chef, le célèbre Yves-Marie le Bourdonnec. Futés comme des fennecs roux, vous avez deviné que le bougre n’est pas Alsacien, mais Breton et surnommé sans frémir "le boucher de mes tunes" par bon nombre d’amateurs carnivores et fortunés, le boucher des stars. Il parait même que Mike Jagger et Mélenchon sont clients. L'histoire du pourquoi du comment je suis allé dans cette boucherie est compliquée, c'est hyper loin, très cher et hyper bouchonné, mais l'Auteur de L'effet bœuf, un plaidoyer en faveur de la bonne bidoche, n'est pas Boucher à l'émeri comme les autres et il ne rechigne pas à tailler une bavette en servant ses clients, on est loin du Buffali Groll! Lecteur, à vos livres de cuisine.

Lire la suite...


In neuro Veritas, les caves se rebiffent avec un fil rouge à la patte

dans la catégorie Rencontres Officielles

prozac2.jpgJuillet, c'est les vacances, le farniente et la lecture, surtout s'il pleut comme ivrogne qui se soulage. En principe, l'été, c'est pas le moment d'être sérieux et c'est pas mon genre en plus, mais pour une fois qu'on se réunit en juillet, à défaut de faire une entorse à mon régime hyper calorique, je vais faire une entorse à ma ligne éditoriale et être sérieux, mais pas trop. "Sans les cafés, il n’y aurait pas eu Sartre", disait Boris Vian, qui ne faisait pas que cracher sur les tombes, et j'ajouterai, que sans les cafés et leurs ptit blanc sur le zinc, il n'y aurait pas eu d'Antoine Blondin, de Baudelaire, de Rimbaud, de Stendhal, de Musset, de Steinbeck, d'Hemingway, de Fitzgerald sans parler de Bukowski ou de Pline l'Ancien, amateur d'un capiteux et magnifique millésime 21 avant JC. Chez les hydropathes, le vin et la littérature ont toujours fait bon ménage, c'est sûr, l'alcool est soluble dans l'encre et vice versa. Mais il n'y a pas que le vin qui fait tourner la tête, certains chiffres aussi donnent le tournis, Dans un rapport charpenté comme un cru du pâtissier de Vesoul, on apprend que le chiffre d'affaire des participants à Vinexpo, le plus grand salon international du vin qui réunit tous les deux ans les cadors du secteur, flirte avec les 250 milliards de dollars, le prix de 370 Airbus A380. Et sans aide du VRP Sarkolique, faut le boire pour le croire.

Lire la suite...


Va te rôtir sur la côte, Ampuis c'est tout

dans la catégorie La tournée des vignes

Arrivage sur le parking à 9h15, je sors l'indispensable diable même pas Tasmanien, invitation, verre de rigueur et entrée dans la salle de travail où déjà pas mal de soiffards des monts et des veaux de navarin et de France se bousculent autour des stands stars au staff stakhanoviste de standing (Gangloff, Guigal, Jaboulet, Cheze, Montez…) En Côte-Rôtie, 2008 n'est pas un grand millésime, des tris exigeants ont été nécessaires pour faire bon, un peu comme 2002, où quelques bons vignerons avait fait une seule et bonne cuvée, plutôt que des parcellaires moyennes, pas mal d'autres se sont noyés, 2007 sera grand, voire très grand. On trouve donc sur le marché, des 2007, des 2008 et mêmes quelques 2009 à goûter, mais pas chez les meilleurs. Pour résumer, 2008 pour boire assez vite, pour le plaisir de la soif et garder les 2007 pour de futures bonnes et grandes soirées. Pour les Condrieu, une petite année en quantité, mais un grand millésime, aériens, minéral, plus fin et avec beaucoup moins de bois neuf qu'à l'habitude.

Lire la suite...