art1.jpgJe ne voudrais pas me vanter, mais je dois être le seul blog où, s'ils avaient la bonne idée de venir, des boutonneux et des déboutonneuses prépubères peuvent réviser leur BAC philo en toute quiétude. Mais le boutonneux prépubères est allergique au grand cru, il préfère de loin le Biactol et le McDo. Pourtant, ici, tu peux trouver des pompes de philo, si seulement j'avais la bonne idée de les publier à temps, mais je n'ai pas que ça à faire depuis que je n'ai plus rien à faire! Allez les petits loups, comme le dit si bien mon proctologue Jéremy Deudoigt à ceux qui ont reporté leurs révisions à Plutarque, "mettre le nez dans les annales de ch'val ne peut que déboucher les narines", c'est aussi la maxime de mon ami l'Ermite qui aime beaucoup les vins qui sentent l'écurie et pas le curry. Cette année le sujet est: "L’artiste est-il maître de son œuvre?". Un sujet que je connais bien dans la mesure où on me dit souvent: "toi l'artiste, t'es grave con, tu maitrises plus rien". Alors, prenons dès poltron le minaret, le sujet par les couettes, et c'est bien plus bandant si tu visualises, bref, sans pépin, définissons, ce qu'est un artiste, une œuvre, avant d’exposer la thèse, l’antithèse, la synthèse, quelques foutaises et une bonne plâtrée de spaghetti bolognaises, parce qu'il faut bien crouter après.

Lire la suite...