Histoire_Naturelle_Pline_l_Ancien.jpgJe ne sais pas si Pline était un chaud latin, mais en relisant Pline dans mes latrines et dans le texte tout en buvant un Yop à la pêche, je suis resté estomaqué par son traité d'histoire naturelle et en particulier le passage qui traite des remèdes tirés des animaux. On ne se méfie jamais assez de ce que l'on mange, même quand c'est du lapin, et pourtant, j’adore le civet. Puisque l'homme est un animal pour l'homme, commençons par lui. Se scarifier les gencives avec une dent d'un homme mort de mort violente est un excellent remède pour le mal de dents alors que le fiel de l'homme guérit les cataractes. La salive d'un homme à jeun est le premier des antidotes contre les serpents, les furoncles et l'épilepsie mais fait crever les scolopendres marines, ainsi que les rubètes et les grenouilles. Le cérumen guérit les blessures faites par les scorpions et les serpents. Les personnes blessées par les serpents et les scorpions sont également soulagées par le coït, mais les femmes qui s'y prêtent souffrent de cette copulation, le fluide spermatique est aussi un remède contre les piqûres des scorpions. Pline fait remarquer qu'aucun animal n'aime à boire chaud, et qu'ainsi, boire chaud n'est pas naturel, Il prouve ainsi que pour empêcher la mauvaise haleine, il faut se laver la bouche avec du vin avant de s'endormir, mieux, le remède le plus utile est, pour quelques jours, de s'abstenir de tout aliment et boire seulement du vin. J'applique ces remèdes et je me porte très bien.

Lire la suite...